[Castiel] Tout feu tout flamme..

Timide Messages: 384
Hors ligne
Le 16/10/2011 - #1 

 

>> TOUT FEU TOUT FLAMME


       
DE QUI LE CŒUR BRULERA LE PREMIER?



http://fc05.deviantart.net/fs71/f/2011/302/e/7/tout_feu_tout_flamme_by_mihio_san-d4ecte4.png



> Avant de poster un message :
➜ Choisissez le bon topic
➜ Pas de HS
➜ Pas de flood
➜ Pas de sujets "sensibles"
➜ Commentez de façon constructive
➜ Surveillez votre comportement
➜ Pas de conflits sur les topics. Préférez la discussion privée.
➜ Tenez compte des remarques des modérateurs.
➜ Merci de relire attentivement les règles générales du forum, pour plus de précisions.


INFOS > JE NE SERAIS PAS DISPONIBLE DU 02 AU 09 DÉCEMBRE, MERCI DE VOTRE COMPRÉHENSION!

En esperant que ça vous plaira smile

Bonne lecture


Ma fic:
Tout feu tout flamme...

>> ♥Suppléments♥


Ici, je mettrais tout les suppléments que vous me ferez, c'est à dire dessins, bannières, montage, avatar, vidéos, ect...

Un avatar de Laliltorose:http://img269.imageshack.us/img269/2426/tek4f5a34a68c7616286970.png

Faites ce que l'envie et l'imagination vous envoient!


>> Les chapitres!


http://img15.hostingpics.net/pics/735906Capturede769cran20111129a768201157.png
Chapitres 1,2,3 post 1
chap 4,5,6,7 post 3
chap 8,9,10,11 post 6
chap 12, 13, 14, 15, 16 post 9
chap 17,18,19,20,21,22,23,24 post 11
chap 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32 post 14
chap 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39 post 16
chap 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46 post 18
chap 47, 48, 49, 50 post 23



LES PERSONNES À PRÉVENIR



Personnages:

Spoiler

Personnages:

Kaorin:http://img198.imageshack.us/img198/8458/tek4ed13b3899eef7837591.pngCastiel:http://img8.imageshack.us/img8/1228/tek4e4d499eb037c0682416.pngTamaki:http://img543.imageshack.us/img543/9499/tek4ed149bb841646168332.pngKallen:http://img440.imageshack.us/img440/7833/tek4ed145e859f4d6606366.pngDarren:http://img339.imageshack.us/img339/5963/tek4ed148eef29678297468.pngLysandre:http://img217.imageshack.us/img217/3791/tek4e1a19d24ee4b3774600.pngLeigh:http://img16.imageshack.us/img16/1206/tek4ed141f73d6c80606454.pngNathaniel:http://img708.imageshack.us/img708/9176/tek4ec69a24c26d84304721.pngViolette:http://img580.imageshack.us/img580/3829/tekd09e785.png
Scarlet: http://img405.imageshack.us/img405/723/tek4ed53342162da3165871.pngPénélope:http://img412.imageshack.us/img412/5195/tek4ed1481503ffd4107522.pngRosalya:http://img683.imageshack.us/img683/7660/tek4e1a0d1bb2af67369582.pngIris:http://img337.imageshack.us/img337/8240/tek4e735d0547e051350574.pngMaylinn:http://img513.imageshack.us/img513/4791/tek4ef5e6dfcbfed2063470.pngJordan:http://img337.imageshack.us/img337/3640/tek4ef5e81e7caed2926008.pngAmande: http://img37.imageshack.us/img37/3311/tek4ef5ebc60d8f28078652.png



Chap 1er


Spoiler

Vite vite! Je voyais déja les grilles du lycée se refermées sans que je sois entrée!

Allez, sprint final et c'est bon! Je fis un accélération incroyable et dépassa les portes entrouvertes d'un seul coup! La chance!

J'y suis , ça y'est, dans mon nouvel établissement, le lycée "Sweet Amoris"!

Ah! mais au faut, je ne me suis pas présentée?!

Kaorin Kagatsuki, pour vous servir, jeune fille de 16 ans, qui vient d'emménager dans cette ville et entrée dans ce lycée ou elle ne connait personne!

... Je dois vous faire part d'un terrible secret: Je suis orpheline,
mes parents sont morts il y a maintenant 5 ans, avec toute ma famille, dans l'incendie de notre maison, et , j'en suis persuadée , à cause de moi, j'avais laisser le gaz ouvert avant de partir à la boulangerie. Ma mère, sans rien se douter a ouvert le feu et la maison c'est enflammé directement. Je l'ai entendue, le bruit de l'explosion et du crépitement, tel des pleurs sinistres. Je me suis retournée et je suis tombée de désespoir devant la maison, en pleurant toutes les larmes de mon corps.

Mon frère, Tamaki, qui a deux ans de plus que moi, était parti en course, et est revenu à ce moment la, il était terrifié , mais au lieu de m'en vouloir, il m'a  pris dans ces bras et receuillie.

Depuis j'ai la phobie du feu.

Mais voila, il y a deux semaines, mon frère est mort dans un accident de moto, et j'ai du emménager dans un petit appartement, un studio deux pieces à mes propres fraits.Je déteste à présent les motots.

Et comme je suis encore lycéenne, je travaille au Rock Silver, un café branché dans lequel se déroule des concerts de rocks de bandes peu connues gratuitement, en temps que maid serveuse, jusqu'a tard le soir.

M'enfin bref, faut pas que j'y pense, ni que ça se sache, e suis revenue dans ma ville natale , celle de l'incendie pour mieux vivre une nouvlle vie dont ils soient tous fiers, et j'irais souvent voir dans la petite clairière  du bois ou j'ai entérré leur cendres sur lesquelles a poussé un rosier bicolore, à coté de la cabne dans laquelle on jouait mon frère et moi étant petit....

Nan nan nan! n"Y PENSE PLUS Kao.

Facile à dire, mais je vais essayer, pour eux smile!

J'entrais donc dans l'enceinet du batiment, mais tout était vide...


....

Evidemment! Ça avait déja sonné!
Je courais donc sur les sol de carrelage en cherchant désespaerement ma salle, et la, d'un coup, un grand roux-rouge se tenait devant les casiers!

Je l'interpellais:
Eh toi! Tu pourrais m'aider, j'me suis perdue
-Y'a marquer guide sur mon front?
-Bah peut ete que si tu soulèves tes cheveux je pourrais mieux voir...
-Et en plus elle se croit drole la p'tite! Eh ben tu sais quoi, dém*rde toi!
-Comme le voudra sa seigneurie le pas drole , dis-je en m'inclinant. Il se retourna et partit en lançant un ptit "pffff"

Je toquais donc à toute les portes que je trouvais, les entrouvants pour voir si un prof me reconnaitrait.

C208

Je toquais et la , un prof me dit:

-Oh madmoiselle , vous ètes la nouvelle?
-Euh...oui, c'est bien moi, je me suis perdue, est ce que ma classe est ici?
-Eh bien non, mais Pénélope vas vous y conduire.

Une grande brune gothique se leva et vint à ma rencontre
-Bien mr, dit elle.

Nous sortimes de la classe.

-Quelle est ta classe? interrogea Pénélope
La seconde E, il me semble...
-Comme ça tu n'est meme pas sure de ta classe? pouffa -t elle, t'es vraiment comique toi!

Ah oui?

-Bon, il me semble qu'ils sont en D109, dit-elle.

Ah ce moment la, un grand blond, qui arrivait en courant, nous interpela:
-Pénélope, Pénélope!
-Nathaniel! J'vous ai retrouvé la nouvelle!
-Merci Pen!, Je la prends en charge à présent, tu peux retourner en classe.
-Très bien, a plus, et au revoir la nouvelle.

Je me retrouvais donc seule avec Nathaniel.
-Tu es Kaorin, c'es ça?
-Oi, tout à fait.
-Suis moi, je vais te montrer notre classe.

Notre classe, je suis avec lui, ... il n'est pas du tout aà mon gout en tout cas *_*

D109, la salle avit une porte orange.
Nous sommes entrés et Nathaniel est allé s'assoire à sa place, me laissant avec le prof sur l'estrade, après lui avoir échangé quelques mots à mon sujet:

Le prof prit la parole:

-Bonjour a toi Kaorin, et bienvenue dans la seconde E, je suis ton prof de physique chimie, Mr Anasus, tu vas te mettreà coté de Castiel, le jeune homme aux cheveux rouges.
Je reconnus mon énergumène embétant de tout a l'heure. Il est dans la meme classe que moi et a refusé de m'aider? C'est décidé, on ne sera jamais amis.

Je scrutais la salle des yeux et aperçus deux places libres à coté de deux filles.
-Mr, il y a des places la bas...
-Ta ta ta, je les connais les demoiselles, elle se font des amies en moins de deux et papotent, et vous m'avez tout l'air d'etre de ce genre la! Me coupa le prof en me poussant vers ma chaise.

Ricanement général de la classe.

Castiel enleva péniblement, très péniblement son sac pour dégager la chaise.

Le prof reprit:
-Pour habituer Kaorin a mes travaux , vous ferez un devoir de 5 pages sur les ions pour demain, en doublette avec votre voisin, pas de plaintes!

La classe grogna et me jeta des regards mauvais.

Je passais donc la fin du cours sans grande intspiration pour les ions.

Après la sonnerie, j'interpelais Castiel:
-Eh Castiel, les devoirs ont le fait chez moi ou chez toi?
-Alors, tu m'as embeté ce matin donc, tu sais quoi...
-Ok, on le fait chez moi.
-Minute, je vais t'apprendre mes règles pour bosser, c'est a dire tout seule, compte pas sur moi pour t'aider.

Sur ceux, il me laissa en plan.

Je le haissais, détestais, Maudissais, et tout cela en un seul jour. C'est clair, on ne sera jamais amis

La matinée nse passa sans ètre tres intéressante, et à midi, je suivais la classe au refectoire self-service . Sur place, je m'assis seule à une table de quatre et commençait à déguster mon repas au gout de plastique, jusqu'a ce qu'un jeune homme aux cheveux bicolore et verrons m'adresse la parole.
-Je peux m'assoire?
Je le regardais, ébétée:
-Ah oui oui, bien sur!
Il sourit et s'assit.
-Tu es Kaorin, n'est ce pas, joli nom!
-Merci, et toi...
-Lysandre, enchanté.
-Eh bien... Moi aussi Lysandre.
-Appelles moi Lys'.
Très bien Lys' .

Qu'il est gentil.
Je n'en revenais pas, la premiere personne gentille et a mon gout dans ce bahut.
Lysandre ce retourna et cria:
-Cast, je suis la!

Cast?

Un jeune homme aux cheveux rouges s'pprocha.
-Qoui toi? M'écriais je
-Lys'!Pourquoi on doit manger avec elle?
-de 1, elle est seule et nouvelle, de 2...tu vois de la place toi?

Castiel scruta la salle des yeux.

-Mouais, t'as raison, mais je te préviens gamine, une seule remarque et j't'en colle une, c'est clair?

Ce qu'il pouvait etre irritable, le balot!



chap 2eme

Spoiler

Le repas c'était fini sans grand  amusement, juste quelques petites disputes qui amusaient énormément Lysandre.

L'après midi non plus, ne fut pas plus intéressant que cette endormante matinée.

Après le derneier cours, je me précipitais dehors en courant, manquant de renverser un ou deux élèves au passage. C'est que j'avais du boulot moi!

Premièrement le boulot de 5 pages sur les ions que Castiel n'avait pas l'intention de m'aider à faire, et que je me prenais sur le dos; Et deuxièmement , je devais aller au Rock Silver Café pour payer mon appart.
La bas, j'y travaille tard. Jusqu'à 23h des fois.

Je suis habillée en soubrette un peu de style émo gothique rouge avec des ailes d'anges noirs. C'est notre uniforme , à nous; les serveuses.

Cet uniforme a été créer depuis que mon frère et moi avons monté notre groupe, les Midnights Dark Angels. C'était ma tenue de scène, moi qui étais au chant et à la guitare, et Tamaki qui ,lui , jouait du violon, du clavier, de la basse, ou de la batterie, et qui m'accompagnait vocalement de temps en temps.
On plaisait beaucoup, et nous avions toujours la scène quand on le demandait, et c'est aussi pour ça que j'ai pu travailler dans ce café sans problèmes et depuis mon plus jeune age;

Mais voila, ce soir ça ne m'enchantait pas, j'avais l'exposé, et c'était a moi de passé le balai, j'en avais jusqu'à minuit minimum...


Et tout ça c'était la faute de ce babouin rouge! Je le haissais encore plus.
Je me mis à travailler , avec un petit sourire forcé malgré la fatigue...
Mon patron vint me voir.Il me donna une augmentation pour mon loyer. Folle de joie, je rentrais l'annoncer à Tamaki, enfin, c'est ce que je croyais...
Après avoir monté les 4 étages et ouvert la porte d'un coup de clé je cirais:
-Tama! Tama! Regard....

Mais je revins rapidement à la réalité.Tamaki n'était plus... Celle qui m'acceuilla avec de chauds aboiements, ce fut Amande, notre chienne shiba inu marron de deux ans à Tama et moi, que j'avais recueillie malgré mes problèmes d'argent. Je m'accroupis et lui caressait le cou.
Puis je me mis à ce foutu boulot que je devais faire seule, et que me rappela combien je détestais Castiel.

La semaine suivante se passa sans grand interets, à part nos disputes qui renforçaient nos liens.

Tout allait bien jusqu'à ce jour, ce cours de maths porte-malheur.

Je dormais, ou je dormais, je pouvais me permettre, je suis une tête en maths, alors je dormais, au fond de la classe, à coté de Castiel.
Je dormais d'ennui et de fatigue.
Je n'aurais pas du dormir, car si je n'avais pas dormi, ce ne serais pas arrivé.
Mais j'ai dormi, donc ÇA est arrivé, et ÇA n'était pas agréable:

J'étais sur une moto, derrière un jeune homme aux cheveux bleus marine qui roulait très vite. Je le serrais pour ne pas tomber. Oui, il allait extremement vite
Je fermais les yeux pour ne plus sentir le vent. D'un coup, il me cria:"KAO! SAUTE! VIITE!" Et sans que j'eus le temps de comprendre, il saisit mon bras et m'envoya sur le trottoir, j' attéris sur le dos et roula un peu plus loin.

Puis un crissement de pneus, des cris, et un bruit d'explosion...

Tout devint noir.

Je me réveillais un peu plus loin, tenant le jeune homme aux cheveux bleus dans mes bras, pleurant et criant sur sa tête.
"TAMA! TAMA! NAN, TAMA, TAMA! NE LAISSE PAS!"

Il ne répondait plus, il était froid, ses yeux d'ordinaires dorés et pétillants étaient noirs et vide.Ils n'avaient pas leur lueurs de vie habituelle.
Je continuais à crier, à l'appeler de toutes mes forces. Mais mon frère ne me répondait plus.Tamaki était bel et bien mort.
TAMAKI, NE M'ABANDONNE PAS, JE T'EN SUPPLIE , RESTE AVEC MOI! RESTE! NAAAAAAAAAAAAAN!

Je me réveillais debout, au milieu de la classe: j'avais crié mon dernier non en cours. Mais yeux étaient grands ouverts, j'étais éssouflée. Je m'aperçus rapidement que tout le monde m'observait. Je me rassis, d'un coup. Castiel me regardait d'un air de dégout.
La prof:"Et bien Kagatsuki, calmez vous je vous pris. Je laisse passer pour cette fois, mais la prochaine vous serez collé.
-Oui madame, excusez moi."
Je regardais le sol, les mains sur mes genoux, la tête basse, mes cheveux cachaient mes yeux. Je pleurais. Castiel l'avait vu, et je le regrettais.

Mais le pire fut ce qui se passais le lendemain. J'étais en Physique chime en doublette avec Castiel pour faire des expériences, et je n'osais plus le regarder en face, ce qui l'amusait beaucoup.

Mais le pire fut alors que nous devions utiliser le feu, et rappelez vous, j'en ai la phobie. Mais ne voulant pas que ça se sache, je ne dis rien.

Castiel alluma le bec bunsen et me demanda de le lui tenir. Je le fis: mes mains tremblaient et je suais à grosse gouttes.
Je ne tressaillis pourtant pas, Castiel était occupé à faire des mélanges de solutions. Tout mélanger, il aimait bien.

Mais à un moment, ce fut trop, je lachais la flamme qui se répandit sur les feuilles de papier tomber sur le sol.
Castiel sursauta et m'enguela:
-"EH, mais ça va pas de la lacher comme ça??
Mais il vu que je tremblais.
-Oh Kaorin, c'est bon, c'est que du feu.
-N-Nan. Je tremblais.J-je ne peux p-pas.
Je reculais d'un coup et heurta un camarade qui avait sa flamme à la main, qui la lacha et qui se brula un peu avec:
-Aie! Ouah! C'est chaud. Je paniquais, mes larmes commençaient à couler seules. Je reculais encore jusqu'a me retrouver au milieu de la salle  ou tout le monde me regardaient, la flamme à al main. Castiel, la, ne semblait pas se moquer de moi et paraissait inquiet.

Je vis la porte, et d'un seul coup, me précipita jusqu'à elle, la refermant d'un grand bruit sourd.
Je m'assis par terre contre le mur, la tête dans les mains,en pleurant et tremblant.

A la fin du cours, j'ai vu Lysandre sortir en trombe, m'attraper la main et m'amener sous un arbre, dans un coin caché de la cour.
Et la, sur sa demande, je lui ai tout dévoilé:ma vie, mon histoire, mon logement, mon job...
mais je lui ai fait promettre de ne rien dire aux autres, et encore moins à Castiel. Il a promit.
Castiel, qui devait avoir du flair pour retrouver Lysandre, est arrivé au moment ou Lysandre me réconfortait dans ses bras.
Il avait d'ailleurs l'air irrité de nous voir comme ça.

Il s'avança et dit:
"Bon, Lys' j'y vais, tu me rejoins quand t'auras lâché la souris?"

La souris? Chuis petite mais quand même!

"Oui oui, me voila, dit Lys en me lâchant, A plus Kao!"




Après être arrivé au Rock Silver, le patron est venu m'annoncer que j'avais beaucoup de travail, c'est à dire qu'il y avait 4groupes qui défileraient ce soir, oui, nous sommes un café qui à une scene pour les groupes ou bandes méconnues et petites de jeunes, lycéens ou plus vieux, et ce soir, il y a 4 groupes qui alterneront leurs chansons.

Il me remit aussi un sac en plastique noir avec des fringues dedans.

?

Qu'était-ce?

La soirée avait commencée quand le premier groupe monta sur scène, ils s'appelaient les Red Demons.

Ils étaient deux, un rouge à la guitare et un blanc au chant, je les reconnus immédiatement, Castiel et Lysandre.

Lysandre m'adressa un sourire et Castiel ne me vit pas, il ne me cherchait même pas d'ailleurs.


Il chantait merveilleusement, il fallait l'avouer, et Castiel de même.

J'étais ébahie, impréssionnée, ect...
Je retournait à mes activités quand le deuxième groupe monta sur scène..;
Le chanteur fit un long discour, je ne levais même pas la tête pour le voir, c'était un cranauer, y'avait pas de doute.

Mais des qu'il commença à chanter, mon sang se glaça, je levais la tête et l'aperçu/

Darren
Darren,Kallen
Darren,Kallen,Win
Darren,Kallen,Win,Leo

Ce groupe était notre groupe ami, à Tama et moi; on les connaissait depuis tout petits, et je ne les avait pas revus depuis la mort de mon frère.


Il avait une voie à vous faire pleurer, j'en pleurais d'ailleurs.

À la fin de la chanson, il leva sa main, et dans son micro, souffla un:"C'était pour toi, Kao"

Je n'y tiens plus, je m'élançai vers la scène, mes yeux brouillés de larmes, sautant dans ces bras, .Il était ravi et souriait, le public applaudissait, sauf Castiel, bouche bée.

Je me jetais ensuite sur Kallen, la jumelle de Darren, faisant bien attention de ne pas renversée sa batterie.

Je pris ensuite Win et Leo, qui écartèrent leur clavier et guitare à mon passage.

Je les aimait tous, et ils m'avaient manqués.

Je retournais dans les bras de Darren, qui me dit à l'oreille:
"Eh, va mettre ce que t'a donné le patron, prends une guitare et viens dans vingt minutes,on va chanter Ta chérie."

Mes yeux s'illuminèrent, j'acquiessais.
Je courus dans les coulisses, me changer.

Pendant ce temps,  Darren s'adressa au public:
"Y'aurait-il quelqu'un dans cette salle qui puisse jouer cette partition de niveau difficile à la guitare?"
Une main se leva.
"Bien , très, bien, vous avez 20 minutes pour vous entrainer dans la pièce du fond."

J'entendais l'entrainement de la recrue à coté de moi, j'avais aussi reconnue mes vetements:

Mon ancienne tenue de scène, je l'adorais.Merci Darren!
je remontais ensuite sur scène quand j'aperçu une guitare, je la saisis et la découvrit en pleurant.
Kallen derrière moi me confia que Tama comptait me l'offrir à noel.

Je montais alors sur scène émue, on avait du prendre un remplaçant car il n'y avait pas assez de guitaristes.

Je m'installais au devant de l'estrade, j'étais au chant et à la guitare.
Kallen restait à sa batterie, Win à sa basse et Léo au clavier.

Avant, c'était Tama qui était au violon, mais la, c'est Darren qui le remplaçait, et c'est d'ailleurs pour ça que nous avions besoin d'un 2e guitariste, ce qui était la place de Darren avant.

J'accordais mon instrument, quand j'aperçus Lys qui me souriait.

Je touchais mes cheveux et le ruban accroché à mon micro qui était rouge. Il compris, je lui demandais ou étais ce babouin de Castiel.

Lysandre sourit de plus belle et désigna du doigt un machin qui était derriere moi.
Je me retournais et fut surprise d'apercevoir Castiel à la guitare derrière moi.
Il me regarda et me dit: "Bah quoi?"







La chanson commença, je chantais et jouais en meme temps, c'était magnifique. À la fin de notre chanson, Je levais un bras au ciel et dis:
"A Tama"
Le groupe me suivit et fit de meme:
"A Tama"

Puuis le public, qui connaissait mon frere, pour la plupart.
"A TAMA!"

C'était super émouvant.

Ce fus une soirée magnifique, vraiment magnifique, j'avais adoré!



La Chanson préférée de Kaorin




voila!


Chap 3eme


Spoiler

La semaine qui suivit fut spéciale, je suis devenue amie avec Rosalya, J'ai rencontré Leight, le frère de Lys', Je m'enteNds très bien avec Kim, Iris,Melody et Peggy, ainsi que Violette.

Nos liens se sont resserrés à nous trois, Lys', Cast' et moi.

Kallen, Darren, Win et Léo sont au lycées de la ville qui est à 15 kilomètres d'ici, je pourrais donc les revoirs.
Mais en plus, cette semaine est spéciale, car je n'ai eu aucun mauvais rèves, surement grâce à la soirée au Rock Silver et en plus, elle précède les vacances d'hiver!

J'avais trop hate! Pour cadeau de noël, les profs nous ont banalisés le vendredi après midi et le samedi!


Tout était parfait...sauf que j'ai vite découvert que je serais seule durant ces vacances:
Rosa était chez ses grands parents, Capucine de même, Peggy et Kim allaient dans d'autres pays, Violette suivait des stages d'arts et Darren, Kallen, Win et Léo , qui étaient comme des frères depuis toujours passaient noël ensemble, avec toutes leurs familles!

Bref, j'étais seule...

Si on ne compte pas Castiel et lysandre qui fêtait noël chez Cast, avec Leigt et toute leurs familles. Oui, ces trois la étaient aussi amis depuis tout petits...

Alors, comme je l'avais prédis, je me retrouvais encore et toujours toute seule, mais j'avais l'habitude à force.

Deux jours avaient passés, j'avais travaillé, mais ce soir était le dernier, le Rock Silver fermait durant les fêtes.


Un matin, au bout de trois jours de solitude (n'excluons pas Amande, mais avec elle, la conversation n'est pas très ... Bref), je n'y tint plus, je décidai d'appeler Lysandre, pour savoir si je pouvais les voirent.
À ma grande surprise, Ils étaient tous les deux d'accord pour aller se balader au parc, cet après midi.
J'appris aussi que Castiel viendrait avec sa petite cousine de 12 ans, cherry.

J'avais trop hâte de voir enfin quelqu'un!!!!

À deux heures, je les aperçus , je leur fis d'ailleurs un grand coucou!

Cherry était vraiment trop mignonne, avec ses cheveux marrons et ses yeux framboise!

Nous nous sommes baladé un bon bout de temps, le tour du lac en fait.

Mais tout a commencer quand nous avons vu un marchand de marrons chaud, j'en raffole littéralement!
À contre cœur, ou pas, Castiel et Lysandre sont allés en acheter.
Je restais donc debout sur l'herbe gelée (oui il avait neigé et le lac était recouvert d'une fine particule de glace) avec Cherry.
Celle ci qui avait l'air plutot calme, me regarda et m'afficha un sourire mauvais. Elle me dit:
"Castiel m'a dis que tu avais peur du feu, c'est vrai?
-Euh...
-Je vais le vérifier alors!".

Et sans que j'aille le temps de comprendre quoi que ce soit, Cherry me versa une bouteille de parfum sur la tête, et le liquide recouvra tout mes vêtements.
Puis, d'un seul coup, me balança un briquet allumer.

Et vous l'avez devinez, le parfum s'enflamma immédiatement, et moi avec.
Je ne compris que lorsque je vis le feu sur mon bras qui dansait .

Mon sang ne fis qu'un tour, mes larmes se mirent à couler de peur. Le seul moyen de l'éteindre était l'eau, et justement, on était au bord du lac. Je ne réfléchis pas, je courus dans le liquide en criant, même si c'était glacé, ça me sauvera de la mort.
Je plongeais donc en criant un horrible"KYAAAH" qui alerta les garçons.

Puis plus rien.

Quand je repris conscience de la situation, j'étais dans du froid, très froid, du gelé, mais du mouillé, et il n'y avait plus cette étouffante chaleur quétait la flamme, je me sentais libre. Mes larmes chaudes se melaient à l'eau de glace.

Je me laissais attirée vers le fond. J'étais bien...

Point de vue de Castiel

Je l'ai entendue crier, et j'ai vu une boule de feu plonger dans le lac.
Kaorin!

Sans réfléchir, je confiais mes marrons à Lysandre et me dirigeai droit vers le lac.

Je pouvais entendre Lysandre crier à Cherry:
"MAIS QU'EST CE QUI T'AS PRIS!?
-Castiel m'a dit qu'elle avit peur du feu, j'ai voulu voir à quel point.
-MAIS T'ES COMPLÈTEMENT FOLLE, ELLE EST PHOBIQUE DU FEU!PHOBIQUE! ELLE POURRAIT SE TUER À CAUSE DE SA PEUR!"

Je n'en entendis pas plus, je ne voulais pas.
Je m'enfonçai dans l'eau jusqu'au genoux, puis la taille:"Elle est glacée!".
Je m'apprétais à plonger quand une jeune fille surgit de l'eau en respirant d'un coup.
Kaorin!


Point de vue de Kaorin

Je ne pouvais pas me laisser aller comme ça, cette eau était agréable, masi très froide...Tellement froide, que je ne sentais plus mon corps.... Je me sentais si légère....


Mais, suis-je entrain de mourir?
De couler, ça c'était sur...

Non non non, je ne veux pas mourir comme ça. Je pris mon courage à deux mains et pris appuis sur mes jambes pour me propulser vers la surface.
La, quand ma tête sortit de l'eau , j'aperçus Castiel, qui me regardait éffrayé.
Je sentis mes yeux se fermer,et mon cors retomber dans le liquide gelé.
Castiel était la, je n'étais donc pas morte...

Je sentis une main m'attraper le bras et me tirer vers elle.
Castiel me tenait et criait mon nom:"Kaorin". Je perdis l'équilibre et il me rattrapa encore. J'étais appuyée sur lui, et j'avais dans mon chant de vision mon bras, ainsi que Cherry en arrière plan.Mon bras, je le revis enflammé, et Cherry derrière, qui de son regard morne m'observait, à coté d'un Lysandre affolé (Oui Maylinn, Lysandre peut aussi être affolé).
Je fis donc un lien, deux images, ou plutô;  trois apparaisserent dans mon esprit: Mon bras en feu- Ma maison qui brulait -Tamaki mort.

Je me mis à crier, désespérée et apeurée:
NON NON NON! JE NE VEUX PAS, PAS DE FEU, PAS DE SANG, PAS DE MORTS! JE NE VEUX PAS NAAAAAAAAN! C'EST À CAUSE DE MOI,TOUT À BRULER! BRULER! BRULER! BRULER! JE NE VEUX PAS DE FUE! JE NE VEUX PLUS LE CRÉER! JE NE VEUX PLUS DE MORTS! ILS SONT MORTS À CAUSE DE MOI! NAAAAAAAN NAAAAAAA...
-KAORIN, CALME TOI, C'EST BON!
-NAAAAAN"
Castiel me secouait alors que je délirais...
Comme il n'arrivait pas à me calmer, il me serra contre lui pour m'étouffer dans ses vêtements. Je pleurais.
"Naaaaaaan, je ne veux pas vous tuer, ne mourrez pas. Je les ai tuer, je...
-Tu n'as tué personne, arrète de délirer, c'est moi Castiel!
-Castiel?
-Oui Castiel!
-Ah, Castiel, l'homme aux cheveux de feu.
-L'homme aux cheveux de feu?
-Je ne veux plus tué personne..."

Sur ce, je sentis le noir et l'engourdissement m'envahir . Je m'évanouissais.
J'entendis Castiel m'appeler, mais trop tard, il était trop loin, je ne pouvais pas lui répondre.


Je flottais dans du noir.



Point de vue de Castiel

"kaorin! Kaorin! Mais bon sang, réveille toi!
-Kaorin!
Lysandre accourait, tenant Cherry par le bras. Il s'arreta au bord de l'eau.
-Elle s'est évanouie!
-HEIN! J'Y CROIS PAS, ÇA TIENT VRAIMENT PAS LES FILLES!
-Sors la de l'eau.
-Et comment?
-Porte la.
-HEIN?! Mais je..
-Porte la au moins jusqu'au rivage que je puisse la ^prendre ensuite, vu que tu ne veux pas le faire.
Je rougissais. Tant bien que mal, je me trainais dans l'eau portant une Kaorin froide et trempée jusqu'à la rive.
-Tu veux que je la prenne?
-Nan , c'est bon, j'suis assez fort pour me débrouiller seul..."

Je sortis de l'eau et posais la jeune fille par terre.

Elle avait une expression de peur et de désespoir, de tristesse aussi, et même peut être de remords. J'enlevais ma veste pour lui mettre sur les épaules, tandis que
Cherry s'approchait pour la voir et que Lysandre lui soutenait le dos.
Fallait avouer que le cuir lui allait très bien...
Je la pris donc dans mes bras, en jetant un regard noir à Cherry, qui prit son air innocent de petite fille (à 12 ans..).

Lysandre regardait Kaorin, d'un regard bienveillant et protecteur:
"Comme elle a l'air paisible et calme, c'est injuste ce qui vient de lui arriver, ajouta t-il en jetant un regard noir à ma cousine, qui fit semblant de rien.

Pendant tout le trajet, à pied, Lysandre sourit:
-Quoi, mais qu'est ce que t'as à la fin à te marre quand tu me regardes?
-Non non, rien, c'est juste que...vous allez bien ensemble.
-Hein hein, très drole. Pas ma faute si elle c'est jetée dans le lac.
-Non non, je sais..."

Nous continuames notre trajet jusqu'à chez moi.




Suite en dessous! Pensez à toujours regardez en dessous!


Dernière modification par kaorin (Le 17/05/2012)

 

Bavarde Messages: 441
Hors ligne
Le 16/10/2011 - #2 

 

Salut^^
Je dois te dire que ta fan fiction elle est pas mal du tout^^! J'aime beaucoup. Dommage que Kaorin n'a jamais eu de chance mais elle reste positive! Je l'aime beaucoup^^.
C'est vraiment un tés bon début. Ça se voit direct que tu as l(habitude d'écrire de belle fic! A quand la suite? Car j'ai envie de savoir comment elle va réussir à s'entendre avec Castiel!


 

Timide Messages: 384
Hors ligne
Le 22/10/2011 - #3 

 

Merci beaucoup; j'espere aussi que ma petite kaorin s'en sortira, mais je suis sure que Castiel craquera!

Reste a savoir quand... smile


http://fc02.deviantart.net/fs71/f/2011/329/9/8/c_k_by_mihio_san-d4h9nhe.png

Chap 4eme


Spoiler

J'arrivais chez moi, avec Kaorin sur le dos.
Mon jean était trempé, ma veste était sur ses épaules et J'avais froid (normal, en décembre...)

Lysandre appuya sur la sonnette de chez moi, Cherry faisait la tête à coté.
Ce fut ma mère qui ouvrit:
"Ah! Vous revoila!C'était bie...
Mis qu'est ce que c'est que ça? S'écria t-elle en découvrant ma protégée, elle a l'air mal en point, qui est ce?
-C'est une amie maman, on avait rendez vous avec elle au parc, et la, bah tu vois, elle est évanouie.
-Oh mon dieu! Va la mettre sur le canapé! Chéri! Chéri! Viens vite, nous avons une blessée!
Mon père accourut, suivit par le reste de ma famille( J e vous l'explique:

Moi, j'ai une mère et un père, Sophie et Thomas.
Maman a un frère, Louis, le père de Cherry, celle ci a deux grands freres jumeaux, Yoann et Alan , leur mère est Marie.

Mon pere a deux freres et une sœur, Jean, Paulo et Anna.
Jean a deux filles, Lucy et Alice.
Paulo a un fils et une fille: Lukas et Nami.
Anna a un fils: Ewen.

Voila.)

"Qui y a t'il Chérie? Un blessé, ou ça?
-C'est une amie de Castiel, elle est évanouie.
-Castiel, apporte la sur le canapé, pose la doucement.
"

La mère de Cherry apparut:
"Que c'est il passé, que lui est-il arrivé?
"Eh bien voila, Kaorin ici présente est pyrophobe, et Cherry, voulant tester sa peur , lui a lancé une bouteille de parfum qu'elle a ensuite allumée avec un briquet.Kaorin c'est alors jetée dans le lac pour éteindre les flammes, elle a paniquées et c'est évanouie . Je l'ai ensuite ramenée ici...
Tata regarda Cherry qui sortit un petit"ben quoi?"
Elle s'approcha d'elle et lui mit une de ces claques, vous auriez du voir, même moi j'aurais eu mal.

Cherry recula et ne dit rien, elle avait l'air vexée.

"Bon, va lui passer une couverture Castiel, et Lysandre, va chercher de l'eau.
-Ok"

Après s'etre occupé de Kaorin, nous sommes allés dans la cuisine pour boire un chocolat chaud avec tout le monde tandis que notre chanteus dormait paisiblement sur le sofa devant la cheminée.

"Je vais aller voir si elle va bien, dit Maman.

Arrivée dans le salon, elle dit:
-Mon dieu ce qui fait froid, et toi qui ressors du lac, tiens, je vais t'allumer la chaminée!"

Quand Maman revient, nous partimes dans une discussion passionnante sur le rock, notre passion à tous. jusqu'à ce qu'un cri retentit...


Point de vue de Kaorin

Je me réveillais sur un sofa, sous une couverture douillette. J'avais les yeux lourds. Je scruttais la pièce avec intéret jusqu'à ce que mes yeux se posent sur cette chose rouge et dansente .
Des flammes.

Mes yeux se remplirent de larmes et la je...
"HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH".

Castiel accourut suivit de Lysandre.

J'étais recroquevillée en boule sur le canapé, mes yeux coulants, la tête entre mes genoux, mes mains sur mes oreilles, tremblante.

"Kaorin!
-Castiel, monte la dans ta chambre! Sophie, éteint le feu s'il te plait!
Vite!
-Tout de suite Lysandre!"
Castiel me saisit alors que je larmoyait"ils sont morts à cause de moi, à cause de ça, non non non, je ne veux plus de morts, non non non, plus de morts."

Castiel ouvrit la porte de sa chambre avec un grand coup de pied et me lança sur son lit, puis nous enferma.
"KAORIN!
-Castiel? Je pleurais., J-J'ai mis le feu à la maison, sauvé vous, je ne veux pas vous tuer, j-je ne veux pas, no...
-Tu n'as tué personne, c'est un feu de cheminée, rien de plus, ce n'est pas toi qui l'a allumé, calme toi.

Je le regardais avec des yeux ronds
-Pas moi?
-Nan pas, ma mère, elle ne voulait pas que tu ailles froid.

Je souris malgré mes larmes.
-Oh lala, je suis soulagée, ce n'est pas ma...faute cette fois ci...non...pas ma...faute.
-Dis, raconte moi, ou sont tes parents, c'est pour ça que tu es comme ça non?

Je ne pouvais pas lui dire la vérité, pas à lui.

-I-Ils sont en voyage autour du monde depuis deux ans, et mon grand frere est dans une fac au japon, voila.
-Je vois, tu es donc seule chez toi, ça doit être dur...
-Oh non, je me débrouille, ça va..
-Ok...
-D'ailleurs, je vais rentrer, merci!
-Att..!"

Je me levais en trombe, je ne voulais pas croiser le regard de Castiel.
Je passais par la cuisine et m'arretais pour saluer tout le monde, et les rasssurer sur mon état.
Lysandre me regardait inquiet.(Et oui Maylinn, Lysandre est inquiet, mais Castiel aussi , tu sais.)
Ah nan lysandre, ne me regarde pas comme ça! Je rougissais.
Je lançais un petit "au revoir" mais un bras m'empecha de sortir de la cuisine.
Castiel.
Il me mit devant lui et posa ses mains sur ma tête.
"cette jeune fille est seule chez elle pour les fêtes, l'autorisez vous à rester parmi nous?
-Mais nan Castiel, je ne peut p..."
Tout le monde sourit et acquiesça , quelle drole de famille.
"Très bien, tu dormiras dans la chambre voisine de la mienne
-Euh ....Merci beaucoup! (J'avais l'impression d'être Torhu Honda de fruit basket)"
Lysandre me sourit, il était très beau. Alors que Castiel me montrait ma chambre, Cherry arriva devant moi et me dit "Pardon" puis s'en alla (la Voila ton excuse May xD).

Mias, je n'avais pas mes affaires! Et mon chien! MON CHIEN!
"Att-attends Castiel, mon chienest seul chez moi!
-T'as un chien toi?
-Oui, elle s'appelle Amande, mais j'peux pas la laisser seule, et mes affaire?
-Bon... Leigt! Lysandre! Opération récupérage d'affaires chez la demoiselle!
-Quoi, vous allez pas venir chez moi quand même?
-on va se géner!"

Et nous voila chez moi...
"c'est le bazar dis moi!

Merci, ça fait toujours plaisir...
-Bon, on commence par les fringues, oublier pas les meubels!
-Les meubles?


Attends la, c'est un vrai déménagement!?
-Euh Castiel, j'ai pas besoin de tout ça, j'te jure.
-Ah bon, trop tard!



Chap 5eme


Spoiler

"Euh Castiel, j'ai pas besoin de tout ça, j'te jure.
-Ah bon trop tard!"

C'est vrai trop tard, j'étais maintenant agenouillée au milieu du ne pièce vide. Seul mon lit et mon armoire, ainsi que ce qui ne me servirais pas dans une chambre restait sur place.
Lysandre était debout , appuyé contre un mur à noter des choses dans son carnet.
"Lysaaaaaaaaaaaaaaandre, dis lui que j'ai pas besoin de tout ça..., Dis je en m'accrochant à son T-Shirt.
-Bah, trop tard, c'est déja embarqué."

Déja embarqué!? Qu'est ce qu'il voulait dire par la? J'entendis un crissement de pneus puis un bruit de moteur, ou peut être l'inverse.

Je courais à la fenêtre. Je voyais Castiel qui me faisait des signes par la fenêtre de la portière:
"Vous rentrez à pied!
-Non, att..
-Ok à tout de suite!
-Lysandre, pourquoi t'as accepté?
-Il a aidé a faire le trajet de tes meubles, et il a eu l'idée de te loger pour noêl, donc en échange, il se venge, il est comme ça Castiel.
-Oui, mais toi aussi tu dois.
-Certes, mais ça ne me gène pas, ce n'est qu'a 20 minutes de marche, alors...
-Oui mais bon...
-C'était mon idée de faire le retour à pied.
-Comment?
-oui, comme ça ça t'évite les pires vengeance de Castiel.
-Il est si terrible que ça?
-Oj oui, je te laisse imaginer...
-Oh merci merci Lysandre, merci de m'avoir fait éviter ça!
-Mais de rien!"


Nous sortons et , au bout de vingts  bonne minutes, nous arrivons.

Avant même que Lysandre saisisse la poignée, deux têtes brunes ouvrirent la porte avant nous, et dirent en cœur:
"Kaorin! T'as chambre à eu un grand changement! Va vite voir!
-Euh...Alan, Yoann, j'y vais, merci smile.

Je monte en courant dans la chambre, et la, avant que j'ailles le temps de dire quoi que ce soit, j'aperçois Castiel allongé sur mon lit entrain de jouer avec Amande.Ils étaient trop choux. Il me dit:
"Et beh, c'était long! T'as rencontré ta grand mêre en route ou quoi?
-Euh...et bien désolée, en tout cas merci ppour tout..
-Hummmph, ce sera pas gratuis.
-Ah...euh oui, je sais, mais j'ai déja fais le retour à pied alors...
-C'était rien ça, tu vas prendre pire, j'te le dis.
-Euh...pire? J'ose même pas imaginé...
-Ouias, tu fais bien d'avoir peur, ça va être terrible!Ne crois pas que j'ai fais ça pour toi, c''est juste parce que Lus le voulait"

Sur ce, il pose Amande et se lève, pour quitter la chambre.
Je me retourne d'un coup,et le rattrape alors qu'il quittait la chambre.
"Castiel att..AAAAAAAAAAAAAAH!

Mon pied se prend sur le tapis et je perds l'équilibre. Je me rattrape alors à un machin noir et rouge qui, sous mon poids, se fait emporter, et vu que nos chambres se trouvent sur le palier, nous dévalons l'escalier du deuxième étage, très ridiculement, je dois l'avouer.

Nous sommes arrivez en bas dans un grand bruit...



Point de vue de Castiel



Aie aie aie... ça fait vraiment mal de dévaler l'escalier à deux,, surtout avec une naine qui ne nous protège pas du tout lors de la chute.

Le bruit a attirer Cherry et Alice, suivit de peu par Lucy.

"Kaorin! Tout va bien? demande Lucy, tu ne t'es pas fais mal?
-Euh non non, merci, je suis sur Castiel, il m'a protégé, mais c'est bon Castiel, tu peux me lacher."

Ah oui, c'est vrai, je tenais enore la naine dans mes bras, et lui protégeias la tête de mes mains. Je déssèrais mon entreinte, et Kaorin se leva.
"Au fait Kaorin, ça te dirais de venir faire tes courses de noël avec nous trois, histoire de faire plus ample connaissance?
-Euh oui, pourquoi pas euh...Alice.
-Super, alors on y va maintenant!
-A-Attendez, et Castiel, vous l'aidez pas?
-Pf, c'est pas des nanas qui vont m'aider."

Je me levais et allais dans la cuisine, rejoindre Lysandre et Ewen qui faisait un jeu de cartes.

"J'ai l'impression qu'elle te plait bien la petite Kao, me sortit Lysandre, concentré sur son jeu
-C'est clair, dit Ewen.
-Hein? Mais n'importe quoi!
-Arrète de mentir, on est pas aveugles.
-Pffff.
-Et quand tu te vengeras, comment?
-Je sais pas, j'y réfléchis.


Point de vue de Kaorin

On était dans la rue piétonne de la ville,  à rigoler et critiquer les vitrines. Je m'étais souvent baladé ici.

Les filles marchaient devant, et discutaient ensemble.

Je m'arrétais devant une boutique nommée "Aiguilles Enchantées", magasin de vêtements/couture/tissus.

En vitrine, il y avait une robe à bretelles vertes que j'aimais énormément.


Je restais la un moment à la contempler.


FLASH BACK

"Kaorin! Kaorin! Qu'est ce que tu fais? Viens vite, on a pas fini les courses? Kaorin?"

Tamaki revenait vers moi. C'était en septembre de cette année, il faisait froid, un peu déja, bref, on ne sortait pas sans pull. Tamaki marchait d'un pas frénétique en ressortant du super marché pour ne pas être trop trempé sous la pluie torrentielle. Je marchais derrière lui, me dépêchant aussi. Jusqu'à ce que j'aperçoive cette robe. Elle était très belle, verte à bretelle, assez courte.

Je pouvais rester des heures à la contempler.

"Kaorin, qu'est ce que tu fais?
-Hein...euh rien, j'arrive.

Tama me rejoignit.

-Elle te plait, n'est ce pas?
-Hein, euh, na, ne t'inquietes pas, je faisais juste regarder, c'est tout.
-Hum...alors elle te plait .
-Nan, mais ça ira, ne t'en fais pas, je n'en ai pas besoin!
-Hi hi hi, tu l'auras, pour noël, tu l'auras...
-Mais Tama, ce n'est pas la peine, on a pas l'argent d'ailleurs.
-Et alors, je peux bien te faire un petit plaisir pour noël quand même!
-Eh bah, merci alors."

Il se retourna en souriant, et reprit son chemin.
Je soupirais, il étai vraiment gentil.

------------------------------

Tama était mort depuis 4 jours, j'entrais dans le magasin.

Je demandais au vendeur de laisser la robe dans la vitrine, en souvenir de Tama. Il accepta, tout en trouvent ça bizarre.


FIN DE FLASH BACK

"Kaorin, tout va bien?
Je sortis de mon flash back;
-Euh oui oui, me voila.
-Tu rèvais sur cette robe , n'est ce pas?
-Euh, on peut dire ça.
-Elle te plait!
-Euh, oui, mais oubliez ça. On y va?"
Je pris les filles par les bras en souriant et nous continuames notre route au course de noël!


Point de vue de Castiel


Les filles sont rentrées apres une longue balade en centre ville, du shopping, obligé.
Ah les filles...

J'étais toujours avec Lys' et Ewen, les jumeaux nous avaient rejoins.

Kaorin avait l'air pensive.

"Ouh la la, elle te plait on dirait!
-Mais que dalle!
-Ouh ouh ouh!
-Arrêtes de te marrer Lys'!"


Lucy me prit un peu à l'écart pour me dire quelque chose.


Point de vue de Kaorin


Noël finit par arriver. La fête de la veille, le réveillon ce passa super bien: Comique, Agréable et Familial!

Le lendemain, je fus la première debout, à préparer le déjeuner pour les autres.
Le fait de dormir chez une grande famille me rendait nerveuse.

Les gens se levèrent les uns après les autres, sauf Castiel, qui ne se levait pas. Au bout d'une demi heure, Lys' suggéra qu'on aille le réveiller.

Vu que j'étais la seule à avoir finis de manger, je me portais volontaire.


Sa chambre était sombre, avec des murs gris et rouges, une moquette noire et des rideaux assortis.
Au milieu trônait un lit ou jeune homme dormait.
Je l'appelais dans un premier temps.
D'un coup, je fus prise de sadicité:
je commençai à lui souffler dessus, à le chatouiller, à lui enlever la couverture. Sauf que ma joie se retourna contre moi.

Un bras puissant m'attrapa et me plaqua contre un corps chaud et torse nu.
J'essayais de me débattre, mais un deuxième bras viens me serres.
J'entendis un petit" Tu vas mourrir toi..."
Mourrir étouffée? Ah nan!
Pas question.
je me débattais de plus belle, de sorte que Castiel se retrouva au dessus de moi. Il me regardait comme quelqu'un pas content d'être réveillé de force; Je rougis, il était vraiment beau.
"Euh castiel, tout le monde t'attend, tu sais?-
Bah vas y , j'arrive"
Je me levais et il se réaffala sur son lit dans un grognement.



Chap 6eme


Spoiler

Castiel arriva un peu plus tard, torse nu.
Y'a pas à dire, il était vraiment beau.


Chacun commença à déballer c'est cadeau, dans la joie et la bonne humeur.

Je ne m'y attendais pas, mais mes cadeaux plaisaient beaucoup.
Tant mieux!

Je découvris en dessous du sapin un paquet à mon nom.
Il était entouré d'un papier doré et d'un ruban noir. Élégant.
Je l'ouvris, et la, je ne sus retenir ma joie et mon émotion.

La robe verte!

Je me jetais dans les bras de Lucy et Alice:
"Merci les filles!
-Eh, mais c'est pas nous!

Je me jetais sur les jumeaux et Ewen
Est ce vous?

Négation de leur têtes.
J'offrais un bisou à Lysandre:
C'est toi?
-Mais pas seulement!
-Ah oui, qui d'autres?"

Il désigna le roux du diogt.
Celui ci faisait la moue.

"Tu ne vas pas échapper au baiser Cast'!
-Pff essaye toujours."

Le temps passait, il y avait de l'ambiance, si bien que Castiel avait oublié mon but.

Alors qu'il rigolait avec Ewen, je me jetais sur ma proie.
Je lui saisit la joue, me penchais et la, hop!

J'avais réussi!

Castiel rougit se leva et commença à me courser.

Je montais les escaliers quatre à quatre.
Castiel sauta et me plaqua au sol.
"Tu vas mourir, effectivement!
-Nan , je veux pas
-Comme si t'avais le choix!
-Et tu vas me faire quoi?

Sourire en coin.

-Ça!"


Il me saisit les poignées et enfouit sa tête dans mon cou.
UN suçon? Non, ça mordait. UNE MORSURE! IL SE PRENAIT POUR UN VAMPIRE OU QUOI?

"Nan Castiel, arrête.
-Hummmmmmmm
-Castiel!
-Laisse moi, je suis bien.
-Castiel...aïe!"

Il mordait encore plus fort, et ses bras m'entouraient maintenant. Je voulais me débattre, mais une force inconnue m'en empêchait.



Quand il me lacha, je redescendis, toute décoiffée.

"C'étais dur de lui échapper...
-Pff, t'es vraiment facile à rattraper."

Je pris un coussin pour le lui jeter en pleine face. Il rigola.


On était de corvée de vaisselle Cast et moi;
Sauf que j'étais seule à la faire...

Point de vue de Castiel


Hop la, une vaisselle de moins!

"Je savais pas que tu étais du genre à faire des cadeaux à tes rivaux Cast?
-Pf, Chut, en échange elle est de corvée de vaisselle seule.
-Hihihi, tu es vraiment drole comme gars.
-..."



Point de due de Kaorin

Pfffff vaisselle finie. Je vais aller essayer la robe.


Elle m'allait bien.


Je passais quelques derniers jours chez Castiel, mais la vaille du nouvel an, je réemménageais chez moi. Castiel et cie sortait pour le nouvel an.



J'étais donc chez moi.

Pour le nouvel an, j'avais prévu d'aller au Rock Silver, qui étais désert, pour aller jouer sans crainte de déranger les voisins de la musique.

Je défaisais mes valises.
Je retrouvais la veste en cuir de Castiel dans mes affaires; Je lui réapporterrais tout a l'heure.


19h. Castiel n'allait pas tarder à y aller. J'enfilais la robe, un manteau gothique long noir et mis des oreilles de chat sur la tête, ma guitare sur mon dos. J'irais directement au café après.Je mis Amande en laisse.


Ding dong8 Castiel m'ouvrit:
"Oui?
-Euh, voici ta veste que tu avais oublié dans mes affaires.
-Ah oui merci.
-Tu vas chez tes grands parents pour le nouvel an?
-Je ne sais pas si on va y aller....Et toi?
-Je le fête avec ma famille!
-ah ok, bon nouvel an.
-Merci!"

Sur ceux, il ferma la porte.

Il n'avait pas réagi... Je lui avais dit que ma famille était loin de moi.
Il avait du oublier. Tampis.


Je me mis sur la cène du Café, j'ouvris ma guitare et sortis les enceintes et la chaine hifi. Si Tama avait été la, on aurait fait les 400 coups et de la musique toute la nuit; Mais voila...j'étais seule.

J'avais un enregistrement de nos morceaux à Tama et moi. Je le mis dans la chaine et commença à l'écouter...


Point de vue de Lysandre

J'étais dans le salon, à m'observer dans la glace une dernière fois.

"C'étais Kao?
-Oui.
-Elle fête le nouvel an avec qui?
-Sa famille.
-Sa famille, ok."


Sa famille? Mais elle n'a plus de famille!

"Et t'as rien dis?
-Bah nan, elle le fête avec qui elle veut.
-MAIS SA FAMILLE EST LOIN D'ELLE, AUTOUR DU MONDE! ELLE EST TOUTE SEULE LA!
-Toute...seule?
-BAH OUI!
-Ah...merde.
-On annule pour ce soir, on va avec elle.
-Hein?"
Trop tard, je m'étais déja précipité dehors.

"Ou vas tu Lysou?
-Je vais sauver une amie, je ne viendrais pas chez mamie, excuses toi pour moi!
-Très bien.
-Je l'accompagne! dit Cast.
-Prends ta guitare!
-Lysou, soit prudent!
-Oui Maman, t'inquiètes pas!"

Alors qu'on sortait en courant, on croisa Ewen les jumeaux, les deux sœurs et Cherry. Tous nous accompagnèrent, ainsi que Leigt.


On se dirigea en courant vers le café, sous la neige qui tombait à gros flocons.


Point de vue de Kaorin

J'avais mangé des nouilles instantanées, pour pouvoir payer une patée de luxe à Amande, qui la dévorait avec plaisir visible.


Je mettais mise à jouer nos classiques à Tama et moi.

C'était sympa, jusqu'au moment ou une chanson ou mon frère chantait en solo arriva. Je me suis mise à chanter à sa place. Mais au fur et à mesure que elle avançait, ma gorge se serrait. Je finis par tomber à genoux, éttoufer de larmes. Amande me regardait en couinant.
"Ça le fait vraiment pas avec une voie de fille, c'est mieux si c'est un garçon...

Je serrais mes bras autour de mes genoux. 2eme vague de larmes.

-Vraiment pas..."
Ça y'est, je n'en pouvais plus. Désolée Amande de devoir t'infliger ça, vraiment pardon, mais je ne peux pas me retenir.


Mais d'un coup, une voix masculine apparue derrière moi, et chantait avec exactitude les paroles.Tamaki?
Non, je me retournais et aperçus Lysandre( As tu remarqué May, j'adore le verbe apercevoir!) qui montait sur scène.

"Lys', tu....
-Oui, j'avais entendu cette chanson il y a deux ans dans la rue, et je l'adore, donc je la connais par cœur."

Il essuya mes larmes, et son sourire voulait dire" ne pleure plus, nous sommes la".

Je baissais à nouveau la tête, mais d'émotion, pour me relever et me jeter sur la seule personne devant moi. Lysandre, surement.

Manque de bol, c'était Cast..
Ce geste fut beaucoup rire la galerie, et notre réveillon se déroula avec joie, musique et bonne humeur;
Cherry ne quittait plus ma chienne.


Vers 3 h du mat, nous décidâmes de dormir ici? bien fatigué, déja.

On prit les coussins des fauteuils pour dormir dessus.

Lysandre dormait à coté de moi, Lucy très proche de lui (L'aimait elle?), de l'autre coté il y avait le roux. Les jumeaux et Ewen dormait avec Cherry qui serrait Amande. Leigt était à nos têtes, et Alice était à cotés des jumeaux.

Une bonne petite troupe. Merci à tous, c'est tous ce que j'avais à dire.


Au milieu de la nuit, j'eu un peu froid, et me tournais pour me blottir contre le point chaud le plus proche de moi.

C'était une personne.
Je passais ma main dans ces cheveux, à l'aveuglette. Ils étaient un peu long. Je descendis le long du cou, puis remontait sur la joue, le nez et les lèvres; Ça ne dut pas plaire à mon voisin car je reçus un coup de dents. Castiel.
Alors que j'essayais de retirer mon doigt endoloris, deux bras vinrent me serrer.

Arf, j'étouffe, mais je suis au chaud.

La première nuit de l'année fut belle.

Je fus réveillée par de l'eau glacée sur le visage. J'ouvris les yeux en sursaut;
Mon patron était au dessus de moi et me souriait.
"Alors, on a fait la fête toute la nuit?
-Euh... boss, je suis désolée...
-Mais il n'y a pas de quoi, tu peux venir au Rock Silver quand il te plaira!
-Merci !"


Je réveillais les autres et nous partimes.
Le patron m'avais vu dans les bras du babouin, que faire?

Bref, on reprenait les cours le lendemain, alors ça promettait d'être bien!



Chap 7eme


Spoiler

C'est la rentrée des vacances d'hiver, on commence par Histoire;

Castiel n'est pas la, en retard, probablement.

Le prof est content: il a quelque chose à nous dire:
"Très chers 2ndE, je sais que c'est étrange à cette période de l'année, mais voici Mlle Ayatsu Toteki, votre nouvelle camarade.
Une jeune fille aux cheveux roses et bouclés se tenait sur l'estrade, portant une robe rouge et une gavroche signée les Windged Skulls.

-Mlle Toteki, vous allez vous mettre à coté de Mlle Kagatsuki. Kaorin, levez vous je vous prie. "
Je me levai et fis un signe à Ayatsu. Son prénom me disais quelque chose.

Elle me rejoint dans un petit bonjour.

Elle me regarda un instant et ajouta:
"Dis moi, tu n'avais pas une cousine qui s'appelait Sue?
-Euh si pourquoi?
-Je suis son ancienne meilleure amie, Aya, tu te souviens de moi, je suis venue une fois.
-ah oui, ça y'est je vois qui tu es! Enchantée Aya!
-Et bien pas moi, à cause de toi, Sue est morte.
-Euh... je...(les larmes me montaient aux yeux, je ne savais plus quoi dire.)"
Heureusement, Babouin fit une entrée fracassante à ce moment la.
"Bonjour , scusez pour mon retard!
-Mr Macbell, au lieu de faire l'idiot, aller vous assoir tout de suite!
-Très bien Mr Faraize."

Il arriva vers nous.
"Et beh Castiel, t'es encore en retard.
-Pour la bonne cause Lysandre!
-Et t'étais ou?
-J'étais parti chercher les 4 places que j'avais réservé pour le concert des Windged Skull!
-Pardon?
-Tu as très bien entendu Kao, les Windged Skull!
-LES WINDGED SKULL?
-Euh... t'es qui toi?
-A pardon, je suis Ayatsu, une nouvelle, et grande fan des Windged Skull!
-ah euh ok, salut alors!
-Enchantée."

On fut interrompus par le prof.

À midi, je donnais rendez vous à Aya pour lui expliquer les circonstances:
"aya, ici, personne ne sait que ma famille est morte: Tama étudie au Japon, Papa et Maman sont en voyage autour du monde, et Sue et tous mes autres cousins sont au Canada et aux Etats Unis.Il n'y a qu'une personne au courant.
-C'est le roux?
-Castiel?
Oui lui! il est trop beau ce gars!
-Nan, c'est l'autre, Lysandre.
-OH! Il est mignon aussi!
-S'il te plait ne dis rien.
-Hummm
-S'il te plait.
-et qu'est ce que j'y gagne?
-tout ce que tu veux.
-Très bien, dans ce cas,n'approche plus Castiel et Lysandre ils sont à moi!
-Euh...
-Oui, coupe les liens!
-Mais..
-Tu veux que ton secret soit gardé ou pas,
-...
Je pourrais très bien dire à tout le monde que tu as tué ta famille!
-Ok, d'accord..
-Super! J'ai aussi cru comprendre que Lysandre était ton confident, ne lui dis rien sur notre entente, sinon (elle mima un coupe gorge avec son doigt)
-Ne t'inqiète pas..
-Génial!
-Kaorin?
-Castiel?
-Oh! Catiel! Je suis une amie de la cousine de Kaorin, viens on va parler des Windged Skuull!
-Euh.. ok!
"

Castiel n'avait pas l'air emballé, mais il y alla quand même.

L'après midi, je ne pus les approcher que peu, et le lendemain se fut impossible. Je me rapatriais donc chez les filles, et de leur bouches, j'appris que Aya mentait à mon sujet: Je n'étais plus pucelle, je frappais mes petits copains, je les forçaient à sortir avec moi, ect...

Le plus gros qu'elle aille fait, ce fut de dire que je restais avec les gars de force, et que je n'aimais pas ça. Il ne m'adressèrent plus la parole.

Je restais avec Rosa et les fille,  amis vite, elles se retournèrent aussi contre moi.

Je tenais compte de tout ça dans un petit tas de papiers, appelé "Lettre pour Tama", que je stockais dans une boite blanche, couleur favorite de mon frère.


J'étais seule en cours, seule à midi, seule tout le temps, mais j'avais l'habitude, ça ne me faisait rien par rapport à ce que j'avais vécu.


Un soir, une limousine noire attendait devant le lycée, une dame richarde attendait devant. Tante Marie! C'était la sœur avec laquelle ma mère ne s'entendait pas du tout, si bien qu'elles ne s'étaient plus jamais parlé après ma naissance. Mais je l'avais revue déja.


Elle revint pendant deux jours après, et me suivit même jusqu'à chez moi.


Un soir, elle m'aborda:
"Kagatsuki Kaorin?
-Tante Marie!
-Un peu de mannières j e te prie.
-Euh, bien ma Tante.
J'ai pris une décision, je vais t'adopter et faire de toi une fille de bonne famille


De quoi? J'allais vivre chez Tante Marie, la richarde de la région Je n'avais pa trop le choix, alors j'acceptais; De toutes manières, je ne manquerais à personne, autant commencer une nouvelle vie.

-Très bien, je viendrais te chercher demain à 19h ici.
-Bien, au revoir ma Tante.
-Humf"

Sur ceux elle partit.

Demain...

Je fis un rapport dans mes lettres, ainsi que de ma tristesse, et que de mon soulagement. Je n'aurais plus à souffrir loin des autres.

Le lendemain, je fus prete, je pris juste avec moi Amande, ma guitare et le violon de Tama.

Je laissais ma robe verte et m le reste ici (photos d'avec les gars, ect).

Je voulais faire une croix sur mon ancienne vie.

À partir de maintenant, J'étais Kaorin Okumiya.


J'avais précisé à mes profs que je ne voulais pas qu'il parle de mon départ. Ils ont trouvé ça étrange, mais m'ont promis de le faire.


J'embarquais pour ma nouvelle vie à bord de la limousine noire, n'écoutant qu'à moitié les règles de ma nouvelle vie.


La villa était immense, j'avais une chambre triste et vide. Je suivrais des cours de bonnes manniêres des le lendemain, pour apprendre à être une femme de la bonne société à être la fille parfaite que ma tante avait toujours voulu.



Plusieurs jours passèrent ou je m'éfforçais d'oublier tout le monde et de me concentrer sur mon but de bonne fille. Je n'avais rien d'autre de toute façon.

Je me résignais à envoyer un sms à Lys, quand même:
[. Bonsoir Lys.Va lire les "Lettre à Tama" dans la boite blanche sous mon lit, la porte est ouverte. Adieu


Ps: Ne les montres pas À Castiel, je t'en supplie.]

Voila, je l'oublie, mais juste comme ça, il connaitra les causes de mon départ.


Point de vue de Lysandre


Les Lettres à Tama? Sous son lit?

Oui, je les ai trouvées, et lu d'ailleurs. Mais pourquoi à-t'elle fait ça,pourquoi?

Je pleurais?. Dans ces lettres, elle expliquait le pacte avec Ayatsu. Son déménagement. Ses tristesse. Moi qui croyais tout savoir... Je n'en savais rien dut tout.

Elle avait précisé, que si j'avais lu ces lettres, de ne pas les montrer à Cast, de les bruler et de les dispersées dans la plaine ou il y avait sa cabane et le rosier de son frère. Je ne pouvais pas ne pas les montrer à Castiel, ce que je fis d'ailleurs, et lui aussi pleura, en serrant les lettres dans ces mains, pret à les déchirer.


Celui ci parti comme un fou, je ne sais ou. La chercher surement...


Point de vue de Kaorin


Lysandre m'avait envoyé un sms, enfin, il me parlait, via portable, mais il me parlait.
[Désolé, je n'ai pas pu retenir la bête, je vais aller bruler ces lettres, promis.]


"Retenir la bête?"

De quoi parlait -il?

J'en savais rien, m'enfin bref.

J'étais en petite chemise de nuit blanche à bretelle ornée de dentelle, et je m'apprétais à me coucher. J'entendis un crissement dee pneus, ma Tante crier.

Je me levais et me précipitais à la fenêtre:
"Ma Tante, qui y'a t'il?
-C'est une éffraction de domicile, ressortez tous de suite, sortez de chez moi! Sortez!

Apprement, une personne c'était introduit.


J'entendis une bonne crier, signe qu'il était dans l'escalier. Je me retournais, car je l'entendais approcher. Je m'apprétais à ouvrir ma porte pour espionner, mais je n'en eu pas le temps, car elle s'ouvrit avant moi.


"KYAAAAAAAAAH"

Une bête rouge se précipita sur moi, m'attrapa les poignets et me plaqua sur le lit.

"C-Castiel?
-KAO, POURQUOI T'AS FAIS ÇA?
-Euh, Castiel tu pleures?

J'attendais une négation de sa part.
-Oui je pleure..
-mais pourquoi?
-À CAUSE DE TOI J'AI FAILLIS GÂCHER UNE PLACE DE CONCERT!


Ça fait toujours plaisir à entendre...

-Et pourquoi tu m'as rien dis?
-Sur quoi?
-Sur ta famille...
-Je ne voulais pas que ça se sache."

Il enfouit sa tête dans mes cheveux, qui avaient un peu poussés.
"Kao...Ne me recâche plus jamais quelque chose...
-Promis...

Je fermais quelque secondes les yeux de soulagements.

"Aiiie! Castiel, qu'est ce que tu fous?
-V'me venve!

Il avait avait maintenant ses dents sur mon cou, et mordait très fort.

-Mais de quoi?

Il me relâcaha.

-Du fait que je me sois déplacé pour toi.
-Eh, mais je t'ai rien demandé moi!
-Nan, mais au fond de toi, tu voulais que je vienne te chercher.
-Hein?
-Fais pas l'innocente, j'ai lu les lettres, et je suis parti comme une furie après.

C'était ça que voulait dire Lysandre, retenir la bête?

-Bon on y va?
-Ou ça?
-Chez nous!
-On rentre?
-Ouep!
-Hors de question que vous partiez d'ici!

Ma Tante se tenait à l'entrée de ma chambre, et nous voyait , Castiel couché sur moi, qui la regardais comme Mme-Je-m-incruste-quand-il-faut-pas-et-je-décide-pour-Kao, et moi an dessous rougissant.

-Kaorin reste ici, elle est ma fille...
-Adoptive.
-Comment?
-Je suis ta fille adoptive, forcée d'ailleurs, je n'ai pas eu le droit à mon avis.
-Quoi?
-Quoi quoi?
-Tu restes ici!
-Nan, je pars.
-Comment?
-Je pars.
-Après toutes les bonnes éducations que je t'ai fourni?
-Ah bah la bonne éducation, je veux vivre comme une jeune fille de 15 ans, et non comme une comtesse!
-Dans ce cas la je te renie!
-Tant mieux!Viens Castiel, on y va.
-Hein, euh ouais.
-Tu n'as pas à faire ça, je t'ai éduqué!

Je me retournais, bouillonnante de colère.

-TOUT CE QUE VOUS AVEZ RÉUSSI À FAIRE, C'EST DE MALTRAITER MAMAN! VIENS CASTIEL, ON SE TIRE D'ICI!
-Yes, j'aime quand t'es comme ça!"

Cast' me prit par la main et m'entraina vers sa moto.
Attendez la? Une moto?
Oh non, Tama est mort en moto!

"Euh Castiel, tu sais, pour la moto..
-Je sais, mais on ne vas pas mourir, t'es avec moi!

Il me mit un casque sur la tête et me plaça derrière lui sur la moto.

-ONLY GO!!!!"


Il démarra à toute vitesse


Il roulait très vite, très très vite. Je m'agrippais comme je pouvais au t-shirt de Castiel; Je me sentais glisser.

J'avais perdu l'habitude de la moto, et je m'étais surtout promis de ne jamais remonter dessus après l'accident de Tamaki, jamais.

Mais voila, je n'avais pas trop le choix, donc...

Mais mains glissaient de Cast, et à plusieurs reprises, il du me les rattraper et les remettre sur son ventre. À un moment, il ralentit, et moi, haletante, j'avais la tête qui tournait. Dès qu'il fut arrêter il m'aida à descendre et m'assit sur l'herbe qui était sur le bord de la route.  J'haletais.

"Ça va?
-O-Oui, Je vais bien, juste que je n'ai pas l'habitude de la moto.
-Ah bon? T'es vraiment une fille, toi, tu connais rien au trucs biens, à part la musique.
-Nan, c'et juste que je n'aime pas ça, j'en faisais avant.
-C'est bien ce que je dis, t'as arrêté car tu savais pas apprécier la moto à sa juste valeur.
-...
-quoi?

Je mis ma tête dans mes bras et la posais sur mes genoux.

-Tama s'est tué en moto, et j'étais derrière lui.
-Ah oui, c'est vrai, désolé.
-..."


Il y eu un gros blancs, un silence, un vrai de vrai, seul les oiseaux et les hiboux faisaient du bruit, la route était déserte (en même temps, il devait bien être 23h )

"-Bon, on devrait y aller, on a fait à peine 4 kilomètres sur 17.
-Euh, oui, je vais essayer de tenir.
-Pas sur que t'y arrives t'es une fille.
-Gna gna gna."


Nous nous sommes dirigés vers la moto couchée par terre. En la relevant avec précautions, comme si c'était une femme, Cast m'a demandé ou j'avais mis Amande.

"Elle est chez la petite fille du gérant du Rock Silver, avec le violon de Tama, ma guitare et mes tenues.
-Ah ok."

Nous sommes remontés, et nous avons roulés longtemps, très longtemps. Enfin c'est ce qu'il me semblait, car en vérité, Castiel roulait tellement vite que on a du mettre peut être 10 minutes, grand maximum.

Quand nous sommes arrivés dans la ville, Castiel tourna devant le lycée. Il y avait des voies et des lampes torches allumées. Nous nous sommes arrêtés, et la, les lampadaire devant le lycée se sont allumés. À ma grande surprise, tout le monde était la à nous attendre. Tout le monde:
Rosa, Melody, Violette, Kim, Lysandre, Leigh, Iris, Ayatsu et Sasha, la petite fille du gérant, accompagnée de Amande et Cherry.
Je descendis et Rosa me sauta dans les bras ainsi qu'Iris. Je les serrais très fort toutes les deux, en pleurant avec elles, qui s'excusaient pour ce qu'elles avaient cru d'Ayatsu.
Ce fut le tour de Leigh de s'excuser, même s'il n'était pas trop mêlé à tout ça, il disait avoir suivit le mouvement. Melody me prit les mains et s'excusa, elle était sincère aussi. Violette, très timide, dit un petit pardon touchant, et Kim, avec qui elle était amie depuis toujours, passa ses bras autours de ses épaules et lâcha un petit "S'cuse moi petite" accompagné d'un sourire colgate.
Ce fut avec Lys' que je fus touchée. Il s'avança vers moi avec un petit sourire et puis passa ses bras autour de moi. Il me serra si fort que mes larmes ressortirent, silencieusement. Il pleurait aussi. Castiel nous sortit de notre câlin avec lassitude. Je tournais la tête vers Cherry, qui me regardait hésitante. J'opinais, et elle se jeta dans mes bras, que j'aimais cette gamine.

Sasha me souria et me tendit la laisse d'Amande qui jappait joyeusement. J'aperçus Ayatsu, qui dans son coin avait les larmes au yeux. Je pouvais ressentir toute la haine qu'elle m'envoyait.

"Aya, disais je
-Pourquoi? Pourquoi, Pourquoi vous êtes amis avec elle, elle a tué toute sa famille, et elle vous tueras aussi!

J'eus un mouvement de recul. Lysandre m'arrêta, il passa son bras sur mes épaules, et Castiel mit son bras sur mes cheveux.

-Oui, on sait tout ça.
-Excuse nous Kao, mais tout le monde ici le sait, et moi la première à en être désolée, fit Rosalya.
-Ce n'est pas grave, je n'aurais plus à vous le cacher.

Lysandre reprit la parole.

-Et alors, qu'est ce que ça peut nous faire, c'est du passé, et Kaorin vit au présent, elle fait partie de notre bande.
-Nan…Nan, nan… Vous êtes mes amis à moi!

Castiel s'approcha de la boule de colère rose.

-À toi? Les tiens? On est pas ta propriété je te signale!
-Cast…
Alors ne fais plus de mal à Kaorin!
-Castiel, tu t'inquiètes pour Kao  maintenant? Demanda Iris
-Nan! C'est juste que Kaorin est ma propriété vu qu'elle vit chez moi! Et je récupère toujours ce qui m'appartiens! Toujours!
-Mais…
-Je rêve la!? J'vais devoir vivre chez toi?
-Bah ouais, j'ai perdu les clefs de ton appart, alors j'ai tout déménagé chez moi, dans la chambre d'amis.
-Quoi?!

Je me souvenai à l'instant du bazar que j'avais laissé en partant.

-OMG!
-Tu peux le dire, c'était le bordel.
-T'AS PAS FOUILLÉ PARTOUT AU MOINS? T'AS PAS PIQUÉ MES SOUTIFS ET MES CULOTTES?
-Mais nan, à part les jolis gothiques rouges..
-Nan, c'est mes préférés!
-Hé hé!


-Euh je voudrais pas vous interrompre, mais on frise le minuit, et j'dois rentrer. Dit Rosa.
-oui nous aussi, dit Lys
-Idem pour nous.Dit Kim pour elle et Violette
-Moi aussi, dit Melody.
-Tiens, Amande, ne l'oublie pas, je dois filer. Sortit Sasha en me faisant signe de la main.
-Bye à tous!Dis je avec un grand au revoir du bras.

Je recevais quelques bonne nuit, et Castiel prit Cherry dans ses bras, puis la mis sur la moto, qu'il commença à pousser vers chez lui.

Avec Amande dans les bras, je me retournais une dernière fois vers Aya, bouillonnante de rage.

-Je vous déteste tous!
-Et nous aussi, dis Castiel, lassé."

Blessée, elle partit en courant.
Je rejoignis Castiel en vitesse, car il était tard et il faisait froid. Et oui, de un, j'étais pieds nus, de deux, j'étais en chemise de nuit courte et fine.

Arrivé chez lui, je lui dis encore merci, mangea un morceau et partit me coucher avec Cherry qui dormait avec Amande en boule contre elle.

Elle repartit le lendemain. Je fis aussi connaissance de Ethan, le grand frère souvent absent de Castiel.

Commença alors une semaine sans Ayatsu, qui était partie comme elle était apparue.



Suite en dessous! Pensez à toujours regardez en dessous!


Dernière modification par kaorin (Le 17/05/2012)

 

Perdue dans le couloir Messages: 3
Hors ligne
Le 30/10/2011 - #4 

 

C'est une tres belle fic, j'aime beaucoup. Le passage ou Kaorin a peur du feu ou alors quand elle pense à son frere, j'étais tres emue, et ça m'a fait penser a la fic de mzellenodoka, quand nodoka pert nathaniel.

En tout cas bravo, j'adore!


 

Timide Messages: 198
Hors ligne
Le 30/10/2011 - #5 

 

Bonjour, Bonsoir,
Ta fiction est émouvante, je la trouve originale, pas trop de fautes (il y en a juste quelques unes), et elle est si belle ...
Je me demandais, pourrais-je être prévenue ?
Merci d'avance pour ta réponse.
Amicalement,
Lallyssa.


 

Timide Messages: 384
Hors ligne
Le 30/10/2011 - #6 

 

Owi, merci pour l'idée des prévenues Lallyssa, je suis en train de faire le chap 3, mais merci, ça me fait vraiment plaisir smile

http://fc08.deviantart.net/fs70/f/2011/329/0/3/k_by_mihio_san-d4h9nor.png

Chap 8eme


Spoiler

[c]À tous mes anniversaires, j'étais toujours accompagné de tous mes amis. Il y avait même des filles, mais jamais de personnes très proches de moi au point de celle ci.

Elle serrait la, je le sais.
Je la verrais.

L'aimais-je?

Peut être...

Cet anniversaire en sera la réponse
[/c]

"Kao debout, allez debout."

Je me penchais sur elle, elle dormait vraiment bien.

"Allez lève toi.

J'étais assis au bord de son lit.

-Ok, j'ai compris:

Je mis ma main sur ses cheveux, me baissa tout près d'elle , puis lui murmura à l'oreille.

- Il est l'heure de te lever Chaton."

L'effet fut immédiat:

Elle ouvrit les yeux et se redressa en me collant un coup de boule.Et tout ça en moins d'une seconde.

"Wouaïe!
-Ne m'appelle pas Chaton!
-Héhé, désolé, c'est l'entendement du défi!

Et oui, on avait fait un pari, un défi plutôt sympa d'ailleurs.

FLASHBACK

"Dis Kao, si on mettait un pari en jeu?
-Quel genre de pari?
-Et bien, à celui qui signera le plus d'autographes après le concert du café.
-Ok, ça marche.
-On met quoi en jeu?
-Et bien, si je gagne, tu te teins les cheveux en blonds pendant une semaine!
-Berk! Et pour toi, je t'appellerais Chaton autant de temps que je voudrais!
-Chaton?
-Ouais, comme une grand mère!
-Ah nan, c'est glauque comme nom?
-Ouais, c'est pour t'embêter bien sur.
-Si j'avais pas deviné....
-Ah ah!"

Pendant le concert, Castiel avait été allumeur, il s'était même mit torse nu. Kao, elle avait chanter du mieux qu'elle pouvait.

Lors des signatures, Castiel mettait des cœurs à toutes les filles, et Kao souriait du mieux qu'elle pouvait.

Ils avaient aussi parier sur la couleur du ruban accroché au micro de Kaorin.

Verdict:

Castiel avait signé 56 et Kao 49
Le ruban était noir et pas bleu.

Castiel avait gagné les 2 défis!

FIN DU FLASHBACK

Point de vue de Kaorin

J'avais perdu le pari, et aujourd'hui, 20 janvier, c'était l'anniversaire à babouin.

Comme gage pour le jeu du ruban, je devais lui servir de serveuse ( c'est le cas de le dire) pour toute la journée.

"Allez, endosse ton costume CHATON!
-Quel costume?

Il me sortit une soubrette noire stylisée avec des collants jacquards rouges, des bottines, des oreilles et une queue de chat noir ainsi qu'un collier à grelot vide rouge.

-Ça, avec un tablier!
-Quelle horreur…

J'étais atterrée, ce bo*ffon avait tout prévu?

-C'est pas vrai, d'ou tu sors tout ça?
-C'est ma mère qui les avait.
-Ah ok…
-Bon grouille toi, il est déjà 8h30, faut que tu fasses le gâteau!
-Mais chuis pas la bonne!
-Aujourd'hui si."

Il partit pour que je me change. Une fois prête, je me mis à la cuisine, même si j'étais une vraie bille….

Un ou deux gâteaux au yaourt, pépites chocolat, c'est bon, simple, et rapide.

La préparation finie, je me retrouvais face à un sérieux ennemis: Le four.

Je me mis à toucher tout les boutons pour le faire préchauffer. Quand j'eus trouvé, je le regardais chauffer, mais comme j'avais laissé ouvert la porte, la chaleur me fit pousser un cri zarb.

Castiel accourut, et me voyant par terre, terrifier comme un chat, il se mit à se marrer que s'en était presque vexant.

Il enfourna les gâteaux et reparti en rigolant.

Je l'appelais peu après pour les sortir du four. Il les posa sur la table et j'entrepris de les décorer. Ethan, qui passais par la, voulut les gouter, Et sur mon refus, il partit avec un semblant de bouder.



12 heures Tapante.

Je suis encore entrain de nettoyer le salon, armé de l'aspi.

Castiel, lui, choisit ses fringues. On dirait qu'il va recevoir le 1er ministre.

3h30: Ménage fini! Enfin! C'est pas trop tôt!

4h: Tout le monde arrive:
Dans tout le monde, je compte Lysandre, Iris, Leigh, Rosa. Violette n'était pas libre et Melo non plus, Kim avait un match.
Enfin, tout le monde, dans ceux que je connaissais. Nous étions à peine assis dans le canapé que la sonnerie retentit encore. Castiel lâcha un "Ah?", et je me précipitai pour aller ouvrir. Qui ça pouvait bien être?

J'ouvris avec un grand sourire et un superbe bonjour.

Mais les personnes qui avaient sonné m'était inconnu.

Il y avait un grand gothique brun aux yeux verts, qui se nommait Thomas, accompagnés de sa sœur, une jolie brune bouclées avec des anglaises, Emmy.
Il y avait un gars aux cheveux gris, Alexandre, ainsi que Sophiane, un blond, et un gars aux cheveux violets et aux yeux bleus, comme moi, qui s'appelait Sebastian.
Il me regardait bizarrement, après tout, j'étais en soubrette.

Mais celle qui attira le lus mon attention, c'était une jeune blonde platine avec les cheveux lui descendant jusqu'aux hanches, extrêmement lisses.Ses yeux étaient verrons, bleu et vert. On aurait dit qu'elle était siliconée. Elle était habillée très court à mon gout. C'est sur qu'à coté d'elle, je devais faire gamine, m'enfin bon, tampis. Sonia, c'était Sonia son nom.
Tous me dépassèrent en me regardant telle une extraterrestre.

Castiel serra la main de tous et fit la bise à Emmy.
Mais Sonia se jeta dans ses bras. Cast tomba sur le coup. Le poids du silicone, surement.

Mes amis leur firent la bise, et Alexandre rougit quand il vu Iris.

Je les regardais tous parler dans le salon, étonnée. Rosa me glissa que c'était des amis de collège à Cast qui étaient allé dans un autre lycée.

Il rigolaient tous bien avec Castiel, mais Lysandre, Leigh, et Iris, eux, n'avaient pas l'air de trop s'amuser. Rosa elle, s'amusait de tout et de rien, une vraie gamine.
Cela semblait irriter Lysandre de voir Sonia sur les genoux de Castiel.
J'appris qu'un certain Maxence devrait arriver plus tard, vers 22h.
Il avait une rencontre de basket.

Castiel m'envoya chercher à boire et le servir plusieurs fois, gentiment au début, plus sèchement après.
Lysandre et les autres, au courant du pacte, souriaient de me voir passer.

À un moment, je m'étais mis à rêvasser dans la cuisine, et pour me rappeler à l'ordre,Castiel lâcha un long "Chaaaaaatooooooon, ramène ton p'tit c*l ici!", Qui fit rire beaucoup mes amis et qui irrita Sonia.

Je revint avec un plateau remplit de cocktails, et Rosa , qui n'avait rien suivit, me dit que Chaton était une preuve d'amour, et me demanda depuis quand on était ensemble, ce qui fit exploser de rire encore plus Lysandre et qui fit rougir de colère Sonia.
Je lui expliquais alors le pari, et elle s'en souvint.

Ils étaient tous dans une partie de Monopoly endiablées quand je décidais d'installer les matelas dans la chambre de Castiel: Et oui, tous dormaient ici.

Je passais alors d'une chambre à l'autre avec mes matelas, il en fallait beaucoup.

Vers 19h, je décidais d'aller chercher d'autres boissons au super marché et de promener ma chienne par la même occasion.

Il faisait frai. Je tardais un peu, Amande jouais dans le parc.

Quand je rentrais, Castiel me sauta dessus en m'engue*lant:

"Ou t'étais? On attend les boissons nous, grouille, t'es pas payée à rien faire!

Chuis pas payée du tout d'ailleurs…

-Oui, j'arrive.
-Allez, vite."

J'arrivais avec un plateau sur lequel il y avait des verres.

Je fis plusieurs allers-retours comme ça.

Emmy en renversa par terre sur le tapis et le parquet.
J'accourus pour nettoyer le tout une éponge à la main.J'essuyais par terre et Sebastian me regardait avec étonnement . Je proposais à une Emmy trempée de lui prêter des vêtements.

Celle ci me regarda effarée.

Ce fut Sonia qui répondit à sa place:
"Ça va pas non, Mymy va pas mettre des loques comme toi! Allez viens, j'ai toujours de BEAUX habits de rechanges."
Sur ceux, elle prit Emmy par l'épaule et l'emmena se changer dans ma chambre.

Pauvre Emmy, elle allait surement porter des habits très courts, et hideux en plus…

J'la plains

Ok, je comprends à la base qu'elle soit en colère parce que Castiel m'a appelle chaton, mais pas la peine de m'insulter pour si peu.

Castiel cassa l'ambiance en se marrant, et il dit que Sonia avait un sacré sens de l'humour.


Quand on dit que l'amour rend aveugle…

Castiel riait tellement qu'il enverras aussi son verre , mais sur lui.

Je m'approchais en soupirant pour l'essuyer, mais Sonia, déjà revenue, me prit le bras et m'envoya valdinguer plus loin. "Ne le touche pas, il est à moi." Et sur cette phrase, Castiel rougit.

J'atterris sur Sebastian, qui amortit mon atterrissage.
"Dé-Désolée, excuse moi.
-Tu vois pas que t'embêtes tout le monde ici? Nan mais franchement, Cast, pourquoi tu l'as employé?
-Eh bien, elle m'a forcé.
-Quoi? J'ai jamais fais ça!
-Mais ce que t'es cruche, tu vois pas que t'embêtes Castiel? Rugit Sonia
-Mais je vis ici, moi! Je fais ce que je veux!
-Tu vis ici? TU VIS ICI?
-Bah oui…
-Castiel!
-Ouais, c'est bon…

Castiel m'attrapa le bras et m'amena dans la cuisine
La, il me plaqua contre le mur, et d'un regard fiévreux, il me dit:

-T'as déjà fais assez de dégâts comme ça, toi, donc tu restes dans cette cuisine, et tu t'avises pas dans sortir!
-Castiel…


Mes yeux étaient larmoyants, j'étais punie, comme une petite fille.

-Nan, Castiel, non."

Il ferma la porte derrière lui.Je l'entendis donner l'ordre de ne pas venir me voir.
Lysandre se révolta mais Iris le calma.

J'attendis, longtemps , assise par terre, à rêvasser à Tama…

Peu avant 22h, j'entrepris de faire le repas, sauf que je renversai des assiettes à mon passage.

Castiel accourut voir ce qui s'était passé. J'étais couchée sous des débris d'assiettes, la main coupée, douloureuse.

Il me saisit par les bras et me secoua fort.
"Nan mas t'as pas fini d'en mettre partout, t'en a pas marre de faire des conn*ries tout le temps?
-Excuse moi, mais le gaz…
-Ouais, t'aurais pas du l'allumer, tu veux tous nous tuer ou quoi?
-Nan, mais, éteins le.
-Ne me donne pas d'ordre.
-C'est pas un ordre, mais une mesure de sécurité!
-Tss, Arrête de gue*ler et corriges tes erreurs, t'es qu'une pauvre  bonne à rien."

Sur ce, il me lâcha. J'en avais assez, il fallait que je parte d'ici au plus vite. Il referma la porte, mais je sortis par la fenêtre.
Je reçus un appel de Kallen, me demandant si je voulais dormir chez eux.
Je dis oui, et en sortant par la fenêtre, je me mis devant celle du salon. Lysandre avait l'air endormi, et Rosa soupirait dans les bras de Leigh. Iris, elle regardait dehors.
Elle m'aperçut, et me fit coucou. Je lui fis signe de ne rien dire et je tapais un texte sur mon portable, disant que j'allais chez les jumeaux.
Elle le fit passer à tous mes amis, en bref, ce qui ne s'amusaient pas.

Lysandre m'en envoya un disant qu'ils venaient avec moi. Je lui écris que je devais aller chercher mes clefs et mon manteau.

Je rentrais par la fenêtre de la cuisine, sortit dans le vestibule pour prendre mon manteau. Je sortis la tête dans le salon pour dire à Castiel que je partais, mais celui ci était trop occupé avec ceux qui s'amusaient. Lysandre et les autres utilisèrent l'excuse de "on doit y aller, ma mère veut qu'on rentre, bye".
Castiel n'y prêta même pas attention, et leur fit un tout petit salut. Seul le silencieux Sebastian m'avais vu m'en aller, et il me sourit.

Quand je m'apprêtais à sortir, la porte s'ouvrit, et un rouquin me rentra dedans.
"Aie
-Pardon, excuse moi, dis je en reculant, de peur d'avoir fais encore une bêtise.
-Eh, mais c'est que t'es mignonne toi, dit l'inconnu en m'attrapant le menton.
-Euh…
-Maxence, enchanté,
-Kaorin, moi aussi.
-Dis, ça te dirais de venir chez moi après l'anniversaire?
-Hein?
-Maxence, lache la!

Lysandre était venu à mon secours, il m'attrapa les épaules et me dirigea vers la sortie:

-C'est notre Kao, n'y touche pas;

Maxence sourit.
Il passa au niveau de Lys et lui dit un mot à l'oreille.

-Je la possèderais un jour ou l'autre, ce n'est qu'une question de temps, elle sera à moi corps et âme."

Lysandre semblait irrité.

Une fois dehors, il m'expliqua que Maxence était un gars coureur de jupon, qui voulait juste jouer avec une fille puis la rejeter, et que j'étais sa cible.

J'appelais Kallen pour lui dire qu'on serait 5 au lieu de 1, et celle ci m'envoya sa sœur.


À peu près 20 minutes plus tard, une voiture rouge foncé s'arrêta devant nous, et une jeune femme d'une vingtaine d'années nous salua. En voiture, dit elle.

C'était Molly, la grande sœur des jumeaux. Nous montions à 6 dans la voiture: Lysandre devant, Iris moi et Leigh avec Rosa sur les genoux derrière.




Quand nous arrivages chez les jumeaux, Ce fut Anna, leur mère qui nous accueillit. Puis il y eu George, leur père, ainsi que les parents de Win et Léo, qui étaient la aussi. Les jumeaux et ces deux la passaient leur vie ensemble. Et d'ailleurs, Win était sur le pont de sortir avec Kallen.

On fut tous accueillit chaleureusement.

On expliqua aux enfant Lewis la situation de l'anniversaire de Castiel, et Rosa souligna le fait qu'ils ne s'étaient pas du tout amusés.

Pour ma part, je crois que nous n'avons juliens autant ri que ce soir la. C'était vraiment bien!




Chap 9eme


Spoiler

J'ai quitté la demeure des Lewis vers 9h45, il fallait que je rentre , sinon Castiel allait me passer un savon.

Arrivé à Hearthcruz (notre ville), On se sépara tous pour rentrer dans nos demeures respectives.

J'entrais. La maison était sombre, glauque.

Je me disais q'ils devaient dormir encore.

J'ouvris la porte de ma chambre, et Amande, qui dormait que le tapis devant, me lécha les mains.
Mais à ma grande surprise, ma chambre n'était pas vide comme je m'y attendais. J'ouvris la porte en grand pour que la lumière éclaire les deux dormeurs.

C'était Castiel et Sonia.
Celle ci leva la tête la première, et secoua Castiel pour lui dire:

"Et, Casti, Y'a ta bonniche qu'est rentrée.
-Hum

Je m'avançais vers eux. Castiel, qui était de dos, se retourna vers moi.

-Ah ouais, Kao, maintenant que t'es la, va préparer le déjeuner pour te faire pardonner de tes bêtises d'hier.
-Hein… mais?
-Et discute pas.

Je pus voir le sourire satisfait de Sonia et tournai les talons.

C'était le comble.

Je m'affairais dès mon arrivée dans la cuisine, et leur rapporta un plateau bien garni.

Quand je revins, Castiel se redressa et me dit:

-Eh beh, t'as mis le temps.

S'en était de trop.Je ne pouvais plus me retenir, j'allais exploser.

-Aller, donne moi du café."

Bien sur que j'allais le lui donner.

Je saisis la boite et la versai sur les jolis cheveux de Sonia, qui n'y comprit rien. Elle poussa un beau "Kya" de pouf.Je pris ensuite l'eau bouillante que je lançais sur Castiel, qui s'ébouillanta sous les couvertures.Et qui hurla de douleur.
Puis ce fut le tour du lait de voler, du chocolat et de la confiture. Pour finir, je lâchais le plateau, qui tomba par terre et qui cassa tout ce qu'il portait. Je me mis à tout écrasé, tout casser, tout, tout, tout.

Castiel ne comprenait pas.

"Que…?
-Mes cheveux!

Il se retourna vers la pouf qui tenait ses cheveux souillés dans les mains, sanglotante.

-T*in, ils étaient si beaux.
-Mais je les gardais longs pour toi.

J'en avais marre, je tournais les talons et quittais la chambre.

-"KAORIN! REVIENT NETTOYER TOUT ÇA!

Je me retournais et lui lançai un regard noir et enflammé, un regard qui voulait tout dire, un regard, le même que lorsqu'on veut tuer quelqu'un.

Je partis en courant vers la salle de bain. Cette histoire de cheveux m'avait rappellé que Castiel aimait les cheveux longs, hors, je laissais les miens pousser pour l'occasion. Ils m'arrivaient aux épaules.

Je me regardais dans la glace. Je les pris dans ma main comme si je voulais les attachés, et d'un coup de ciseaux, clac.

Je laissais les débris s'éparpiller sur le sol.

Je sortis ensuite en courant, laissant Amande. Je vint chez Rosa, ou je lui expliquai la situation. À en reparler, je me dis bien, que jamais, au grand jamais, je ne serai ami avec Castiel. Et une fois de plus je le haïssais.

Rosalya m'ajusta les pointes, et je lui empruntais de la teinture noire.

J'avais décidé de devenir gothique.


On a fait les boutiques ensemble, ensuite, et j'achetais tout ce que je trouvais de plus noir et bizarres. Même allumeurs.

Lysandre et les autres furent surpris, mais respectèrent mon choix.


Au bahut, Castiel se monta contre moi et m'abandonna. J'avais acheté des lentilles rouges sang.

Lysandre s'excusa de m'abandonner aussi, mais il préférait suivre Castiel, ce que je comprenais. Les autres firent de même.


J'avais rencontré d'autres amis, des gothiques.

Pénélope, Romain, Thibault, Shana et Louis.

Tous étaient gothiques mais aucun n'étaient dans ma classe . Tampis.
Je les voyaient en récré et après. J'avais aussi arrêté d'aller au café, et je les avaient prévenus, ils avaient accepter. IL savaient très bien que ce café, je finissais toujours par y retourner.

Castiel avait mis en place un système chez lui. Chacun faisait les courses pour lui, et chacun son tour. Quand il achetait pour lui, je n'avais rien, et quand j'achetais pour moi, il arrivait à me piquer toute ma nourriture. J'ai finis par acheter plus pour avoir des restes, sauf qu'il les jetaient à la poubelle. Il finit par me chasser de chez lui.


C'est cruel dites vous? Et oui, Castiel était cruel.

Je me réfugies donc dans notre cabane à Tama et moi, près de ma vraie famille.


À chaque fois que je croisais Castiel au lycée, je lui lançai des regards assassins.
Il ne les comprenait pas, et allait même jusqu'à me frapper.
Je m'en fichai pas mal , à vrai dire.


Un jour, un prof me dis qu'il était pressé de retrouver mes aux bleus, car ils lui rappelaient sa fille.

À ce prof, je lui ai souris et je lui ai dit qu'ils reviendraient mes yeux, qu'ils reviendraient, quand l'orage sera passé.

À moins que ce ne soit une orage éternel.

Un mardi, alors que ça faisait une semaine environ que la guerre durait, la classe de Pénélope était en sortie, j'étais donc la seule gothique au réfectoire.

Un terminal et sa bande, qui voulait s'amuser, me balancèrent du pain. Puis de l'eau, leurs assiettes et pour finir me firent tomber par terre et me renversèrent la table dessus.

Ça fit un effet domino, et toutes les tables de la rangée me tombèrent dessus dans un énorme fracas.

J'étais coincée, mais j'entendais le rire des terminales.

J'entendis Lysandre qui m'appelait

"Kaorin! Kaorin!
-…
-KAORIN!
-…
-RÉPONDS MOI! KAO!
-…L-Lysandre?
-Oui Kao, c'est moi.
-KAORIN!

La voix avait changée, c'était Castiel.

-T*IN, POURQUOI TU TE FOURRES ENCORE DANS LE PÉTRIN?
-…
-RÉPONDS MOI AU MOINS, T'ES OU?
-…
-OK, J'ENLÈVE TOUTES LES TABLES
-Euh… Cast, chuis pas sur qu'elle aie envie de te voir, la.
-M'en fous, peux pas la laisser crevée, pas elle.

Pas elle,? Mais pourquoi, il a Sonia.

-Kao, réponds moi, parle moi, arrête de me faire la tête.
-..
-Je ne suis jamais sorti avec cette pouf de Sonia, tu sais, elle, elle est amoureuse d'Ethan, qui lui a mit un méchant râteau, donc tu le reverras plus jamais.
-…
-Bon ok, excuse moi.
-Sous la table rouge.
-Hein?
-Je suis sous la table rouge.
-Ok, super! Mais elle est ou?

Quel empoté, je sortis une main du mieux que je pouvais.

-Ah ok! Bien! Lys, aide moi!
-Vite, elle va étouffer!
-Du calme Rosa.

Ils réussirent à enlever tout l'amas.

À peine sortis que Rosa me prit dans ses bras en pleurant:

-T'es vivante!
-Euh , j'allais pas mourir pour ça.
-Te voila sortis d'affaires, souffla Castiel.
-T'as l'air heureux de me voir en vie, c'est impressionnant;
-Et ironique aussi?
-Aussi


Je lui adressais un très beau sourire méchant.

-Bon, le principal, c'est que tu sois en vie.
-Oui
-Mais si petite que tu l'es, on aurait pu ne pas te retrouver, tu sais.
-Ah ah, très drôle.

Il me tira la langue.

-Et toi Lys, tu trouves pas qu'elle est petite?

Mais Lysandre avait déjà empoigné le terminal et l'avait plaqué contre le mur, son regard était encore plus terrible que le mien. (Je ne savais pas que Lysandre pouvait vouloir tuer quelqu'un, Maylinn)

Il lui mit un coup de poing dans les cotes et la baston commença. Les filles et moi, on se tenait un peu à l'écart, mais Rosa était à fond, entrain de commenter comme le ferait un commentateur pour un match de foot.


Mais les pions arrivèrent, et ont du s'en aller en courant, c'était très drôle.
Les terminales n'eurent pas de conseils de discipline, et les gars non plus. Tant mieux.


*************************************


On était mercredi matin, on bossait pas.

Il devait être dix heures, j'étais lavée, j'avais retrouvé mes cheveux violets, et j'avais décidé de les garder courts. Tamaki les préféraient comme ça. Mes yeux étaient redevenus bleus, et mes habits étaient ceux de d'habitudes.

Castiel ne se levait pas, j'allais donc le réveiller.

Je me penchais au dessus du lit  pour le réveiller, et commença à lui souffler sur le visage comme à Noël; où c'était très drôle.
Castiel se débattait comme il pouvait;
Mais ce que je n'avais pas prévu , c'est qu'il me saisit et qu'il roula pour se retrouver au dessus de moi, comme à Noël.
Il était couché sur moi, une moitié de mon corps était coincée sous le sien, je ne pouvais plus bouger. La poisse.

Je me débattais comme je pouvais, moi aussi.

"Castiel, je sais que tu dors pas.
-Nan je dors pas.
-Alors pourquoi tu veux pas me lâcher?

Il se redressa et s'appuya sur son coude.Il soupira.

-Parce que je vais me venger.
-Et de quoi?
-Du fait que t'es était horrible avec moi le jour de mon anniv.
-De quoi? Mais c'est toi qui…
-Je sais, c'étais pour mes amis qui aiment bien que j'utilises les gens.
-De quoi?
-Et oui, mais bon j'vais me venger quand même.
-Depuis le temps que tu le dis, j'attends.
-T'es bien impatiente.

Il plongea sa tête dans mon cou et mis sa main à coté de mon visage pour que je ne puisse pas bouger.

-Bon, j'attends.
-Patience
-Bah dès que tu te seras vengé, je pourrais m'en aller.
-Voila voila.
-Ouais, j'attends toujours.
-Voila, voila.

Je sentis sa bouche sur mon cou, et sa main vint me recouvrir la bouche.
Il planta ses dents dans ma chair, si fort que j'étais sure de saigner. J'aurais même dis qu'il m'avait enlevé de la peau. Il me déchiquetait le cou, avec ses crocs acérés.
Je réussis à chopper un de ses doigts et à le mordre pour évacuer la douleur.Mais celui serra plus fort et m'enleva ma proie, qu'il reposa sur ma bouche.Je mordis ma lèvre, qui se mit à saigner.

Castiel relâcha son emprise, et moi qui croyais qu'il me relâcherais, je me suis trompée.. Il replongea ses lèvres sur mon cou, mais au lieu de mordre, je sentis une langue. Je sentais aussi le sang couler sur ma lèvre et dans mon cou.Castiel se saisit de ma peau, et ça commençait à me faire mal.
Quand il relâcha, ma lèvre coulait toujours. Il lécha le sang de mon cou.Il se redressa, pour voir mon visage J'étais toute rouge.
Ça le fit beaucoup sourire, mais il vit ma lèvre et se pencha sur mon visage.

Nan, il n'allait pas le faire? Nan?
Bah si…

Il était très près, et je sentis ses lèvres sur les miennes. Mais il ne m'embrassait pas, il suçait le sang. Un vrai vampire. J'étais quand même très rouge.

Quand il releva sa tête, il la remit dans mon cou, une vraie limace.
-Euh, Castiel?
-…
-tu dors? Qu'est ce que tu m'as fais?
-..
-Ok, tu dors.

Mes deux jambes étaient coincées par les siennes, ainsi que mon bras. Je sortis mon portable pour prendre en photo mon cou. Mais la première fut mal cadrée, et j'avais pris Castiel dormant. Wah, qu'il était beau! Y'a pas à dire, c'était vraiment un beau gosse.
La deuxième était mieux. Mais c'était un suçon qu'il m'avait fait?! Quoi? Un suçon? C'est voyant en plus.
J'essayais de me dégager, il dormait je ne risquais rien.
Sauf qu'un bras puissant descendit de ma bouche à mon épaule. Castiel ne dormait pas.Semblant.

Que faire?

-Castiel, tu m'avais promis de me lacher.
-Reste la.

Je sentais sa bouche sur mes cheveux. Je tournais ma tête vers lui, pour le voir.
Il ouvrit les yeux, et me dit:

-Tes yeux
-Oui et bah quoi?
-Je suis heureux de les retrouver.
-Hein?
-Oublie.

Il referma les yeux.

-Bon, tu me lâche?
-…
-Allez!
-Ta gue*le, je dors.


Je me suis tus.
On est resté comme ça un bon moment.
Avec ma main libre j'ai tâté ma lèvre, elle saignait encore.
Je fermais les yeux.


On fut réveillé par Ethan, qui repartit pour nous laisser faire nos trucs. J'ne profitais pour quitter le lit, et aller voir ma lèvre dans la salle de bain.Castiel, encore endormit, me rejoint pour se débarbouiller. Il vit le reflet de ma lèvre. Et je vous jure que je l'ai vu se lécher les babines; Oui, il a passé sa langue sur ses lèvres.
Il me saisit les épaules me retourna, et c'était reparti. Mon sang fut encore aspiré.
Toute rouge, je titubais, et me cassais la figure dans l'escalier. Arrivée en bas, Castiel en haut, je me redressais. Mon front signait. Oh non, encore du sang. J'entendis Castiel dévalé en courant les marches.Il me releva, et aperçus mon front.
Il prit mon visage entre ces mains, approcha ses lèvres, et suça mon sang, encore? C'est la que je vis comme il était grand, et les hommes grand, ça me fait peur.Grand et musclé en plus.

Je reculais de force.

-Excuse moi, mais je n'avais jamais vu comme tu étais grand…
-Et?
-Bah, les hommes trop grand, ça m'effraie..
-Ah oui?

Il sourit. Sourire?
Il s'approcha de moi, et m'enlaça.

-Aie peur de moi, ce serait rigolo. La sueur des jeunes filles apeurées est délicieuse.
-Pervers.

Je me débattis, quand il lâcha son emprise, je lui tirais la langue;

-Je n'aurais jamais peur de toi, moi!
-Ah oui?
-Ouais"

Je partis en courant, et Castiel sourit.
Ça s'annonçait être une bonne journée.




Chap 10eme


Spoiler

Partout dans le lycée, on pouvait voir des affiches, créées par Peggy et Konata, qui contenaient ceci:

"Grand festival du lycée sweet Amoris le samedi 18 février, durant toute une journée portes ouvertes.

Toutes les classes sont priées de faire chacune une animation: Elles seront toutes présentées lors de cette journée. Bon courage.


The Sweet Wings, journal officiel du lycée Sweet Amoris."


Il y avait toujours une émeute devant ces affiches, et plusieurs personnes de chaque classes discutaient du thème qu'elles proposeraient aux délégués de la classe cette année.

Le festival était un des principaux sujets de discussions.



J'entrais dans la salle B204, salle d'arts, dont la prof était notre P.P. Je déposais mon sac sur une chaise. C'était jeudi matin, 8h30.
Rosa entra dans la classe, Iris sur les talons.

Elles papotaient, des filles quoi. Après un bonjour rapide,la prof nous dit de nous assoir.
Kaorin n'était pas la.


La prof nous dit que Kao était partie chercher du matériel, et nous parla de la fête de l'école. Nous allions passer les quelques semaines qui nous restaient dans cette salle à tout préparer pour notre classe. Les cours seraient interrompus. Cool. Mais le problème restait du thème que nous choisirons.

Quand Kaorin revint armée de grande feuilles, la prof nous laissa vaquer à nos activités, qui devaient uniquement concernées le festival.

On se mit tous en rond, assis sur les tables et par terre. Kao, couchée au milieu de nous, notait nos idées.

"Pourquoi pas un salon de thé, Proposa Lou Ann
-il me semble que ce soit déjà pris par la 2nde C, Dit Konata.
-C'est vrai que tu es très au courant Ko'.
-Et oui, le journal me permet de tout savoir;
-Une maison hantée?
-1ere A.
-Un mini champs de stand de vente de nourriture!Proposa Sarah
-La 2nde A
-Un resto de fruits?
-Ça ressemble trop à un café, et en plus, une des terminales le fait déjà.
-Un défilé de mode! Cria Ambre, Qu'on puisse étaler nos talents, avec nos créations, on a plusieurs filles avec de bons gabarits, dit-elle en scrutant l'assemblée. Enfin, presque, dit-elle quand son regard s'arrêta sur Kao et Konata, deux petites planches.
-On a peut être pas tous envie de défiler, dit Rosa.
-Punaise, mais faut faire un truc qui sort de l'ordinaire, un truc où on se montre, hurla Ambre.
-Bah bien sur, et pourquoi pas un café théâtre:musique tant que vous y êtes? J'avais sorti ça au pif.

Tous me regardaient avec des yeux ronds.

-Bah quoi? C'est bon, je rigolais, le prenez pas au sérieux;
-Castiel, t'es génial, dit Rosa en me sautant dans les bras.
-Hein, vous allez vraiment faire ça? M'étonnais-je
-C'est une bonne idée, sourit Lysandre, originale, musicale,…mais longue à préparer.
-Vous êtes tous partants pour ça? Demanda Nathaniel.

Il y eu un oui général.

-J'le crois pas… Soufflais-je
-Y'avait qu'un idiot pour sortir une idée aussi intelligente! Souria Kaorin.
-Toi, chut
-J'avoue que j'y avais pensé, me dit-elle
-Alors t'es bête aussi!
-Mais le ne le nie pas!

Elle rejoint les autres.


-Vous avez une heure pour trouver une histoire à jouer sur scène! Ordonna Nath'"

Tout le monde partit au CDI, faire des recherches de contes.

Au bout d'une demi heure, Kaorin  était assise par terre en tailleur, rêveuse.

"tu pourrais bosser, lui dis-je.
-J'ai une idée…
-Bah bien sur..
-Ça s'appelle Shadow of the sun, et c'est une histoire qu'on nous avais lu au collège, et que j'avais adoré. C'est très beau, et triste un peu.

Ça alors; elle avait vraiment une idée?! Moi qui croyais qu'elle était débile.

-viens on va chercher ça sur l'ordi, dis-je en la tirant par le bras.

Je tombais sur Shadow of the sun, the fairytales.

-Ah, j'ai trouvé.

Je cliquais et l'histoire s'afficha.

-Chouette, on l'imprime!
-Chouette que tu dis Kao? C'est ringard."


On avait réuni toute la classe en salle d'art, pour leur expliquer ce qu'on avait trouvé, et ça leur plaisaient.

On devait définir les caractéristiques des persos.

L'histoire était celle ci:


Shadow est un jeune vampire qui résiste au soleil, et qui, après avoir décidé de ne plus s'en prendre aux humains, part de chez lui pour une contrée nouvelle.

En chemin il rencontre dans un arbre une jeune violoniste orpheline et vagabonde, qu'il prend sous son aile. Il la nomme Leaf.
Cette jeune fille , fille de catin et d'alcoolique, a appris qu'être une fille dans le bas monde était suicidaire. Elle ne pouvait compter que sur son frère.Mais elle a vue sa famille se faire décimer par la guerre et s'est enfuie avec le violon de son grand frère mort. Sauf que pour survivre, elle se fait passé pour un garçon et n'est pas facile de caractère. Elle vole les passants pour pouvoir vivre.
Le duo se met en route, car Leaf qui n'a comme but que de survivre et être reconnue à sa vraie valeur.
En route ils rencontrent Saya, une princesse kidnappée qui c'est enfuie de son détenteur.
Le trio continue alors sa route. Mais Shadow s'affaiblit, car il ne bit plus de sang. Il est trop faible pour attraper des animaux, et Leaf refuse qu'il les tue pour leur sang.
Saya, qui est une princesse ne voulant pas rentrée chez elle, refuse que Shadow boive de son sang, pour ne pas abimer sa peau, même si elle est éperdument amoureuse de lui, et réciproquement. Shadow s'en remet alors à la petite Leaf, qui a appris à se laisser faire sans broncher. Elle reçoit toute la sale besogne, ainsi que le fait que son sang soit aspiré, ce qui est particulièrement douloureux
Elle est aussi amoureuse de Shadow, mais vu qu'il ne lui prête aucune intention, elle ne se manifeste pas. Elle ressemble à un garçon en même temps.
Elle part alors jouer du violon dans les plaines, lors de ses temps libre, chanter et danser ses peines, à l'attention des esprits et des animaux. Elle sourit sans relâche à ses camarades quand ils en ont besoins.Pour ce débarrasse des gêneurs, Shadow boit le sang de Leaf pour grandir sa force; La jeune fille devient très faible, mais ne le montre pas.
Mais un jour, alors que Leaf chante dans un pré, elle se fait arrêtée  par une armée ennemie qui veut un droit de passage et capturer la princesse Saya. Celle ci les mènent alors forcée à ses camarades. Le jeune homme n'a pas le temps de s'abreuver dans le cou de Leaf.
Ils sont tout les trois emmenés dans le château de l'armée. Mit au cachot, il sont désespérés.
Leaf, atterrée devant l'amour des deux tourtereaux, qui ne se séparent plus car ils savent que leur heures sont comptées, appelle la garde et leur propose un marché:
sa vie contre leur liberté. Le royaume ennemi accepte, et Leaf sera mise au bucher sur le champ.
Shadow, qui n'en revient à peine, regarde sa jeune amie se faire emmenée. Ils sont aussitôt libérés. C'est alors qu'il se rend compte à quel point il l'avait affaiblie, et à quel point il l'aimait.
Il se rappellera du sourire qu'elle lui avait adressée en partant, et en disant "Ça va aller".
Leaf avait revêtit la robe blanche de la pureté, mais elle n'avait pas brulé, car tous ses sentiments l'avait protégée. La foule, prenant peur devant un tel spectacle, s'enfuit. Shadow découvrit Leaf, morte par terre , étendue dans un cercle de lumière. Il la serra dans ses bras et implora le ciel de lui redonné vie contre la sienne. Mais le ciel prit sa vie, mais ne la rendit pas à la jeune fille. Il donna la vie éternelle à Saya, qui se chargea d'honorer leurs corps, qui furent placer enlacés dans un même cercueil.



Après la lecture, beaucoup de filles pleurèrent, et Kao avait l'air satisfaite d'elle. Crétine va.


À peine deux secondes après, Fabien, un bg,  parla.
"Kaorin…
-Oui, répondit-elle.
-Leaf sera Kaorin…
-Hein, moi?
-Ouais, toi dans le rôle titre, pour que tu t'affiches, la narguais-je
-Et Castiel qui fait Shadow, sortit Ambre, moi je serais la princesse!
-Euh non, je veux pas moi, dis je
-T'as pas le choix Cast, me cassa Lys.
-Mais… alors Ambre est pas Saya.
-Quoi? hurla t'elle
-Tu proposes qui?
-Hum…Lou Ann, ouais, ce sera parfait.
-Moi?

Lou Ann était une jeune fille réservée, mais incroyablement belle, avec de longs cheveux blonds. Elle ressemblait beaucoup à Meno, dans DNAngel. Elle était une vraie princesse.

-oui, tu seras parfaite, lui dit Kao.
-Je m'occupe des costumes! Dit Iris
-Moi aussi. Dis Rosa, je pourrais demander à Leigh de m'aider, je ne sais pas coudre.
-Moi aussi, dit Kaorin.
-Tu m'aideras pour les décors Kaorin? Demanda timidement Violette
-Oui bien sur"


Il y eu un brouhaha général, beaucoup d'agitations. Nous commençons à créer les textes et les didascalie.

À y repenser, Leaf correspondait parfaitement à Kao.

Nous décidâmes de combler les heures vides de la journée du festival par de la musique, et comme ce serait un café en même temps, le travail ne manquerait pas. Il y aurait trois représentations dans la journée. On avait donner les rôles des paysans, des parents de Shadow, des gardes, des voyageurs, etc.…
Les lumières et sons seraient tenus par des garçons, le service par des filles. Et quand nous disions musiques, la classe comptait sur notre groupe à Kao, Lys et moi. Que de boulot.

Kao et moi furent très occupés par les répétitions, mais malgré ça, elle trouvait encore le temps de faire costumes et décors pour le bar, le théâtre, ainsi que d'élaborer la tenue des serveuses, et les nôtres aussi.
On rajouta des touches d'humour et de fantaisies dans le texte, comme des disputes entre Kao et moi, et des étourdissement pour la princesse.


mon costume, réalisé par Kao, était assez gothique, manga gothique. J'aimais bien.

Au mur il y avait des grands portraits manga réalisés par Kao et Violette. Bien!


************************************************


Jour J, je commence à stresser. J'ai pas prévenu Papa et Maman, ce serait le honte du siècle.



°Pour raison de facilité, je vais raconter la scène d'un point de vue qui n'appartient à aucun des persos°



La salle était pleine à craquer. Il était 17h, et la pièce durait environ une heure. C'était la dernière de la journée, et la seule ou la classe pouvait y assister. Le lycée fermait peu après.
Tout le monde, exigé et stressé, s'affairait en coulisses; Dernières retouches de maquillages, etc.

Mais quand la salle se plongea dans le noir, il y eu un silence.

Le rideau se leva:

La 1ere scène se déroulait dans une chaumière:
Shadow et ses parents étaient affairés à leurs occupations habituelles

"Papa, Maman, j'ai pris une décision importante.
-Nous t'écoutons Shadow
-Je refuse à présent de boire tout sang humain.
-Tu as perdu la tête, Comment comptes tu vivre?
-Les animaux, Papa.
-Ce ,'est pas assez nutritifs, tout le monde dans cette maison se nourrira de sang humain tant que je l'aurais décidé!
-J'en ai assez d'être un monstre!
-Un monstre dis tu?
-Oui un monstre, je suis un jeune homme qui aimerait paraitre sain aux yeux de tous!
-Mais tu ne seras jamais sain mon fils.
-C'set encore à moi d'en décider! Je ne serais plus jamais un criminel!

Son père se leva et le gifla;

-Alors sors d'ici!
-C'est ce que je comptais faire.

Il attrapa son sac, le mit sur son épaule.

-Comme je regrette de t'avoir fait un fils pareil, Oh John.
-Alors il ne fallait pas me mettre au monde, Maman."


Shadow marchait, il était très beau, et beaucoup de filles se retournaient à son passage, mais aucune ne lui plaisais.


C'était sur une route déserte bordée d'arbre que cela arriva, qu'il rencontra la furie;
Un paysan l'avait prévenu que cette route était gardée par la furie, qui dépouillait de ses choses de valeurs toutes personnes qui y passait. Or Shadow était plutôt friqué.
Il portait un manteau de cuir noir, et passait l'air serein, à moitié endormi.
Elle sauta de l'arbre ou elle était perchée pour le menacer de lui donner son argent et ses bijoux. Shadow en rigola, l'attrapa par le col et la souleva du sol.

"Alors comme ça, c'est toi qu'on appelle la furie? T'es bien petite!
-Lâche moi!
-Et pourquoi?
Tu veux que je te mordes?
-Vas y essaye toujours.
-Raaaah, dans ma position j'y arrive pas!
-Et oui, tampis pour toi!"


Il finit par la lâcher , et continua sa route. La jeune fille, assise par terre.
Elle l'interpela.

"eh!
-Quoi?
-Me laisses pas la!
-Et pourquoi pas?
-Écoute, t'es le seul a m'avoir battu, alors je vais pas te laisser filer comme ça, je vais venir avec toi.
-Bah bien sur…
-Bah oui, attends moi.
-Tsss
-Tu vas ou?
-Dans un monde ou je ne serais pas vu comme un monstre.
-Pourquoi?
-Parce que je suis un vampire.

La jeune fille le dévisagea longuement…

-Ouah! Trop cool!
-Tu trouves? Moi pas.
-Mais si, être accompagné d'un vampire, c'est la classe!
-Ah…
-Et sinon, c'est ou ce pays?
-J'en sais rien, je marche vers un peu n'importe ou…
-Ok, moi j'ai pas début non plus, alors c'est bien!
-Ouais, bref allons y…"

Ils se mirent en marche.



Le rideau s'abaissa, puis se leva. Ils étaient tous deux assis sur une pierre, le long d'un torrent.

"Dis moi au fait, comment tu t'appelles?
-Shadow.
-Ouais, c'est vraiment un nom pour un vampire ça!
-…
-Et tes parents? Ils savent que tu es parti?
-T'es bien curieuse toi.
-Bah écoute, t'es la première personne avec qui je parle autrement qu'en menace.
-Ils m'ont chassés.
-Ah, d'accord!
-Et toi?
-Moi?
-Oui, t'es parents, en fait, d'abord, comment tu t'appelles?
-Euh… bah, j'ai pas de prénom…
-Ah ouais?
-Oui.
-Bon, alors je vais t'appeler Leaf!
-Hein pourquoi?
-Parce que je t'ai trouvée dans un arbre, dans un tourbillon de feuilles.
-Ah..
-Et?
-J'aime bien, dit elle en rougissant, ça me plait.
-Et tes parents?
-Et bien, ils sont morts.
-Ah oui, comment?
-Tués par les armées ennemies.
-Ah….






-Et pourquoi tu t'habilles en garçon?
-Ma mère m'a apprit qu'être une fille dans ce bas monde était porteur de grand malheur. Nous n'avons aucuns droits, nous les pauvres.
-Et pourquoi ta mère te disait ça?
-Elle était femme de trottoir, et elle se faisait battre par mon alcoolique de père.
-Ah ouais, t'as pas eu la vie facile;
-Nan, mais mon grand frère était la! Et il s'occupait de moi!
-Et ou il est?
-Mort, il ne me reste plus que son violon.Dit-elle, en sortant l'instrument de son étui.
-T'as pas eu de chance…
-Nan, mais c'est pas grave, je positive et prend la vie comme elle vient.
-Ouais, mais t'es obligée de voler pour vivre.
-Bah avec mes parents, j'ai pas trop le choix.
-Hum oui, mais avec moi, ça va aller.
-Ouais! Je crois aussi!
-Aller, on y va."

Il se levèrent, et sans la faire exprès , Leaf trébucha (ceci n'était pas prévu dans la pièce).
La salle rit beaucoup.


Le rideau tomba. Il se leva sur une jeune fille couchée dans un filet d'eau, et nos deux randonneurs qui arrivaient.

"Et, Shadow, regarde la!
-Ouais, y'a une fille, viens, on va l'aider.

Ils la sortirent de l'eau. Celle ci, appuyée contre Shadow, ouvrit les yeux.

-Tu vas bien?
-Hum
-Allo la Terre, tu vas bien?
-AAAAAAAAAAAAAAAAAAAH!
-Quoi?
-Des kidnappeurs!
-Quoi? Ou ça?!
-Mais vous, vous voulez me prendre en otage!
-Hein, bah pourquoi?
-Vous ne me connaissez pas?
-Nan…
-Et bien! Je suis la princesse du royaume voisin, et je viens de m'échapper de mon otage!
-Ah… ok
-J'y crois pas, des gens qui ne me connaissent pas, mais vous venez d'ou?

Leaf désigna une direction du doigt.

-La bas!
-Je vois.
-Dis, tu serais pas Saya?
-Si, c'est moi.
-On parlait de toi, dans mon village pommé.
-Alors même les coins les plus perdus me connaissent!
-Bah oui…
-Et qui êtes vous?
-Nous sommes Shadow, et elle Leaf.
-Bien, enchantée, je suis Saya, la princesse de….
-Ouais, on le sait déjà.
-Bref, ou allez vous princesse?
-Pourquoi devrais-je vous le dire?
-Et bien, on pourrait faire route ensemble.
-Je ne le dirais pas à toi, espèce de petite souffleuse! Mais au beau garçon, je veux bien.
-Bon, alors ou tu vas, si tu veux bien le dire juste à moi.
-Et bien… je n'ai pas de but précis.
-Alors viens avec nous!
-Oui, d'accord.
-au fait, je suis un vampire.
-Bon, ok, tu ne me fais pas peur, mais ne plante pas tes crocs dans mon cou, il ne faudrait pas que tu abimes ma peau!
-T'inquietes pas."


Rideau tombant.Se lève sur nos trois amis qui sont assis en foret: Saya et Shadow parlent, deviennent amoureux, et Leaf reviens avec de l'eau.

"Vous pourriez m'aider. Dit-elle
-Hors de questions, je ne vais pas me salir les mains, et Shadow est affairé avec moi.
-Bon, très bien…

Elle se retourna.Puis, d'un air paniquée, elle regarda le duo.

-Shadow…
-Ouais?
-L-La bas…
Elle désigna un fourré du doigt.
-Regarde…
-Un garde de l'armée ennemie! Hurla Saya, au secours!
Elle se cacha derrière Shadow, celui ci se leva quand les gardes surgirent. Ils étaient au moins 15.
-Du sang… Il me faut du sang humain pour pouvoir les battre.
-Quoi?
-Plus un geste! Cria le chef ennemi.
Leaf se mit en travers de son chemin.
-Tu ne les toucheras pas!
-Très drôle, livrez nous la princesse!
-Hors de question!
-Du sang…
Shadow chercha du regard un cou, et se posa sur celui de Saya, mais celle ci ne voulait pas, et il ne voulait pas la fâcher. Il saisit donc Leaf par l'épaule, l'attira vers lui, et lui mordit le cou.
-Aaaaiiiiiiiiiiiiiiiie!
-Que…que fait-il?
-Il aspire mon sang.
-Quoi?
Shadow releva la tete, la bouche collante.
-Je suis prés.

Dans un éclair très bien reproduit par l'éclairage de la scène, il tua tous les gardes.

-Waaaw!
-J'ai des pouvoirs psychiques, comme celui ci.
-Trop bien!
-Bien, ou en étant nous?"

Tous vaquèrent à leurs occupations.

Abaissement du rideau. Il se passa d'autres scènes comme ça. L'amour entre Shadow et Saya augmentait. Leaf les surpris même ensemble. Déchirée de tristesse, elle partit chanter Voice, une chanson irlandaise, dans les prés, armée de son violon. Elle s'affaiblissais à mesure que Shadow buvait son sang. Elle se plaignait de ne pas plaire, et de la place des femmes. Et comment cela aurait été si elle aussi, était une princesse.
Puis vint la scène ou ils se firent arrêtés; Saya pleurait, Shadow la serrait contre lui pour la protéger, et frappait quiconque qui la touchait.Leaf titubait, et dans le cachot, s'affecta contre le mur.

"Oh, Shadow, que pouvons nous faire, nous allons mourir ici.
-Je sais Saya, alors passons nos dernières heures ensemble.

Leaf les écoutait de loin, les tourtereaux pleuraient silencieusement. Frustrée par cet amour, elle se leva et tapa à la porte du cachot, où un garde vint.
-Leaf, amis qu'est ce que tu fais?
-J'arrange les choses.
-Mais tu es folle…
-Oui, qu'est ce que tu veux?
-J'ai un marché à vous proposer monsieur: Ma vie contre leur liberté.
-Et bien, je vais voir ça avec le roi, je reviens.
Il partit.
-Nan mais ça va pas? Qu'est ce qui te prends?
-TAIS TOI! AU MOINS MOI JE FAIS AVANCER LES CHOSES, VOUS ETES AMOUREUX, ET JE VEUX VOUS SAUVER, JE FAIS ÇA POUR VOUS!
-Mais…
Le garde revint.
-Il accepte, un bucher, sur le champ.
-Bien, j'accepte.
-Vous n'avez pas trop le choix à vrai dire.
-C'est vrai.
-Venez revêtir la robe blanche de la pureté.
Il lui passa les menottes.
-Leaf, non…
-Ça va aller.
Elle se retourna sous l'arche de la porte et leur sourit. Puis elle parti.

Deux gardes saisirent les deux jeunes gens et les jetèrent dehors. Shadow tapa sur les portes du palais, il voulait qu'on lui rende Leaf.

Le rideau se baissa t se leva. Leaf était attachée sur un tas de paille, et il y avait une foule autour d'elle. Le roi ordonna qu'on allume le bucher après un long discours peu intéressant.
Le feu s'éleva, mais Leaf ne brulait pas, au lieu de ça, un cercle de lumière fait avec un laser spécial vert s'éleva autour d'elle. la foule sortit effrayée de l'arène. Shadow et Saya en profitèrent pour ce faufiler à l'intérieur du baissent, et trouvèrent Leaf étendue par terre, dans un cercle magique blanc, désignant la pureté. Morte.
Shadow se rendit comptes de qui était son vrai amour quand il se dit qu'il ne verrais plus jamais son sourire.
Il la prit dans ses bras;

"Non, Leaf, pas toi! Tout mais PAS TOI!
-Shadow, elle est morte!
-Elle ne peux pas mourir, je l'aime, alors elle ne peux pas mourir.
Il pleurait. Saya eu un mouvement de recul, prise de jalousie.
-Oh, Mon Dieu, si tu existes, rend lui sa vie! Rends lui sa vie  en échange de la mienne! Je t'en supplie.
Saya parut surprise, elle se tourna vers le public, joignit ses mains et pria.
-Mon dieu, ne la lui rends pas, ne fait pas revivre Kao, euh pardon, Leaf.

Il y eut un éclair, et Saya se retourna sur le duo. Elle vit Shadow s'effondrer, tenant toujours Leaf. Morts tous les deux.

-NAN, MON DIEU, QU'AS TU FAIS?
Il y eu un bruit céleste et une voix off fit:
-J'ai exaucé vos voeux, et rien d'autre.

-Nan, il ne fallait pas prendre sa vie, pas celle de Shadow! Pas la SIENNE!
-Que tu peux être cupide et égoïste, occupe toi plutôt de leur corps.
-Oui, appelle mon royaume, qu'on puisse leur faire leur toilette mortuaire."


Des gardes arrivèrent, remerciant le ciel que Saya soit en vie. Celle ci pleurait, devant les deux corps.

Le rideau s'abaissa. On le releva sur un cercueil dans lequel était placés nos deux tourtereaux, enlacés. Il y avait en dessous une bannière avec marqué: "Liés à tout jamais".


Le rideau s'abaissa, des applaudissements et des sifflements retentirent.




Chap 11eme


Spoiler

Je sortis du cercueil, morte de rire à cause de notre prestation. Castiel, lui, ma faisait encore plus rire.
Il avait été obligé de se faire ébouriffer les cheveux avec du gel et de se faire une mèche noire!
Ça lui allait trop bien!
Lou Ann nous courra dans les bras, ravie de son travail.
Mais elle n'eut pas le temps de dire mot que tous les comédiens nous rejoignirent sur scène et le rideau se leva.
Tous ensemble, nous saluâmes à plusieurs reprises.

************************


Apres être descendue de scène, je vis Castiel discuter avec tout un groupe de groupies.
J'entendis qu'elle disait qu'elle aurait voulu être à ma place quand il me "suçait le sang". Il leur dit que j'avais l'habitude. Et oui, il me le faisait pour de vrai quand il s'ennuyât. J'avais l'habitude d'être mordue, et mon "aie" de tout à l'heure était sincère, il mordait pour de vrai. Ça faisait plus réel selon lui. Et mon cou, lui, il avait rien demandé.
Il disait que ce n'était pas gênant car il était souvent collé à moi, et que ça aurait été plus embêtant si ça avait été une autre fille. Elle s me jetèrent des regards noirs. Cast n'était pas obligé de donner ma vie privée.

Lysandre, qui était au lumière, m'acclama! Il avait adoré, et il avait bien fait de forcer Castiel à faire Shadow.
Après avoir reçu les avis de tout le monde, notamment des parents de Castiel, ce qui l'étonna qu'il soit la, je me sauvais respirer dehors.
Et la, un jeune homme m'attendait. Il était roux, et je le reconnus, c'était Maxence!
Je lui demandais ce qu'il voulait, et il me dit que c'était moi. Il m'invita à boire un verre, et sans me méfier des consignes de Lysandre sur cet étrange personnage, je le suivit avec plaisir.
Après ça, il me raccompagna à pied.
Il pleuvait, et sans faire exprès, Max me bouscula, et ça ne loupa pas, je m'affectais dans la boue. Il s'excusa, et m'aida à me relever. J'étais pouilleuse, sale. Il m'emmena chez lui pour que je me douche.

Sa salle de bain était luxueuse, grande et je n'avais pas vu qu'elle avait deux entrées. Je me déshabillais et posa mes fringues sur une chaise à coté de la douche, qui avait un porte vitrées opaque.
Je fermais la porte à clé, on ne sait jamais.

Alors que j'étais sous l'eau, Maxence entra par une autre porte non verrouillée et dissimulée sous un rideau.
Il prit mes affaires sans que je le sache, et piqua aussi toutes les serviettes.
Il déposa sur le lavabo une seule minuscule serviette avec de la dentelle et une pince. Il ressorti .
Quand j'eu fini, je cherchai des yeux mes vêtements, qui avaient disparus.
Tout ce que je trouvai, c'était une serviette minuscule avec de la dentelle, ce qui ressemblait à une nuisette sexy, et une pince. Je découvris que c'était bel et bien une nuisette qui vous remontait les seins, et qui vous moulait les fesses.
Quelle horreur, mais j'avais rien d'autre sous la main.
Je sortis donc et commença à appeler Maxence. Il me dit qu'il était dans sa chambre.
Je vis un panneau l'indiquant justement.
J'y entrais.
Ce bougre était caché derrière la porte, qu'il referma quand je fus entrée.
Il y mit un verrou.
Je me retournais, surprise.

"qu…
-Tu es magnifique.

Il me saisit les poignets, tout sourire de charme, et me poussa vers son lit.
-Mais lâche moi!
-Pourquoi?
-Et pourquoi pas?

Il me coucha sur son lit et se coucha sur moi.
Je me rappelais à l'instant des mots de Lysandre. J'étais sa "cible", et il voulait mon corps.
Il m'embrassa à pleine bouche, commença à tripoter mes seins, qui sont extrêmement chatouilleux, ainsi que sa braguette.
Je pleurais, mes larmes coulaient. Je ne pouvais pas bouger, il me retenait les 2 mains avec 1 seule.

-Arrête! ARRÊTE!-
-Nan, nan…

Il commença à retirer ma culotte, car oui, il y en avait une fournie avec la nuisette.
Ce qui l'arrêta fut la sonnerie…
Quelqu'un sonnait à la porte.
Je fis un bruit de satisfaction, j'allais être sauvée.

-Ne te réjouis pas trop vite, on est enfermé à clé.

Il replongea sa tête dans mon cou.

-Max, t'es la?
-Ah, c'est Seb, dit-il.
Maxence, ou es tu?
-ICI! ON EST ICIÒ, DANS SA CHAMBRE!
-Mais ta g*eule toi, dit-Max en m'étouffant.
Ah, ok, j'arrive.
-Nan viens pas.
-Trop tard, on est enfermé.

Il y eu un bruit de verrou.
Sebastian apparut, un appareil photo autour du cou.

-Euh, t'as oublié que ta chambre se déverrouillait de l'extérieur aussi?

Quand il nous vu, il fut bouche bée, et sorti son portable pour taper un sms à une vitesse impressionnante, sans nous quitter des yeux.

-Qu'est ce q'tu fais?
-J'écris à Castiel que sa petite Kao  des problèmes avec toi. Voila, envoyé.
-Mais aide moi au lieu de me regarder, hurlais-je en pleurant;
-Toi, je t'ai dis ta g*eule! Me baffa Maxence.
-KYAH!
-Ah nan, mais la j'accepte pas, qu'une fille se fasse martyriser devant moi, je peux pas.

Il posa son appareil photo sur le bord de la table, et attrapa Maxence par le col. Je me poussai, remontant ma culotte et attrapant mon jean sale , que j'enfilai rapidement. Je me reculais ensuite contre le mur pour voir Sebastian taper, ou plutôt boxer Maxence, qui, à un moment, pris sa défense et cloua Seb au sol. Je ne pouvais pas l'aider, j'étais figée.
Castiel arriva dans grand fracas, et me voyant en larmes contre le mur, une trace de main sur ma joue, se rua sur moi.

-Kaorin!
-Cast…
Trop tard, il m'avait déjà attrapé et me serrais fort;.
-Mais qu'est ce qui t'as pris d'aller chez lui?
-Je ne sais pas… Mais va plutôt aider Sebastian!
-Ouais, 5 secondes."

Il empoigna Max par les cheveux, et celui ci relâcha le cou de Sebastian, qui se mit à tousser. Castiel ayant pratiqué des arts martiaux, maitrisa sans problèmes Max.
Quand celui ci finit en sang, il le relâcha.
Il fit un petit" Et voila, c'est ça du travail bien fait"
Je me jetais alors dans ses bras.

"Ouah, du calme Kao!
-Oh la la , j'ai eu si peur!
-Mais tu vas bien, c'est le principal.

Je me retournais ver Seb, qui ramassa son appareil, et qui, d'un sourire bienveillant, nous rit un cliché de moi avec Cast. Celui ci s'énerva et essaya de lui reprendre l'appareil.
Alors qu'il se disputaient, je me changeai dans la salle de bain, et piqua son blouson à Castiel. Quand nous parties, Seb me demanda si je voudrais bien poser pour lui, et m'expliqua qu'il était apprenti photographe.
J'acceptais, et on se donna rendez vous chez lui, dans son studio, dans deux jours.


Le soir, j'étais couchée et Cast aussi.
Je n'arrivais pas à dormir, encore torturer par mon expérience affreuse.
Je me levais, allais boire, et pour finir, me glissais dans la chambre de Castiel, qui dormait.
Je l'appelais, mais comme je n'eus aucun résultat, je me couchais dans son lit, tout au bord, et enfouis ma tête dans mes mains, pour oublier et cacher mes larmes.
Je le pris enfin dans mes bras, lui qui me faisait dos, et le serrais.
Je pouvais sentir son cœur, qui avait l'air tout a fait calme, qui battait paisiblement.
Je le relâchais et repris ma position.
J'entendis Castiel bouger; Il était sur le ventre et m'observait.

"Pourquoi t'es la?
-Ah, Castiel…

Mes larmes ressortirent de plus belle.

-Je suis désolée, je voulais juste me sentir protéger.
-Mouais."

Je me remis à pleurer.
Et Castiel, en gentilhomme, me prit contre lui, et me serra.
Je m'endormis, lui aussi, soupirant.

Le lendemain, quand il se réveilla, j'étais déjà entrain de faire le petit déj.
Au menu, œufs au bacon, il adorait. Je me devais de me faire gentille, car il l'avait été avec moi.

"Je me vengerais…
-Pardon?

Cast se tenait dans l'entrebâillement de la porte, appuyé.

-Je me vengerais.
-bah bien sur.
-Et maintenant.
-Que?

Il m'attrapa les bras, me mordit le cou. J'avais l'habitude maintenant. Mais en plus de ça, il avait déjà balancé mes habits par la fenêtre, et ils étaient éparpillés dans le jardin.

-Quoi?!"

Furieuse, je sortis les ramassés, et au retour, j'avais pris la balle de Démon, son chien, que je lui balançais pleine de bave à la figure.
La bataille commença.
On se balançait tout et n'importe quoi, c'était vraiment drôle!
Mais on a fait  tellement de bruit qu'on a réveillé Ethan. Je trouvais que c'était une bonne façon de commencer les vacances.
On était tellement occupé à se battre que le frère de Castiel a piquer tout les œufs au bacon, ce qui a fait hurler Cast, et ce qui a aussi réveillé les voisins. Enfin bref.



J'avais rendez vous avec Sebastian pour la séance photo.
Je l'attendais devant la place. Il devait venir me chercher.
Castiel m'avait dis que je ne risquais rien avec lui.


Je l'attendais donc  sur la place, ou il arriva 3 minutes après.

"Tu n'as pas trop attendu?
-Non non, ça va
-Bien, suis moi dans mon studio photo alors! Mon petit paradis!
-Eh bien, je suis pressée de le voir!"

Nous discutâmes tout le long du chemin.


Son studio était petit, feutré et chaleureux. Il y avait un plan pour tirer des rideaux de toutes les couleurs, des tabourets, un canapé, des tonnes de coussins par terre pour qu'on puisse s'asseoir confortablement, ainsi que de quoi boire et manger. Plus loin derrière une porte se trouvait sa chambre et de quoi vivre.

"Je ne vis pas seul, dit-il, il y a quelqu'un qui loge avec moi, c'est ma colocataire.
-T'as une coloc'?
-Ouais.
-La classe!
-Ha ha, elle serait contente de te rencontrer, j'en suis sure."

Sebastian était timide, réservé, mais il avait un grand cœur. Ça se voyait avec la façon dont laquelle il me parlait de cette colocataire, il avait l'air de beaucoup l'aimé. Je suis sure qu'il prenait soin d'elle!

"J'aimerais bien avoir une ou un coloc' moi…
-Mais tu as Castiel.
-Ah oui c'est vrai. Bah j'aimerais bien rencontrer ta coloc alors.
-Ha ha, elle ne vas pas tarder à rentrer.
-Elle s'appelle comment?
-Elle s'appelle Misty.
-Ouah Misty! J'adore!
-Hé hé, c'est mon principal modèle de photo.
-En parlant de ça, on s'y met?
-T'es pressée?
-Oui, assez!"

Il me présenta plusieurs tenues, et notamment celle ci, que j'adorais littéralement.
C'était un collant noir en dentelle avec une salopette blanche sur laquelle on avait accrocher une rose rouge.
J'avais des bottines Blanches lacées, accompagnées d'une mitaine rouge, d'un noeud à l'autre poignet, d'un haut à manches longues noir en dentelle et d'un tour-du-cou rouge et blanc de soubrette. J'avais aussi une rose dans les cheveux.
On a pris plusieurs photos, sur le tabouret, le canapé, dans des roses, au milieu des coussins, et même quand je me servais du café, ce qui n'était pas prévu. Bref, c'était vraiment sympa.
Vers deux heures, Misty arriva: Elle avait de longues boucles blanc cassé, des yeux d'un orange brillant et elle était une fan de See-U des vocaloids, d'ou la ressemblance.
En un mot: Trop belle (tokay, no comments, ça fait deux mots.)

Après avoir fait les présentations, elle m'a tout de suite adopté, et ne voulait plus me quitter. Elle mit son costume de vocaloids, et m'en passa un, un qui ne correspondait à aucune des tenues des personnages. C'était la tenue "Guitare électrique".
Elle était verte foncée, avec une tache blanche comme ont souvent ces instruments. C'était un haut sans manches. Elle avait une descente dentelée sur une jupe noire en sky, une jupe plissée d'écolière, comme Miku Hatsune. J'avais des bottes vertes foncée aussi, traversées de taches blanches et sur lesquelles étaient tendus 3 fils chacune.
J'avais des mitaines à l'aspect d'un manche de guitare qui me montaient jusqu'aux demis-épaules, du vernis vert et des oreilles de chats comme haut de manche de guitare. En guise de queue, j'avais la fameuse ceinture qu'on tout les vocaloids en vert et marron. Je vous procurerait une image bientôt.

On prit des tonnes de photos, vraiment super!
On promit de remettre ça, mais dans un bout de temps, car pour ces vacances, les parents de Cast et Lys avaient décidé de nous emmenés au ski!



Suite en dessous! Pensez à toujours regardez en dessous!


Dernière modification par kaorin (Le 17/05/2012)

 

Timide Messages: 198
Hors ligne
Le 30/10/2011 - #7 

 

Re coucou !
Dans tes prévenues, tu as marqué Lallyssa avec un seul L ^^
Sinon j'aime le début de ton 3° chapitre, la suite est pour quand ? (oui je suis pressé, pardon)
Le 3ieme chapitre à de l'idée en tout cas :p
Amicalement,
Lallyssa.


 

Timide Messages: 160
Hors ligne
Le 30/10/2011 - #8 

 

J'aime bien ce que tu appelle : 'jle début est poster' :p . Le moment avec les expérience et la flamme dans l'épisode 1 smile . Il a l'air sympa le patron de Kaorin smile , c'etait émouvant quand le groupe ont chanter d'abord pour Kaorin puis pour Tamaki , j'imagine bien Castiel avec la bouche ouverte big_smile. Elle est COMPLÈTEMENT FOLLE Cherry ! C'est une Pyroman la meuf , elle est inconsciente , a 12 ans moi je faisais pas des test pour savoir si elle avait vraiment peur du feu . Heureusement qu'il y avait un lac a coter , j'imaginais pas que Lysandre pouvait gueuler après une gamine ! Est-ce-que au final , Kaorin a été sauver ? Bonne continuation pour les prochains chapitre et si tu pouvais m'ajouter aux prévenus stp ?


 

Timide Messages: 384
Hors ligne
Le 30/10/2011 - #9 

 

Lallyssa:

Le chap 3 est toujours en cours, ne t'inquiete pas je te préviendrais!

Maylinn:

Oui, merci Maylinn, le début, et bientot la suite, sois patiente!
Je suppose que le patron de Kaorin est sympa, il la connais depuis longtemps, c'est un peu comme un ami proche.Castiel gobera surement des mouches, va savoir, amis il avait une drole de tete en tout cas x)
Cherry n'est pas folle, je ne crois pas, mais je pense surtout que elle veut découvrir les peurs des gens, elle adore ça, ainsi que de les pousser à bout ^^
C'est une gentille fille sinon, et ça me rassure que tu ne sois pas une pyroman.
Moi aussi j'ai était surprise car la réaction de Lysandre, bien que je sois l'auteur...; smile
pour la suite, c'est en cours, patiente.

Mais merci les filles, ça me fait plaisir!

http://img4.hostingpics.net/pics/480028capturedcran20111029145.pngMerci à Komo pour cette tenue! J'adore!

Chap 12eme



Spoiler

Il doit bien être 6h30 du mat, mais on a de la route, alors on se lève tôt.
Je me redresse et m'étire, tout en éteignant la sonnerie de mon réveil. Il est tôt et il fait frisquet. Brrr
Sophie, je veux dire Mme Mackbell, nous avait prévenu qu'on se lèverait à l'aube, car la station est à 9heures de route, dans les alpes.
J'ai fait ma valise la veille, toute excitée. Sophie entra dans ma chambre, et constata que j'étais debout, habillée et lavée. Je lui proposais mon aide et elle me dit d'aller réveiller son fils cadet, ce très cher Castiel.
Ethan, lui, était déjà sorti, car on partait en vacances avec sa copine aussi, elle s'appelait Anais.
Je me dirigeai alors vers la chambre de l'autre endormi, et à sa grande habitude, il était enroulé dans ses couvertures.
Quel flemmard; je vous jure.
Je décidai de faire un truc plutôt rigolo, enfin pour moi.
Je me dirigeai à pas de loup vers la salle de bain, remplissai un verre d'eau glacée et le lui renversai sur la figure.
Cri d'effroi.Et sans qu'il ne puisse se rendre compte de ce qui lui arrivai, je lui sautai dessus et l'étouffai avec sa couette. Il m'attrapa la taille, m'envoya par terre, et sortit sa tête.

"J'peux savoir ce que tu fous à cette heure la?
-Bah j'te réveille.
-À 6h30 du mat?
-Bah ouais.
-Et pourquoi donc?
-Ne me dis pas que t'as oublié…
-Bah si, donc laisse moi pioncer.

Je revins à la charge, et le tapais avec un oreiller.

-DEBOUT SAUCE TOMATE! AUJOURD'HUI ON PART AU SKI!
-Ah oui, c'est vrai. On part au ski…;ON PART AU SKI?!
-Bah oui, lève toi!
-Roh non, la flemme.

Il se recoucha. Son pied dépassait. Je m'en saisis et le tira de toutes mes forces de tel que Cast se sentit emmener et tomba par terre.

-Kaoooooooooooo
-Plus flemmard que toi, tu meurs!
-Chuis crever!
-Moi aussi.
-Laisse moi
-Pas question! Debout!"

J'eu alors une brillante idée!
Je le lâchai et le laissai sur place, râlant. Je courus dans ma chambre et revins 2 minutes plus tard, armée de mes oreilles de chat et de mon grelot.
J'en décorai la serpillère râleuse. Il démarra au quart de tour, se leva, m'attrapa et me balança sur son épaule. Il m'emmena dans la salle de bain avec mon chien sur les talons. Il me fit tomber dans la baignoire et alluma l'eau froide. J'étais habillée!
J'en sortis malheureusement trop vite pour lui. Il me courut après, puis abandonna, trop crevé. Il s'habilla, et une fois que nous furent tous prêts, j'attrapais Amande et la sortis. Lysandre, sa famille Ethan et Anais étaient déjà dans la rue près des voitures.
Cast ne devait pas être très bien réveillé car Lys le regarda bizarrement arrivé avec ses oreilles et son grelot, qu'il n'avait pas enlevé. La fatigue, surement.
On se répartit en 2 voitures:
Les parents de Lys, Castiel, Lysandre et moi dans une , Ethan, Anais et les parents de Cast dans l'autre.
J'étais entre les deux gars, Amande était avec Ethan. Castiel s'endormit en route, il prenait tellement de place que j'étais collé à Lysandre. Pendant que Tomate dormait, Lys et moi, on a joué à professeur Layton sur sa DS.(Maylinn, sa Ds est noir avec gravé "Victorian's time" dessus en argenté)
Le bougre a bien roupillé 1h30, si bien, que quand il s'est réveillé, on était entrain de s'arrêter sur une aire et il descendu avec les oreilles sur la tête!
Quand nous remontâmes, il resta éveillé, mais cette fois ci, c'était Lys qui dormait, si bien que j'étais collée à Castiel.C'est dingue, je ne les aurais jamais réveillé en même temps!
Il se réveilla à la deuxième pause, soit deux heures plus tard, et pendant ce temps, j'ai joué à Mario Kart avec Castiel sur la DS de Lysandre.
Quand nous reparties pour les 4 dernières heures, après le repas de midi, on était tout les trois bel et bien éveillés.
Il passait sur le Ipod de Cast des chansons des Wingded sculls , u'on chantait à moitié, ainsi que du Linking Park, ou l'on était à fond.
Mais le plus étonnant, c'est que sur l'IPod du rockeur, il y avait du Miku Hatsune, et j'étais une de ses plus grandes fans, et Lys aussi. On a donc chanté du Vocaloid à tue-tête tout le trajet, ou du moins ce qu'il en restait.
Pendant les deux dernières heures, Castiel s'est rendormi, une vraie larve, ainsi que mon beau Lysandre ( O.O, je ne pensais pas qu'elle dirais ça un jour… Maylinn, rassure moi, tu es surprise aussi?!)
Castiel prenait ses aises, il s'appuya contre le dos contre la fenêtre, , posa sa tête sur le siège, de tel à me mettre les jambes sur mes genoux. Quant à Lys, il posa juste sa tête sur mon épaule. J'étais coincée entre ces deux énergumènes. Je vis dans le rétroviseur le sourire de Valentine, la mère de Lys, et celui de Quentin, son père.
Je leur souris en retour, ils me réchauffaient le cœur, j'avais oublié comment c'était d'avoir des parents.
Quand on arriva, après des tonnes de lacets et de tournants en haute montagne, on aperçu la neige. Le sol était d'un doux blanc brillant. J'étais tellement pressée de sortir pour le voir que je bousculais Castiel à peine réveillé une fois la voiture arrêtée.J'avais enfilé  des bottes.
Comme les garçons étaient deux de tensions, je piquais la veste de Lysandre qui trainait et l'écharpe que Castiel avait mis sur la banquette arrière.
J'ouvris la porte, sautai dehors, et la, je restais plantée là, émerveillée par ce paysage.
J'étais tellement à fond dedans que j'avais laissé la portière ouverte, et qu'un vent froid déplaisant s'engouffra et fit frissonner Mr. Je-dors-tout-le-temps.
"Tain! Kao! Ferme c'te foutu portière.
-Beau…
-Hein…
-C'est beau…
-Ouais, je sais que je suis beau, et alors?
-Pas toi coui*lon, la neige, c'est vraiment magnifique.
-Hein? Si tu le dis…
-Et comment! La neige représente la pureté de l'âme de notre planète!
-T'as toujours des phrases bizarres Lysandre.
-Je suis un poète dans âme.
-C'est vrai que toi, Cast, tu ne sortirais jamais un truc aussi beau que Lys, hein?
-Pfff, et toi alors?
-Moi…
-Les enfants! Venez nous aider à décharger les valises!"

On accouru, Lys et moi, avec Castiel trainant les pieds derrière nous.
On prit chacun une valise, qu'on fit rouler dans la neige jusqu'à notre maison de location. Elle se trouvait dans un petit village du style moyen âge, ou l'on voyait le bois et les pierres sur les façades. Il y avait un télésiège, une maison de location de ski, une cafétéria, des magasins, dans une rue piétonne, des points d'infos, des départs de pistes, et le parking. Il y avait aussi une salle des fêtes ou avait lieu un bal durant la semaine.
Notre maison se trouvait dans une ruelle sur la gauche. Elle s'étalait sur deux étages. On y entra. Le salon était juste à coté du hall,  peint en jaune d'or, rallié à une cuisine-bar, dorée aussi.
Il y avait une salle de bain turquoise en bas, ainsi qu'une chambre rose, ou dormiraient les parents de Lysandre, et une blanche pour ceux de Castiel. Je ne sais pas si je vous l'ai déjà dis, mais l'on attend un autre couple et leur fille, qui doivent nous rejoindre demain. La chambre du couple se trouvait en bas aussi, et était jaune poussin.
On est monté à l'étage, ou il y avait un petit pallier, une salle de bain-toilette, une chambre bleue pour Ethan et Anais, et une chambre verte pour les gars. Oui, c'était d'ailleurs la dernière chambre.
Hébétée, je les regardais entrer leur valises dans la pièce, et Amande sauter sur le lit.
Je sortis alors naïvement:
"Ah! J'ai compris, je dors dans le sofa du salon moi!

Ils me regardèrent avec un air de "mais-qu-est-ce-qu-elle-est-bête-celle-la"

-Nan, je dors sur le pallier?
-Mais tu le fais exprès? Tu dors avec nous crétine. Déclara Castiel.
-Ah bon?
-Bah oui! T'es vraiment bête, plus que ça, tu meurs!
-He! C'est ma réplique.
-Donne ta valise, Kao, que je te la monte.
-Merci Lysou, c'est déjà fait.
-Oh, t'es rapide!
-Bon, alors moi je dors sur celui la, déclara Cast, en désignant un des lits doubles.
-Des lits doubles… pratique, vraiment.
-Oui, on a des lits deux places.
-Je dors avec qui, moi, demandais-je?
-Hum, je vais aller avec Castiel, et toi avec Sca'.
-Ça va pas la tête, je vais pas dormir avec un gars! Cria Cast.
-Pourquoi ça, tu vas pas forcer Kao si elle veut pas dormir avec toi ou moi.
-Euh bah, à vrai dire Lysandre, ça nous ai déjà arrivé de dormir ensemble Tomate et moi.
-Oui, je n'en doute pas! Nous, on prenait notre bain ensemble quand on n'était petits!
-Roh! Parle pas de ça Lys!
-Hum, c'est trognon, t'as honte Cast?
-Que…"

Il rougit, et Lysandre éclata dans un fou rire, et moi aussi. On a donc décidé de coller nos lits pour dormir tous ensemble, les filles au milieu et un gars de chaque coté, ou le contraire, enfin, comme on voulait, ça dépendait des soirs.
On alla ensuite me chercher des skis, mais au magasins, Castiel exigea que je prenne un surf. Comme je n'avais jamais fais ni de ski ni de surf, je ne savais pas quoi choisir. Ses parents me prirent les deux.
On alla ensuite se balader dans le village, puis la soirée passa très vite, et nous nous amusames bien! Ce fut une fois couchés, que nous entreprirent une discussion sur tout et n'importe quoi.
Ils étaient tous les deux autour de moi, "histoire de me tenir chaud", qu'ils disaient.
On a discuté un bon moment, puis, bercée par leurs voies, je m'endormis.
J'entendis Castiel m'appeler, puis dire que j'étais une vraie gamine de m'endormir aussi rapidement, et Lysandre lui répondre doucement de me laisser dormir. Il me caressa l'épaule et me remonta la couverture. J'entendis Castiel se coucher, ainsi que Lys. Et puis, environ 1heure après, alors que je dormais, je sentis quelqu'un me serrer très fort. C'état Castiel, j'avais reconnu sa façon de m'enlacer, comme si j'étais une peluche.

Le lendemain matin, après un petit déjeuner bien énergétique, on mit nos combos et on partit sur les pistes. Anais et Ethan, qui ne voulaient pas skier aujourd'hui, partirent se balader avec ma chienne.
On avait pris le télésiège, et on était en haut des pistes. Castiel avait tout de suite enfilé son surf et m'avait laissé avec ses parents, pour faire la piste noire juste à coté de ma verte. Lysandre voulait rester avec moi pour m'apprendre, pendant le temps que leurs parents aillent faire un tour.
On descendait doucement la piste, Lys me tenant le bras, et moi, à chaque coup de glisse, m'agrippant à lui de toutes mes forces. Les petits qui faisaient cette piste aussi, nous tournaient autour en nous surnommant "les amoureux". Lys souriait, et moi je rougissais. À un moment, une étoile rouge nous dépassa pour aller sur le petit tremplin d'en face et nous faire un de ses sauts! Mama Mia
Y'avait pas à dire, Castiel a vraiment la classe! Il s'arrêta à notre niveau, retira son casque, secoua ses cheveux d'un air de "Justin Bieber" et souria à deux filles qui le regardaient, sous le charme. Mes yeux qui brillaient d'admirations se rappelèrent que j'avais en face de moi un gros dragueur coureur de jupons.
Je décidais de reprendre mon entrainement, mais Castiel dit que c'était l'heure d'arrêter le ski, et de se mettre à la luge. Ça, je savais faire.
On s'amusa beaucoup.
Vers six heures du soir, j'avais à peu près compris le ski, et je décidais de faire une petite descente seule. Castiel avait mis ses skis et Lysandre était assis sur le coté de la piste.
Je m'élançais, sauf, que sachant mal contrôler ma vitesse, je me laissais aller, paniquant.
J'étais tellement maladroite que je percutais une jeune homme. Je lui tombais dessus, et il perdit ses lunettes et son bonnet sous le choc. Il me regarda, son visage m'étais familier.
Il me regardait avec de yeux ronds.
"Kao?
-Euh oui, c'est mi?
-Kaorin! Tu m'as tellement manqué!

Il me pris dans ses bras.

-EEEEEEEEEEEEEH!
-Kaorin!
-Mais t'es qui! J'te connais pas!
-Tu ne te souviens pas de moi?
-Nan.
-Mais c'est moi! Ken! Kentin!
-Kentin, c'est vraiment toi?
-Oh oui ma chérie, c'est moi! Mais appelle moi Ken, on est intime maintenant!
-Hein?"

Castiel arriva et m'aida à me relever, et en voyant le garçon brun avec ses lunettes rondes et ses cheveux gras sur lequel j'étais tombé, il grimaça.

"Merci Cast
-Mouais, fais plus attention la prochaine fois.
-Oui oui.
-Oh, ça va, tu ne m'as pas fais mal, mais tu peux t'excuser quand même si tu veux, dit Ken en secouant sa combinaison.
-C'est qui celui la?
-Castiel, je te présente Kentin Waron
-Ken! Ma chérie, appelle moi Ken!

Je grimaçais.

-Je continue: Je suis Kentin Waron, mais on me surnomme Ken, surtout ma Kao, car on est déjà intime, et je suis un ami à elle, car on étais dans le même lycée, et je l'aime.
-Ah…
-Tu me crois pas?

Et comme si ce n'était pas assez, il me saisit la tête, et d'un seul coup, il m'embrassa.
Je sentis Castiel reculer, irrité.

-OH, TU TE CROIS TOUT PERMIS? Beugla Tomate.
-Hein? Fit Kentin en me lâchant
-Laisse Kao tranquille!
-Bah pourquoi?
-C'est ma cousine, n'y touche pas!

Sur ceux, il attrapa ma main, ramassa mes skis, sa planche, me tira vers le télésiège.

-Viens, on rentre!
-Au revoir mon amour! Cria Ken
-!"


Nous rentrâmes avec Lysandre à la maison.  Après s'être changé, lavé et s'être affalé dans le canapé devant la télé (ça rime), je leur apportait une tasse de café (c'est trop fort, ça rime encore).
On sonna.
J'allais ouvrir parce que les deux flemmards ne daignaient pas se bouger le c*l.
C'était une très belle fille aux cheveux rouges et aux yeux rouges qui me fit un tige V avec les doigts.

"Salut!
-Bonjour.
-tu es Kaorin, c'est ça?
-Oui?
-moi je suis Sca! Scarlet Enton!
-Oh! C'est toi!
-Je connais cette voie, dit Castiel en s'approchant; Scarlet!
-Casti!

Elle lui sauta dans les bras.

-"Scarlet, bienvenue! Dit Lysandre d'un ton bienveillant.
-Merci!
-Au fait Kao, Scarlet est comme notre œuf, sauf qu'elle habite en Italie.
-Oh! D'accord! Je vois! Vous voulez du café?
-C'est pas de refus, dirent ses parents qui arrivèrent peu après.

Je me précipitais dans la cuisine. Scarlet me rejoignit peu après

-Attends , je vais t'aider.
-Oui, si tu veux!
-On va faire connaissance, ok?
-Oki doki!"

J'appris que Scarlet était anglaise et française, mais qu'elle vivait en Italie, que ses parents s'appelaient Sierra et Ulrich, qu'elle connaissait les gars depuis toujours, etc.
Le reste de la famille arriva, et Amande eu un succès fou chez les Enton. J'étais dans la chambre entrain de refaire les lits, il faudrait s'arranger pour dormir.
Je m'assis sur le rebord de la fenêtre. Ils se connaissaient tous, j'étais comme une intrus, et je ne voulais pas les gêner. Je restais donc la, à rêvasser.
Scarlet entra:

"Tu viens pas avec nous?
-Hein? Euh non, je dois ranger la chambre.
-Menteuse, tu viens de le faire.
-Euh, c'est que…
-Tu es timide, tu as peur de descendre?
-Oui, on peut dire ça.
-Allez viens!
-Non, je ne veux pas, je ne veux pas vous gêner, je gêne déjà assez comme ça Sophie et Thomas, je ne vais pas embêter tout le monde!
-Hein? T'es pas la cousine à Cast?
-Ah, non, il ne me semble pas.
-Bah?
-Non, je suis juste une jeune orpheline qu'il a repêcher, et qu'il accueille chez lui, et comme il ne voulait pas me laisser seule, il m'a emmené en vacances avec lui.
-Euh…
-?
-Elle est bonne! Vraiment, t'as beaucoup d'humour toi!

Elle me saisis le bras et me tira.

-Nan, lâche moi!
-Quoi?
-C'est pas une blague, écoute, c'est la vérité, je vais te raconter."

après avoir ravivé en moi des souvenirs lourds et douloureux, mes larmes sortirent, j'enfouis ma tête dans mes mains, j'avais vraiment honte.
Castiel m'avait entendu, et il était monté, il me prit dans ses bras, comme l'aurait fait Tamaki.
Scarlet, était la, à nous regarder, toute tristounette.
Elle s'excusa. Castiel me dit à l'oreille que je ne dérangeai personne, sécha mes larmes, et Scarlet m'entraina en bas. La soirée se passa bien.

La semaine qui suivit, j'appris à skier, à surfer même.
On fit des batailles de neige, enfants vs parents, et Amande pour arbitre.
Il y avait aussi des soirées raclette ou fondue. On fit des batailles de polochons, et Castiel prenait un malin plaisir à me tabasser avec son coussin. Si bien que ça finissais toujours en duel acharner, et il fallait nous arrêter pour pouvoir dormir.
Je croisais de temps en temps Kentin, et Castiel était toujours la pour nous séparer, ouf.


Le dernier soir, c'était la fête dans la salle communale: Une pour les adultes et les seniors, un bal pour les ados, avec un karaoké, et une soirée pour les plus jeunes.

On était donc au karaoké, sauf que pour chanter, on était tiré au sort pour les duos.
Coup de bol, j'étais avec Lysou.

Castiel était avec une minette très mignonne du nom de Carla , et Scarlet était avec un certain Hugo.
On était tous assis, à discuter, danser, s'amuser.
J'aperçus Ken, qui me fis un grand signe de la main, mais le regard sombre de Cast le calma.

Scarlet avait une jolie voix, Castiel fit un ravage, mais quand ce fus notre tour , les filles me jetaient un regard noir, vu que j'étais avec le BEAU LYSANDRE.
C'était une chanson de Linking Park, Runaway, ma préférée, quel hasard.

On a super bien chanté, tout le monde était bouche bée. Après notre prestation, il y eu un long silence, puis des acclamations.  Ken se leva, et les larmes aux yeux, il déclara.

"C'est mon amour! C'est mon amour! Je la connais, C'est mon amour de ma vie!
-Kentin, s'il te plait…
-Je t'aime ma chérie!"

Il voulut monter sur scène me faire un câlin, mais Castiel lui attrapa le col et l'envoya valser, si bien que Ken ne dit plus rien de la soirée.
On s'amusa bien.


Le retour ce fut très tranquillement. Sca avait prévu de nous rendre visite très prochainement. Je me trouvais encore entre les deux garçons, mais cette fois ci, c'étais moi qui dormais sur l'épaule à babouin.
J'avais adoré cette semaine.



Chap 13eme



Spoiler

Les vacances sont terminées depuis deux jours, et les cours ont repris depuis deux jours (logique).
Les parents de Castiel sont repartis aux Etats-Unis pour leur travail, il faudra que je demande à Cast se qu'ils font exactement.

Je me suis pas mal rapprochée de Lys, et j'étais persuadée de l'aimer, sauf, que quand j'ai essayé de lui faire ma déclaration, celui ci m'a prit de vitesse et m'a dit qu'il n'était pas celui que j'aimais, puis est parti, alors que Tomate arrivait.
Prise au dépourvu, je cherche actuellement qui est mon véritable amour.

Je traine actuellement dans les couloirs, et viens de me casser la figure
, faut dire que je suis douée pour tomber.

Au fait! J'ai oublié de vous dire, mais dans une semaine, on part en voyage scolaire en Corse!
Il y a donc de l'agitation dans le lycée.

Toute notre classe, soit les 2ndeE, ainsi que quelques personnes de premières et terminales ayant pris option italien y sont conviés.
Le programme sera tel qu'on prendra l'avion de Paris jusqu'à Bonifacio, qui est à l'extreme sud de l'ile, puis, au bout d'un semaine, remonter en bus jusqu'à Bastia, au nord, là-bas, prendre le ferry jusqu'à Marseille, puis remonter en train jusqu'au lycée.

Programme de fou!


On partait dans deux jours, j'étais impatiente, les inscriptions avaient eu lieu peu avant les vacances de Noël, et Rosa m'avait forcé à m'inscrire…
Je ne regrettais pas!


Les deux jours avaient passés, on étaient tous à l'aéroport. Beaucoup de personnes n'avaient jamais pris l'avion, ce n'était pas mon cas, car avec papa et maman, je le prenais souvent, notamment pour aller au Japon.

J'étais avec Rosalya, Leigh, Violette et Iris, Kim n'était pas dans notre classe. Il y avait aussi Melody. On était assis sur un des bancs de la salle d'attente pour l'embarquement.
Castiel, Lysandre et Fabien revenaient avec du chocolat chaud pour nous tous. Il était 22h30, on était en mars.





L'avion a décollé, je suis a coté de Fabien, nos places ont été désignées d'offices, pour ne pas faire de jaloux.
On a bien volé 3heures, et j'ai regardé le couché de Soleil tout le trajet. Quand nous fumes arrivés, on alla tous à l'hôtel, celui ou on résiderait une semaine. Il était tout blanc, et plutôt grand, en tout cas, moderne. Il y avait nos dortoirs, à droite les filles, à gauche les gars. Il y avait un couloir qui se séparait en deux pour nous amenés à nos chambres. J'étais avec Violette, Rosa, Iris, et Melo. La belle vie quoi!
Castiel vint me caresser les cheveux, me frotta la tête et lâcha un magnifique et ironique "Bonne nuit, Chaton!", sur lequel je répondis avec un tire langue.
Mais? Mon cœur avait battu un peu plus fort! Est-ce que, par hasard? Oui, peut-être.
Cast, Lys et Fabien étaient ensemble, avec Sean, un gars de la classe. Etant arrivés à plus de minuit, on a tout de suite dormi après un cours repas.
Et puis, il fallait être en forme, car le lendemain, c'était Aqualand! On commence en baumé, n'est ce pas?
Ah oui, petite précision, Amande est au café!
Bref, on passa une bonne nuit jusqu'à neuf heures et demies.

Dans le bus, après un bon petit déjeuner, c'était l'agitation totale, en même temps, avec 40 élèves….
Castiel dormait, encore…

Le parc était très grand, magnifique, et joyeux aussi!
Après s'être changé, mis en maillot, avoir récupéré notre pique-nique, on a eu un quartier libre d'une journée, retour à 18h aux cabines.

Mon maillot était le même que celui des collèges japonais, mais en vert. Rien de sexy, quoi.
J'étais dans le groupe de Rosa, Lys, Castiel, Iris, Fabien, Violette et Sean. Melody était avec Nath et compagnie.
On a commencé par la piscine à vagues, puis les toboggans, etc.…

Castiel s'absenta vers midi, et alla chercher un coca. Mais il mettait pas mal de temps, alors je me mis dans un buisson pour lui faire peur.
Je l'aperçus avec une fille de la classe, Nola, qui lui faisait sa déclaration d'amour, mais qu'il rejeta. Quand elle fut partie, ce fut une terminale qui l'aborda, mais sans succès. Mon cœur battait, et je me dis que je devais, moi aussi, le lui dire.

Je lui fis peur, il sursauta,et on retourna ensemble dans la piscine.
Une heure après, il alla chercher un autre coca, un vrai accroc.

Je le suivis, et le vis sur une chaise longue, loin des autres. Je sortis de ma cachette.
"Castiel, je peux te parler?
-Hum, vas y.
-Et bien, écoute, je, euh…

Il se leva, il avait sa serviette sur les épaules.

-Bon, active.

Je m'approchais de lui en courant, il avait posé sa canette juste derrière moi, sur une table. J'attrapais la serviette, et l'embrassais, du mieux que je pouvais.
Je ne le sentis pas réagir. Je retirais ma bouche, mais ne lâchais pas sa serviette. Je le regardais, attendais sa réaction, qui ne venait pas.
Il me regardait, puis détourna ses yeux, saisit son coca, but quelques gorgées et me dit.

-Bon, tu me lâches maintenant.
J'eus un mouvement de recul, j'étais vexée.

-Oui oui, bien sur, excuses moi."

Je partis en courant vers la piscine à vagues, ou je plongeais et restais en apnée. Comment avais-je pu être aussi sotte, je ne suis pas assez bien pour lui! C'est clair.

Le soir, après s'être changé, nous reprimes le bus.
Un papier s'envola du sac de Castiel, et discrètement, je m'en saisis. J'avais prévu de ne rien dire aux autres pour cet après midi.
J'ouvris doucement le papier, et une fois dans le vus, à coté d'une terminale, je le lus.
C'étais un classement des plus belles filles, établit par les garçons: voici un résumé.

Liste des plus belles filles du voyages;

1) La magnifique Lou Ann, super bien roulée
2)La superbe Sarah, gentille, sexy
3)La sexy , super bien roulée
4) La timide Violette, sexy
5)La belle Iris, une vraie fleur
6)Melody, la sage, mignonne.
7)…




10)Konata, la petite journaliste timide, hyper mimi!



15)Charlotte, grande sexy
16)Ambre, grande gue*le sexy
17) Li, asiatique super canon.


20)Kaorin, la naine trouillarde, la vraie planche, chiante et idiote.
21)Gros thon, Andréa, 98kilos.


Il y avait 21 filles et 19 garçons, et j'étais placée juste au dessus d'Andréa, une fille très costauds. Je parie que Castiel avait participé.
C'était ainsi que me voyait les garçons? Sympa…


Bref, chaque soir, il y avait une veillée, et ce soir, c'était un bal.
J'avais une belle robe, et j'étais assise sur un chaise. 1 Heure avais passé, il en restait 3, Aucun gars ne m'avait invité, et Andréa non plus, en même temps; normal pour une avant dernière. Je sortis donc prendre l'air, sur le balcon de service. Un jeune prenait sa pause, il était employé, je l'avais remarqué, car il avait des cheveux blonds bouclés comme Jade et des yeux violets. Magnifique.

"Bonsoir, que fais tu la?
-Moi, et bien, je sortais, car je ne m'amuse pas du tout, et je n'aime pas danser.
-Ah bon, moi je suis Angelo, un employé au service-cuisine.
-Trop bien! C'est cool comme activité!
-Tu trouves?
-Oui! Je suis moi même serveuse en restaurant! J'adore ça!
-Tiens donc, que dirais tu de nous donner un coup de main, ça t'occuperais…
-Kaorin
-Kaorin, oui, voila, alors?
-Avec plaisir!"

Il me présenta comme apprentie en cuisine, mais le chef voulait savoir d'abord de quelles capacités je disposais. Je pris alors ma plus belle voie, et en cuisine, je chantais et dansais "World is mine" DE Miku Hatsune!
Les employés étaient impressionnés, ils m'applaudirent!
J'étais super contente. C'est ainsi que commença mon service. Mon uniforme était: Collants noirs, ballerines noires, jupe à jupons noires, haut col roulé noir et rose dans les cheveux, noire aussi.
Le courant passa tout de suite entre moi et Angelo, si bien, qu'a notre deuxième pause, on alla recopié les listes de classement filles et garçons sur des feuilles hyper grandes, au marqueur indélébiles. J'y ajoutais ma petite signature, un tigre stylisé.
On s'éclata bien, et j'avais réussi a piquer la liste des gars aux filles. Castiel était le sensuel et rebelle premier, Lysandre le magnifique et ténébreux deuxième, Fabien , le beau gosse 4eme, et Sean suivait de près, ensuite suivit par le calme Leigh.

On se tapa de gros délires sur les commentaires laissés par les admiratrices. Angelo avait un beau rire, c'était agréable d'être avec lui.


J'allais sur le balcon, et Lysandre me rejoigne.
"Tu n'as pas été invitée à danser?
-Non
-Je suis désolé
-Merci
-Qu'est ce que tu as?
-Rien , je trouve juste normal qu'une petite planche, trouillarde, chiante et idiote, 20eme du classement ne soit pas invitée à danser, c'est out.

Il rougit.

-Ah, alors tu l'as vu?
-Oui, merci beaucoup, je sais que tu as participé.
-Kao, je..
-Kao, tu viens m'aider? Cria Angelo
-Oui, j'arrive tout de suite. Au revoir Lysandre, passe mon amitié à ce très cher Castiel!

Sur ceux, je courus en cuisine, laissant Lysandre seul, abandonné.

Point de vue de Lysandre

Elle est partie…
C'est dingue, elle est en colère, et surtout, ça faisait un bon bout de temps qu'elle ne m'avait plus appelé Lysandre…


(Pov Lys, Maylinn, On le console à deux, hein?)




Chap 14eme




Spoiler

Sur ceux, je laissai Lysandre seul, il l'avait cherché.
Il ne restait plus qu'une demi heure à la veillée, et j'allais en profiter. Je ne vis pas une seule fois Castiel, et c'était tant mieux.
À la fin, on est resté un peu plus tard pour ranger la salle qui servait aussi de réfectoire de l'hôtel. Le chef des employés me proposa de travailler le lendemain, et dans deux jours, de participer au repas spectacle, ma voie ferait des miracles.
Que l'on me croit ou non, j'ai accepté, mais il m'a dit que je devrais sauté les activités prévues. Et j'ai encore accepté, je préférais m'amuser dans un truc ou je serais utile plutôt que de ne rien faire, en restant en retrait.
Tant pis pour les filles, qui seraient vexées, surement, mais je n'avais plus envie de faire quoi que ce soit avec ce groupe de voyage. Mon râteau, la réaction de Cast et ce classement complètement immature dirait Maylinn, m'avaient juste fait perdre le gout de la joie ici au moment même. Je trouvais heureusement un peu de satisfaction auprès de Angelo, et le fait d'entendre les filles et les gars crier en voyant les classements nous avait fait tous les deux exploser de rire, c'était vraiment bon.


Quand  je retournais enfin dans la chambre, les filles dormaient, ou faisaient semblant Je me lavais, changeais et montais dans mon lit superposé vite fait.
Mon oreiller était près de celui de Rosa.
"-Tu ne viendras pas avec nous demain, c'est ça?
-Désolée, Rosa..
-Mais pourquoi?
-Tu as tout entendu?
-Oui…
-Vraiment désolée, mais je ne peux pas rester avec vous?
-Pourquoi?
-Eh bien… C'est compliqué…
-Tu ne veux pas me dire, je suis ton amie moi! Ne me cache rien! Je veux que tu es confiance en moi!

Elle se redressa, me regarda. Je levais la tête que j'avais enfoui sur l'oreiller. Ses yeux pleuraient.

-Tu ne veux plus être mon amie?
-Mais si Rosa, c'est juste que… Trop de choses en un jour, tu vois, je sature, c'est tout.
-Mais raconte moi! Je suis ton amie, je peux t'aider!
-Je sais, bref, t'as gagner je vais te raconter.

Après un bref résumé, elle me prit dans ses bras.

-Oh Kao, ma petite Kao, Castiel est juste un gros c*n, oublie le.
-Je ne pleurerais pas pour lui, ne t'en fais pas.
-Oh Kao, je le punirias.
-Mais, nan, pas la peine!
-Sure?
-Oui, oui!
-Bon..
-Écoute, je vais bosser demain, et tu es crevée, vaut mieux dormir.
-Tu as raison, bonne nuit.
-Bonne nuit Rosalya."


Je lui collais une bise sur la joue, et me couchais. Elle se recroquevilla sous ses couvertures.




Le lendemain, ils partirent tous en balade avec après midi canyoning. Je les enviais, mais je ne voulais pas supporter ces dragueurs de première plus longtemps. Je n'étais pas leur jouet.

Rosa m'adressa un dernier signe de la main, Iris et Violette aussi, puis entrèrent dans le bus.
De la terrasse, je pu voir Castiel s'installer au dernier rang avec Lou-Ann, Sarah et Lys. Il rigolais. Quand il m'aperçut, il arrêta de sourire. Je lui lançais mon regard le plus assassin que possible, et il me regarda de haut.
Le bus démarra.
Angelo vint me prendre l'épaule, et nous rentrames dans l'hôtel.
Le matin, c'était visite des environs et l'après midi, aide à la lessive et au rangement de l'hôtel.
Le soir, ce serait veillée Casino, il fallait tout prépare. Je passerais dans les rangs avec des boissons, etc.
Angelo tiendrait le jeu de la roulette.

Le jeunes rentrèrent tous trempés, se marrant bien. J'étais jalouse, je peux l'avouer;.
Après le diner, on installa tout , et il y eu une musique bien sympa!
On était tous en costard cravate, sauf les filles, qui avaient un habit plus sexy et féminin. Angelo portait un chapeau de cow-boy bleu à paillettes, qui allait bien avec ses yeux.

En apportant des boissons à droite et à gauche , je me suis retrouvée plusieurs fois devant Castiel et Lou-Ann, a qui il tenait les épaules.
Je m'en fichais pas mal, c'est juste qu'il me lançait des regards horribles.

À ma pause, il me croisa, avec Lou-Ann, et moi pour me venger, je lui dis.
"Oh, Lou, tu as très peu de chance, Castiel n'est qu'un infidèle."


Elle se retourna et rougit.
Castiel lui dit de rester la, m'attrapa le bras, m'emmena sur le balcon et me gifla. Il repartit.Je souris, et repartit.
La soirée se termina bien.


De retour dans la chambre, je fouillais dans mes affaires. J'en sortit un bikini deux pièces avec des roses gothiques et des carreaux noirs et blancs.
Il était très beau. Il venait d'un styliste qui était un mai du prof de dessin de Tama, et qui était venu à notre concert, qui nous prenait comme modèle. IIl était très gentil, comme un grand père.
Rosa arriva derrière moi, alors que je contemplais le deux pièces.

"Oh, il est très joli!
-Rosa?!
-Tu vas le mettre?
-Non, ce genre d'habits ne me vont pas.
-Oh, je suis sure que si.
-Et devant moi?
-Seulement si l'on est à la plage!
-Ok, alors à la plage!
-Oui, peut être!"


On alla se coucher.

Le lendemain, Ils partirent en rando et en plongée sous marine, et moi, j'allais avec Angelo encadré un des groupes d'enfants de l'hôtel à la plage.
Angelo était barque, et moi , j'avais mon deux pièces. Désolée Rosa.

Le soir, c'était la soirée spectacle pendant le repas.

Ils étaient tous à table. J'avais endossé mon rôle et ma perruque. J'étais Miku Hatsune..
La salle devint noire, deux projecteurs s'allumèrent..
Une scène montante avec moi dessus s'éclaira.
Je commençais à chanter les paroles de World is mine, sous les regards ébahis.
À la fin de la chanson, de lasers de feu s'allumèrent, passant juste au dessus de ma tête. Effet de scène.
je m'abaissais en criant, prise de peur.
Angelo, arriva en trombe, me serra contre lui et on éteignit les lasers.
"tu es prête pour la suite?
-O-Oui…
-Alors en piste!"

Le spectacle reprit, j'étais fière de moi.
On chanta plusieurs chansons, il avait une jolie voie.

De retour dans la chambre, les filles m'applaudirent et me sifflèrent! J'étais heureuse!



Chap 15eme



Spoiler

La suite de la semaine se déroula sur le même plan. Je dois avouer qu'être séparée des autres est… reposant.
J'ai retrouvé dans ma valise une robe de balle noire brodée en vert citron, avec des dentelles et du tulles, du style victorien, fendue sur le coté, en bustier, avec un collier de perles comme celui d'halloween, mais vert.
Elle me servirait pour la soirée "Bal victorien"  du dernier soir, même si je ne danserais pas…
La dernière journée fut calme, et je dus aller à la plage avec mes camarades.
Il faisait chaud, beau et le soleil tapait tel une boule de feu, qu'il était d'ailleurs.
Ils étaient tous sur la grande plage. Mais pas moi…

Point de vue de Rosalya


Kao, Kao Kao, ou est tu?

Je marchais sur la plage, à la recherche de cette jeune fugueuse. J'escaladais quelques rochers, pour ensuite découvrir, à l'abri des regards et ignorée de tous, une très jolie petite crique, protégée des vagues…
Dans ce bel endroit se trouvait une jeune fille très pudique, très belle, et à l'écart de tous. Kaorin.
Elle était la, assise au bord de l'eau, la mer lui caressant les pieds. Elle regardait voler l'écume de coton blanche, rêveuse.
Je descendis, elle m'entendue.
"Kao! Tu ne veux pas venir avec nous?
-Sans façon…
-Pourquoi?
-Tu le sais, je te l'ai expliqué..
-Ah, oui, à cause de "lui"…
-Nan, à cause de eux tous, je les hais, je les haïrais toujours.
-Si tu le dis…
-Et si je le pense…
-Cette crique est magnifique.
-C'est Angelo qui me l'a montrée…"

Elle mit sa tête dans ses bras, qu'elle posa sur ses genoux. Elle était entourée d'une serviette.

"Rosa..
-Hum?
-Je l'ai mis..
-De quoi?
-Le deux pièces..
-C'est vrai? Montre moi!
-Bon, ok…
-Je ne te laisse même pas le choix!"

Elle se leva, alla se mettre derrière un rocher, enleva sa serviette et me dit: "Je ne le montre pas longtemps".

Quand elle sortit, je pu le voir, il était très bien taillé pour elle, et lui allait comme un gant. Il aurait eu de trop petits bonnets pour moi, détail à part.

"Wow! Superbe!"

Point de vue de Castiel

Rosa était partie vers l'est, si on venait de l'eau, et je crois qu'elle avait grimpé sur les rochers. En tout cas, elle n'était pas encore revenue…
Que je la cherche, dites vous?
Point du tout, c'est Leigh, et je donne un coup de main, c'est tout, je suis gentil moi. (Tu as le droit de rire May!)

Enfin bref, assez fais de monologue, allons voir.

Je montais moi aussi sur les pierres, sans m'écorcher les mains sur les coquillages incrustés. Sales bêtes.

Je cherchais encore la jeune fille sexy en bikini violet.
C'est arrivé tout en haut que je la vis, elle est "l'autre".
L'autre me vit avant Rosa, et je crois que j'étais arrivé au mauvais moment, car elle rougit, se leva (elle portait un deux-pièces très mignon, sexy aussi, limite gothique, enfin bref, j'aimais)et partit en courant vers la mer et y rentra. Quand elle eu de l'eau jusqu'à la taille, elle plongea, pour ne pas ressortir; Enfin, si, mais la ou je ne pouvais plus la voir.
Rosalya l'appela, puis me lança un regard noir.
"Ah bah bravo, alors que j'arrivais enfin à la calmer!
-Mais c'est pas ma faute..
-Si!
-Et pourquoi? J'y comprend rien à cette fille, donc j'ai rien fais!
-Je crois que pour elle, tu as fais quelques choses de grave."

Elle s'éloigna en l'appelant, partant à sa recherche.

Point de vue de Kaorin

LUI, Pourquoi a-t'il fallu qu'il vienne? Pourquoi?
Je ne voulais pas le voir, pas du tout.
Je voulais même ne plus le voir du tout, plus jamais, qu'il disparaisse, ce coureur de jupons, cet homme, celui la, qui ne savait pas reconnaitre les femmes, je n'étais pas son jouet. Je n'étais rien à ces yeux, plus rien.
Je ne serais plus…

Je me sortis de mon délire en entendant les appels de Rosa, elle me prit par la main, me sortit de l'eau et me ramena à l'hôtel. Je n'avais plus de forces, plus rien n'était en moi d'ailleurs…


Je me retrouvais assise sur une chaise, le long d'un mur blanc, seule, Andréa en face de moi. Moi avec ma robe de bal, elle en mini robe rose.
Époque victorienne, Les garçons avaient demander des fringues à Lysandre, et les filles étaient aller acheter des robes au tailleur du coin.

Entre nous se trouvaient des danseurs, des danseurs de nos âges, qui valsaient comme à la vieille époque. Ces danseurs représentaient pour nous deux un fossé de tristesse.
Heureusement, une lumière était la, et elle me prit par la main, m'enlaça et commença à me faire danser devant tous les regards impressionnés des autres. Cette lumière, c'était Angelo.

On dansa toute la soirée.


Le lendemain, les adieux furent rudes. Je n'avais pas envie de quitter la seule personne qui était pour moi un guide, un grand frère, tout ce qu'aurait fait Tama, il l'avait fait.


Dans le bus, je pleurais, discrètement.


On remonta toute la Corse, en bus. Le soir, ou non, le lendemain soir, quand on arriva au quai du ferry. Je me sentis triste à nouveau, mais passons.

Dans le bateau , on devait dormir par terre, sur le sol, dans nos duvets.

Il faisait nuit quand on quitta le port;
Je montais sur la passerelle,  et y croisait Ambre.
"Tiens donc, qui voila? L'abonnée à Angelo!

Ricanement de ces deux clebards

-Alors, petit bébé, on pleure de l'avoir quitter?
-Et toi, tu pleures de ne pas avoir eu de succès dans la liste?
-Et toi alors? Tu es avant dernière!
-Peut être, mais moi, je vis chez Castiel!
-Que….?
-Ça t'énerve, hein?
-Pourquoi peux tu dire ça?

Je lui attrapais son sac, le vidais, et il en tomba une bonne cinquantaine de photos de Castiel, entourées de rouge à lèvres.

-Et maintenant?
-Comment as tu osé? S'énerva t-elle
-Je fais ce que je veux, surtout que je m'entends très bien avec Castiel, moi!( Ce qui était relativement faux)
-Castiel est à moi! Comme tout les autres garçons!
-Et si je ne te les laisse pas, tu fais quoi?
-Ça!

Elle claqua des doigts, et Charlotte le Bichon m'attrapa et me fit une clé de bras.
Li le Chi-tsu me tira les cheveux, et Ambre le caniche me mit plusieurs coups dans les cotes.
Je me pris deux claques, et plusieurs autres coups dans le visage.
Elles me lâchèrent.

-Que ça te serve de leçon!"

Elles s'éloignèrent en ricanant. Pourritures.

Je montais tant bien que mal sur le pont, sous le vent…
Il y avait Castiel, et je pris une autre direction pour l'éviter, mais trop tard.
"Tiens donc,  qui voila!

Lui est Ambre devraient se marier, ils ont les même phrases.

Alors, ou tu vas comme ça?
-Pourriture…
-C'est à moi que tu causes?
-Peut être…

Il m'attrapa et me colla contre le mur, me tenant les poignets.

-T'as dis quoi?
-Laisse moi
-Pas avant que tu te sois pardonner.
-J'suis pas ton esclave.
-Nan, mais tu vas le devenir quand t'en auras pris plein la figure.
-Pfff, j'ai peur..
-Tu vas morfler, ma parole.
-Je suis pas votre jouet, ni votre punching-ball!
-Ah oui?
-Ouais, toi et Ambre, ses larbins, et tous les autres, vous ne méritez pas d'exister pour ce que vous me faites!
-Tiens donc, ce n'est pas à toi de décider de mon existence.
-Et toi idem pour la mienne.
-Tss
-Et puis, je n'ai pas à recevoir d'ordre du personne qui ne voit les femmes comme des jouets.
-Quoi?
-Toi et Ambre, non, tu es à Ambre, donc laisse moi tranquille, et va la chercher!
-Je ne suis pas à Ambre…
-Peut être, mais t'es un sacré coureur de jupons, qui embrasse toutes les filles qu'ils croisent, un homme qui restera un s*lop jusqu'à la fin de sa vie, un homme qui ne mérite pas de vivre!

Je me pris une baffe. Castiel haletait.

-Si je ne mérite pas d'exister, et que je me serre des femmes, tu e une femme, alors autant en profiter petite p*te!"

Il s'approcha de moi et m'embrassa à pleine bouche. Il me faisait mal, car il serrait mes poignets, et il me cassais mon ego.
Je pleurais.

Je lui collais la plus belle des baffes jamais collée avant dans ce monde si bas.

Je m'en allais en courant, pleurant ma haine.



Je me retrouvais derrière un mur, dont la porte était ouverte, et j'entendis Lysandre. J'étais triste et blessée.
"Wow, la marque que t'as sur la joue Cast!
-C'est de Kaorin.
-Ah ouais, je comprends mieux. Elle t'avait pas fait une déclaration?
-Si
-Et tu l'as rejetée.
-Ouais, elle a comprit d'elle même.
-Elle te l'a dit comment?
-En m'embrassant.
-Ah, mais ça t'as fais aucun effet.
-Aucun.
-Ah, et elle, elle ne te plait pas.
-Nan.
-Elle t'as baffer, et elle t'avait décorer son amour, et tu ne lui dis rien.
-Je l'ai embrassée la, mais violemment.
-T'es vraiment cruel.
-Ouais, je risque de la perdre.
-Tu t'en fous?
-Un peu.
-Pourquoi?
-Une de plus, une de moins…"




J'étais la , j'avais entendu, et je pleurais de plus belle, recroquevillée contre le mur.



                         "Une de plus, une de moins"



Chap 16eme


Spoiler

L'amour n'était qu'un jeu stupide, un jeu ou celui dont le cœur brulerait le premier perdrait, et j'avais perdu. Mon cœur n'étais pas un phœnix, il ne renaitrait pas de ces cendres. Il était mort à tout jamais...

Dans le train du retour, ma tête était de, fatiguée. J'étais à coté de Jordan, un redoublant dans notre classe, qui n'avait pas beaucoup de succès, car il était très discret, très silencieux. Ce qui était bien avec lui, c'est qu'il ne vous forcer pas à parler, et vis versa.
J'avais dormi tout le trajet.

J'avais passé le week end savant à faire mes devoirs, chez les jumeaux.
Les parents de Castiel n'étaient pas la. Amande était encore au café, Sasha voulait la garder plus longtemps.



Il y eu une surprise dans cette guerre contre Castiel, une alliée m'est arrivée.
Au bout d'une semaine, elle est entré dans le lycée.

Elle était de taille moyenne, les cheveux longs et noirs, et des beaux yeux verts amandes. Trop chou. Elle s'appelait May-linn.

On la mit à coté de Jordan. Entre nous , le courant passa très bien, ainsi qu'avec les filles. Mais envers Castiel, ce fut la 3eme guerre mondiale.

May et moi, on mangeait tout le temps ensemble. On s'entendait à merveille!

Je ne ferais pas long pour vous décrire cette amitié, si forte soit-elle.


Alors que tut allait pour le mieux, ou presque, le drame arriva.

On était un midi, et l'après midi était banalisée en raison d'une intervention des pompiers.
Je mangeais avec May à midi, et le soir aussi.
On grignotait des sandwichs.
"Dis, tu m'as déjà tout dit sur ta famille, mais pourtant…
-Oui?
-Tu te sens encore responsable de leur mort?
-Oui, et je le serais toujours.
-Mais pourquoi?
-Et bien… je n'arrête pas de me dire que j'aurais du mourir à leur places.
-Hein?
-C'est bête, hein? Mais je ne me fais pas à l'idée d'être sans eux.
-Mais, ils sont dans ton cœur.
-Ça ne suffit pas, je ne peux pas les enlacer, ou encore les dire que je les aime. Je ne l'ai pas assez fait avant.
-Mais ils le savent, ils te voyant d'ou ils sont.
-Arrête…
-Quoi?
-Je sais très bien qu'il n'y a pas de vie après la mort.
-Mais.
-Leurs âmes n'hantent pas non plus ce monde.
-Euh…
-Ils sont morts pour de bons. J'aimerais tellement les rejoindre, si tu savais.
-Mais…
-J'ai peut être l'air bête, mais ce que je vis en ce moment, ça vaut bien toutes les souffrances que je pourrais éprouver.
-Je ne te suis pas…
-JE VEUX MOURIR!

Une larme roula sur ma joue, puis elles se déversèrent en flots.
Maylinn me prit dans ces bras. Elle me berça. J pleurait maintenant sans retenue.

-Tu sais, si tu montes la haut, je ne pourrais plus te voir.
-Oui, excuse moi, mais il me fait devenir folle..
-Qui?
-Castiel, il me fait tellement souffrir.
-Oh..
-Oublie, je déraille. On y va?
-Euh, si tu veux…
-Alors lets go!"

Point de vue de Maylinn

On se leva et sortit du parc. Elle avait un faux sourire, je n'étais pas dupe, mais je ne voulais pas la refaire pleurer. Ouh! Ce Castiel, si je le tenais.

En se séparant pour rentrer chez nous, elle laissa échapper une phrase choquante.
"Je suis sure que sauter d'un pont dans une rivière peut profonde doit être bien pour donner fin à sa vie…
-Tu dis?
-Non, rien, À tout à l'heure!
-Ouais, à toute."

Point de vue de Kaorin

Un peu de maquillage, un joli top blanc, un short gris, des ballerines et une veste en cuir à la Castiel. Mes habits pour ce soir, mon repas avec Maylinn, il fallait que je lui montre que j'étais mieux.
Je m'assis à la fenêtre, et regardais ma ville. Je l'aimais, malgré tout ces gens à défauts.
Mon regard se posa sur la rivière, une bonne échappatoire en cas de soucis graves.
Le vent devenait frais, et Castiel montait; Il revenait d'un rendez vous avec une de ses nombreuses filles, il en avait un autre demain, samedi.

J'étais fin prête, après m'être regardé 50 fois dans le miroir pour observer mes cernes, car j'avais dormi.
Je ne pris pas la peine de saluer Castiel, et pris ma route jusqu'au café, ou m'attendait May.
En route, l'irréparable se produisit, je

Elles aussi étaient de sortie, mais sans leur maitres. Mais, suis-je bête, Castiel était occupé avec d'autres filles. Si je lui disais, ça l'énerverait peu être? Surement, même.
"Tiens, une pouilleuse qui arrive.
-Oh, un caniche!
-Tss, tu te crois drôle?
-Et toi?
-Mais moi, je suis l'excellence même!
-Pfff, celle la elle était pas mal!
-Tss, et j'entends ça de la part d'une fille qui ne s'entend même pas avec ce beau Castiel.
-Ouais, d'ailleurs princesse, pour les rendez vous, demande lui à l'avance, car il est assez prit, c'est qu'il en a plein lui.
-Tss.

Tiens, voila donc que je le défendais.

-Et puis, j'ai autre choses à faire que de m'occuper de gamine comme toi.
-Ne m'ignores pas, Kagatsuki!
-Hum, Kagatsuki, pour toi, ce sera Mlle Kagatsuki.
-Tss.
-A plus!
-Et tu crois capable de porter ce nom après ce que tu as fais?

Je m'arrêtais, moi qui avais repris mon chemin. Je me retournais vers elle.
-Oh, je vois que tu réagi, Kagatsuki!
-Tu as dis quoi la?
-Que, après ce que tu as fais, tu ne pouvais plus porter avec honneur ce nom.
-Et qu'est ce que j'ai fais?
-Il me semble, qu'un certain de tes frères, Tamaki Kagatsuki, ce serait tué en moto, il y a de cela 3-4 mois.
-Et?
-C'est un suicide.
-Bien sur, tout à fait, Caniche, continue comme ça et tu deviendras détective!

Comment avait-elle su?

-Et puis, ta famille aussi, serait morte;
-Et?
-Ta tante est venue te chercher, mais tu as préféré fuir plutôt que de sauver ton honneur. Tu salis encore ton nom; et toute ta famille.
-Et, c'est la mienne, je fais ce que je veux.
-Oui oui, mais juste que tes morts l'ont déjà salit eux même.
-Comment peux tu dire ça?
-Et bien, tes parents ont été tués sans que tu le décides. Et par ta faute.
-Et?
-Ton frère, lui, as voulu quitter la vie car à cause de toi, il a perdu sa famille, et est devenu adulte et responsable trop tôt;
-Et?
-Il s'est suicidé, car sa vie avec toi n'était que souffrance.
-C'est pas vrai.

Je perdais mes moyens, et je paniquais.

-Tu paniques?
-Nan..
-Si..
-Laisse moi!
-Tu paniques!
-LAISSE MOI!
-Pourquoi tu cers, tu sais très bien que ton frère n'était as heureux.
-Si, il l'était.
-Et combien de fois il te l'as dit?


C'est vrai ça, combien de fois? Tout devenait flou, je ne me rappelais plus de rien. De rien du tout.


-Je ne me rappelle plus…
-Tu vois, Il s'est tué car il en avait marre de toi.
-C'est faux.
-Il ne t'as jamais dit qu'il t'aimais.
-Il m'a dit que ce n'était pas de ma faute.
-Et pourtant tu ne le crois pas, c'est que tu es consciente que c'est de ta faute.
-Je..
-Et puis, le suicide n'est elle pas une façon lâche de quitter la vie?
-Je ne suis pas lâche, et Tama non plus.
-Tiens donc.
-Je..
-TU AS TUÉ TOUTE TA FAMILLE, CHIENNE TU NE MÉRITES PAS DE VIVRE! TU FERAIS MIEUX DE LES REJOINDRE! TU AURAIS DU MOURIR À LEUR PLACE!!!!


C'est exactement ce que j'avais dis à midi.

Je ne voulais plus en entendre. Je pris la fuite, en courant, en pleurant.

"C'est ça, fuis, ça vaut toujours mieux!"

J'entendais Caniche ricaner. Je courais. Je voulais trouver mon échappatoire, mon pont.
Je traversais le grand parc en courant, jusqu'à ce que je m'enfonce dans la forêt. En fonçant droit devant moi, je trébuchais, et descendis une grande pente parsemée de pierres, sur lesquelles je butais, m'écorchais,me blessais, saignais. Je ne m'arrêtais pas de rouler.


Point de vue de Maylinn

Je l'attendais depuis 10 minutes. Je  commençais à m'impatienter.
C'set la que j'aperçus Ambre.
"Hé, la pouf, elle est ou Kao?
-Qu'est ce que j'en sais?
-Tu as son portable dans les mains, tu l'a vue?
-Euh…

Je lui empoignais le col.

-Ou est Kao?
-Euh, rejoindre son frère je crois."

Ricanement.
Non, Kao, tu m'avais promis… Mon sang ne fis qu'un tour. Une seule personne pouvait l'aider, une seule. À savoir si il accepterait.




Sonnerie, sans réponse.

Sonnerie…


SONNERIE.

Avec réponse.
"Oui?
-Castiel, aide moi.
-Toi? Et pourquoi donc.
-Pas moi, ta sœur.
-J'ai pas de sœur.
-Kao, imbécile.
-Ah… salut.

Il referma la porte. Je la bloquais avec mon pied.

-Hey, tu fous quoi la?
-VA AIDER KAO!
-Wow?
-Je ne t'aime pas…
-Et?
-Je suis passée par la foret en rentrant, et j'ai trouvé ça.

Je sortis une ballerine.

-Et?
-C'est à borin, elle l'a perdue.
-Cool.
-Ce n'est pas tout, Ambre m'a dit quelques chose de grave.
-Ah… cool.
-Kao est partie rejoindre son frère.
-Bon voyage à elle.
-Débile! Son frère est mort.
-Ah oasis, cool.
-Tu ne fais pas le lien.

Il leva la tête.

-Nan, elle a décidé de mourir.
-Oui…
-Et tu restes la?
-toi aussi,c'est à cause de toi tout ça. Va la sauver!
-Elle va mourir,
-Oui, si tu ne la sauves pas.
-Je ne veux pas.
-Alors vas-y.

Il enfila son manteau et sorti en courant, l'air affolé. 

-Attends, tu ne sais même pas ou elle est.
-Et elle est ou?
-Elle m'a dit tout à l'heure que le meilleur endroit pour ce suicider était un pont. Il y a un pont il me semble.
-Ouais, j'y cours!
-Bonne chance"


Sauve la, je t'en prie.

Point de vue de Castiel

Je suivais les traces de sang, qui remontaient effectivement jusqu'au pont.

Kao! Ne meurs pas!

Point de vue de Kaorin

Je chantais ma douleur, ma haine, ma tristesse et mes dernières gouttes de vie. Le vase avait débordé, et c'était vidé.
Je montais tant bien que mal sur la barrière du pont de la ville, soutenant mon bras ensanglanté. Mon top virait plutôt au rouge maintenant.Je regardais le ciel, peut fière de ma conduite, chantant Runaway de Linking Park et The Catalyst pur Tama, ainsi que d'autres. Ma haine persistait; Mon malheur aussi.

Je chantais , titubante.

J'entendis une voix m'appelant.
Je me retournais, mais à ce moment la, tout devient flou, je me sentais tombée, mourir doucement. Non, je ne sentais plus rien…



Point de vue de Castiel

"KAO!"

Je l'attrapais par le bras; alors qu'elle commençait à tomber dans le vide.
"Kao!

Je la tirais vers moi, elle avait perdu beaucoup de sang, et semblait tirer par la douleur. Elle voulait souffrir, donner un sens à sa vie, j'en était sur.
-Ne meurs pas, Kao, je te l'interdis.

Elle était évanouie.
je la pris en mode princesse, en faisant attention de ne pas toucher son bras, pour ne pas le blesser encore plus. Elle avait perdue une chaussure, et le sang ruisselait ur tout son corps. On aurait dit qu'elle avait été battue à mort par sa vie.
Je la serrais contre moi, pour la protéger. J'avais eu peur de la perdre.
Kao, je t'interdis de mourir, tu m'entends, je te l'interdis, formellement.

Je la serrais, tout en la sentant disparaitre à petit feu…












À petit feu…




Suite en dessous! Pensez à toujours regardez en dessous!


Dernière modification par kaorin (Le 17/05/2012)

 

Perdue dans le couloir Messages: 3
Hors ligne
Le 30/10/2011 - #10 

 

C'est tro bien , j adore, kaorin est sauvé par castiel, c est tré emouvant, sutou quad il fon la chanson pour tama, j'aimerai bien etre chanteuse comme kaorin moi ausi. bravo, bonne continuasion, a biento!


 

Timide Messages: 384
Hors ligne
Le 30/10/2011 - #11 

 

Merci arisuu, c'est gentil smile

Chap 17eme


Spoiler

"AAAAAAAAAAAAAAH"

Je me relevais d'un coup, ruisselante de sueur.
Je ressentis un mal dans mon bras et m'en saisis, il était couvert de bandages.

"Aie.
-Ne bouges pas, t'es encore H.S Kao.
-Castiel?


Il arrivait avec des tasses de chocolats chauds sur un plateau.
Il était habillé tout en noir, et ce qui étais plutôt rare chez lui, c'est qu'il avait une chemise blanche en dessous de sa veste.


-Manque plus que la cravate rouge et le tablier et te voila devenu un maid servant.
-Ta g*eule. Préviens moi la prochaine fois que tu sortiras une blague drôle.
Rooooh.

Je sortis alors ce qui ne fallait pas.

-Dis moi, tu vas à un enterrement ou quoi?

Il se retourna. Son visage portait toutes les douleurs et les haines du monde, je suis certaine que même celle des extraterrestres y étaient.
Il se jeta sur moi, me prenant les épaules et me collant contre le dossier du lit.

-Abrutie, ne me fais plus jamais ça. PLus jamais.
-Cast…
-PLUS JAMAIS!

Il pleurait, sa tête posée sur mon épaule laissait échapper des gouttes chaudes et salées.
-Castiel…"


On resta comme ça bien dix bonnes minutes, jusqu'à ce que je demande:

"J'ai fait quoi au juste?

Il y eu un des blancs les plus long du monde.

-Petite….S'énerva Castiel.
-Oui?
-T'AS OUBLIÉ QUE T'AS VOULU TE SUICIDER DU PONT? À TON AVIS, POURQUOI T'ES DANS CET ÉTAT LA?
-Ah, c'est pour ça… mon bras.

Je regardais mon membre momifié.

-Dis moi, c'est toi qui m'as sauvé?
-Qui d'autre ça aurait pu être?
-Nan, mais comment t'as su?
-De ce point de vu la, ce n'est pas moi, mais Maylinn, car c'est elle qui m'a prévenue.
-Ah…. Faudra que je la remercie….
-Ouais, certainement.
-Et est ce que mon bras est mon seul bandage, car il est ignoble.

Castiel souleva les couvertures, et d'un coup, j'aperçus mes jambes nues et couvertes de pansements.
Et le pire, c'est que j'étais en culotte.

-KYAAAAAAH!
-Tu peux le dire, ça fait peur.
-T'as osé regarder ma culotte, pervers!
-Hein? Ah, ça… je dois dire que ce n'était pas un spectacle désagréable.
-OBSÉDÉ!

Je  lui flanquais une magnifique claque, avec le peu de forces qu'il me restait.

Il vola littéralement.

-Hey! Tu pourrais me traiter autrement, dit-il en se relevant, je t'ai sauvé la vie, quand même, c'est pas rien.
-Ouais bah c'est bon, c'est pas grand chose.
-Pas grand chose, tu te rends comptes de ce que tu d…
-Comme si ma vie t'intéressais.
-Que…
-Je te rappelle que c'est en partie à cause de toi si j'en suis arriver la.
-Hein? T'es sénile ma pauvre, j'ai rien fais.
-Justement…


Mon regard était vide.

-Justement, t'aurais peut être du …
-Ah…Bah précise le moi, la prochaine fois.
-Nan, c'est à toi de t'en rendre compte quand une jeune fille est en détresse, c'est ça la conduite d'un vrai gentleman.
-Je veux pas être un gentleman, moi.
-Dommage, toi et Lys, vous auriez été parfaits.
-Qu'est ce que t'insinues la?
-Que t'es le gars qui manque le plus au monde de délicatesse!

-RAAH, TU ME SAOULES, J'ME BARRES!
-Ouais, et t'as oublié le "Je reviendrais plus jamais!"
-TA G*EULE!"

Il claqua la porte, je souris.
Comme c'était bon de le retrouver, enfin. Comme un frère, si chiant soit-il!

Je savais encore lire l'heure, et après inspection et déduction de la pièce ou je me trouvais, c'est à dire ma chambre, je regardais mon réveil avec mépris. 03h47. Pfff la poisse, j'avais pas sommeil, mais mes yeux se fermèrent tout seuls.

Ce fut une fin de nuit noire, sans rêves. Tant pis.
C'était toujours mieux qu'un cauchemars.

08h02. Ouais, je pouvais me lever!
Je sautais de mon lit, tout joyeuse, comme une gamine.
Je courus dans la maison jusqu'à la cuisine ou je trébuchais. Manque de force et anémie. Et puis me*de, j'ai le droit de vivre!

Je saisis le nutella et en mangea 4 ou 5 tartines. Grande fan de cet aliment.
J'étais en short et en débardeur, mais j'avais des bottes "héritages", comme celles du concoure de Noël.

Je me précipitais dans la rue. Je n'avais pas froid. On était en mars, seulement.
Je courais et tournoyais dans la ruelle en riant de bon cœur. Je vivais. C'était tellement bon de vivre. Je n'avais jamais autant apprécier l'air  frais, le ciel et jamais autant trouvé beau le grand arbre qu'in voyait dépasser du parc.
Il était superbe.
je me remis à tournoyer en riant. Il était tôt, et heureusement que les voisins ne me voyaient pas, ils m'auraient pris pour une folle.
Je m'arrêtais, prise de vertiges, riant toujours. J levais la tête et pus apercevoir Castiel, qui me surveillait de sa fenêtre.
Il se retourna et ferma son rideau.
Je rentrais toute joyeuse dans la maison.
Il ne m'adressa pas un regard, tant pis. Je m'en fichais.

L'après midi, j'avais appelé May, et on était parti faire les boutiques.
Je l'attendais dans le parc, sur un banc, bien couverte pour cacher mes blessures qui ne la feraient que plus souffrir.
Elle arriva de derrière un arbre, mais un grand jeune homme apparut de derrière elle et me serra dans ses bras.

"Kao, pourquoi t'as fais ça?
-Lysandre…
-Ne le refais plus jamais.
-Lys…
-Plus jamais…

C'est drôle, on m'avait déjà dit ça.

-Je te le promets.
-Merci

Il se recula et s'abaissa pour avoir son visage à ma hauteur (je sais, je suis petite). Ses yeux avaient l'air fatigués, blessés.

-J'ai eu si peur…
-Tu sais Lys, si Tama était encore l, je suis sure qu'il t'offrait la palme du  meilleur protecteur de sa sœur!

Il sourit, douloureusement.

-Oh, je suis désolée, excuse moi, Lys.
-Tu allais en shopping?
-Euh, oui.
-Alors vas y, et profite bien.

Il me lâcha et mis ma main dans celle de May.

-Euh…. dit Maylinn
-Occupe toi bien d'elle.
-Promis.

On s'éloignait, nous vers l'est et Lys vers l'ouest.
Je me retournais une dernière fois vers lui.
Il leva son bras et s'arrêta.

-Profite en  Kaorin, la vie est belle, alors profite!

Je souris.

-Ne t'en fais pas pour moi, j'en profite depuis ce matin pleinement.
-Tant mieux, continue!"

May me tira la manche et nous continuames notre route.

On acheta pas mal de fringues , on fit les boutiques, les essayages, les soldes, etc.

Pour le gouter, on mangea des gaufres chaudes. Crème de marron pour moi et nutella pour Maylinn.
Alors qu'on sirotait du jus d'ananas, J'aperçus Jordan qui était sur la même terrasse que nous.
Je l'invitais à ce joindre à notre table, et on a discuté de tout et de rien pendant une bonne demi heure.
Il était en fait très sociable et hyper sympathique. Il avait un sourire charment.
Mais le pire, c'est que les joues de May avaient rougies en la présence du jeune homme.
(Si si May, je te jure que t'es devenue toute rouge, ne le nie pas!)

Après s'être séparés et rentré chez moi, car j'avais proposé à Jordan de raccompagner May après m'avoir ramené (Ouais, May-linn, dis moi merci!), j'ouvrais la porte et une main me tendit une enveloppe.

"Qu'est ce que c'est?
-Une invitation.
-De qui?
-Des amis à mes parents que je ne connait pas beaucoup et qui nous on demandé de venir pour l'anniv à leur fille.
-Quand ça?
-Demain. (Dimanche)
-Et tu la connais leur fille?
-Nan…
-Tu vas accepter?
-Ouais.
-Pourquoi?
-Par ce que ce sont des riches et qu'on pourra manger ce qu'on voudra, et puis en plus, ils ont une piscine d'intérieur.
-Ah…
-Et puis, ça pourrait être drôle, y'aura plein de jolies filles.
-Si tu le dis…
-Mais bon, c'est pas à coté, on ira en moto.
-AH!
-Quoi?
-Comment je vais faire,?
-De quoi?
-Avec mes blessures.
-Eh bah… on va voir si elle sont voyantes…
-Euh… je crois qu'elles sont superficielles.
-Mouais.
-Et dans le cas échéant?
-Tant pis.

Il m'attrapa mon bras, remonta ma veste et entreprit de défaire le bandage.
Il retira ensuite mes pansements à la sauvage.

-ESPECE DE RUSTRE!
-Bah, au grands mots les grands remèdes.
-Il faudra quand même pas qu'on soit bien habillé?
-Bah si…
-Ah! Super, j'ai acheté une super robe!

Je sortis de mon sac une robe rouge dans le style victorien, ornée de dentelle noire sur son col en V, et avec deux rangées de boutons style cavalerie.

-Euh..
-Ouais, je mettrais ça!
-Oublie pas ton maillot…
-Oki doki."

Point de vue de Castiel

J'étais dépité. Ce que les filles aiment dépenser!
Une robe dans le style de Lysandre en plus! Manquait plus que ça.

J'haussais les épaules et la laissais tournoyer dans le salon.
Ce que les filles pouvaient être cruches! Et sa tentative de suicide n'avait rien arrangé, au contraire.
Je montais me coucher, désespéré par son état.

Point de vue de Kaorin

"Cast! Tu roules trop vite!
-Ouais, mais on est à la bourre!
-La faute à qui?
-La mienne peut être?
-Euh…
-Sert moi bien, j'accélère!
-Quoi? Nan!"

Trop tard. J'avais à païen eu le temps de m'enfouir dans son dos que je sentis une bouffée d'air dans mes cheveux.

Cast se gara juste devant la villa. Il y avait de la musique, dons de l'ambiance.
Je portais ma fameuse robes haves des bottes victoriennes rouges, un mini chapeau rouge et noi et des mitaines montantes en dentelle.

Il y avait beaucoup de monde, beaucoup de filles, et beaucoup de gars. Castiel souriait, il était heureux, car il y avait des filles.
Il avança dans la foule, moi lui serrant le bras, toute timide et peureuse.

Il s'arrêta et deux adultes au milieu de tant d'autres nous sourirent.

"Castiel! Quel plaisir de te revoir près une si longue absence!

Langage de riches.

-Moi de même, je vous pris de m'excuser! Se prosterna Cast.

J'étais derrière lui, effarée. (MAAAAAAY! CAST CONNAIT LES BONNES MANIERES!)
Le père de la jeune fille me lança un petit regard et demanda.

-Oh! Mais qui est cette ravissante petite fleur?

Ravissante petite fleur?

-Je vous présente Kaorin Kagatsuki, une de mes amies qui loge chez moi.
-Oh, enchanté, Kaorin.
-M-Moi de même.

Je fis ma plus belle révérence. On se croyait au moyen âge.

-Cher Castiel, Kaorin, Je vais prendre congé, mais si vous chercher Silta, elle est dans la véranda du second étage.
-Merci bien, monsieur."

Castiel me prit par la main et m'entraina vers le second étage.
Silta était très belle, sous ses cheveux blancs rosés et ses yeux violets.
Elle avait tout d'une princesse.
On parla un bon moment avec elle et ses amies.
Je m'ennuyais à mort, et c'est la que j'aperçut la piscine!




Chap 18eme




Spoiler

PLOUF!

Et un plouf dans la piscine couverte de Silta! Un!
L'eau était chauffée dans le bassin sous la véranda. Bassin impressionnament grand, si je puis dire.
Il y avait à son bord un arbre dans lequel étaient aménagés des plongeoirs.
J'avais mon maillot une pièce, avec des pattes de chat dessus.
Pas sexy du tout.
Cast avait un short de bain noir gothique signé Wingded sculls.
La classe quoi.

Silta portait un 2 pièces bleu océans, ce qui mettaient en valeur ses formes généreuses.

Ses amies étaient toutes sexy aussi. Elles étaient assises sur le bord de la piscine, à siroter des cocktails.

Elles n'osaient pas se mouiller, tant pis.

J'étais la seule à me frotter à Castiel, que les filles dévoraient avec des yeux ronds. Il avait une musculature d'ange, un vrai dieu.

Je me mis à lancer un long "Yaaaah!" tout en me jetant sur Tomate, qui, prit de surprise, fut noyer en moins de deux dans le grand bassin. Grace à mes cours de gym, j'errais souple et pouvait faire de sacrés bons.

Il se releva et secoua ses cheveux façons "Robert Pattinsons"
pour émouvoir le cœur de ces demoiselles.

"Hey, tu fous quoi la?
-Je te noie?
-Et je t'ai pas donné mon accord.
-M'en fous de ton accord!
-Roh! Tu vas voir toi!"

Une bataille d'eau acharnée commença, pour finir en noyade.
Cast qui avait beaucoup de forces pouvait rester à la surface la ou il n'avait pas pied tout en me noyant. A var dire, il avait pied presque partout, de ses 1m88, et moi, je me noyais du haut de mes 1m58. La ou la piscine faisait 3m, il y avait un rebord que Cast m'empêchait d'atteindre. Je m'épuisais donc au milieu de cette eau malfaisante.
Si bien que je n'avais plus la force de résister à rien. J'étais vidée, lessivée, crevée…

Castiel m'appuya une dernière fois sur la tête et je touchai le fond du grand bassin, soit 3m, avec mes orteils.
Je ne cherchai plus à remonter, je n'en avait plus la force, ni le courage.

Castiel, voyant que je ne me débattais pas , ni que je remontais, abandonna son petit sourire narquois satisfait.
Il m'attrapa le bras et me remonta à la surface.
"Ça va Kao?"

Tousse tousse.

-T'as bu la tasse?

Tousse tousse

-Alors?
-T'es…tousse, bête ou tu le fais exprès?
-Eh!
-J'ai effectivement bu la tasse et en plus j'ai plus de forces, alors ne me noie plus.
-…
-Oui?
-La bonne blague, arrête de feinter!

Ce débile m'appuya sur la tête.
Je lui serrais le poignet, mais il n'avait pas l'air de comprendre. Je le lâchais. J'ai bien du rester 40 secondes sous l'eau avant que Babouin comprenne.Il me tira de l'eau et me passa le bras autour de la taille pour me soutenir hors de la surface.

-Ow! Ça va?
-Abruti! J'ai rebut la tasse!
-C'était vrai?
-Bah oui!
-bon… pardon."

Les filles nous dévoraient du regard, envieuses de la situation. Bah ouais, fallait se mouiller.


On est rentré assez tard, mais pas trop, car on commençait à s'ennuyer grave…


En route, on a crevé. Cast a rallié, et on est reparti, moi portant les affaires, lui la moto.

Je l'ai relayé, mais j'ai pas fais plus de deux mètres, sa bécane est hyper lourde.

Comme je m'ennuyais, j'ai pris l'iphone de Castiel et j'ai recherché sur internet Et j'ai commencé à chanter. Cast, après des réflexions sur mon état d'esprit, m'a accompagné, et on a décidé de la chanter à notre prochain concert.

Nous avons marché plusieurs longs kilomètres dans le noir, à pied, évidemment.
On s'est couché vite fait bien fait, crevé…

Le lendemain, Lundi, journée normale, mardi idem, sauf que on a invité May et Jordan au ciné, et on les a laissé en plan pendant la séance, en "amoureux". (remercie moi May, prosterne toi!)

Il devait bien être 8h14 et 43 secondes quand on est parti.

Comme on s'ennuyait, on s'est mangé une glace, puis Cast a repéré un groupe de motard, petites racailles. Il m'a dit de l'attendre la, sans bouger.
J'attendais, et comme je ne voyais rien, posté derrière un mur, j'ai simplement entendu des râlements, et un éclair rouge m'a saisi le bras:

"COURS!"

On a foncé vers les ruelles, jusqu'à semer les racailles à nos trousses.
D'un seul coup, Castiel a bifurqué m'entrainant sur lui puis me colla contre lui, m'entourant de ses bras, pour ne pas qu'on soit vu, pendant que les voyous continuaient tout droit en courant.
Il desserra son étreinte seulement 1 ou 2 minutes après, et se mit à rire, essoufflé. J'haletais aussi, mais je riais.

"Au fait, tu leur a pris quoi?
-Ça!

Il agita un paquet de Dragibus sous mon nez.

-Donne les moi!
-Oh tout doux! C'est mon butin.
-Donne!
-Nan, c'est moi qui les ai pris;
-Normal, t'as pas voulu que j'y aille.
-Moui, mais t'es trop petite pour les attraper!
-Roh!

Je sautai, puis finis par lui décocher un coup de pied dans le tibia.

-AIE!
-Bien fait!

Je récupérai le paquet et commençais à partir.

-Saleté!

Je me retournais tout sourire.

-Et fière de l'être!
-Pfff

Il me regarda avec de grands yeux.

-Ok, t'en aura!

Il me suivit et reparti.

-Eh! J'imagine trop la tête des deux quand ils verront qu'on les a laissés seuls!
-On fait ça pour eux!
-Ouais, et pour nous, parce que c'est de vrai daube , leur film.
-Exact!


On parti dans un fou rire. Mon téléphone sonna. Je le décrochai e riant.

-Oui, allo? Hein, non non, pas du tout. Oui? Qu'est ce qu'i y a?
Hum hum? Tout a fait, vas y vas y…    Que…

*Scène à imaginer au ralenti*

Mes yeux s'ouvrirent grands d'effroi, de peur.
Mes doigts se desserrèrent et mon portable glissa, rebondi sur le sol dans un bruit sourd..
Des larmes coulèrent.

*Fin du ralenti*

-Qu'est ce qu'il y a , kaorin?

Castiel m'avait rattrapé au moment ou je commençais à m'effondrer.

-Lys..
-Quoi? Lys?
-Lysandre?
-Oui, et bah?
-L-Lysandre, il est à l'hôpital."








… Lysandre est à l'hôpital.




Chap 19eme


Spoiler

"LYSANDRE! LYSANDRE!"

Je serrais le corps de mes bras, agrippée aux couvertures recouvrant mon ami, collantes de larmes, allongées sur la masse inerte.
Il avait des traces de coups sur son visage, des pansements, ainsi que du sang séché. Il avait un bras dans le plâtre, deux cotes brisées. Il était plongé dans un semi coma.

Je pleurais, on me retirait de Lysandre, mais je pleurais, je m'accrochais, je ne voulais pas le laisser.
Castiel me tirait par les épaules, que je me décroche de Lys. Je ne voulais pas, je ne lâcherais pas.

Ce fut une infirmière qui vint remettre de l'ordre, me disant qu'il fallait le laisser se reposer si je voulais qu'il se réveille. Elle avait un air dur, et sévère, qui me fit lâcher d'un seul coup. Castiel me retenait un bras autour du coup, un autre à la taille, et assez fort, jusqu'à ce que j'arrête de me débattre. Je laissais tomber mes bras, comme si je n'avais plus d'espoir. Mais une lueur brillait encore en moi, et je la suivrais.

Je restais dans les bras de Cast, repensant aux paroles d'Iris.

C'est elle qui avait trouvé Lysandre, alors qu'elle rentrait de chez sa tante, et en voyant son foulard par terre, elle l'avait ensuite trouvé couché sur le sol, inconscient, et avait appelé les secours.
En arrivant en courant à l'hôpital, on l'avait croisé en pleurs, qui rentrait chez elle, pressée par le temps. Elle nous avait demandé de nous occuper de lui, et c'est en découvrant le jeune homme que j'étais devenue incontrôlable.
Cela faisait bien 10 minutes qu'on nous avait demandé d'aller en salle d'attente.
On était assis sur des bancs, moi pleurant, Castiel blessé, notre meilleur ami entre la vie et la mort.

Il était plus de 22h quand on nous laissa entrer après l'opération de Lys. L'infirmière nous a accordé une nuit à son chevet, et nous avons prit des chaises, que nous nous sommes installés et que nous avions repensé à tous ça.


Castiel m'avait pris la main, avait ramassé son portable, et on avait foncé vers l'hosto, moi toujours dégoulinante, Castiel affolé, blessé, inquiet, apeuré, triste, surement aussi.

Iris nous a expliqué en deux mots la situation, et nous sommes montés vive allure. En entrant dans la chambre, Cast s'est stoppé net, et moi, j'ai couru sur le corps. Les yeux du jeune homme roux tremblait de peur, d'inquiétude.


On en était maintenant au stade ou je ne pleurais plus assez pour tremper les draps du lit de Lys, mais ou j'étais allongée à son chevet, coulant tout de même.

Je me sentais coupable: Si on avait été la, rien n'aurais été pareil..


Vers 01h du matin, je m'étais endormie, et Cast m'avait prit les épaules et m'avait posé la tête sur ses genoux, puis recouverte d'une couverture, et je m'étais rendormie.


"Il ne va pas tarder à se réveiller"    "Pas tarder"




                 "Pas tarder"



Oui, Lys, réveille toi, ne meurs pas, je te l'interdis.



"Kao, Kao!
-Hum…
-Kao, réveille toi!
-…
-Ok, Chaton, debout!


J'ouvris les yeux, et regardais Castiel qui avait sa tête juste au dessus de la mienne.

-Oui? Qu'est ce qu'il y a?
-Regarde.

Il me désigna du doigt le lit.
Je me retournais vers celui ci.
Le blessé dormait toujours, rien à signaler….






Attendez la! Je viens de voir ses yeux bouger, il fronçait ses paupières!


IL VIVAIT!

Je me levais en trombe, mais Cast m'attrapais le bras.

-Chut! Attends…
-Mais…
-Il ne faut pas le brusquer.
-Oui, d'accord.

Je me rassis à coté de Castiel.
Lysandre ouvrit les yeux petit à petit.  J'eus un cri de bonheur. Il sursauta et se tourna vers nous. Je m'étais levée, et j'avais un grand sourire. Castiel souriait lui aussi.

Après quelques minutes de bons termes et de remise en forme, Lys nous raconta que son accident était du au fait qu'il sortait avec Odile, une fille de 2nde A et qu'il venait de casser. La jeune fille, horrifiée et blessée avait ordonner à ses ex de le taper, de le massacrer pour lui faire regretter son geste, et que Lysandre prit au dépourvu c'était fait avoir…



Je recommençais à couler, mais Lysandre m'enleva mes larmes de son doigt.
On sécha un ou deux jours pour rester au chevet du blessé, et Nath nous en voulu un peu, enfin surtout à moi, car pour Cast, il avait l'habitude…

Je n'eus pas d'heures de colles, c'était pour la bonne cause…
On arrêta nos activités au café pendant quelques temps…

Mais un soir, alors que nous rentrions de l'hôpital, on entendit des rire dans une ruelle..

Je m'arrêtais et arrêtais Castiel aussi.

"Alors, comme ça, il est encore à l'hosto?
-Ouais, faut croire.
-Il s'en remettra pas!
-Il avait pas qu'a quitter Odile.
-C'est vrai, il était son nouveau jouet, mais en tout cas, t'as vu la tête qu'il avait?
-Ouais! Il a trop morfler!
-HAHA…"

Castiel commençait à trembler de fureur, c'était de Lys dont ils parlaient.
Cast s'engouffra dans la ruelle, arriva dans le dos d'un gars et lui colla une droite dans la figure. Celui ci vola, puis il y eut une baston, que je regardais avec effroi.
Cast menait ses adversaire en criant" ENFOIRÉS! C'EST VOUS QUI AVEZ BLESSÉ LYSANDRE! VOUS ALLEZ PAYER!
-Castiel! Arrête! Calme toi! ARRETE!
-ILS ONT BLESSÉ LYSANDRE! JE NE LEUR PARDONNERAIS PAS!
-CASTIEL!"

Il venait d'atterrir devant moi, avec un poing dans les cotes. Il reparti à la charge aussi tôt, mais perdait le contrôle de la situation.
Mes larmes recommençaient à couler. Qu'allais je faire si  il était blessé lui aussi?

J'eu une idée, pas très brillante, mais une idée.
Je courus au vendeur de babiole du coin lui acheter des fumigènes.

J'en lançais trois entre les garçons qui s'écartèrent puis attrapais le bras de Cast qui dépassait et le tira vers moi.
Quand il fut dans mes bras, je le serrais de toute mes forces, le priant d'arrêter cette bagarre.
Il n'en fit rien, mais les ennemis, ma voyant en pleurs, décampèrent.
Castiel se retourna et me serra à son tour, aussi fort que sa douleur.



…Douleur qui nous était à tous les deux…




Chap 20eme



Spoiler

Odile, Odile… J'te retiens toi! Un de ces jours tu morfleras! C'est juré promis! Ou promis juré! Enfin bref…


La vie a reprit son cours tant bien que mal, enfin surtout bien, car un matin, en histoire, alors que personne ne s'y attendait, quelqu'un a taper à la porte et est entré. C'était Lys qui reprenait les cours normalement, avec son bras toujours emplâtré. Je ne vous raconte pas notre joie. On a fêter ça au resto du coin, soit Le Rock Silver Café, notre café, où j'ai récupéré Amande après près de deux semaines ou plus sans elle. On a mangé lasagne!

Le patron nous a demandé un concert pour le soir, ce que nous avons accepté, car il fallait bien que je reprenne mes activités, même si je n'étais plus payée. Nos amis auraient droit à un service gratuit, c'est à dire qu'ils mangeraient ce qu'ils voudraient durant la représentation, tout ça sans payer. Sympa le boss! Non?
Cast et moi, on a décidé de chanter Towa no Kizuna, ainsi que du linking par, le Chant de Meiling, Du vocaloid et du Wingded Skull. Que du bon, quoi.

Juste avant le début, je suis aller respirer l'air frais de mars sur la terrasse. J'aperçus des filles qui gloussaient en disant.

"Il va chanter ici, c'est bien ici!
-Ooh! J'ai trop hâte!
-Et il chante bien?
-Pour sur qu'il chante bien! C'est un dieu de la guitare et du chant!
-Son compagnon aussi chante bien! Ils sont trop beaux!
-Le verront? C'est clair!
-Oh! Mon prince aux cheveux sanglants! On arrive!
-Oh oui!"

Elles entrèrent en gloussant dans la salle chauffée, elles paraient surement de Castiel. Normal, quoi!
Il était tellement populaire celui la, d'ailleurs je ne l'avais jamais vu autant épanoui que depuis le départ de Lysandre. M'enfin, passons. Je rentrais moi aussi, on allait commencer.

Le spectacle se déroula à merveille, comme toujours, et à la fin, Cast, si heureux soit-il , me prit dans ses bras, ma fit tournoyer et me colla un bisou sur la joue. Normal quoi… On était comme des frères et sœurs, alors….


Le lendemain, alors que je marchais dans les couloirs, je vus une affiche qui comportait une photo de Castiel, Lys et moi avec un gros titre disant "Le groupe des enfers enfin sur Terre!" en rouge sang.

C'étais Peggy qui avait du les faire, et en jetant un coup d'oeil derrière moi, je vis Konata les coller.

******

Point de vue de Konata

Une petite dernière dans la cour, et ça suffira. Peggy sera satisfaite!
Je m'apprêtais à rentrer dans l'établissement quand on m'interpella.

"Et toi!

Je me retournais.

-Oui? En quoi puis je vous aider?

C'était des filles qui portaient des uniformes, ceux du lycée voisin.
Il y en avait une grande avec des cheveux noirs coupés aux épaules, une frange en bataille, des yeux ronds gris, un visage anguleux, assez grande, entourée de deux autres dont une blonde aux cheveux rassemblés en couettes et l'autre aux cheveux gris et bouclés, attachés en chignon.

Elles me regardaient d'un air menaçant.

-Tu sais si on est bien au lycée de Kagatsuki?

Kagatsuki, c'était pas Kaorin?

-Euh… Vous voulez dire Kaorin?
-Euh ouais… Eh! C'est quoi ça!

Elle désigna mon affiche du doigt.

-Castiel et une fille! Tu oses afficher le prince rouge avec une fille!
-euh..
-Les filles ça va être sa fête! Dis nous ou est Kagatsuki si tu veux vivre!
-Mais..
-Ok, tu vas mourir."

Elles étaient sérieuse, et elles se jetèrent sur moi. Je volais et atterris sur Rosa qui passais par la. Celle ci me releva et se jeta dans la bagarre très motivée.
Oh non, j'avais rien demander moi.

Point de vue de Kaorin


    Aie!

Je venais de glisser et d'arriver sur Castiel, qui accompagnait Lysandre, que je n'avais pas vu de la matinée.
Il me redressa en me regardant bizzarre.
"Bonjoouur.
-Salut Kao!
-Tu pourrais te relever, t'es lourde tu sais…
-Merci du compliment Cast.
-Mouais…
-Et…

Je fus interrompus en pleine phrase par une Iris pressée.

-KAO! KAO! ON A BESOIN DE TOI! C'EST URGENT! ROSA ET KONATA ONT DES PROBLEMES! FAUT SUE TU Y AILLES.
-Quoi?"

Ni une ni deux, je fonçais.

"Qu'est ce qui ce passe? Demanda Cast.
-Des filles la cherchent, et elles s'en prennent à Rosalya et Konata en attendant.
-Bordel!"

****

Il y avait une émeute au centre de la cour, une foule entourant une baston. Je ne pouvais entrer, mais j'entendais tout.

"Alors! Elle est ou Kagatsuki, que je la démonte?
-AAAH!

C'était Rosa qui venait de s'en prendre une.

-Alors?
-Je te dirais pas!
-C'est ce qu'on verra!
-AAAH!
-ARRETE! Criais-je.
-Qui a parler?
-Tu veux voir Kaorin, alors pourquoi tu t'en prends aux autres? Demandais-je.
-Parce qu'elle se montre pas. Mais si tu veux, je peux te régler ton compte à toi aussi!
-Essaye pour voir, faudrait déjà que tu me trouves.
-Montre toi, lâche!
-Et Kaorin?
-Elle est encore plus lâche que toi!

S'en était trop, je forçais le passage pour me trouver au centre de la baston.

-Je suis Kaorin, alors laisse les filles tranquille!
-Oh! Tu daignes enfin te montrer! Ça va être ta fête!
-Quand tu veux, je t'attends!"

Rosa c'était réfugiée hors de danger avec Konata. Ouf.

"Je suis Mégane, et voici Louise (la blonde) et Marine( la grise).
-Ok, je vois pas ce que ça m'apporte.
-T'as raison, commençons! LES FILLES, À VOUS!
-Que…"


Chacune m'attrapa un bras et me colla au sol, m'empêchant de bouger. Mégane me sauta à la gorge et entreprit de m'étrangler.
Les deux autres me tordaient les doigts.

"ALLEZ Y LES FILLES! COMME ÇA, ELLE NE POURRA PLUS JOUER DE GUITARE! ET SI JE T'ÉTRANGLE, TU N'AURAS PLUS DE BELLE VOIX! CASTIEL NE TE TROUVERA PLUS RIEN!"

C'était donc ça, des admiratrices de Castiel, jalouses.

"Morfles!"


Elle est mazo celle la…


Il y eu un silence, une douleur, puis un éclair rouge. Il passa devant moi et ses lèvres se posèrent sur celles de Mégane. HEIN?
Lysandre attrapa la blonde et la mit à Terre. Jordan attrapa la grise et la mit terre aussi. Enfin bref j'étais libre. Je toussais , bougeais mes doigts.

Castiel prit Mégane par la main et s'enfuit en dehors du lycée.

Après que la foule ce soit dispersée, qu'on est emmenée les filles à l'infirmerie, que May aille sauter sur Jordan de bonheur et qu'il l'est serré dans ses bras, que Lys aille soupirer, que je me sois relevé, j'ai décidé de trouver Castiel et de le remercier.

Point de vue de Castiel


"Castiel, attends, ralenti!
-Mégane, si c'est moi que tu veux, suis moi!
-Hein?

Elle rougit.

-Aller, viens!

Je m'arrêtais derrière des buissons et la clouais au sol.

-Cast…

Je l'embrassais de toute mes forces.

-Chut, ne dis rien, profite…
-Mais, je ne suis pas à fond la…
-Ah… c'est ça que tu veux…

Je retirais mon haut et me couchais sur elle torse nu, la ré-embrassais encore. Elle ne disait plus rien. Par contre, si Kao trouvait que je ressemblais à une tomate, j'aurais bien aimé savoir à quoi ressemblait Meg, rouge comme elle était.

Elle était à présent à fond. Elle était hyper mignonne, se laissant faire, comme Kao quand je la berçais, avant…. Kao!
Ah m*rde, j'lavais oublié celle la….

Je nous pas assez le temps de le dire, que quelqu'un nous épiait des buissons. Vous l'aurez deviné, c'était la jeune fille en question…

J'étais vraiment dans la m*rde…

Je ne dis rien, elle compris d'elle même en voyant sous moi une demoiselle pivoine qui ne l'avait pas remarqué. Elle rougit aussi, lâcha un petit désolée" à peine audible et tourna les talons…

Elle allait surement raconter ça à tout le monde, mais tant pis, m*rde, t'es un homme, Cast' assume toi!


Point de vue de Kaorin


Oh la la, quand je dis que la malchance me sourit, à moi… Et ouais, j'étais  tombée en pleine scène prometteuse. Choquante, et surtout intime. J'étais pas dans la m*rde…

Enfin bref, je rentrais en courant dans le bahut,  et aperçus une 2e scène compromettante. May tenant la main de Jordan. Ils avaient l'air heureux, car ils riaient de bon cœur. Comme c'était la pause, on reprit les cours normalement l'après midi, sauf que Castiel sécha. J'étais presque habituée… Mais, je ne savais pas quel était ce sentiment qui me faisait cogiter… De la jalousie?
Surement pas!

Quoi alors?
Remettons cette question à plus tard, je levais la main et répondais juste à la prof de maths.



Le soir, alors que Cast n'était pas rentré, je m'étais affalée devant la télé, Amande à coté de moi. Mon portable vibra, puis sonna. Je décrochais à une Maylinn en pleure au bout du fil. Elle arriva  10 minutes plus tard, me tomba dans les bras, désespérée. Je ne comprenais pas…

"C'est à cause de Jordan, me dit elle, assise sur le canapé, séchant ses larmes alors que je lui apportais du jus de fruit.
-Quoi? Il t'a blessé? Il va le payer! Je vais me charger de lui!
-Non attends! Elle me rattrapa par la manche alors que je m'apprêtais à sortir, en colère.
-Quoi?
-Ce n'est pas de sa faute.
-Ah bon? Bah quoi, alors?
-C'es, c'est…  elle pleura… Une personne.
-Qui?
-Sa cousine.
-En bah?
-En fait, voila, je lui est demandé de sortir avec moi. Il m'a embrassé sur le front, les larmes aux yeux, puis en me serrant contre lui, il m'a dit:"Je ne peux pas…"
Je lui ai demandé pourquoi, et il m'a dit qu'il ne voulait pas qu'il m'arrive d'ennuis. Sur le coup, je n'ai pas compris pourquoi, et il m'a dit que sa cousine s'occuperait personnellement de moi si elle savait que je m'étais approprié son cher et précieux cousin, car tout les garçons du monde lui appartiennent.

Après une deuxième marée de larmes, je repris.

-Comment s'appelle sa cousine?
-O-Odile, je crois.

Du feu du sortir de ma tête, de la fumée de mes oreilles et mes yeux durent devenir rouge car elle me regarda bizarrement.

-Tout va bien Kao.
-To-Tout va très b-b-bien…



ODILE! TU VAS MOURIR MA PAUVRE VIEILLE!

-Sure?
-Oui oui! Il serait temps que je te raccompagne, non, tu vas te reposer.
-Oui, c'est d'accord.
"


Hop; May reformait la prote de chez elle une fois que je fus sortie.

Mon sourire se transforma en colère, et mes yeux lançaient des éclairs. (May, je suis trop forte, ça rime)

Je me dirigeais vers un petit bar derrière lequel se trouvait une impasse à l'ombre des regards dans laquelle j'avais déjà aperçus (même souvent) Odile bécoter des mecs en tout genre, passant du gros au geek.

Evidemment, elle y étais. Elle fumait une clope et ne semblait pas occupée, à part à attendre un gars, peut être…

Je la chopais par le col et la balançais par terre, la frappant, laissant exploser ma rage.

"ÇA, C'EST POUR CE QUE T'AS FAIS À LYSANDRE, ET ÇA, C'EST POUR AVAOIR FAIT PLEURER MAYLINN, ET PUIS ÇA, C'EST POUR AVOIR EMPÊCHER JORDAN D'ETRE HEUREUX!"

Je la rouais de coups, je m'excitais bien.

Elle avait des bleus partout. Je suis sure que c'est bien la seule fille du bahut qui n'était pas en love sur Cast, vu qu'elle se tapait tout les autres sauf lui.

Alors que j'avais le point serré, pointé sur elle, un bras m'attrapa les cheveux et me colla contre lui, serrant mon point dans sa main.
Il avait de la force, c'était un homme.
Il était grand et je reconnaissais sa main, c'était Castiel.

"Arrête, tu en as assez fais.
-Mais…

Il me dépassa, aida la demoiselle à se relever. Celle ci était écarlate, alors je retire ce que j'ai dis tout à l'heure sur le fait qu'elle lui résistait.

Par contre, il lui colla une sacré volée sur la joue droite. Wow, Mama mai, si avec ça elle l'aime toujours…

"SALOPE!"

Ouais c'est sur, elle l'aimera jamais…

il m'attrapa le poignet et fit demi tour.

"viens Kao, on a plus rien à faire ici.
-Euh, ouais.
-Tu veux rester?
-Nan nan, c'est juste que je me demande pourquoi elle ne t'as jamais abordé alors qu'elle est en big love sur toi…
-Elle a peur…
-De qui?
-Bah, D'Ambre…

Pour lui, ça paraissait évident…

-Bah, moi je t'approche, et j'ai pas peur d'elle.
-Ouais, mais toi c'est pas pareil.
-Si, je suis une fille.
-Ouais, enfin, elle sait qu'on la détestera si elle s'en prend à toi.
-Ah bon, tu agiras?
-Bah nan, pas moi! T'as vraiment cru que je m'inquiéterais pour toi , moi? Moi, m'inquiéter pour toi! La bonne blague.

Le contraire m'aurait étonné…

-Bon, on  fait quoi.
-J'sais pas, tu me payes un café?
-Reve seulement quand tu dors…
-Pfff.

Il prit une mine boudeuse.

-On rentre?
-Ok…"


La tête que ferait Jordan quand il verrait que sa cousine ne lui oppose plus aucune résistance!



Chap 21eme



Spoiler

Joli jour de mars, avec un soleil au rendez vous, même à 8h du mat. Cast faisait la grasse-mat, un samedi.
Je décidais donc de m'amuser toute seule, c'est à dire de me taper un gros délire.

J'enfilais ma perruque de Miku Hatsune, mon cosplay, pris le micro de Cast qui était éteint et grimpait sur la table.
Je ne devais pas glisser, j'étais en chaussette. Je voulais chanter comme je l'aurais fais au Rock Silver Café, dans lequel on avait repris les concerts avec les jumeaux.


Sous les yeux amusés de Amande, je commençais à chanter à cappella. La bande son des vocaloids s'alluma. C'était Ethan qui passait par la en souriant, comprenant mon intention, prêt à rejoindre sa petite amie.

    Alors que je beuglais littéralement sur Po pi po, le babouin s'introduit dans la cuisine, et me voyant debout sur la table, il eu un mouvement de recul et se cassa la g*eule en arrière.
Le bruit qu'il fit en tombant me fit sursauter. Je me retournais et le regardais couché par terre, les yeux tellement ouverts qu'il aurait pu attrapé une crampe.


"Tu te sens bien?
-Ouh… La crise cardiaque que j'ai failli me taper moi.
-J'vois ça! Me moquais-je, Je ne pensais pas que Miku pouvait te faire peur.-C'est ton ridicule qui m'a surprit!
-Oh, la bonne excuse, en attendant, moi, je suis debout et pas toi.
-Tu te crois drôle;
-Plus que toi en tout cas!"

Il se leva, irrité, me saisit les couettes, me fit descendre de la table et me tira jusqu'au sofa du salon, moi criant de douleur comme si c'était mes vrais cheveux.
La, il s'assit sur moi et entreprit de me bâillonner pur que je me stoppe de chanter, car, certes, je peux l'avouer, je chantais faux, et c'était fait exprès.
Il me tirait les couettes, ou plutôt, jouait avec, puis enroula ses mains dedans et s'allongea sur moi.

"Humfmmmfmmmf! (tard: Lève toi!)
-La flemme, tu m'as réveillé, alors je reste la.
-Hmmmfffummmmememf! (tard: menteur, tu viens de te lever, à 11h, t'as  pas honte?)
-Nan, pas du tout.
-Hmf!(trad: Ouste!)
-Nan…"

Il s'endormit complètement sur moi, mais la sonnerie retentit.

Castiel alla ouvrir en grognant. Un cri joyeux de fille retentit, et elle courra dans le salon, tenant Cast par la main.

"Alors c'est la que tu vis?
-Bah ouais…"

Je la reconnus tout de suite. Elle s'appelait Ninon, et elle était serveuse au Café d'en face.

Entre temps, je m'étais débarrassée des rallonges qui m'entouraient, car oui, Castiel m'avait attaché avec des rallonges électriques. Très classe, me direz vous. Tout à fait, vous répondrais-je.

Elle me regarda avec des yeux ronds.
"La rumeur était donc vraie. Dit-elle, tu vis chez Casti…
-Bah ouais, faut croire…
-Hum! Ça ne vas pas durer!
-Ouais ouais…"

Je voyais que l'ambiance ne m'était pas propice, je décidais de m'éclipser, en entendant Ninon rugir après moi, et Castiel assez embarrassé.



*********

Ils étaient toujours tous les deux dans le salon à se bécoter, à croire qu'ils n'avaient fait que ça de l'après midi, et je savais que si j'y allai je risquai de mourir. Mais le problème, c'est que j'avais besoin de l'ordi, qui était sur la table basse, alors…

Bah je l'ai pris quand même, qu'est ce que vous croyez! j'ai jamais dis que la table basse était dans le salon!

Depuis le temps, j'avais toujours pas enlevé le cosplay et j'avais même rajouté des oreilles de chats, histoire de pas m'ennuyer.

Je tapais le mot de passe sur le clavier de mon portable, "Flower Tail", en rapport avec une chanson de Kaito. J'allais voir mes mails, et comme je l'attendais, j'en avais un de Zakuro, ainsi qu'une photo de lui en Akaito.
C'était mon correspondant japonais qui parlait français. Utile d'être au japon, dans ce cas…

Il avait les cheveux blancs en pétards et les yeux rouges grenade (Zakuro= Grenade). Il me proposait quelque chose de super dans son mail, quelque chose que je n'aurais jamais espérer.
C'était de le rejoindre au Japon pour un bout de temps.
Bien sur, vous vous en doutez, j'ai accepté après en avoir discuter 2 longues heures avec Lys au téléphone. Le patron m'a aussi donné son accord, et Amande viendrait avec moi. Toutes les filles étaient au courant. Il était prévu que je parte 1 an, le mercredi qui venait. J'avais déjà réservé mon avion, je partais à 8h46 du mat.

Tout était fin près, il ne manquait plus que de prévenir la serpillère rouge, qui, même si il râlerait n'aurait pas le choix. Comme ça, il pourrait ramener toute les copines qu'il voudrait. Ouais, c'était une bonne excuse.

Ninon était partie, j'avais prévenu Castiel qui s'en foutait à moitié. Roh! Ce qu'il pouvait me gonfler, celui la.
Je passais le dimanche chez les jumeaux, et leur dis à eux et à eux seuls que je ne partais qu'un mois et demi à la place de deux. Ils pouvaient prévenir Lys, Win, Leo, Rosa, Iris, etc.… Mais aucun mot ne devait parvenir à Castiel. Je voulais rentrer alors qu'il ne le savait pas et le surprendre alors qu'il serait en plein becottage avec une de ces nombreuses copines, qui, surprise de me voir, lui en fougerait une belle sou mes rires. Peut-être le quitterait-elle ensuite?
J'avais déjà établi un scénario, comme vous pouvez le constater.

Les 2 jours suivants se passèrent biens, car il n'y eut aucun problème.
Quand le mercredi arriva, ce fut Molly qui m'emmena à l'aéroport avec les jumeaux, Lys et May, car tous les autres m'avaient dit au revoir avant que je rentre dans le véhicule. Tous sauf Castiel, qu'on avait pas réveillé par un jour de grasse-mat, vu qu'il se moquait complètement de mon départ.

Arrivé à l'aéroport, après l'enregistrement et juste avant de passer les douanes, Lysandre me glissa un bisous sur le front en me disant à bientôt. Il y eut une dernier signe de la main et je leur tournais le dos.
 


Mon avion décolla, et je vus la France de haut, en sachant que je ne la verrais pas avant plus de 45 jours.


Je profiterais du Japon.









http://s1.zerochan.net/600/28/41/889578.jpg
Photo de Akaito envoyé par Grenade




Chap 22eme



Spoiler

"Mesdames et messieurs, nous amorçons notre descente. Nous vous prierons de bien attacher vos ceintures de sécurité ainsi que d'éteindre tout appareil électronique durant le temps de l'atterrissage. Pour finir, veuillez rester à bord jusqu'à l'arrêt complet du véhicule."

J'adore l'avion, autant le vol que le décollage ou l'atterrissage. Le seul problème durant celui-ci, c'est la pression. Elle vous détruit les oreilles comme une foreuse qui cherche à aller toujours plus loin.

Malgré ça, je l'aime quand même.


Cela fait 1mois et 14jours piles que je suis au Japon, et aujourd'hui je retourne en territoire français. Zakuro m'a promit de venir passer me voir.
Amande avait prit un somnifère, elle n'aurait pas pu rester tranquille durant le vol.


L'atterrissage se fit sans encombres.

"La compagnie Sakura Fly vous remercie pour ce voyage et espère vous revoir très bientôt à son bord."

Même si j'aimais l'avion, j'ai horreur de ces bonnes femmes qui donnent des consignes évidentes. Bah, y'a des idiots partout.

Amande réveillée, nous sorti du bolide, valises en main, nous nous sommes dirigés vers la sortie. C'est une fois en dehors de l'aéroport que j'aperçus Lysandre et les autres! Je m'apprêtais à leur sauter dans les bras quand Iris se pencha sur la voiture (minibus, plutôt) placer derrière eux pour toquer à une fenêtre, qui s'ouvrit et y glisser deux mots.
La portière s'ouvrit en grand pour laisser sortir un Castiel essoufflé.
Il était surpris aussi.
Il couru vers moi, m'attrapa et me fit tournoyer tout en me serrant.
On finit par perdre l'équilibre et à tomber sur le goudron du trottoir de Roissy.

"Wah! Cast, tu m'écrases!
-Kao, j'savais pas que tu rentrais si tôt!
-Ouais, c'était fait exprès.
-Je pensais que tu partais un an.
-T'as l'air heureux de me revoir dis donc!
-Bah, ça me fait 10 mois de plus à te supporter.


Je le serrai plus fort.

-Hum, C'est bon de te revoir Cast.
-Tu dis?
-Ça!

Je lui attrapai le bras et le col pour le faire passer par dessus moi et voler pour atterrir au sol.


-Du judo?
-Exact, j'ai aussi appris le karaté et d'autres arts martiaux.
-Trop cool…
-CASTIEL!

Une jeune fille aux cheveux violets bouclés à la Marie-Antoinette et aux yeux orange se précipita vers nous.

-Ah, Shirley, je te présente K…
-Qu'est ce que tu lui as fais, sale garce?
-Euh, ça c'était du judo.
-Du judo?
-Ouais, attends, je te remontre.
-NE LE TOUCHE PAS!


Elle prit le col de Castiel et l'attira vers elle.

-Attends, laisse moi deviner…. c'est ton petit copain…
-Exactement, alors ne le touche plus.
-Lysaaandre, refile les 1 €.
-Pfff, tiens, t'as gagné.
-Ouais! À moi les boutiques!
-Avec 1 €?
-C'est déjà ça, Lys, je te rappelle qu'ils viennent de toi en plus.
-Hey, hey, hey, vous aviez parié quoi, la?
-La couleur des yeux de Shirley, j'avais dis entre jaune et rouge, et lui entre vert et violet.
-Quoi? Vous pariez sur moi?
-Bah, ouais…
-Excuse Shirley…
-Lys, t'es pardonné, mais toi, Kaorin, je ne te porte pas dans mon cœur!
-Le contraire m'aurait étonné…
-Ah oui?
-Ouais, car aucunes des copines à Cast ne m'aiment, en fait, vu que je vis chez lui…
-Tu vis chez lui!
-Castiel! Franchement, t'aurais pu la prévenir!
-Euh…
-Castiel!
-Quoi?!
-Ça va pas pouvoir se passer comme ça! Je suis ta petite amie! C'est moi qui vis chez toi!
-Quoi?! Elle vit chez toi?
-Bah, c'est ma copine en même temps.
-Pas dans ma chambre, j'espère?
-Nan…
-Quelle chambre, Kaorin, tu n'as plus de chambre, je te vire de cette maison!
-D'ou tu décides pour moi, Shirley?
-Depuis que je suis avec Cast.
-Castiel, dit quelque chose!
-Euh…
-Cast, si elle vient, je te quitte.
-OK OK OK, KAORIN, TU VAS PARTIR, ET TOI SHIRLEY, TU RESTES!
-Castiel!

Elle avait des étoiles pleins les yeux.
Je lui affichait mon plus beau sourire.


-Soit, c'est d'accord, mais ne t'attends pas à une immense sympathie de ma part, Castiel. Sur ce, on rentre?
-Euh, ouais."


Nous sommes rentrés, j'ai pris mes affaires et je suis retournée dans un studio, le même qu'avant, ce qui n'avait pas l'air de plaire à ma chienne.

Les jours qui suivirent ce passèrent bien, même si Shirley s'inscrit au lycée et qu'elle était à coté de Cast dans tout les cours. Ça m'importait peu, à vrai dire.

Sauf que, le 12 mai, un jour important pour moi, tout se déroula encore plus mal que d'habitude.

Tout d'abord, je suis arrivée en retard, n'étant pas réveillée par Ethan comme avant, ensuite, je n'avais pas eu le temps de rattraper tout les cours, puis au réfectoire, il y avait tellement de queue qu'on est arrivé en retard au cors d'après, peu après Castiel m'a engueulé pour avoir mal parler à Shirley, et ensuite, la directrice m'a convoqué pour que m'occupe des ballons de basket durant le cours d'EPS, ne voulant pas que je participe après ma dispute avec Shirley.
Seule Violette m'avait souhaité un bon anniversaire. Les autres ne le savaient pas, si on ne compte pas les jumeaux et Cie, évidemment.
Mais Violette avait cherché dans mon agenda sur lequel Darren avait écrit, ainsi que Pénélope, la date en question.

Le soir, après une journée crevante, si je puis dire, je me douchai et allai promener Amande, qui s'ennuyait dans un espace aussi restreint que l'était le studio.

Ce soir de mes 16 ans était tardif, doux, je n'avais pas besoin de prendre de pull.

Je marchais autour du lac, et décidais de tourner en direction de notre cabane à Tama et moi. Ça fait longtemps que je ne vous ai pas parler de Tamaki. D'ailleurs, pour mon anniv, il aurait fait un gâteau, puis on serait venu ici, au bord de ce lac, venu voir les roses de notre famille, et ensuite on serait aller se promener, et on aurait dormi ensemble. À chacun de mes annivs, je dessinai sur une feuille géante tout ce qui me passait par la tête, et quand il avait fini le gâteau, Tama m'aidait.
On accrochait ensuite ses feuilles au mur de notre chambre, ça faisait de la déco. C'était très sympa.

Je m'assis sur le sol devant les rosiers, Amande à coté de moi.
Je commençai à m'endormir quand je fus réveillée par les aboiements de ma chienne.
Ça sentait la fumée. Je me levais et parti en cette direction, celle d'ou venait l'odeur. C'est avec horreur que je découvris qu'une partie des arbres avaient commencés à bruler, tous ça à cause d'un mégot tombé sur le sol.


Je me réfugiai dans ma clairière, mais je fus rapidement encerclée, et réussi à m'échapper comme je pouvais, abandonnant ma famille sans défense derrière moi.

Courant et courant toujours, je trébuchai, ou plutôt me tordais la cheville.

Je m'adossai à un arbre, car ça faisait assez mal, et je ne pouvais pas marcher, juste clopiner, et même avec ça, je n'allai pas bien loin.
Amande couinait à mes cotés, alors que moi, je titubais et retombais.

C'est alors que je revis le feu que je me mis à paniquer, à pleurer, à essayer de m'enfuir, à avoir peur, à désespérer, à tomber, à crier, à pleurer encore et encore, à mourir à petit feu…





Je n'avais plus d'espoir, ……    Jusqu'à ce qu'un énorme beauceron que je connaissais mais dont je ne parlais jamais me dépasse et se mit à aboyer.

Il repartit ensuite à toute allure, avec moi et Amande tentant de le suivre…

Je finis par paniquer pour de bon, et à m'évanoui. Une main grande et chaude me saisit et me souleva. C'était un homme, qui me prit dans ses bras, appela les chiens et se dirigea en courant vers le lac, dans lequel il sauta. L'eau froide me réveilla, alors que j'étais à moitié consciente.

Il ressorti pour que je puisse prendre ma respiration et me secoua.

"KAO! TU VAS BIEN?
-Cast….
-Oui, c'est moi, Oh , Kao, j'ai eu super peur.
-C'était pas la peine.
-Pour ça, si.

Il désigna du doigt la partie du parc qui flambait.

Mon cœur fit un bond. Ma famille y était, elle allait mourir une 2eme fois.

Je criais, je tendais les bras vers eux, je pleurais, voulant saisir les derniers souvenirs que j'avais d'eux.
Castiel me retenait homme il pouvait, aussi désolé que moi.
Les pompiers arrivèrent, ils éteignirent les flammes sous mes cris, nous deux dans l'eau, Castiel me collant contre son torse pour ne pas que je vois ce spectacle.

Ma famille que je n'avais pas su protéger mourrait une 2eme fois.



Chap 23eme



Spoiler

Nous sommes restés comme ça bien 10 bonnes minutes, à attendre que je me calme après l'extinction des flammes. Castiel, ne voulant pas me laisser seule chez moi dans mon état, me ramena chez lui en me soutenant le bras. J'étais à demi inconsciente quand je me suis assise à la table de la cuisine, une cuisine que je connaissais bien, tout en écoutant à moitié les cris de Shirley, les insultes qu'elle m'envoyait et Castiel lui  dire de se taire.

Je n'écoutais plus d'ailleurs, puis épuiser, sous leur regards médusés, je me dirige vers le sofa noir au plaid corail, m'allonge et m'endors.

PPendant un moment, il n'y a plus eu de bruits, puis ça a reprit...


Ce qu'ils pouvaient me gonfler!

"Vos g*eules! Y'en a qui dorment!"


Grand silence, gros blanc, gros dodo.


*******

Ma nuit ( si je peux dire ça) fut assez mouvementée, il me semble, car à mon réveil, Darren, Kallen, Win, Leo et Molly était la. J'étais toujours chez Cast.

Ils m'ont dit qu'ils étaient venus car je les avais appelés durant mon somme.

Possible.

Shirley, voulant faire bonne impression nous a servit du thé à tous, me jetant des regards noirs, alors que je n'étais même pas assise près de Babouin.

On a parlé pas mal, de tout et de rien, mais ils voulaient surtout savoir ma réaction au feu, car il analysaient ça depuis l'incendie, comme des psys, pour savoir si il y avait amélioration avec ma phobie ou pas.

Le résultat était plutôt négatif, apparemment.

En partant, Darren me glissa un papier blanc plié en deux dans la main, et me chuchota à l'oreille: "Tiens, jette un œil, et surtout, ne le jette pas."
Il me fit un dernier signe de la main et je refermais la porte.

Je retournais m'affaler dans le canal' quand Castiel, téléphone au dialogue, arriva dans la pièce et s"assit coté de moi.
Shirley, jalouse, vient s'interposer entre nous deux.

De la conversation, je compris qu'il s'agissait de ce soir, du Café, de chant, de Lysandre.
Quand il raccrocha, il soupira
"On doit être près à 20h.
-Ok!
-Vous allez au Café?
-Ouais.
-Pour chanter?
-Ouais.
-Je viens!
-Nan.
-Pourquoi nan?
-Parce que tu ne chantes plus avec Castiel! C'est moi maintenant!
-Hein?!
-Shirley…
-Je t'explique: Vu que tu es partie, je te remplace, mais comme je sors avec Cast à présent, je te remplace pour toujours, en gros, tu ne fais plus parti du groupe.

Je souris.

-Ok! Pas de problèmes, je trouverais un autre groupe.
-Voila! Laisse Casti et Lysou tranquille!
-Pas de problèmes! Je ne vous accompagne pas, alors, j'ai quelque chose de très important à faire! Bye!"

Je sorti sur le perron, fermant la porte derrière moi.
Je fis un pas, puis retournais en arrière.
Je passais ma tête dans l'entrebâillement de l'entrée.

"Au fait, Cast, merci pour tout, et puis, aussi…
-Quoi?
-Non, rien…
-Dis,
-C'est mon anniversaire!"

Sur ce, je claquais la porte et partis en courant dans la rue.

Si je réfléchissais à tous ça, j'avais quitté les cours à 14h, j'ai fais mes deus, j'ai dormi, j'ai promené Amande à 17h, je me suis évanouie, j'ai dormi jusqu'à 18h32, et la, à 19h47, je pars.

Bref, j'ouvrais la pote de chez moi, et fis rentrer Amande….

Après m'être installée sur mon lit, j'ouvris le papier.


            46 Rue des Cerisiers
            Dolponville.

                 M.


Une adresse? Pourquoi il m'avait donné ça? Ah! Ça y'est, j'ai pigé, c'est l'adresse de M.

Mais M, qui c'est?

Après de longues minutes de réflexion, je compris.
M comme Misora, la petite amie de Tamaki!
Elle vit maintenant à Dolponville…

J'vais aller lui rendre visite, ce soir!
Enfin non, étant crevée comme je  suis, je décidais d'y allée demain.





La fin des cours sonnée, je pris les horaires de bus à la gare. Aie! Mon budget allait en prendre un coup! Il faudrait que je fasse des heures sup' au Rock Silver.
Amande était à la maison, et il était tôt. Dans le bus, je regardais le paysage défilé en pensant au temps écoulé depuis que je n'avais pas vu Misora…

Quand je suis arrivée à l'adresse, j'ai toqué, et une jeune fille plus âgée que moi aux cheveux bruns rouges bouclés et aux yeux rosesm'a ouvert. Elle avait l'air fatiguée, surement non remise de la mort de Tama.
On est tombé dans les bras l'une de l'autre.
On a prit du the, puis quelqu'un est arrivé, c'était Ryuga, son meilleur ami, et à Tamaki aussi.Il avait des cheveux en pétards noirs et des yeux rouges sang.


On a parlé toute la soirée, puis je suis rentrée.

Avant de partir, ils ont sollicités ma présence le week end suivant, soit dans deux jours, car il y avait un festival de musique à Dolpon… alors ils participaient. On ne jouerait que des musique de Touhou.
Je serais au violon, Misora à la harpe, Angel, sa petite sœur de mon âge, qui a des cheveux bruns clairs et des yeux verrons jaune et roses sera au clavier et pour finir, Ryuga sera à la basse.

On partirait chacun à un coin de la ville, puis, on se déplacerait vers la scène où on devrait jouer.

Pendant les cours, je n'était pas très attentive, et ça me fut reproché plusieurs fois.


Quand je les ai retrouvé, j'ai sauté dans les bras de Angel, Ma An-Chan, et on a tournoyé un petit moment. Mon habit était une sorte de robe chinoise pomme stylisée avec les bords brodés en plus foncés. Je portais en dessous un collant noir et des bottes montantes assorties. An-Chan avait la même en rose, mais dans un modèle différent, Misora en bleu et Ryuga avait un modèle homme en rouge. J'avais invité Maylinn, que j'ai croisé dans la foule lors du spectacle, tenant Jordan par la main.

Mes deux musiques préférées furent
  et



On en a joué d'autres, évidemment, mais celles la, quand je les écoute, je craque, je les adore!

Devinez quoi! May et Angel se sont très bien entendues, laissant le pauvre Jordan pour son compte.

On a eu beaucoup de succès.

Vers 23h, je suis partie me balader de nuit avec Ryuga, qui avait le pouvoir de me remonter le moral rien qu'en m'embrassant sur la joue, quand j'étais plus jeune.

Cette fois si, je n'étais pas triste, j'étais bien, même. Il n'en a pas tenu compte, et quand nous fumes dans une ruelle à l'abri des regards, il posa une main de chaque coté de mon visage, se penchant dessus et déposa un baiser tout doux et profond sur mes lèvres.
Sans bouger, je me laissais faire. Il faut dire que j'ai été longtemps amoureuse de lui, et que ça revenait. J'avais toujours rêvé qu'un homme fasse attention à moi par amour, et la…
Je ne pouvais pas espérer plus beau, jusqu'à ce qu'on soit interrompit par un être surprit et jaloux, du moins je crois. Une personne qui avait l'air blessée de nous voir ensemble.

Castiel.

Il me prit par le bras alors que Ryuga me relâchait et me tirais avec lui, vers sa moto.


"Attends! Lâche moi!
-Nan, tu viens avec moi!
-Et Shirley?
-Elle m'a quitté.
-Hein, Pourquoi?
-En vérité, elle voulait juste gravir les podiums pour être connues, et au spectacle, un producteur l'a remarqué, ils ont signés un contrat, et elle est partie.
-Oh… Je suis désolée.
-Fais pas semblant de compatir.
-Mais, j'leur ai pas dit au revoir.
-Eh bah vas y, mais reviens vite, on rentre."


Je courais saluer tout le monde, Voyant An-chan et May toujours ensemble, Mon groupe me faire un signe de la main, et Ryuga me sourire gentiment. Il ne m'aimait pas, il avait juste envie de me remonter le moral, et je pense que finalement, j'en avais besoin.

J'enfourchais derrière Cast et il démarra.


Le soir, après douche, lavage de dents, pyjama, etc., je me mis dans mon lit, pensive, et somnolais. Castiel me rejoignit, et puis, sans que je lui aille rien demandé, il passa ses bras autour de ma taille, et finit par se coucher sur moi. Sans que je comprenne quoi que ce soit, il m'embrassa le cou, me le ourdit. Une mauvaise habitude qui revenait. Je me débattais, mais lui, plus fort que moi, me serra contre lui. Il se releva pour voir mon visage rouge comme ses cheveux et me posa un baiser sur le front. Il était torse nu. Il fit alors quelque chose que j'aurais voulu qui m'arrive à une certaine époque.
Il rapprocha son visage du mien, mit ses mains de chaque coté de moi et posa ses lèvres sur les miennes, très délicatement.

Ce n'était pas hot hot, ou hyper roulage de pelle comme on pourrait l'imaginer. Non, c'était juste doux et tendre. Mais pourquoi faisait-il ça? Peut être s'ennuyait-il de Shirley?
Je ne préférais pas y penser, et me laisser faire. Quand il se releva, il me regarda, et moi aussi, puis, il passa une de mes mèches de cheveux derrière mon oreille et se coucha à coté de moi, me collant à lui, sans désirer son étreinte.

"Dis moi, tu m'aimes, Cast?
-Non?
-Alors pourquoi?
-Parce que j'avais envie.
-Ah, mais…
-Et puis, parce que tu es très importante à mes yeux.
-Mais sinon?
-J'avais simplement envie, c'est tout.
-Ah…"


J'avais décidé de ne pas relever cette phrase, peu plaisante soit-elle, quand on a l'impression d'être un jouet.

"Cast?"

Trop tard , il dormait, et je décidais d'en faire de même.





Chap 24eme



Spoiler

Je ne vous l'ai peut être pas dis, mais je retourne vivre chez Castiel.

Après cette nuit mouvementée, on a tout les deux fait le grasse mat, crevé par notre propre flemmardise.

Quand on se leva aux alentours de 11h, je reçus un sms de Ryuga, qui s'excusait pour hier. Ou avait-il eu mon numéro?




Les mystères sont fait pour exister.

Alors qu'un bâillement résonna dans la chambre, des crissements de pneus retentirent sur le gravier devant la maison. Les parents!
Ils étaient enfin rentrés, Cast et Ethan, qui avait dormi dehors, allaient être contents.

J'eu juste le temps de me laver le visage, de foncer dans l'entrée que la porte s'ouvrit en grand et que deux énergumènes heureux de revenir apparurent. Je leur sautais dans les bras, et ils firent tomber leur valises pour me recevoir. On poussait des cris hystériques quand une main me saisit les cheveux, me tira en arrière pour me coller contre un torse.

"Lâche ma mère, que j'aille lui faire la bise."

J'étais entrainée dans les bras de Castiel pendant que celui ci embrassait sa maman. Le père nous mobilisa pour débarrasser la coffre, et je crois que je fus la seule à aider vraiment, car le rouge s'affala dans le sofa tant convoiter.

Je trainais avec peine une valise sur les marches qui menaient à la porte d'entrée quand celui ci daigna bouger et saisir la poignée du bagage pour la porter lui même. Par la même occasion, il me balança sur son épaule et entra comme ça dans la maison. Il en avait de la force. Quel homme!
Après s'être étirés, les parents de Castiel nous dirent, comme si de rien était qu'on devait tous allé au mariage de l'un de leurs amis le week end prochain, Ethan et moi comprit.
Ils étaient au courant depuis longtemps, et c'était le mariage du frère d'une amie très riche à eux, vous vous rappelez de Silta? Bah c'est Jean, son grand frère qui se marrait, donc on est convié à la fête. Le seul petit problème, c'est que je savais pas quoi me mette, car ma robe victorienne de la dernière fois n'irait pas pour un mariage. Sophie, la maman à Cast, comprenant pourquoi je me rongeais les sangs, me prit par le bras et me tira jusqu'à la boutique de Leigh, ouverte le dimanche. Une chance que je sois pas en pyjama moi.

On a choisi une robe bleu canard avec des bretelles et de la dentelles, et des ailes en dentelles brodées en blanc dans le dos.

Quand je revins, Cast nous traita de dépensières et sa mère lui colla un gros bisous sur la joue. J'éclatais de rire, il rougit.

Pendant toute la semaine, j'ai collé Lysandre, ne me demandez pas pourquoi, même si au fond de moi, je voulais rendre Castiel jaloux, car je savais qu'au mariage, je n serais pas son centre d'attention et qu'il y aurait surement des jolies donzelles. En vérité, ça ne lui a fait ni chaud ni froid, au Castiel, car il ne m'aime pas, il s'amuse juste avec moi. Plus je pensais à ce qu'il m'avait dit, plus je regrettais ce baiser.

Pour le mariage, qui avait lieu dans un hôtel particulier, on parti une heure en avance, vu que c'était assez loin.

Arrivé la bas, Cast repéra sa princesse aux cheveux blanc rose, qui lui sourit, radieusement, dans sa robe blanche de dentelle bustier pour les gros seins. Vous êtes sur que ce n'est pas elle, la mariée?
Le loup fit d'ailleurs apparition. Jean avait les cheveux blancs roses comme sa sœur, mais ses yeux étaient noirs, il avait un visage long, un gros front en un long nez, il était très grand.
La mariée, qu'on me présenta avant les séances photos, avait une chevelure dorée, qui me rappelait Ambre, attachée en chignon. Ses mirettes étaient noires, et son visage rondouillet. Elle était plutôt petite, enfermée dans une robe blanche qui semblait trop petite pour elle.

Les parents de Cast s'abandonnèrent avec d'autres adultes à boire un verre au buffet.

Après quelques salutations polies, la bonne de la famille nommée Marie, me secoua le bras.

"Kagatsuki Kaorin?
-Oui?
-Veuillez me suivre s'il vous plait.
-Hein? Mais pourquoi?
-Ne discutez pas."

Elle me tira jusqu'à un local dans lequel étaient entreposées des robes, sous le regard étonné de Castiel et Silta.

"Félicitations, mademoiselle, vous avez été tirée au sort pour être demoiselle d'honneur.
-Ah?
-Voici votre robe.

Elle me tendit une robe blanche à bretelles avec de la dentelle blanche, et un ruban rose à mettre autour du cou.

-Voila, vous êtes parfaite! Oh, attendez! Mettez ces chaussures.

C'était des petits talons roses clairs, je me demande comment elle avait trouvé ma taille.


-Fin prête, en piste, mademoiselle."

Elle me poussa dans l'église dans laquelle elle me donna un panier remplit de pétales.

"Allez y, jetez les sur le tapis rouge pour le passage de mal mariée.
-Et après, je fais quoi?
-Vous vous mettez debout à coté de ce pilier."

Je m'exécutais, maladroite, sous les ricanements de Castiel, que j'arrivais à entendre, lui qui était placé assez loin à coté de Silta, sa main sur son épaule.
Honteuse, rougissante, j'arrivais derrière mon pilier sur lequel je m'adossais, rouge.

La mariée arriva sous des lumières et des violons. Ils avaient des moyens.

Je jetais un coup d'oeil sur le public, il y avait bien 600 personnes!
Il y avait deux autres demoiselles d'honneur, qui devaient avoir 10_11 ans, et qui tenait la traine de la mariée.


Il y eu un long discours, puis le curé me demanda d'apporter les alliance. J'accourais, et vu que j'étais en talons, je me cassais la figure. Castiel explosa de son rire strident sui résonna sous les arches religieuse. Le reste, lui, s'inquiétait du bon état des alliances, et pas de moi. Sympa…
Je le sentais pas du tout ce mariage, mais alors pas du tout.



Suite en dessous! Pensez à toujours regardez en dessous!


Dernière modification par kaorin (Le 17/05/2012)

 

Timide Messages: 214
Hors ligne
Le 30/10/2011 - #12 

 

J'adore ta fic elle est genial.
Meme si kao est persuadé que c'est a cause d'elle que sa famille est morte dans l'incendie , la pauvre sad .elle a vraiment pas de chance d'avoir le phobie du feu ,deja en cour de chimie avec tout les eleve qui la regarde avec un objet avec une flamme ...et puis la cousine de castiel ,mais ou elle a eu cette idee avec le parfum Oo .
J'ai cru que kao allais ce laisser coulais au fond du lac ...EN tout cas ta fic est genial
BOnnne chance pour la suite  big_smile


 

Timide Messages: 160
Hors ligne
Le 30/10/2011 - #13 

 

Je suis toujours choquée par l'attitude de Cherry , même pas UNE excuse . J'aime bien la meuf , elle est évanouie et l'autre il pense : le cuir lui va bien . Alors la , j'étais drag . (je me fais des délires pour rien en même temps) en plus tu ma fait une petite dédicace en disant : 'oui Maylinn , un Lysandre appeurer existe aussi) . J'ai plus qu'à dire : hâte que le chapitre 4 sort smile . Bonne continuation <3


 

Timide Messages: 384
Hors ligne
Le 30/10/2011 - #14 

 

Chapitre 4 sorti, avec 2 surprises!

Chap 25eme



Spoiler

Me relevant à grand peine, j'allais m'adosser au poteau. Que de Bourges! Je pouvais mourir, ils se foutaient de savoir si j'étais une fille ou un gars, les alliances passaient avant tout!
J'eus alors une énorme douleur dans la cheville. Elle devait être foulée, surement. La poisse...
Les deux petites, la blonde aux cheveux courts et la bleue aux cheveux longs (une deuxième Wendy de Fairy Tale) me regardaient les yeux grands.
Je me sentais bête, très bête, tellement bête que je n'écoutais pas la fin du discours et fus réveillée par le "Vive les mariés!".
Ils étaient tous les deux entrain de se bécoter en public. Coquins, ces Bourges!
Quand ils sortirent, je me disais que ça aurait été très drôle qu'un des deux promis disent non! La bonne tranche de rire que je me serais tapée, moi!
Je sortais dernière de l'église, occupée à ramasser les pétales de fleurs sur demande du curé, alors que les deux petites jouaient sur le perron.

"Wendy! Mini Ambre! Venez m'aider!

Elles se retournèrent.


-Nous?
-Oui, s'il vous plait, on ira plus vite à trois.
-Non, hors de question! Tu nous vois, nous, ramassés les papiers d'une vulgaire église et se salir les mains? Pfff! Pouffa la bleue
-Jamais des De la Roseraie ne feront le ménage! Reprit la blonde.
-Et puis, c'est mieux qu'une fille de ton rang, plus habituée à ces taches, le fasse.
-Nous ne sommes tes filles de chambres!
-Tout à fait!"

Elles repartirent main dans la main me regardant de haut.
Ces deux sœurs, mal élevées comme gamines. Ça ne tiendrais qu'à moi, elles auraient reçus deux baffes chacune.


Quand j'eus finis, Silta me sauta dessus.
Elle m'entraina alors par la manche.
On arriva sous une verrière ou se trouvait le buffet, avec coin adulte, enfant, ados.
Le notre était caché par des plantes, ainsi invisible des autres. Les ados, y comprit Cast, buvaient beaucoup.
Moi, placée entre deux plantes, les observais du jus de fraise à la main.

Sophie et Thomas firent leur apparition.
Ils riaient beaucoup de ma chute, et puis voyant Castiel avec une fille dans les bras, sourirent et me laissèrent.

Environ une bonne heure lus tard, Silta, un peu pompette, ouvrit une rote dans la verrière qui amenait à une salle close, insonorisée dans laquelle on serait tranquille.
Ils firent leurs dernières provisions niveau bouffe et alcool, c'est à dire qu'ils ont emmenés le buffet entier, et ils fermèrent la porte à clé.

On s'assit en rond.
Silta, debout au milieu prit la parole:
"Bien le bonsoir à tous! Nous allons lancés notre soirée jeu! Après avoir tiré au sort, nous sommes tombés sur le action-vérité!
Je vous rappelle les règles:
Chacun notre tour, on demande une vérité, une action, une V-3, c'est à dire 3 vérités, ou un bonus-3 (trois actions à choisir l'une d'entre elles) à une personne, qui doit faire la demande, sous peine de gages croustillants! Cette personne posera à son tour sa demande à un autre joueur.
Tout le monde joue! Comprit?"


Il y eu un oui général mêlé à des hoquets.
Je me serais bien passé de ce jeu de gamins, vu que ce n'était pas mon truc, et qu'en plus les questions ne sont pas très futées, souvent sexy.
J'avais pas le choix, et j'allais pas me faire remarquée au milieu de ces riches, qui pour les ados se montraient plutôt coquins.

Le jeu commença, je pris place contre un mur.
Au début, je ne participais pas, et rien ne tombais sur moi, mais Cast, lui, était submergé par les questions des filles: Avait-il une copine? Était-il toujours puceau? Combien de filles vit-il dragué? Combien de copines avait-il eu? Laquelle des filles de la salle préférait-il? etc.

Jamais une seule fois, vous l'aurez devinez, son regard ne se posa sur moi.
Je commençais à m'ennuyer sérieusement, moi. Je regardais dehors, par la seule fenêtre de la salle, et la, le nez collé aux carreaux, je vis un petit bonhomme brun, avec des lunettes rondes et les cheveux gras. Il me souriait. Oh non, pas lui! Que faisait Ken ici?
Il entra en trombe dans la salle, il devait avoir la clé.

"Kao!

Tout le monde le regarda, et Silta se leva.

-Très chers compatriotes, je vous présente Kentin, mon cousin, mais vous pouvez l'appeler Ken!
-Kaorin! Je ne pensais pas te voir la."

Il vint vers moi et se mit à pleurnicher la place à coté de moi, mais fut envoyé plus loin/ Je suppliais Castiel du regard de faire quelque chose mais celui ci m'ignora et le jeu reprit.
Je sentais le regard de Ken peser sur moi.

Quand au bout d'une heure et demi, je fus interrogée, ce fut par castiel. Celui ci, à moitié bourré, me demanda une vérité:
"Alors, Kaorin, est-ce que tu aimerais coucher avec moi?

J'étais surprise par la question, mais pas de la part de Cast.

-Non.
-Avec qui ici?
-C'est une V-3?
-Ouais, alors, avec qui?
-Personne.
-Sure?
-Oui."

Voila, fini.

Je demandais à une fille si elle aimerait sortir avec Cast, mais j'aurais deviné la réponse sans même poser la question, vu qu'elle était dans ses bras.
Celle ci, excitée, répondit oui, et se jeta sur lui de plus belle.

Une petite demi heure après, un certain Romain me posa une action.

"Fais nous un strip-tease, la souris.
-Ça va pas la tête! Je refuse.
-Bon, très bien, dommage pour toi. Un gage.

Gloussement.

-Un gars de la salle devra t'embrasser, reprit-il.

Re-gloussement.

-Un volontaire? Demanda t-il.

J'aurais aimé que Castiel se porte garant, mais celui ci faisait mine de rien. Tampis, avec lui j'avais l'habitude… Mais seulement Ken leva la main tout euphorique.

-Accordé, vas-y, euh… Kentin."

Je me reculais et me collais contre le mur, me faisant toute petite, fermant les yeux de dégouts.

Je réalisai que seul Ken me désirait dans tous les gars que je connaissais et encore en vie.
C'est assez étendu. Je me suis alors dis qu'il fallait que je m'abandonne à mon triste sort?

J'attendais, frustrée, les grosse lèvres gonflées et collantes du binoclard.
Attendant toujours, j'entendis un bruit de claque.
Mais ce fut à mon plus grand étonnement que les lèvres qui m'embrassèrent furent fines, chaudes et douces, mais je sentais en elles une certaine détermination.
Une forte main m'agrippa la taille, et une autre l'épaule. C'était des mains d'hommes, des mains que je connaissais.
Je me retrouvais sur les genoux de quelqu'un, penchée en arrière, la tête relevée, courbée, une main soutenant ma nuque, l'autre me serrant la taille.
La bouche sentait l'alcool.
Sans aucun doute, je devinais qui c'était.
Castiel, évidemment.
Il ne relâchais pas son emprise, et son baiser n'en finissais pas. J'avais du mal à respirer.
Il ouvrit les yeux pour voir mon visage et les referma aussitôt.
Mes larmes coulèrent toutes seules, et, lorsque l'une d'elle tomba sur la chemise de Castiel, celui ci releva sa bouche.
Il me regarda, je le regardais, essoufflée.
Il tourna la tête vers Kentin, sans me lâcher.

"N'essaye plus jamais de l'embrasser, c'est clair?!"


Ken, effrayé, se cacha derrière son voisin.

"Cast, tu peux me lâcher?
-Vous en voulez encore? Demanda mon agresseur aux jeunes filles rougissantes et aux gars envieux.
-Cast, lâche moi!"

Il n'en fit rien et me ramena à sa place à laquelle il m'assit sur lui en me calant entre ses jambes, la droit entre les miennes.
Me serrant les hanches pour que je ne bouge pas, le jeu continua.
Plus personne ne m'interrogea, mais Cast lui, me lâcha seulement pour se mettre torse nu, sur demande de Charlie.
Il me reprit de plus belle, et alors qu'on faisait une pose toilette, Ken s'approcha de moi et essaya de me faire un bisous qu'il n'avait pas eu.
Cast rappliqua en vitesse, me mit sur ses genoux et me réembrassa de plus belle. Ça devenait lassant, à la fin, mais ça plaisait aux Bourges.
Les filles en redemandait, les gars aussi, et Castiel s'exécutait sur moi, comme sur un cobaye. Je ne pouvais presque plus respirer, et il finit coucher surmoi dans la banquette. Plusieurs garçons, alors qu'il me retenait, en profitèrent pour soulever ma jupe, mais Cast leur envoya un coup de pied en pleine face.
Qu'en je n'en pus plus, je suppliai Cast d'arrêter, les yeux coulants, me débattant comme je le pouvais, épuisée par ces expériences.
Cast, prit de honte, se releva, et je pus enfin respirer.
Mes larmes roulant encore sur mes joues, celui ci me serra dans ses bras pour s'excuser. C'était bon, chaud et rassurant, mais ça puait l'alcool.
Il me relâcha et alla se resservir un ou deux verres. Castiel exigea que je quitte le jeu et fus à la place chargée de ramener les provisions. Vers minuit et demi, nous rentrames, et Castiel, crever, surtout bourré, me tomba dessus devant sa chambre. Je n'eus pas 'autres solutions que de le coucher moi même, tout habillé, bourré, endormi.
Après une bonne douche réchauffante, je touchais mes lèvres. Son baiser était bon, mais douloureux, il me faisait mal au cœur, car il avait abusé de moi. C'était horrible, mais il était bourré.

Je retournais dans sa chambre et lui flanquais une bonne raclée, dont j'espère, il se souviendrait, malgré son sommeil lourd et profond.

Le lendemain, vers dix heures, après deux heures de travail acharné, j'allais déjeuner, et les parents de Cast se levèrent, épuisés par leur soirée.
Comme ils étaient de retour pour peu de temps, ils décidèrent d'aller chez des amis.

Vers 13h, Castiel se leva, la gueule de bois. Ayant pensé à tout, j'étais allée à la pharmacie lui acheter des médocs.
Je lui faisais la gueule pour son comportement d'hier, mais il s'en foutait pas mal.
Je sortis avec Amande me changer les idées, et c'est alors que je croisais Nathaniel, sur un banc du parc.
"Je peux m'assoir?

Il releva la tête.

-Ah oui oui, bien sur.
-Tu lis quoi?
-C'est un bouquin sur la philosophie du XIX e siècle.
-Ah, d'accord.

Je grimaçais, je détestais ce genre de bouquin.

-Et toi, tu fais quoi?
-Moi, je promène mon chien…
-Castiel n'est pas avec toi?
-Nan..
-Tiens donc!? Pourquoi ça?
-Ce type…  Une larme coula. Il abuse de moi, il m'embrasse pour s'amuser, quand ça l'arrange et après il me rejette. Je ne suis pas son jouet.
-Ah oui, comme pour dans le voyage scolaire.
-oui, voila…
-Je suis désolé.
-Nan, c'est moi, je n'aurais pas du t'en parler, tu as assez de mal à te trouver une copine, et moi, je viens t'embêter. Dis-je en me levant.
-Ce n'est pas grave..
-Dis..
-Oui?
-Si on commençait par être amis?
-ça me va, Kaorin.
-Kao, je préfère Kao.
-Va pour Kao."

Je me rassis et on parla de tout et de rien, pendant toute l'âpres midi.

Le lendemain, je mangeais avec lui, et avec un jardinier nommé Jade, sous le regard étonné des autres.

Le soir, Castiel, alors que je ressortais de la douche, me tira le bras et me plaqua contre un mur, sur lequel il m'embrassa.
"Hey, tu fous quoi la?
-C'est à moi de te le demander! qu'est ce que tu fous avec le délégué?
-Ça te regarde pas.
-Oh si, que ça me regarde, t'habites chez moi, j'te rappelle.
-Et?
-Et tu dois m'obéir.
-Pfff, t'es minable, lui au moins, il abuse pas de moi."

Je le repoussais et m'en allais.



Chap 26eme


Spoiler

Je ne m'étais jamais senti aussi libre que d'être avec Nathaniel.
Il me comprenait, il m'écoutait.

Je ne sais pas si vous avez eu ça dans votre bahut, vous, mais nous, avec la 2nde E et la 2nde D, on allait faire une semaine à thème à  partir de mercredi jusqu'au mercredi suivant, et notre thème était le Japon.

Cela avait lieu dans une ville à 1h de route.
Dans le car, j'étais à coté de Nathaniel, qu'une fille de 2nde D dévorait des yeux, mais qui avait l'air trop timide pour lui dire.

Après une visite en yukata de la ville, on a eu une soirée sources chaudes.
J'ai été retardée car je devais appeler le café pour des renseignements sur     
Amande.

On était en tout 50, 26 filles et 24 garçons. Je fus surprise de voir que des tourniquets nous empêchait d'accéder aux bains. Et celui des filles ne me laissait pas passer.

J'allais donc m'adresser à l'accueil.

"Excusez moi, pourquoi je ne peux pas accéder aux bains des filles?
-Parce qu'il est plein?
-Hein?
-Il est limité à 25 personnes par bains.
-Hein?
-Tout à fait.
-Mais  je fais comment moi?

La vieille femme m'observa un instant.

-C'est simple, vous n'avez pas beaucoup de formes, et vous êtes plutôt discrète… Vous allez aller chez les hommes!
-Hein?!
-Allez, ouste, j'ai des choses à faire moi."

Je me dirigeais donc vers le bain masculin.

Je passais le tourniquet, et en apercevant tous ces hommes dans le bassin, j'eus peur. Je vis aussi Nathaniel.

J'entrais discrètement, se demandant ce que ferais des hommes en voyant une fille si vulnérable avec eux.

Je nageais jusqu'à un coin caché derrière des rochers et ressortis. J'étais bien, mais prudente.

C'est alors que j'entendis des voix derrière moi:
"Tiens, une fille.
-Qu'est ce qu'elle fait la?
-Chais pas, mais elle est à demi à poil.
-On en profite?"

J'avais trop  peur, si peur que je n'arrivais pas à me défendre. C'est lorsque l'un d'eux toucha ma serviette que j'hurlai.

Tous les gars du bain se retournèrent, et j'en vis 4 foncer vers moi.
Cast était devant tous et, affolé, mit une droite à un des gars et Lysandre fit de même. Jordan, lui, et Fabien, en prirent deux autres. Il n'y eut que Nathaniel qui me serra contre lui, me rassurant, moi et mes yeux larmoyants.

Quand ils furent tous partis, castiel attrapa les cheveux du blond et le fit valdinguer.

"La touche pas!
-Aie."

Castiel me secoua les épaules.

"Qu'est ce qui t'as pris de venir la?

Je le repoussais et me saisis du délégué.

-Nath! Tout va bien?
-Oui, merci Kao."

Je l'aidais à se relever en jetant un regard noir à Castiel qui n'y comprenait rien.

Il me jeta un regard triste et blessé, de quelqu'un de déçu.

Après être sortie du bain, Cast m'attrapa et m'emmena dans la forêt derrière le bassin.


Il me plaqua contre un arbre et entreprit de m'embrasser violemment.
Je pleurais et essayais de le repousser, mais il était plus fort que moi, il fallait l'avouer. Je finis par perdre le contrôle, et à me laisser tomber de tout mon long par terre. Castiel me suivait et finit à 4 pattes au dessus de moi.
Je pleurais, comme pour le supplier de me laisser, car je souffrais, mais lui, me tenant les poignets, n'en fit rien.

"Tu m'as désobéi.
-Je-Je n'ai rien fais.
-Si, t'es allé avec le blond.
-J-Je ne t'appartient pas."

Il m'embrassa de plus belle, me faisant saigner encore plus.
"-Arrête!
-Ne me parle pas comme ça!
-Je suis pas ton jouet!"

Shplaf! Je me pris une belle baffe, et il continua de me faire souffrir.
Je ne disais plus rien, me laissant maltraiter par ce monstre qui profitait de moi. J'inclinais ensuite ma tête sur le coté, le laissant ainsi avoir accès à mon cou, continuant de couler, désespérée.
e me disait que je pourrais y rester, sans savoir de quoi il était capable, qu'il me redressa le visage pour que je le voie.

"Kao…
-…
-Kaorin, je suis désolé, mais.
-Arrête, je ne te crois pas.

Je pleurais encore..
-Fais moi tout ce que tu veux, je ne dirais rien, je ne suis plus en mesure de dire quoi que ce soit. Fais de moi ce qu'il te plaira.
-T'es tant désespérée que ça?
-Oui…


Il y eu un gros blanc…

-Kao, je..
-…
Je t'aime.


Ça m'avais laissé sans voix..


-Je ne te crois pas, tu veux juste profiter de moi.
-jE te jure que non!

Il m'enlaça, et m'embrassa, mais c'était tout doux. J'avais envie de le croire, mais j'avais peur.

-Je neveux pas…
-Hein?
-Je ne veux pas de ton amour si il est violent comme ça.
-Kao, je t'aime sincèrement.
-La belle affaire, maintenant, laisse moi.

J'essayai de me retirer, mais il me retenait. Il s'allongea sur moi et enfouit sa tête dans mes cheveux.

-Tu vas rester ici sagement avec moi, ok, tu ne partiras pas, car je t'aime, et pour toujours. Je ne te laisserai pas m'échapper encore une fois.

Je tremblais de peur, pour cet homme qui ne m'avait jamais terroriser jusque la.

-Castiel..
-Reste avec moi pour toujours."

Il resta allonger sur moi, essuyant mes larmes et me berçant durement, maintenant que j'étais sur ces genoux, coincée contre un arbre.

Dans ma tête, il y avait cette musique…



Chap 27eme



Spoiler

Il caressait maintenant mes cheveux.

"Castiel, je suis désolée, je préfère qu'on en reste la.
-Ah...
-Désolée, vraiment...
-Je comprends...

J'avais enfoui ma tête dans son T-shirt et pleurais de plus belle, honteuse.
Lui qui m'avait mit entre temps sur ses genoux me saisit par la taille pour me poser à terre, debout.
Il se leva après moi, et se secoua la veste.

Il afficha un grand sourire, et moi, les yeux mouillés, le regardais.
Il se pencha vers moi, les mains dans les poches.

-Dans ce cas la, je vais tout faire pour que tu m'aimes à en crever.

Et d'un sourire satisfait qui trahissait sa peine, il m'embrassa sur le front.

Il fit demi tour et partit l'air de rien.

-Excuse moi, Cast..."


Point de vue de Castiel

Je rejoignais les autres à la table du réfectoire général pour manger.

"Kao n'est pas la?
-On l'a croisé, elle n'avait pas faim.
-Ah, ok...
-T'as l'air déçu, Cast.
-Hein, nan nan; je trouve que c'est lâche de sa part de nous abandonner comme ça.
-Bah, elle pleurait, alors...
-Ah, ok."

À vrai dire, moi j'avais la dalle. Merci pour ta ration, Ma belle!

Point de vue de Maylinn

C'est vrai que Kao n'était pas bien, mais si on regardait Castiel, on avait l'impression qu'il était blessé profondément. Je n'avais jamais vu une expression aussi dure sur son visage. Lysandre semblait inquiet pour lui.

Point de vue de Iris

Rosa, Violette et moi on était monté avant pour se coucher. Kaorin était la, enroulée dans un futon, à moitié endormie.

Quand le reste de la classe arriva, nous qui voulions nous coucher; on a finit par faire la fête avec les autres. Comme on avait chaud, on a ouvert la porte vitrée qui donnait sur le balcon qui faisait le tour du dortoir, et qui donc communiquait avec la chambre masculine.

Point de vue de Kaorin

Qu'est ce qu'elles étaient bruyantes! Et puis ce bon air frais. C'est décidé, je suis allé m'allonger sur le balcon commun avec ma couverture.
Je ne sais pas combien de temps j'ai dormi, mais en tout cas, une pluie fine c'est mise à tomber. Les filles avaient refermé la porte vitrée, et moi, à moitié endormie, j'ai cru que c'était la chambre des gars, et suis donc allé dans l'autre, qui n'était pas verrouillée.
Elle était vide, mais moi, la tête dans le c*l, je ne m'en suis pas rendue compte et je me suis ré-endormie.

Point de vue de Castiel

Ah la la, on s'était bien marré, car on avait chipé de la nourriture au buffet des adultes.
C'est Fabien qui est entré dans la chambre en premier, les bras contenant des bouteilles de Coca.
Après avoir ouvert la porte, celui ci s'arrêta.

"Bon, Fabien, t'avance, on va pas coucher ici…
-Ta g*eule Cast, y'a un imprévu.
-Bah tu le vires l'imprévu!
-J'aurais bien aimé, si il ne dormait pas…
-Bah réveille le et vire le!
-Ça m'étonne que ça soit toi qui dise ça!
-Nan, c'est tout à fait normal.
-Bah vas y, toi, vire le.


Je le poussais et entrais en trombe dans la chambre, bien énervé, sur et certain de faire sortir ce parasite.

Sauf que, quand je vis la boule mouvante de couverture, j'hésitai.
J'allai secouer ce que je croyais être une épaule.

Une tête émergea.
Kao?

"Alors, cher Cast, ou est passé ta détermination?
-Ta g*eule Fabien, je peux pas la virée.

Lys entra à son tour.

-Ah oui, d'accord, je comprends mieux.
-J'vais pas la virer, surtout qui flotte.
-Ok, on va la mettre dans un coin."

Je portais l'endormie dans un coin ou on ne la dérangerait pas.

On s'assit en rond autour du chauffage central et on commença à faire les c*ns.

Au bout d'une demi heure, on entendit remuer, et Jordan, qui était de dos, se retrouva avec une larve sur lui.

"Kallen, je savais pas que t'étais ici!"

Kaorin lui avait passé les bras autour du cou, et voila maintenant qu'elle le prenait pour Kalle. C'est sur, elle était crevée et pas bien réveillée.

"Rosa!"

Elle sauta au cou de Lysandre.

On la regarda faire le tour des garçons leur donnant le nom des filles qui avaient les mêmes couleurs de cheveux que eux.Un moment, elle s'arrêta à mon niveau et me dévisagea.

"Scarlet?
-Euh.. oui?

Ne vexons pas les fous.

-Sca!

Elle me sauta dans les bras et je tombais à la renverse.

-Kao, tu dors?

Elle fit non de la tête et ouvrit les yeux:

Elle dirigea son regard vers un des 2nde D, qui avait les cheveux bleus.

Quel nom allait-elle lui trouver?

-Tama?
-Hein, c'est moi qu'elle appelle?
-Tamaki! Tu es vivant!
-De quoi elle parle?
-De son défunt grand frère. Dit Lysandre.


Elle m'avait lâché  et se dirigeai à 4 pattes vers ce certain Tamaki….

Nathaniel, qui était à coté de lui, lui posa une main sur l'épaule.
Son sourire s'effaça, et elle m'arrêta.

"Qu'est ce que tu fais, la?
-Euh… eh bien..
-Lâche mon frère.
-Mais…
-Tu vas le blesser/
-Je ne vais lui faire aucun mal…
-Menteuse!
-Comment ça, menteuse?
-Tu as déjà vole tous les gars du lycée, tu vas pas te taper mon frère en plus.
-Je ne comprends pas.
-Ambre! Ne fais pas l'innocente!
-Mais.. je ne suis pas Ambre…

Elle commençait à fulminer.

-Arrête de mentir! Tu en as déjà trop fait!

Elle sauta à la gorge de notre cher blond et le plaqua par terre, l'étranglant.
J'accourus et lui attrapait la taille pour qu'elle lâche Nath.

-Laisser moi! Je vais la tuer!
-Kao! C'est pas Ambre, c'est Nath!"

Point de vue de Kaorin

-Pas Ambre?

Ma vue se brouilla, et puis, le visage moqueur et gracieux de la jeune file se transforma en le minois affolé et inquiet de notre blond.

-Nath?
-Oui, Kao, … c'est bien moi.
-Oh,, je suis désolée.

Je pris sa main dans la mienne.

-Je ne t'en veux pas, u n'étais pas toi même.
-Oh, mais j'ai failli te tuer…
-Ce nest pas grave.
-Tu…


Castiel soupira. Il tapa dans ses mains.

-Allez, assez de belles paroles.
-C'est vrai que ce n'est pas de toi qu'on en entendra souvent.
-Tu me cherches, la naine?
-Point du tout, mon cher.
-Tu vas me trouver.
-Gros comme tu es, je ne peux pas te manquer!
-Ouh la la, j'ai le point qui me démange.
-Ta fierté serait descendue au point de frapper les filles?
-Ouais, surement, enfin, toi t'es pas une fille, t'es une souris.
-On ne maltraite pas les animaux!
-On ne traite pas les hommes!
-Entendre ça de la part d'un coureur de jupons, c'est un peu vexant.
-Et toi alors, on peut savoir ce que tu fais la?

Je me tus, scrutant la chambre. Je me redressais et m'assis sur mes genoux.

-C'est vrai ça, comment t'es arrivé la? Demanda calmement Lysandre.
Eh bah, en fait….

Je leur racontais tout, et ça les fit bien rire.

-Oh la la, Kaorin;, t'es sacrément pas douée!
-Castiel, tais toi.

Je m'apprêtais à rentrer dans le dortoir des filles, mais elles l'avaient fermer à clé de l'extérieur et de l'intérieur.

Je rentrais bredouille, déçue.

-Alors, comme ça t'es enfermée dehors, s'exclama Castiel, pas de chance.
-C'est bête, ça… dit Lys.
-Bah, comme tout les animaux, tu peux bien dormir dehors, tu crains rien!"

Point de vue de Castiel

Je me marrais sur ma dernière réplique. En tout cas, ça l'avait vraiment énervée, car je me pris un petit point dans la joue.

Alors que je me relevais en me tenant la joue, j'attrapais son petit poing, et devant son regard coléreux, je lui fis un grand sourire, lui prouvant que j'avais encore toutes mes dents.

"C'est bien, t'es redevenue comme avant!
-Avant quoi.
-Rien rien, t'es mignonne, c'est tout…"

Elle prit sa couv' et alla se mettre sur le balcon.

"Hé! Je plaisantais!
-Je veux pas dormir dans la même pièce que toi! Pervers!
-Nan mais tu vas pas dormir dehors.
-Chuis une souris, j'te rappelle.

Je sortit, la soulevait par les aisselles et la transportait dans la chambre, à bout de bras, pour éviter les coups qu'elle lançait un peu partout.

-Ha ha, t'as l'air débile à te débattre comme ça!
-Ta g*eule!
-Si je veux!
-Lâche moi!
-À vos ordres, Princesse.

Sur ceux, je la laissait tomber sur le sol dans un grand bruit.
Je fermais la porte à clé et la cacha sous mon oreiller.

-Voila, comme ça, ma belle, tu ne sors plus!
-Lysandre!
-J'y suis pour rien, vois avec lui!

Les autres gars riaient, ou plutôt, se foutaient littéralement d'elle.

-Lysandre…
-Je ne peux pas t'aider, pouffa-t-il.

Elle fit le tour de la pièce, puis, crevée, s'installa dans un coin et se coucha en nous tournant le dos.

-Tu boudes.
-Ta g*eule, Castiel.
-Ma p'tite Kaorin, ma p'tie souris chérie.

Sur ces mots, d'un coup élégant et rapide de poignet, je pris sa couverture et lui retirait, ce qui l'a fit râler.

-Castieeeeeeeel, rend la moi.
-Viens la chercher.

Et sous le regard des autres amusés, je l'agitais au dessus d'elle, sui sautai pour l'avoir.

Alors que je l'agitait un peu trop haut, elle se mit sur la pointe des pieds et perdit l'équilibre, tombant donc… sur moi.

J'étais affalée sur le mur et elle sur moi.
Bon je ne vais pas m'en plaindre, ça me faisait marrer.
Je mis mes bras autour d'elle, devant l'assemblée masculine étonnée.

-Allez, ma petite, va te coucher.
-Avec ma couv'.
-Hors de question.
-T'es chiant.

Elle se leva et se remit dans son coin, roulée en boule, nous tournant toujours le dos. Elle n'avait plus la force de se battre, épuisée par cette soirée mouvementée.
Elle s'endormit d'un coup, d'ailleurs.

Compatissant, je lui remit son drap.
Les autres gars allèrent se coucher aussi, et moi, adossé à un mur, je l'observai dormir. Elle avait l'air sereine.
-Poussé par une envie zarb, je me couchais à ses cotés et entourait son corps frêle de mes bras.
Combien de temps allait-il passer avant que je ne l'effraie plus?



Chap 28eme



Spoiler

Les rayons de soleil du doux mois de mai me caressaient la joue, timidement.

C'était étonnant de savoir qu'il faisait beau et chaud alors qu'hier soir, il pleuvait.

Je me frottais les yeux puis me relevais, entendant tombé un truc sur le sol. C'était les bras de Castiel qui avait dormi avec moi, le pervers.
Il avait un pyjama rouge, comme ses cheveux, et une sainte idée me sauta à l'esprit.
Je le pris en photo, et criais en courant partout dans la pièce comme une folle:
"POWER RANGERS FORCE ROUGE!"

J'eu à peine le temps de le re-photographier qu'il se réveilla et me coursa dans tout le bâtiment.

On fut réprimander par plusieurs profs.
Je dus expliquer ma nuit aux filles, curieuses, et pour certaines, envieuses.

*****

Au programme: Cours en uniforme, déjeuner japonais, cours, bain, etc..

Les cours, car on en avait, se passaient dans de petites salles exposées à l'été, si proche soit-il.
Il faisait tellement beau et chaud que tout le monde regardait dehors, rêveur, envieux…
Le prof d'histoire, qui nous accompagnait, Mr Faraize, nous regardait, embêté par notre attitude, mais ce fut lorsque Castiel se mit torse nu
qu'il craqua et, avec l'avis des autres instituteurs, décida d'emmener tout le monde à la plage.

Avec des cris d'hystérie de jeunes gamins, nous sommes montés en courant dans les chambres nous changer.

J'avais amené un une pièce, ainsi que mon bikini gothique.
Je comptais mettre le moins ses des deux, mes Rosa me le confisqua, et je dus mettre le bikini. Triste vie.

Sur la plage, je me mis une robe et un grand chapeau de paille.

C'était au bord d'une base de loisirs artificielle, avec un lac , des plages et une foret qui entourait le tout.
On commença par un action ou vérité endiablé.
Evidemment, quand je fus interrogée, ce fut pour embrasser un garçon, et on me désigna Castiel.
Les autres dirent que je n'avais pas le courage, et celui ci ricana de moquerie.

Je fis alors le tour du cercle des joueurs comme pour m'absenter, et arrivée à l'hauteur du grand roux, je lui saisis la tête et la posai à la renverse sur mes genoux.
J'embrassais alors l'homme couché sur mes jambes, rougissante.
Quand j'eus repris ma place, je les regardais tous et leur dis…

"Vous disiez?
-Rien rien, continuons."

Il étaient impressionnés, sauf Lys, évidemment.

Castiel, qui commençait à s'ennuyer fermement se leva et traversa le cercle en courant en criant.
"y'en a marre! On va à l'eau!

Il fut suivit de beaucoup d'acclamations.
Je me levais avec les derniers, sans la moindre intention de me baigner, vu le maillot que je portais.

-Kao, tu ne viens pas?
-Non, Lys, pas trop envie…

Je n'eus rien le temps d'ajouter que quelqu'un m'enleva mon chapeau et ma robe. Il enroula le tout et le lança à Rosa qui attachait ses cheveux près des serviettes.
Comme si elle s'y attendait, elle réceptionna le tout.

-Bien joué, Rosa!
-De rien!
-Hééééé Castiel!
-Allez, tu viens.
-Je veux pas me mouiller.

Je tentais tant bien que mal de cacher mon corps de mes bras.

-Pfff, tu ne me laisses pas le choix.
-Hein?"

Et sans que j'ai eu le temps de réagir, il me jeta sur son épaule.

Il me mena dans l'eau, alors que je tambourinais son épaule en lui ordonnant de me lâcher.
Il ne le fit que lorsqu'il eu de l'eau jusqu'à la taille. Je tombais lamentablement, et me relevais en serrant les poings sous son rire.

"Tu sais que t'es chiant toi?
-Et toi, tu sais que t'es super mignonne?

Je rougis alors et cachais ma poitrine avec un mouvement de recul.

-Héé!
-Ah ah! J'vais pas te bouffer, reviens la!"


Il me coursa, mais on s'arrêta alors quand on entendit un grand plouf et des cris. Les autres étaient tous sur Fabien et Lysandre à les noyer, ou plutôt les filles essayaient de noyer les gars.

Castiel, en tout bon sauveur, se précipita les aider, et moi je remplissais ma mission du coté féminin.
Quand tout le monde fut un peu essoufflé, je fis un clin d'oeil à My et toutes deux avançames vers la tomate qui haletait. Elle était au bord du "grand bassin", c'est à dire qu'après ça, le bassin descendait d'un coup sur trois mètres.
On prit appui sur des rocher, et on lui sauta dessus en criant "BANZAI!"
Sous le poids, il tomba à la renverse dans l'eau profonde, et nous avec. On avait mal planifié tut ça.

Dans l'eau, on put le voir se laisser couler, puis ouvrir les yeux avec un regard diabolique.
On comprit tout de suite qu'on allait payer et nous remontames avec hâte.
Alors qu'on émergeait, il attrapa nos têtes et nous serra contre lui avec un ricanement de vengeance.
May se débattait.
Jordan accouru et Castiel la lacha.
Il la prit par les épaules, et il la regardait, inquiet.
Il mit son front contre le sien.

"Mais tu es folle?
-Euh… Jordan?
-Je ne l'accepte pas!
-Mais?
-Tu n'as le droit de me noyer que moi!
-Jordan…
-Moi et seulement moi! Pour toujours, car je t'aime, et cela à la folie!"

Sur ce, ils rougissaient, se regardant dans les yeux.
Je les observais, puis regardais Castiel qui avait l'air impressionné, et, sans qu'il réagisse, me faufilais en dehors de son étreinte et nageais loin.
Ce fut 30 secondes après qu'il réagit et demanda à Lys ou j'étais.
Lysandre lui désigna le profond, et il m'aperçut m'enfuyant.
Il se mit à me poursuivre, et grace à sa musculature, il me rattrapa aisément.
Je me retournais car je ne l'entendais plus, e vis Lysandre qui m'indiquait "sous l'eau".
Et sans que j'eus le temps de comprendre, deux mains me saisirent les épaules et m'amenèrent à 3 mètres.
Il me noya ainsi pendant dix bonnes minutes, puis, aussi éreinté que moi, me laissa remonter.
Je nageais alors vers des rochers me reposer, Castiel me suivant. On était caché du regard des autres, sans le vouloir.

Prés de cette cotes improvisée, j'avais pied, et m'assis sur un rocher.
Cast se rapprocha et me saisit les poignets, des penchant vers moi.

"Cast…


Il enfoui sa tête dans mon cou et entreprit d'y poser de doux baisers.

-Cast! Le rappelais-je.
-Fais pas celle qui n'aime pas ça.

J'étais tendue.

-Calme, toi…Reprit-il.


C'est vrai, je me décrispais.

Il monta sa bouche jusqu'à mon oreille et me dit.

-C'est fou ce que ça te détend!

Je fermais les yeux, doucereuse.

-Croc!

Je fus réveillée par un coup de dents!

-Cast!
-Ah ah, v'avais envie."

Il s'arrêta quand les autres nous appelèrent pour qu'on fasse des combats de pyramides aquatiques. Le principe, faire plusieurs doublettes avec l'un sur les épaules de l'autre, à faire tomber ses adversaires.

On s'amusa bien, beaucoup, et ce fut avec regrets, qu'on abandonna l'eau.

Le soir, après le bain, la douche et tout, les jeunes organisèrent un nouvel action ou vérité. À croire qu'ils étaient fans.

Cast s'assoupit.

Quand vint mon tour, je devais encore et toujours embrasser un gars. Quel manque d'imagination.

Il n'y avait pas de volontaires, et dans ceux que je connaissais, Lysandre tenait Violette, qu'il avait sauvé à maintes reprises des noyades de Castiel, Cast tenu par Ambre, Jordan par May et Fabien par une 2nde D.
Je n'avais pas d'autres choix que Cast quand même.
C'est alors qu'on me désigna Nathaniel, le traitant de coincé.
J'acceptais, et nonchalamment, l'embrassais.

Les autres gars le poussèrent à me prendre sur ses genoux pour continuer notre activité effrénée.
Pourvu que Castiel ne se réveille pas, sinon, j'allais souffrir…

Manque de bol, un gars lui donna un coup de coude en se moquant de nous.

Après le repas, j'affrontais toujours le regard de Castiel, si terrible soit-il. Honteuse et peureuse je m'enfuis durant le temps libre, et celui me retrouva assise me protégeant de mes bras, tremblante, agenouillée dans la forêt.

Il s'approcha.
"Je suis désolée!
-Qu'est ce que t'as fais, la!

Je perdis mes moyens.

-Je t'en supplie! Ne me frappe pas! Je suis désolée, alors je t'en supplies, de me fais pas de mal.
-Hein?
-JE T'EN SUPPLIE. NE ME FRAPPE PAS!


Point de vue de Castiel

-JE T'EN SUPPLIE. NE ME FRAPPE PAS!

J'avais été étonné par cette phrase. Elle était vraiment terrorisée.

Je m'approchais d'elle et elle se recroquevilla en couinant.

Je lui attrapais les poignets et lui dégageais le cou, que j'embrassais.

-Ne t'inquiètes, pas..

Je lui posais un baiser sur le front, et plongeant ses yeux dans les miens, je lui demandais:

-Tu as peur de moi à ce point?

À ma plus grande surprise, elle se jeta dans mes bras, et me serra.

-Oui, j'ai peur quand tu es comme ça."



Chap 29eme


Spoiler

Elle était fatiguée, mais elle n'avait pas pleurer.
Elle était toujours dans mes bras, bien installée.

"Kao?
-Castiel?
-Kaorin, il faut qu'on y aille, le temps libre est bientôt fini, faudrait qu'on rentre.
-C'est d'accord, je te suis."

Je la posais par terre et me relevais.
On sorti de la forêt l'un derrière l'autre.

Point de vue de Kaorin

"Dis moi?
-Hum…
-C'est quoi la veillée de ce soir?
-Aucune idée…
-T'as l'air motivé, Cast…
-Toujours."

Nous sommes arrivés pile quand il fallait, car tout les élèves étaient rassemblés autour d'une estrade sur laquelle se tenait la directrice du centre de la semaine.
Celle ci nous dis que la soirée serait une course de survie, ou une épreuve de courage. On serait en doublette, et pour faire ça dans les règles, on devrait porter des yukatas.
Les garçons protestèrent, ne voulant pas des kimonos légers, qui faisaient filles selon eux.
Le principe était d'arrivé au bout d'un parcours en évitant pièges et monstres (employés déguisés) en ayant fait un crochet pour ramener une statuette indispensable pour gagner et de franchir la ligne d'arrivée en premier, évidemment, tout ça sans aidé les autres groupes. On s'éclairerait à la bougie, pratique.
Le triage au sort me désigna Castiel, qui refusa, bien sur son kimono.
Je choisi un kimono blanc à reflets verts ornés de bambous verts foncés et de libellules violettes, avec une ceinture magenta.

On parti:
On chemin on croisa pleins de bêtes de toutes sortes qui faisaient éclater de rire Cast.
On évita les pièges bidons comme les filets, les cordes tendues, les pierres qui se balance sur votre passage, les faux sols dans les ruines artificielles.

Il faut croire que nos organisateurs étaient sadiques.

Le groupe juste après nous était celui de Lysandre et Maylinn.

Alors qu'on arrivait tout près de la statuette de bouddha, qu'elle était à portée de main, je fus prise par une envie de m'en saisir rapidement, j'enclenchais un piège en marchant sur une dalle truquée.
Cast, qui avait entendu le "clic", m'attrapa le bras pour me retenir, mais s'en était trop tard, il fut piégé avec moi.
C'était une sorte de boite noire avec une porte qui ne s'ouvrait que de l'extérieur (utile) qui nous tomba dessus.
En étant collé à Castiel, je fus emprisonnée avec lui.
Je me décollais de lui, et commençais à tâter les cloisons, qui étaient très étroites.
Tomate chercha ma main dans le noir et me la serra.

"T'inquiète pas, je suis la."


********


Et qu'est ce qui s'est passé ensuite?


Vous aimeriez bien que ce soit des baisers langoureux,hein?



Perdu.


Voila, je vais quand même vous raconter, si seulement tu arrêtes de me supplier May.


******


La main de Cast se mettait à trembler, tout alors qu'il tenait la mienne.

"Ça va aller…


Il frissonnait.


-Ça va…

Il fit un pas en arrière, avant de s'affaisser sur les genoux.


-Cast!


Il me regarda, puis baissa les yeux, les ouvrit en grand et se laissa tomber sur moi.

Je me baissais à son niveau pour le soutenir.
Je l'appelais, il ne répondait pas.

-CAST! CAST! CASTIEL!

Un mince filet de bave coula, puis un flot entier. Il avait une crise de panique, il était en crise, et l'on était coincés, je ne savais pas quoi faire, j'étais coincée ici sans aide.

J'entendis alors des pas venant du dehors.
Je criais.

-LYSANDRE! SI C'EST TOI! JE T'EN SUPPLIE, VIENS M'AIDER, SORS NOUS DE LA!.


Ça n'a pas louper, la prote s'ouvrit en grand et Lysandre paniqué nous découvrit, moi assise par terre retenant de mes bras un jeune homme paniqué, essoufflé, traumatisé.
Lys, qui avait l'air de tout comprendre, le mit sur sons dos, et s'en prendre la statuette, on se mit à courir vers l'arrivée, May et moi désactivant les pièges.

-Mais qu'est ce qui se passe! Hurla May lors de notre course
-J'en sais rien! Lui dis-je."


Lorsqu'on arriva, il y avait foule, et Lysandre, pressé, cria à tous de dégager, et un passage se créa entre les participants.
Les adultes voulurent récupérer nos statuettes mais on les envoya balader d'un coup de bras, et voyant Castiel en mauvais point, ils n'insistèrent pas. On nous indiqua l'infirmerie.

Après avoir déposé le roux sur un lit, nous nous sommes effondrer le long des murs alors que les infirmières s'affairaient autour du patient.

Lys, essoufflé, reprit sa respiration et enfin, nous expliqua.
May et moi, haletante, le regardons des yeux ronds.

"Cast est claustrophobe.
-HEIN!
-Oui May lin, Cast est un claustro.
-Nan, c'est pas possible!
-Je n'en savais rein non plus, lui dis je, aussi étonnée qu'elle.
-Il ne te l'avait jamais dis? S'époumona t'elle.
-Cast est quelqu'un de fier, reprit Lysandre, il ne voulait pas que ça se sache, surtout toi qui a une phobie, Kao, il ne voulait pas t'inquiéter, et il a honte de sa réaction.
-C'est vrai?
-Oui.
-C'est gentil de sa part.
-Bon , je m'en vais retrouver Jordan, occuper vous bien de lui!
-Ok, mais au fait, May, Odile vous a laissé tranquille?
-Oh, tu n'étais pas au courant? Elle s'est même excusée, incroyable non?
-Oui, tout à fait.

Elle repartie en souriant.

Lysandre lui aussi esquissa un sourire.

-Tu lui as réglé son compte?
-Ouais!


J'étais fière de moi.

-Tant mieux…."



Chap 30eme



Spoiler

Je parlais avec Kaorin depuis maintenant une bonne demi heure, et Castiel, épuisé par sa crise, ronflait.
Comme Kao était encore, en quelques sortes, la "nouvelle", je lui ai expliqué le fonctionnement du festival d'été du lycée, le dernier jour.


Elle était très enjouée à cette idée, surtout, que lorsque l'on rentrerait, il ne resterait plus que 2 semaines avant cet évènement, et sur ces deux semaines, une consisterait à tous préparer.
Le festival qui durait depuis plus de dix ans, autant dire que c'était une tradition, comprendrait une journée entière pendant laquelle les clubs ou les classes feraient chacun des activités organisées par eux,  activités au choix, comme pour le festival d'hiver, et  le soir, bal de promo, tenue de soirée exigée.


Toute excitée, elle voulait absolument faire partie de l'organisation, et je crus comprendre qu'elle voulait que j'en fasse partie aussi.

Elle réfléchit un moment avant de me dire.

"Lysandre?
-Kaorin…
-Tu crois que je peux forcer Castiel à nous aider?
-C'est pas une bonne idée, à mon avis, à moins que tu comptes souffrir le reste de ta vie…
-Il ne me résistera pas!
-Il n'ira même pas au bal…
-Oh que si, de gré ou de force!

La voila partie sur ses grands chevaux.

Alors qu'elle rêvait tout haut à l'organisation, le jeune roux ouvrit les yeux, et, agacés des mimiques de notre Souris, il lui dit.


-Kao, tu peux pas te taire, 5 minutes, y'en à qui dorment.


Celle ci fit volte face et se pencha au dessus de lui.

-Alors comme ça t'es claustro?
-Hein?
-Pourquoi tu me l'as pas dit?
-De quoi?
-bah que t'es claustro.
-Ah, ça…ça te regardait pas…

Il se redressa et descendit du lit, se mit debout et commença à traverser la pièce.

-Eh! Tu pourrais nous remercier!
-Pfff… Et puis quoi encore?
-Mais…

Il sorti et claqua la prote derrière lui.
Kao, fulminante serrait les poings.

-Comment ose t-il?!


Il avait était très froid avec elle, elle avait les larmes aux yeux de colère.

-Il a honte…
-De quoi, me cracha t-elle.
-De ta réaction, il ne sait pas comment tu vas réagir, il a surement peur que tu le trouves faible…

Elle se calma.

-N'empêche, il aurait pu dire merci, c'est pas compliqué!"

sur ce, elle sortit aussi.
Je soupirai, ne sachant faire avec leur caractères.

Point de vue de Kaorin

Ce gars n'était pas du tout social, il me soulait, à toujours se croire supérieur à nous. On a veillé jusqu'à 2h du mat pour lui, Lys et moi.
Il n'en avait rien à faire, toujours tout pour sa poire.

Il faisait toujours nuit noire, et pour aller au dortoir, il fallait traverser une petite cour.
Je voyais,, malgré le sombre nocturne, le jeune homme avec une clope dans les doigts. Il fume?! J'ai horreur de ça.

Je marchais rapidement, sans la moindre envie de lui parler.
Quand j'arrivais devant la double porte, je me mis à forcer pour l'ouvrir, j'y allais même avec le pied, la secouant dans tous les sens.
Soudain, des bras costauds se posèrent sur mes épaules et me les entourèrent.

"Excuse moi, je voulais pas que ça se sache…
-Ouais, si tu crois que j'vais me calmer aussi vite…
-J'commence à te connaitre, j'le sais bien, mais comme ça au mais, tu le sauras…
-Mouais…
-Comment j'peux me pardonner?
-En allant au bal!
-Hein! T'es folle?
-Nan, mais je veux t'y voir.
-Tu me pardonneras comme ça?
-Ouais, mais j'suis crevée, j'vais aller dormir.
-Ok, et au fait.

Il mit sa main sur la poignée et ouvrit la porte.

-Elle est coulissante… Bonne nuit."

Il fit demi tour et parti.
J'étais ébahie. J'me sentais surtout très bête.



Après une bonne nuit de sommeil dans la chambre des filles, je rejoins les garçons au réfectoire.
Sur le chemin, alors que je riais avec Cast, une petite main m'attrapa le bras et me demanda de la suivre.

C'était Sarah, une jolie brune un peu plus grande que moi qui avait tout ce qu'il faut la ou il faut.
Elle me fit remarquer que j'étais très proche de Castiel, et elle voulait des conseils pour sortir avec lui, ou pour commencer, qu'il l'invite au bal.
Je sortis d'avec u grand sourire de la planque, et alors qu'elle arrivait à notre table, je l'invitais à s'assoir avec nous en lui laissant la place à la gauche de Cast, la droite réservée à Lys.
Je pris place en face de lui, lui affichant de grands sourire à celui ci, qui trouvait ça débile et suspect.
Il ne fit rien remarquer, et un silence plat régnait. Je mis un coup de coude à May qui engagea une conversation acharnée sur la beauté de Sarah, réputée pour celle ci.
Cast fit quelques remarques désapprouvantes, mais voyant le regard noir de Lysandre, qui avait pigé mon plan, il se racheta, ce qui fit sourire Sarah. Elle était magnifique quand elle souriait.



Les 5 derniers jours se passèrent pépères, et quand on rentra, Rosa voulut absolument qu'on s'occupe de nos robes.
Je n'avais aucune envie d'y participer, à ce bal, et au bout de trois jours, je m'étais arrangé avec les ponts pour être à la musique et aux lumières. C'était pas très compliqué, j'avais déjà essayer chez Ryuga, quand il était chargé d'organiser des soirées.

Un soir, pendant que Castiel allait mangé des glaces avec Sarah, je me suis rendue chez Leigh.

Celui ci m'accueilla avec un grand sourire, supposant que je voulais une robe de soirée. Il commençait à s'affairer dans les rayons, quand je le repris.

"Euh, Leigh, c'est pas la peine…
-Hum, pourquoi?
-Je m'occuperai de la maintenance, moi, pas de danse.
-Ah…
-Mais s'il te plait, pourrais tu dire à Rosa que j'ai choisi une robe, et que elle la verra le soir du bal, je ne veux pas qu'elle sache que je n'y vais pas, elle serait capable de tout détruire.
-Euh… d'accord, si à condition que demain tu m'apportes une robe à toi que tu adores!
-Euh…ouais… OK, mais…
-C'est un secret.

Il me fit un clin d'oeil.

-Bon, ok, je vais filer, alors, j'ai du boulot"

*****


Une semaine avait passé, et pour le festival, on se baladerait de classe en classe, ou l'on s'arrêterait pour chanter des morceaux de chansons commues.
On aurait des uniformes, avec en dessous pour certains et certaines des costumes, comme moi un juste-au-corps, queue de chat, car je ferais quelques figures de gym.

***


J'avais amené ma robe verte chez Leigh, et il y avait rajouté une croix et des chaines, ainsi que de la dentelle noire. Le résultat était sublime. Je la porterais pour le bal, comme ça je serais belle en coulisse.

*****


Pour le festival, c'était portes ouvertes. Toutes la matinées,on courait à droit à gauche dans nos chemises et nos jupes d'écolières rouges, avec un noeud noir.
Cast avait sa guitare, et moi, qui étais la chanteuse principale, j'enchainais les chorée.

L'après midi, je faisait des roues dans la cour, et puis, je courais avec le classe et rechantais.

Ça a eu beaucoup de succès.

*****



Les gens commençaient à entrer, et moi, de ma loge en hauteur, je les surveillais, testant les lasers et le son.
Violette était la seule au courant de mon absence.
J'étais partie plutôt de chez moi, et Castiel n'avait pas cherché pourquoi, trop occupé à penser à Sarah.

Je le vis entrer, ainsi que Lysandre avec Violette au bras.

Ils prirent pose devant les photographes, pour des photos de couples, masculines, de groupes, féminines, etc.


May était très jolie, dans sa robe bustier violette.


Quand la soirée commença, les danseurs allèrent d'abord au bar, puis ils se dirigèrent vers la piste.

J'adorais l'ambiance, et je projetais au plafond les paroles des chansons connues, si bien que tout le monde chantait.

J'avais par dessus ma robe un pull blanc, et en dessous un collant et des bottines à talons noires.J'avais une barrette croix dans les cheveux.

Je les regardais danser en mixant, puis je laissais défiler les musiques, posant mon coude sur la table et ma joue dans ma main, pensive.



Chap 31eme


Spoiler

Le bal se déroulait dans le gymnase du lycée.
Il donnait lieu sur la cour, et ce fut au bout d'une heure et demie qu'on décida d'ouvrir l'accès à celle ci.

Sous un bruit de carillon et ma voix en voix off pour annoncer l'ouverture, les élèves se précipitèrent dans celle ci, décorée par des bancs, des guirlandes de fleurs, une fontaine bas prix et une ambiance romantique, tout ça avec un buffet extérieur.
On avait installé des arches de kiosque, avec des rubans, sur lesquels étaient installés des projecteurs.

Ce fut alors le moment de lancés les slows.
De ma loge, je voyais les danseurs, et curieusement, mes yeux ne pouvaient pas se décoller de Castiel. Étrange.
Je le regardais, encore et encore, ses bras autour de la taille de Sarah, les siens sur ses épaules, et sa tête contre la sienne, front contre front.
Ils étaient beaux, et en quelques sortes, rayonnaient.

Point de vue de Violette

"Elle s'est démenée…
-Tu ne danses pas, Violette?
-J'arrive Lysandre, j'admire juste les lieux.
-Sais tu qui a fait ça?
-Kaorin.
-Vraiment! C'est superbe!
-Oui, un très beau tableau.
-Ou est elle?
-C'est un secret.
-Je vois! "

Il me tira le bras et m'emmena sur la piste ou il m'enlaça.

Kao m'avait parlé de l'organisation et de son absence au bal, j'avais tout imaginé avec elle, et avec Jade, qui avait eu l'idée des fleurs.

Point de vue de Sarah

Le premier slow était terminé, je tirais Castiel vers un coin reculé.
C'était un petit portail opaque dont j'avais la clé, uniquement moi.

"C'est quoi?
-Ce qu'on a emménagé juste pour nous deux.
-Sérieux?

Je lui affichais un sourire, et l'entrainais à l'intérieur.

Il y avait des fleurs, des lys orangés $, des roses rouges avec une balancelle de fer blanc, ornées de rubans, devant une table basse recouverte d'une nappe blanche, entourée de haie et buissons, caché des regards extérieurs.

-C'est beau! Souffla Cast.
-N'est ce pas?
-Ouais.
-Elle s'est arrangé pour nous!
-Ouais, bravo à elle!
-Hum, tout à fait d'accord.



On s'assit sur la balancelle.
Castiel me prit dans ses bras.
On parla un petit moment de ce qui nous entourait jusqu'à ce que Cast s'étonne.

-Des Lys?
-Oui.
-Ce sont mes fleurs préférées!
-C'est pour ça qu'elles sont la.
-La personne qui les a mit devait bien me connaître!
-Bah oui!
-Et c'est qui?
-Bah, Kaorin!

Il y eu comme une illumination dans ces yeux!

-KAORIN!
-Oui…
-Et elle est ou?
-Euh…
-Après tout, on s'en fout, c'est pas le plus important, hein?
-Non…"


Il me prit le menton et posa un baiser sur mes lèvres.

Point de vue de Kaorin

J'attendais.

Il était 20h15, plus qu'un quart d'heure avant que les autres arrivent.

Les autres, c'étaient le lycée contre lequel on avait disputé un match de basket la semaine dernier, et l'on avait gagné.
J'étais la seule à la savoir, mais c'était aussi le lycée des jumeaux et Cie, ainsi que d'Angel.

Un surveillant arriva peu après m'annoncer l'arrivée de leur bus.
Je remis le carillon et informais les jeunes des nouveaux venus.

Je demandais aussi à tout les profs d'aller dans le hall, laissant les élèves dans la cour.
Darren vint me chercher. Je lui sautai au cou, et il m'emmena en salle de musique pour qu'on prenne des instruments.

Quand on revint, on annonça aux profs notre intention de leur faire un petit concert de remerciement pour cette année.

Darren commençait, et moi dans ma robe vert, je pris mon violon.

Il allait chanter du SID, Comme Uso, que voici.


Il en fit plusieurs, sous les applaudissements.
La musique restait dans le hall, et les danseurs avaient la leur, comme ça, il ne nous entendait pas.

Mais quand je me mis à chanter Towa no Kizuna(Darren guitare, Win et Angel clavier, Leo basse et Kallen batterie), un petit malin qu'était la prof de dessin, arrêta de la musique extérieur et brancha le micro général de la salle aux enceintes extérieures, avec l'aide du prof de techno et celui de musique. Si bien que tout les élèves m'entendirent chanter.

Le premier à ouvrir la porte du hall fut Castiel, et en me voyant, il fit des yeux ronds.

Il attendit que la chanson finit, et au milieu des applaudissements des élèves mêlées à ceux des profs, il hurla.

"Alors comme ça on s'amuse sans moi!?


Il monta sur scène, me tendit ma guitare, enleva sa veste, me dit un truc très rapide et on commença à jouer.
Les autres avaient compris, et les musiciens qui ne jouaient pas, soit Leo et Angel tapaient dans leurs mains.

Cast finit torse nu, sous les gloussements des filles, et il prit le micro et prit une position bizarre.

On lança alors Thanks for the memories de Fall out boy.



Il était super excité, et tout le monde battait en rythme. Les filles et moi, on se mit à danser avec des pas sur le cotés, battant la mesure.
Enfin, les filles, c'étaient moi, Angel et  May qui s'était incrustée sur scène, car Kallen était coincée derrière la batterie.
La jupe blanche et le débardeur à strass de AN-Chan brillaient, et la robe à froufrous violette de Maylinn volait.

Il y avait une ambiance incroyable, et on finit par s'installer dans le gymnase pour que tout le monde nous voient.

La piste était occupée par des danseurs, les autres tapant des mains derrière.
Darren, Cast et moi, on se partageait le micro.

Pendant qu'on cherchait une chanson, car tout était choisi à l'improviste, je dis à Cast que Sarah avait l'air triste qu'il ne soit pas avec lui.
Il y eu pas mal de Linking Park, et Cast daigna faire monter Sarah sur scène, qui, dans sa longue robe, se déchaina dans ses mouvements.

Ça dura toute la soirée, et je fis un énorme câlin à Darren, qui encore une fois, à la fin du concert, avait dit son "À TAMA!"

Évidemment personne n'avait compris, sauf nous, qui lancions à notre tour le "À TAMA!"

Darren, qui savait mettre l'ambiance, fit signe à la salle de levier aussi. Celle ci, hésitante, s'exécuta. C'était surement parce que Darren, Win, Leo et Castiel étaient mignons et que les filles voulaient leur faire plaisir, et que Sarah, May et Angel étaient superbes que les garçons l'avaient fait.

Seuls mes amis l'avaient dit pour moi, mais je m'en fichais, il l'avaient dit.

Tama, si tu reçois mes lettres, j'espère au moins que ça te fait plaisir de savoir qu'on pense à toi!

La robe verte!


http://fc02.deviantart.net/fs70/f/2012/010/8/0/k_by_mihio_san-d4lxnuz.png



Chap 32eme


Spoiler

Les bus du lycée de Dolponville venaient de démarrer, le bal était fini.
Je fis un dernier au revoir à Lysandre qui partait.
Faisant partie de l'organisation, je devais aider à ranger, et je comptais sur Castiel pour m'aider, ou du moins m'attendre....

Evidemment, il n'en fit rien, et quand les parents de Sarah vinrent la chercher, il parti avec eux, ayant déjà organisé son plan, et me laissant...en plan!

Je décidais de ne pas m'énerver. Après tout, elle était sa petite copine... Mais me laisser rentrer seule comme ça à deux heures du mat... C'était...comment dire...franchement pas sympa.

Sur les coups de trois heures, j'avais terminé.
Je rentrais alors, mais dès que je suis passée devant le bar de la place, passage incontournable de ma trajectoire, je fus sifflée par de vieux pervers bourrés. J'accélérais le pas et fini en courant jusqu'à la maison.
Je n'avais pas voulu appelé Ethan, étant donné qu'il avait une soirée.
La porte était ouverte, mais j'avais beau la forcer, rien ne se passait.
Quand j'ai commencé à m'énerver dessus, Sophie ouvra et je lui tombais dans les bras.
Elle me fit tournoyer avant de me demander, à moi, toujours suspendue à son cou.

"Bah? Il est ou Castiel?
-Il dort chez sa petite copine.
-Ah… et tu es rentrée toute seule?
-Euh… oui?
-Ah bon…"

Je partis me changer, me mettre à l'aise. Les parents de Cast, qui regardaient un film, me préparèrent une tisane et un pain au chocolat…
Quand je redescendis en jogging, Thomas me dit.

"Tu as reçu un appel.
-À cette heure la?!
-Oui, du Japon, il me semble…

Du Japon…


….


Zakuro!

-Ok, merci de m'avoir prévenu!"

Je remontais en courant chercher mon ordo dans ma chambre et m'installais dans le canapé, l'allumais, et me mis sur Skype.

J'appelais Zakuro.
Avec le décalage horaire, il répondit, car chez lui, il n'était pas 3h30 du matin.

Il me répondit en premier.

"Mochi mochi?
-Zakuro!
-Kaorin!
-Konichiwa!

On échangeait du japonais quand Sophie se rapprocha, et voyant Zakuro à l'écran, elle dit.

-Mais c'est qu'il est beau garçon!

Zakuro sourit et de sa belle voix, répondit.

-Merci madame, je parle français, vous savez!

Sophie rougit.

-Zakuro est français de chez sa mère et japonais de chez son père, il vit au Japon, c'est tout.
-Je vois, souffla Sophie."

On parla un bon bout de temps, et comme je m'en doutais, Zakuro voulait venir à la Japan expo, du 5 au 8 juillet.

On décida d'y convier Angel, car depuis qu'on se connaissait, on y avait toujours été dans nos cosplay respectifs de Miku, Luka et Akaito/Kaito, cela dépendait.

Je lui dis que je l'appellerais demain, le saluais et partit me coucher.


Le lendemain, dès 10 heures, je revenais avec Angel chez moi, Amande joyeuse jouant avec elle.

En entrant, elle s'émerveilla:
"C'est grand!
-Bonjour bonjour, tu dois être Angel, n'est ce pas?
-Euh, oui.

Sophie venait de se glisser devant nous, toute souriante.

-Je suis Sophie, la maman de Castiel.
-Enchantée.
-Oh la la ! Je suis si contente que Kao invite des amies à elle ici!
-Mais, ce n'est pas chez elle? Si?
-Bien sur que si! Riposta Sophie en me prenant dans ses bras.
-Mais, je veux dire, vous la considérez comme votre propre enfant?
-On peut dire ça!
-Oh!
-J'étais tellement contente que Casti trouve une fille raisonnable et aussi adorable qu'elle. Malheureusement, il n'est jamais avec elle et traine toujours avec des demoiselles qui ne sont pas à notre gout.
-Euh…
-J'aurais tellement voulu qu'il t'aime toi!
-Merci Sophie, ça me fait plaisir!

Je me défaisais de son étreinte et amenais An-chan sur la terrasse.

Elle me dit que ce serais mieux si on faisait un grand groupe de Vocaloids pour la Japan, et que on parlerait à Zakuro la nuit venue.

On prit des feuilles pour faire notre liste de personnes à inviter.

La voici.
Kaorin=Miku        Castiel-Akaito        Zakuro=Kaito
An-chan=Luka        May=Zatsune Miku        Jordan=Zatsune Mikuo
Lysandre=Gakupo        Rosa=Haku        Iris=Teto
Violette=Gumi            Leigh=Luki        Fabien=Kiyoteru
Darren=Nero        Kallen=Neru        Leo=Ted
Win=Mikuo        Sebastian(le photographe)=Sen        Misty(sa coloc)=SeeU
Cherry=Kaai Yuki        Sasha=Rin        Sarah=Meiko
Yoann=Nigaito        Alan=Ataito        Lucy=Lily
Alice=Black Rock Shooter        Cyprien(Petit frère d'Iris)=Len        Ewen=Gumo        Sca=Miki


Je préviens, le premier qui rigole parce qu'il imagine Lysou avec une perruque de Gakupo; je le tue!

An-Chan insista fortement pour chanter Cinderella & Roméo avec Lys, ce qui lui fut accordé.

Quand on put parler à Zakuro, vers 21h, on resta longtemps, seulement, Angel, qui devait aller sur Paris tôt le lendemain, dut rentrer à 23h maximum, et à 22h, je la raccompagnais à la gare.

Les parents de Cast et son frère étaient chacun chez des amis, et moi, et bien, j'étais seule.

Après un dernier signe de la main, An-chan se retourna et le bus démarra.
Je marchais, parcourant les rues, sereine, le long de la nuit, période qui avait le don de me calmer, de me faire rêver tant elle était profonde.
Je longeais les rues, sans entendre les sifflements des vieux pervers dans les bars.
Je pensais à ce que serait la Japan Expo cette année.

Tout d'un coup, sans que je le sentis, une main se posa sur ma hanche et une autre sur mon bras. Je sursautais.
"Castiel?!
-Nan, le Pape…
-T'es rentré?!
-Qu'est ce que tu marches toute seule en pleine nuit?
-Je viens de raccompagner Angel à son bus.
-Et tu rentres seule?
-Bah oui, tout le monde est parti.
-Et tu n'as pas peur?
-Bah, nan, pourquoi?
-Tu pourrais te faire agresser.

Il resserra son étreinte.

-Me voler? Moi!? A part mon pendentif, je n'ai rien.
-Il y a d'autres façons de se faire agresser, tu sais?

Sa voix était devenue dure.

-Comme?
-Le viol.
-Ah… Je ne vois pas en quoi ça intéresserait les gens de me violer, mais bon…

Il me serra le bras si fort que je crus que mon sang allait se couper.

Sa remarque avait eu l'air de l'irriter car son visage était mauvais. Il me retourna et me plaqua contre le mur.

-T'es bête ou tu le fais exprès?! Une fille est une fille, et pour un violeur, qu'elle soit bonne ou pas, c'est un objet sexuel, qui pour la plus part, mourra ensuite.
-Pfff…
-T'as pas l'air convaincue…
-Pas le moins du monde, j'fais des arts martiaux, je te rappelle.


Il afficha un petit sourire.

-Dans ce cas, si tu n'as pas peur, je vais te donner un avant gout de la chose, on peut bien s'amuser un peu, non? Surtout que ça me démange.
-Cast… Non…

Il mit une des ses jambes entre les miennes et descendit une des ses mains sur mes fesses, l'autre me caressant la joue.

-Pourquoi pas,
-Non… Tu ne ferais pas ça.
-Eh bien, si…
-Non!
-Et pourquoi pas?
-Parce que tu as Sarah, tu peux faute ce que tu veux à Sarah, mais pas moi! J'suis pas ta copine!
-Elle ne le saura pas.
-Si je lui dirais!
-Tu ne le feras pas!
-Si, j'en jure sur ma vie!

J'avais crié ma dernière phrase.Castiel avait été surpris et s'était reculé. J'avais glissé par terre, retrouvant mon souffle court.

-C'est bon, je plaisantais.
-Moi, ça ne me fait pas rire!
-Roh, ça va, je voulais juste te faire comprendre que t'aurais pu y laisser la vie.


Y laisser la vie. Ce ne fut qu'à cet instant que je compris. Je me mis à frissonner, regardant Castiel s'éloigner. J'avais soudain peur, j'étais inquiète, aussi craintive qu'une lapine traquée par des loups affamés. Jamais je ne m'étais senti aussi faible jusqu'à ce que je remarque que ce plafond noir qu'était le ciel était aussi présent dans mes rêves les plus sombres.

Je ne bougeais pas, tremblante.

Castiel revint à mon niveau et me tapa le dos en laissant sortir un petit

-Aller, c'est bon, ça va aller."

Il passa ensuite son bras sur mon épaule et nous rentrames comme ça.
****
Après une nuit de sommeil de bébé, je décidais d'appeler les concernés de la Japan Expo.

Toutes mes demandes furent accepter, et on se donna rendez vous dans 3 jours, alors que Zakuro arrivait dans deux.

Cast me fit encore des misères. Le jour de l'arrivée du japonais à l'aéroport, Cast dormait et ne viens pas avec nous. (Moi et les parents)


Dans la voiture, je chantonnais,heureuse. Ils finirent par chanter tout fort avec moi!
Je ne vous raconte pas l'ambiance.

Quand l'avion atterri, on était aux arrivées, et impatiente, je l'attendais, sachant que j'étais la seule à pouvoir le reconnaitre.

Quand je le vis, j'éclatais de rire.
Il avait les cheveux roses en pétards avec des lunettes bleues de soleil et des lentilles oranges et violettes avec des petites étoiles noires pour la pupille.
Il avait une veste noire de bord de fourrure comme Izaya, un pantalon à la Grey Fullbuster et les chaussures noires style Lysandre. Son sac était un sac en bandoulière noir avec écrit "Je m'aime" en blanc, et sa valise était un machin à roulette noire ornée d'une tête de chat et d'une queue.

Quand il me vit, il hurla de rire aussi, enfin, il faut dire que j'étais en T-shirt et en pantacourt et qu'il n'y avait rien de drôle.

Il s'approcha de moi pour que je lui fasse la bise, mais à la place, je le fis voler avec un Osotogari sous les applaudissements des parents!
Il se releva en rigolant. Ce gars adorait changer d'apparence, même si sa vraie était celle que je vous ai décrite l'autre jour.

Dans la voiture, les parents eurent une idée pour surprendre Castiel, une idée qui nous plaisait beaucoup!



Suite en dessous! Pensez à toujours regardez en dessous!


Dernière modification par kaorin (Le 17/05/2012)

 

Timide Messages: 198
Hors ligne
Le 31/10/2011 - #15 

 

Coucou,
J'ai aimé la suite du chapitre 3 et le 4 aussi. j'aimerais qu'elle lui dise tout sur sa famille, mais j'aimerais aussi que ... non pardon je me tais ce n'est pas ma fiction.
Il me tarde la suite, préviens moi wink
Amicalement,
Lallyssa.


 

Timide Messages: 384
Hors ligne
Le 31/10/2011 - #16 

 

Merci Lallyssa, je vais commencé le chapitre 5 ce soir, sois patiente, j'essayerais de répondre a tes attentes, mais malheureusement, pour que Castiel apprenne la vérité, il va falloir attendre smile

Chap 33eme


Spoiler

Point de vue de Castiel

J'émergeais de mes doux édredons aux alentours de 13h32. Ayant la flemme de m'habiller, car il n'y avait personne d'intrus à la maison, je montais torse nu dans la cuisine, manger un morceau.
Je descendais les escaliers mode Quasimodo, contournait le poteau du salon et arrivait dans la cuisine. Je me retrouvais alors nez à nez avec un jeune homme, les cheveux rouges plaquée et les yeux gris noirs. Des habits noirs et rocks lui couvrait le corps. En un mot, moi.
Mais qu'est ce que mon double faisait ici, et aussi, depuis quand j'ai un double moi?
En fait, depuis jamais, et je sais pas qui cet intrus qui m'imite.

"T'es qui, toi?
-Castiel Mackbell

Je ris jaune.

-Trèèès drôle, nan sérieux, qu'est ce que tu fous déguisé en moi?
-Déguisé, mais, je suis comme ça naturellement.
-Noon!  Arrête, t'es lourd la.
-Mais, en quoi?
-Lâche mon apparence!
-Mais je suis moi!
-Castiel, c'est moi.
-Mais non, c'est moi.
-Menteur!

Je lui pris le col (une chance qu'il ne soit pas torse nu) et le plaquais sur le mur.

-Alors, tu fais moins le malin, hein?

Il rigola, et puis pris mon poing fermé.

-Arrête, je suis Castiel.

Trop, c'est trop. Je mis une droite juste à coté de sa tête, histoire de l'effrayer.

Alors que je m'apprêtais à lui en coller un vrai, deux bras se posèrent sur ses épaules et les serrèrent.

-Ne le frappe pas!
-Kaorin?
-Ne le frappe pas, c'est juste une mauvaise blague.
-J'vois ça, ouais. C'est qui?
-Zakuro Kanzawa, mon ami japonais.

Zakuro retira ses lentilles et se secoua les cheveux pour qu'ils redeviennent en pétards.

-Que?

Papa et Maman sortirent de derrière le canapé en se tenant les cotes tellement ils avaient ri.

-Vous vous êtes tous foutu de moi?!

Je fulminais, ils riaient.
La sonnerie d'entrée retentit. Maman alla ouvrir et une brunette se précipita dans le salon et sauta dans les bras du japonais.

"Zaku-Chan!
-An-Chan!
-Trop contente que tu sois la!
-Moi aussi, ça faisait longtemps."

Il se serraient mutuellement et s'assirent sur le sofa, commençant à discuter, me laissant à part.

Point de vue de Kaorin

Zakuro était la depuis hier, et aujourd'hui, le restent des invités arrivait de toute la France.
On avait déjà récupérer Ewen et les jumeaux, Yohan et Alan. Cherry et les jumelles arrivaient dans le train de 18h, Sca avec celui de 21h. Les jumeaux de Dolpon villes éteint la. Lysandre, Iris, Rosa, Leigh, Violette, Angel, May, Fabien, Jordan, Sarah, Cyprien, Sasha, Seb et Misty étaient la eux aussi. Toute cette agitation semblait énerver Castiel, qui, pour se détendre, alla s'assoir dans le jardin avec Sarah.

Les gens seraient répartis de façons différentes pour dormir:

Sca, Angel et Kallen dormiraient chez May, Darren, Win et Leo chez Jordan.
Iris, Violette, Rosa, Lysandre, Lucy et Alice seraient chez Leigh.
Cyprien et Cherry iraient chez Sasha.
Zakuro, Ewen, Castiel, Moi, Alan et Yohan seraient ici.
Misty, Seb, Sarah et Fabien dormiraient chez eux.

Dans ma maison, toutes les chambres étaient données:
Castiel voulait dormir seul dans sa chambre, Alan et Yohan seraient dans la chambre d'amis, Zakuro dans ma chambre avec Ewen. On préférait laisser leur chambre aux parents, car ils ne dormiraient pas dehors tout les soirs.
Moi, je dormirais dans le salon, à coté de la cheminée, laissant le sofa libre.

Le premier jour après la 1ere nuit, on a attribué les cosplays des gens. inutile devons dire que tout le monde s'est aimé tout de suite et que Castiel s'est moqué de Lysandre et de son cosplay.

On était que 7 couturiers: Moi, Leigh, Zaku, Angel, Violette, Iris, May.

On se réparti les cosplays (28 au total, donc 4 chacune. Comme Akaito, Miku, Kaito et Luka étaient déjà faits, on en a profiter pour faire des tenues de scènes car on comptait chanter à la Japan). Angel voulu absolument s'occuper de Gakupo.

Le deuxième jour, on fit la liste du matis. La société des parents de Zakuro avait fait des petits talkies-walkies ainsi que les casques des Vocaloids (les talkies étaient introduit dedans, qu'on puisse se parler quand on le voulait.)
Leigh s'occupait des tissus et des vêtements à fournir et Angel des perruques, lentilles et teintures.

On fit une pose crêpes, dans laquelle Castiel était aux fourneaux avec un Lys qui faisait faire sauter les crêpes à Cherry.
C'est alors que Sarah aborda une question importante.

"Mais, la Japan, c'est pas dangereux?
-Mais non, c'est grand, mais c'est pas..
-Justement, j'suis un peu inquiète…

À ce moment, Cast se retourna et dit.

-T'inquiète, on vous protègera. Le tout accompagné d'un sourire colgate.

Moi, allongée au milieu de tous, ma joue dans ma main, l'autre tenant un critérium, les jambes battant l'air, j'ajoutais.

-Moi aussi!"

Et les discussions reprirent de plus belle.

Le 3eme jour, il y eu une sortie au lac, avec des chutes dans l'eau, car oui, ce jour la, j'avais chauffé Castiel. Il m'a donc poussé et je suis tombée lamentablement dans l'étang géant du parc. Lysandre m'aida à sortir, mais quand Cast fit mine de pousser An-Chan, Lysandre me lâcha et me laissa retomber aussitôt pour aller secourir sa bien aimée qui ne courait aucun risques.

Le soir, Leigh revint avec des cartons pleins de divers éléments utiles aux cosplays. Le surlendemain, on revint avec les perruque, et Angel se précipita sur le sac pour en extirper celle de Gakupo et de la mettre sur la te^te à Lysandre. Cast se marra, j'esquissai un sourire. Ça lui allait comme un gant.

May s'occupait de son cosplay ainsi que de celui de Jordan. Elle était vraiment très habile. Sca lui sauta au cou, la suppliant de faire le sien.
May se retrouvait donc avec beaucoup de boulot.

On essaya les lentilles et teintures dans les jours suivants sur les intéressés.
Moi, ma perruque avait été renouvelée, et avec grand étonnement, la Maman de Cast ne la quittais pas, s'amusant à la coiffer quand celle ci était sur ma tête.

Un jour, Sarah revint avec Cast de chez le coiffeur. Elle s'était fait couper les cheveux. C'était un carré qui boulait vers l'extérieur aux extrémités.
Quand on la vit entrer, je sifflais May Angel et Sca qui la saisirent et l'empêchèrent de bouger. Angel et moi réarrangions sa coupe. Facile, pur An-Chan, avec une grande sœur esthéticienne.

Le résultat était surprenant, elle était Meiko en noir. Castiel pesta après nous, mais en tendant une glace à Sarah, celle ci adora, à notre plus grande surprise.

La teinture rose donnait un effet singulier à Leigh, limite ridicule.
Ô Chers fans de Leigh, ne me tuez pas!

Et le out J, nous fumes fin près.


Voici un blog sur lequel vous trouverez toutes les infos essentielles sur les vocaloids! Nottament ceux utilisés ici!



Chap 34eme



Spoiler

Cette nuit la, je n'ai pas beaucoup dormi, car Démon, le beauceron à Castiel est venu m'embêter.

Pour aller sur Paris, on a tous opter pour 3 minibus et 1 voiture.

On est parti tôt pour profiter de la journée. Au salon, on a loué une salle pour pouvoir se changer, car certains avait plusieurs costumes, et d'autres n'allaient pas se balader en ville en cosplay, comme Gakupo...

Dans notre mini bus, il y avait le père à Lysandre qui conduisait, Alan et Yohan à coté. Au deuxième rang, on retrouvait Cyprien, Sasha et Cherry. Au troisième, il y avait De gauche à droite: Moi, Castiel et Sarah.

Il y avait une heure et demie de route, plus si l'on comptait les embouteillages. Il était 9h30, et Cast, pas très réveillé, surtout en manque de caresses, s'allongea la tête sur les genoux de Sarah, et moi... J'avais les pieds.
Il riait avec elle, m'oubliant complètement, ce qui n'était pas plus mal.
Je mis mon casque de musique, celui de Miku Nyan dance, que j'étais censée danser,et j'écoutais ... du Miku, évidemment.

C'était Monochrome bleu sky, oui, ce fut sur celle la que je m'endormit, la tête contre la fenêtre, la bouche entre ouverte, bercée par la vitesse régulière du véhicule.

Mon sommeil léger entendit Castiel parler, il avait du relever la tête. J'entendis "mignonne" et "dormir", puis un flash. Ce débile avait du prendre une photo… tant pis, je lui en voudrais une autre fois, j'étais trop fatiguée pour cela.

Quand on fut arrivé, je fus réveillée par un rapide coup de freins, et puis le père de Lys, qui me considérait comme organisatrice principale de la Japan, un honneur, me fit descendre et me dit d'attendre les autres. Je donnais alors les ordres de décharger les affaires, dirigeant d'un doigt, agitant les billets de l'autre.

Je m'amassais bien jusqu'à ce que Castiel me vole les billets et se fasse passer pour un dictateur tyrannique.


Quand tout fut rangé et installer dans notre salle, on décida de se changer, le salon allait bientôt ouvrir.
Le maquillage nous prit un certain temps, surtout que nous ne comptions pas sur les garçons pour s'en occuper, à part peut être Zaku et Leigh, habitué à ce genre de taches.

Nous étions fin près, tous habillés. Des adultes, gérants du salon, nous prirent en photo de groupes, ou tout seul, ou encore en duo.


Le salon ouvra. Au début, nous nous dispersames, restant toujours connecté grâce aux casques de Zakuro.

On fut beaucoup photographier, et aux alentours de 12h, on se rejoint tous, et certains commencèrent à danser.
Lysandre, Zakuro Angel et moi partimes nous changer, mettre nos tenues spéciales.
Lysandre et Angel faisait Cinderella et Roméo, donc avaient des tenues de bal, et Zaku et moi, on faisait juste Dear you, en unciformes, puis Cantarella, en tenue de bal aussi. Ce fut un franc succès.

Sur scène, nous chantages plusieurs chansons, comme Love and Joy, que nous dansames en groupe. Puis, ce fut à moi de faire la Nyan dance.

Il y eu ensuite une courte pose, soit séance photos, bombardés par les étrangers de clichés et de pauses.
C'était pour ça qu'on était toujours par deux. Moi, j'étais avec Violette, voulant laisser Zaku avec Lucy et Angel et Lys ensemble. Alors que nous dévalions les allées, celle ci aborda le sujet:

"Tu sais, je ne suis pas avec Lysandre…
-Oh! Et tu aimerais?
-Non non non, je n'ai jamais dis ça!
-Mais, pourtant, vous avez l'air très proches.
-C'est normal, c'est mon demi cousin, son oncle est mon beau père, et comme tout ne se déroule pas très bien dans ma famille, il s'occupe beaucoup de moi.
-Ouah! C'est génial alors! Angel va pouvoir sortir avec lui!
-Oui…
-Qu'y a t-il, ça ne va pas?
-Si si, c'est juste que…
-Que quoi?
-Eh bien, tu vois, il se rapproche énormément d'elle, et j'ai peur qu'il m'oublie… J'ai vraiment peur.

Elle se mit à sangloter. Voyant que ça n'allait pas, je m'arrêtais et l'attirais dans mes bras.
Les touristes ne prenaient en photo dans cette scène unique et attendrissante. Je chuchotais cela à Vio et elle fit l'effort de relever la tête comme quelqu'un de consoler et de me sourire. J'avais l'air d'être sa grande sœur.

-Je vais en parler à Lysandre, ne t'en fais pas…
-Ah! Je ne veux pas t'embêter avec ça!
-Mais tu ne m'embêtes en rien, la famille, c'est important. Je suis bien placée pour le savoir.
-C'est vrai…

Je lui souriais, et elle me le rendit.
À ce moment là, Cast arriva, tenant Sarah par les épaules, et voyant Vio les yeux rouges, il sortit des remarques pas fines du tout. La jeune fille se contenta de sourire, je fermais les yeux encore une fois.
ILs discutaient, tout les trois. Moi je les suivais, énervée. Ce gars commençait malheureusement à me gonfler.


Bon, la journée se finit bien, comme elle avait commencé.
On reparti avec plus de milles photos.

*****



Il y a un truc que je sais et pas les autres, à part Cast et Peggy. Après la Japan, Sarah déménage dans le Sud.

J'ai donc prévenu les autres, et nous lui avons fait une belle banderole.
Fabien et moi, nous avons fait un diapo sur la Japan, et avec l'aide des photos de Peggy, nous avons rajouté des photos de cette année sur Sarah et nous autres.

****

Le dernier soir, juste avant qu'elle parte, on devait regarder la diapo.
Les photos de la Japan défilaient même une de Moi et Vio pleurant.
Sarah empêcha Castiel de rire.

Après ces photos, il y eu celle de cette année, dont beaucoup prises en cachette par Peggy. La dernière était une datant de quelques jours, ou nous avions réuni la classe et ajouté nos invités, puis photographier le tout.Elle, elle parlait avec Castiel devant le bahut. Derrière eux, il y avait une butte sur laquelle nous étions tous montés. Comme les tourtereaux avaient de la musique dans les oreilles, ils ne nous entendaient pas , à part Cast qui jouait le jeu.

Devant cette photo, sur laquelle on avait ajouter un "Merci pour tout Sarah!", elle pleura. Ses parents arrivaient et klaxonnaient devant l'entrée. On fit un bruit monstre, lui donnant le diapo et les photos imprimées.

Quand elle sortit sur le perron, Castiel l'emballa. Nous, on sortit tous alors qu'elle rentrait dans la voiture. On s'aligna, se répartissant sur les marches de l'entrée, moi debout sur le muret, criant, "AU REVOIR SARAH!" Ainsi que les autres et un bon nombre d'acclamations.

Castiel lui sourit, l'embrassa encore, et la voiture s'éloigna. On lui faisait des signes de la main en criant qu'on se reverrait.

Castiel rentra, triste, mais essayait de le cacher.

Tous nos invités rentrèrent chez eux dans les jours suivants. May et moi, on fit plusieurs sorties avec Angel, qui ne déclara pas ses sentiments à Lys, qui arrangea les choses pour Violette.

Cast fut mou durant plusieurs jours, au point que je réussi à lui piquer son portable.

Comme je n'en doutais pas, un bon grand nombre de filles l'appelèrent peu après le départ de Sarah? Toutes devaient être au courant.

Je leur répondais, c'était drôle.

"Allo, Castiel?
-Allo! Castiel, une semaine tout au plus, j'écoute.
-C'est quoi ce délire, t'es qui toi?
-Sa secrétaire, puis-je vous proposer la formule trois jours et une nuit hot? C'est une nouveauté!
-Arrête de te foutre de moi! Ou est Cast?
-Dans les bras d'une fille, pourquoi?
-Sal*pe!
-Enchantée, moi, je suis sa secrétaire.
-Sal*pe!!! SAL*PE!
-Au revoir!"

Sur ce, elles raccrochaient.
Cette scène était très fréquente, et très drôle aussi.
Cast n'était point au courant, bien sur.
Je continuais de jouer avec elle, et racontais tout à Lys derrière. Sauf que celui ci fini par partir en vacances lui aussi. Je me retrouvais donc seule avec la Tomate.
Celui ci m'ignorait considérablement, et je n'étais pas très sympa avec lui non plus. Un jour, il s'énerva et m'attrapa par le cheveux. Il me colla contre le mur et me mit deux claques. Je lui rendis son portable et lui riais au nez, et suivant les conseils d'une certaine fan, je fis une tentative de castration, si ça se dit.

Bien sur, je ratais, et iil me remit une baffe, puis finit par m'emmener par les cheveux jusqu'à la salle de main dans laquelle il remplit la baignoire d'eau froids, et pendant que ça se remplissait, prit des ciseaux et tenta de me couper ma tresse. Vous savez, j'ai une tresse, toute petite.

Sauf qu'à ce moment la, j'hurlais, me débattais. Il ne devait pas y toucher, c'est Tama qui ma l'avait faite.
Il lâcha les ciseaux et d'un mouvement rapide, me baissa dans la baignoire et m'appuya la tête dans l'eau. M'aidant du rebord de celle ci, je tentais de me relever. Dans la poigne de Castiel, je pouvais sentir de la haine, c'était pour ça qu'il me noyait, il était triste, et il devait s'en prendre à une chose. À moi, en l'occurrence, comme il en avait l'habitude.
Je me débattais, jusqu'à abandonner. Il attendit bien 40 secondes, puis sortit ma tête et la ré-enfonça. Encore 4o secondes. Quand il me sortit, en plus de l'eau, je pleurais. Il me ré-enfonça encore la tête, bien encore 4-5 fois. À la fin, pleurant en silence, je me laissais faire.
Il reprit ensuite les ciseaux et entreprit de me couper les cheveux (déjà courts, mais ils les faisaient encore plus) Je criais, me débattais. Comment pouvait-il me défigurer à ce point?
Il coupait, pas trop mal, je dois l'avouer, car il faisait attention de me garder une coupe convenable. J e m'agrippais à son poignet qui serrait mes cheveux. Il me tourna alors face au miroir, mais au lieu de me regarder moi, je le vis lui, ses yeux fins en colère, pleins de haine. Il me laissa à peine 3 secondes et me balança le visage contre le miroir contre lequel je me cognais et que je fissurais par endroits. J'avais la tête dure. Alors que tenant mon front saignant, je baissais la tête dans le lavabo, il se ré-arma de ses lames et se mit à découper le bas de ma tunique.
Je me relevais d'un coup et hurlais: Pourquoi? Pourquoi s'en prenait-il à moi?

Je donnais un coup de pied en arrière, qu'il reçut.
Il tomba et je m'enfuis en courant dans ma chambre, que je tentais de fermer à clé. Le temps de la trouver, il avait déjà eu le temps de jeter un papier enflammé dans la pièce. Je m'en aperçus que après avoir verrouillé la porte.
Je me retournais m'adossant à l'entrée. Le voyant, je hurlais? Ça, c'était pire que tout. Mais qu'avait-il en tête?!
J'ouvris la fenêtre en grand et tentais de prendre la flamme, mais en était incapable. Je me réfugiais donc dans mon lit, la tête entre les mains, hurlant toujours.
Castiel, qui avait la clef de ma chambre, l'ouvrit, t pour tout sauvetage, il ramassa la feuille et s'avança vers moi, d'un sourire diabolique, menaçant, horrible. Pour tout au monde, j'aurais voulu que Tama soit la, avec moi, à me protéger.
Je criais, criais, criais encore, et finit par appeler Castiel si fort qu'il en sorti de sa folie, et se rendant compter de son geste, écrasa le papier au sol.
Il s'en alla ensuite. Je passais une très mauvaise nuit. Le lendemain, à son réveil je fis tout pour l'éviter, et quand il s'approcha de moi, je m'agenouillais au sol, me recroquevillant.
Il me regarda bizarrement, souffla et parti.

Pourquoi avait-il agit ainsi?

Miku pour la Nyan Dance:
http://th02.deviantart.net/fs71/PRE/i/2011/149/3/4/___nyan_dance____by_duekko-d3hhvh9.png





Chap 35eme



Spoiler

Cette semaine ne fut pas de tout repos. Après sa courte pose , il reparti dans sa folie. Il me disait que je dépensais trop, et se servit de moi comme esclave. Il me coupait l'eau chaude durant mes douches, m'empêchant de quitter la maison, m'enfermant dans ma chambre quand il sortait. Il était parano, et me ruinait ma vie. Je n'aurais jamais pensé que le départ de Sarah le rende tellement malheureux. Il s'était toujours bien remit de ses séparations, mais pourquoi pas avec elle? Et pourquoi s'en prendre à moi? Je n'y étais pour rien, je le savais.

Un jour, alors qu'il pensait que j'étais dans la douche, car j'y allais maintenant en cachette, espérant avoir de l'eau à plus de 15°C, il m'appela et entra dans le cagibi ou trônait l'immense chaudière, qu'il voulut éteindre. J'attendais cachée derrière le sofa, et quand il entra, je lui fermait la porte dessus. Celle ci fermant à clé, je verrouillais et amenais un meuble devant, au cas ou il essayerait de défoncer la porte. Le cagibi était étroit et sombre. Castiel était enfermé, je pouvais souffler. C'en était fini de cette semaine de malheur, pendant laquelle j'avais perdu 3 kilos. J'étais devenue maigre, très maigre, et ma force avait baissée. Amande, elle, me voyait dépérir, mais ne pouvait rien faire, sans même comprendre ce qui m'arrivait.
Je me laissais tomber devant le cagibi, soufflant un grand coup, respirant librement.
Je restais la, pensive, profitant de l'air loin de Castiel, qui était enfermé.

Oui, je sais, il est claustro et enfermé dans une petite pièce... HeIn?!  CLAUSTRO ET ENFERMÉ DANS UNE PETITE PIÈCE?!
Je me relevais d'un bon, dégageant la commode de l'entrée, essayant de déverrouillée rapidement, mais la clé m'échappait, elle glissait de mes doigts. Castiel était à l'intérieur depuis 16 minutes. Je devais lui ouvrir rapidement, pas parce que j'avais peur des représailles, mais parce qu'il pouvait perdre le contrôle et s'évanouir, ou pire encore. Bingo, quand j'ouvris, il était affalé contre le sol, le dos appuyé sur un mur, un genoux plié, l'autre jambe tendue, les bras ballant, la tête basse. Il ne réagit pas à mon irruption.

Je me précipitais vers lui, l'appelant d'abord, le secouant ensuite.
Je lui relevais la tête, et pus voir un mince filet de bave, ainsi qu'un regard vide, vide de toutes vies.
Je posais mon oreille contre son torse. Son cœur battait encore, Dieu soit loué.
Je lui passai son bras sur mon épaule et le soulevait. Je ne pus faire que quelques pas et dus m'arrêter à la sortie de la pièce. Je le reposais cotre le sol, et lui prenant sa main, je lui murmurais.
"Ça va aller, Cast, ça va aller."
Je le remis sur mon dos et réussi à le hisser jusqu'à son lit.
Comme la dernière fois, il était épuisé, il avait du faire une crise.
Je le laissais dormir. Je lui tenais toujours la main, si bien que je m'endormis à ses cotés, à son chevet.

Il était bien 2h plus tard quand j'émergeais. Il était couché, mais il ne dormait plus. Il me regardait avec des yeux perçants et curieux, peut-être même un peu colériques. Comment lui expliquer ce qu'l s'était passé?

"J'ai fais une crise de claustrophobie, c'est ça?
-Euh… oui.


Sa voix m'avait surprise.Il regarda le plafond.

-C'est bizarre, d'habitude, je fais toujours attention, mais la…
-La, c'est moi qui t'es enfermé.

Il tourna sa tête vers moi d'un seul coup, choqué.

-T'as fais quoi?
-Je suis désolée, j'avais oublié que t'étais claustro…
-MAIS ÇA S'OUBLIE PAS, ÇA!
-Pas plus que quand tu as jeté une feuille enflammée dans ma chambre…
-J'ai fais ça?!
-Oui, il y à 9 jours.
-Ah je vois…
-Voir quoi?
-Tu m'en veux encore?
-Et pas que pour ça!
-Comment ça?
-Ça fait une semaine que je suis à ton service, que tu me coupes l'eau chaude quand je me laves, que j'ai une coupe atroce car tu t'es énervé et t'as coupé tout n'importe comment avec mes cheveux. Que j'ai plus le droit de respirer sans rien faire, que je suis dépressive, que je n'en peux plus, que je maigri a vu d'œil, que je ne mange plus, que…

C'en était trop, j'éclatai, lâchant toutes mes larmes de la semaine en une seule fois, honteuse de ma réaction, me cachent le visage.
Il se redressa sur son lit, s'approcha de moi et me serra contre lui. Je redoublai de pleurs, m'agrippant à son T-shirt, le tirant au point de le déchirer.

-J'ai été horrible, me dit-il lorsque je fus calmée. Ça ne recommencera plus, c'est promis.

Il me baisa le front et se leva. Je séchais mes larmes et le retrouvais en bas dans la cuisine à faire des pancakes. Il me sourit, et je lui rendit son sourire, pour la 1ere fois de la semaine.

*****

Pour les semaines à venir, les parents à Cast nous avaient payé un stage professionnel de cirque de 6 semaines. Aujourd'hui était le départ, il fallait pas louper le bus qui allaient jusqu'à Cannes, le seul de la journée.

Castiel me pressait, finissant par tirer nos deux valises,  se plaignant que je fus trop lente, me poussa devant lui, me reprenant lorsque je ne tournais pas au bon endroit et fini par me faire entrer dans le bus.

Celui ci était grand et confortable, aussi bien que bondé.
On fut séparé durant le trajet, mais aux poses, c'est à dire toutes les deux heures, je le collais le plus possible, craignant d'être agoraphobie. Lui, il était carrément parano devant les autres passagers,il ne les approchait pas.

On arriva vers 20h, et bien fatigué. Devant le centre d'entrainement, une dame bien roulée avec des lunettes, comme une secrétaire sexy, nous accueillit. On put mettre nos affaires dans nos chambres, puis en attendant les autres stagiaires, on eu un quartier libre.

Un peu peureuse et surtout timide, je descendais accrochée au bras de Castiel. Malheureusement pour moi, il vit des jeunes demoiselles sans cavaliers qui sirotaient un jus de fruits le long du bar de la salle commune.
Il faut dire qu'elles étaient belles. Je ne les avais pas remarquée, et je demandais à Cast de m'accompagner voir la ménagerie. J'adore les animaux, et des qu'il y en a, je dois les voir. Castiel, c'est pareil, mais pour les filles. C'est d'ailleurs pour ça qu'il devint méchant avec moi, surement parce qu'il préférait coller des belles qu'une planche à pain.

Il se dégagea le bras violemment.
"T'as pas bientôt fini de me coller? T'as plus 5ans!

Bravo, les filles le regardaient, il avait réussi à attirer l'attention.

-Mais, je voulais juste…
-J'ai pas 5 ans non plus, alors les petits lapins de cirque qui sont en cage, je m'en tape.
-Ah ouais, c'est vrai que c'est mieux de faire les jolis cœurs…
-Quoi?
-Non, rien…"

Je serrais les poings et tournais les talons.
Tant pis, les animaux, j'irais seule.

Je fis un bon petit tour, jusqu'à la nuit tombante, occupée à regarder une jeune tigresse avec affection.
Celle ci tournait en rond dans sa cage, m'observant avec curiosité. Agenouillée devant elle, je lui souriais, attentionnée;

Je fus sortie de ma rêverie par une jeune fille de mon âge qui m'interpella.

"Hé toi!

Je relevais la tête.

-Oui?
-Reste pas près des tigres, c'est interdit.
-Oui, merci, je les observe juste, ils sont si beaux…
-Tu trouves?!

Elle rougit. Je me levais et l'observais. C'était une fille de ma taille, qui avait les cheveux brus courts comme moi, d'un châtain profond, avec deux longues mèches comme moi, une tresse aussi, comme moi, et une frange sur le coté. Tout comme moi, quoi, en plus, elle avait des sandalettes, un pantacourt en jean, un débardeur et une veste, tout comme moi, mais en orange, alors que j'étais en vert. J'éclatais d'un rire amusé. Elle m'observa, compris et m'accompagna. Quand on fut calmée, elle me dit.

-T'as l'air sympa, toi, en plus, tu aimes les tigres?
-Oui, beaucoup, encore plus que tout les animaux, car je les aime tous.
-Bip! Bonne réponse, tu me plais bien. Je suis Hikari, et toi?
-Kaorin, enchantée…

Je fis un révérence.
-Ha ha! T'es trop drôle. Tu vas t'inscrire en qu'elle discipline?
-Trapèze, j'adore ça! Et toi?
-Moi, je suis la dresseuse de ces charmantes bêtes appelées tigres.
-WAAAAAH! Trop bien!
-Tu ferrais bien de y aller. Ils vont demander qui veut faire quoi.
-Oui, c'est vrai, j'y file!."


À l'entrée, je vis les panneaux d'inscriptions avec les prénoms. Curieuse je vis celui de Castiel dans la partie "Trapèze" et dans la partie "Cracheur de feu"… Comment ça? Cracheur de feu?!

Je courais vers lui après m'être inscrite en trapèze.
"Castiel? Tu vas en cracheur de feu?
-Ouais…
-Pourquoi?
-Pour que tu me lâches, tu me soules à me coller non-stop, alors dégage petite chieuse!
-Que…

Au moment ou ma main toucha son bras, il me poussa et je tombais par terre, étonnée. Il ricana, les filles aussi.


-C'est ça, les animaux devraient toujours restés sages et écouter leur maitre!"


Image de tigre que j'adore. http://pmcdn.priceminister.com/photo/puzzle-1000-pieces-les-yeux-de-la-deesse-894286014_ML.jpg



Chap 36eme


Spoiler

Cracheur de feu, il était inscrit dans cracheur de feu. Il m'avait promis quelques jours avant qu'il resterait avec moi.


Je serrais les poings. La secrétaire me regardait, et moi je regardai Castiel. Une blonde-coupe au carré se colla à lui et mis ses mains sur son torse.
Elle me dit que Castiel était à elle, à présent. Soit, si ça l'amusait.

La secrétaire m'interrogea.
"Mlle, il ne reste plus que vous à inscrire, et la dernière place est en cracheurs de feu, je vous y met.
-NAN! Surtout pas!
-Écoutez Mlle, je sais que vous vous êtes disputée avec votre ami, mais vous n'allez pas faire rater le stage avec ça.
-Ce n'est pas pour ç…
-Allez y, mettez y la, ça pourra être sympa.Dit la serpillère

Castiel me regarda, content de lui, diaboliquement.La secrétaire tremblait, impressionnée par le regard menaçant qu'il lui lançait.

-B-Bien, tout de suite.


Elle s'avança sur les listes et sortit son stylo.

-NAN NAN! ARRÊTEZ!

Elle se stoppa.

-Mlle, vous n'avez plus le choix.
-Si, je la prend comme apprentie avec mes tigres.

Je me retournais. C'était Hikari, perchée sur la fenêtre, qui me souriait.

-Alors Kaorin, besoin d'aide?
-Une double Kaorin, l'horreur, souffla Castiel.

Hikari le regarda méchamment.

-Toi, le piment rouge, va t'exciter ailleurs, les jolies fleurs pourraient être contaminées par ta bêtise.

Wah! Quel répondant!
Castiel serra les poings.

-Mais enfin Hikari, c'est trop compliqué pour toi q'avoir une apprentie!
-Estelle, je décide quand je veux que j'en veux une, faut bien commencer un jour, non? Et puis, le spectacle aura du nouveau, comme ça!
-Euh, très bien…"


Hikari me prit par l'épaule et m'emmena. Il fallait qu'on commence à bien s'entendre tout de suite.
Je lui racontais tout sur Castiel, elle me dit tout sur son ami d'enfance, le même que lui. Elle avait donc beaucoup de répondant grâce à lui.Tout ce qu'elle cherchait, c'était qu'il la reconnaisse à sa vraie valeur, car aussi planche à pain que moi, elle ne recevait que son mépris. C'est pour ça que être deux sur scène lors du show l'aidait énormément! Je ferais tout pour l'aider!

Le programme était celui ci:
Activité acrobatique tout les après midi sauf le dimanche .
Activité complémentaire tous les matins sauf le dimanche. (Le jeudi pour moi, car on ne pouvait pas laisser sortir les bêtes quand il y avait des touristes)

on s'échauffait énormément en trapèzes. Notre thème était les couleurs. Je serais le vert, évidemment.
L'autre fille, la blonde coupe au carré(Sibylle) était le rose.
Cast, le rouge. Un autre roux aux yeux verts, je jaune, un brun, le bleu et un blond, le violet. Ah oui, il y avait un métis du genre de Dajan qui serait le orange.

On s'entraînait. Comme vous l'avez devinez, Cast m'ignorait complètement. Et alors?
Il y avait des spectateurs à os entraînements. On commençait encore à s'entraîner aux entrées et sorties, échanges de trapèzes, gainage et figures de bases.Hikari venait me voir de temps en temps.

Le matin, je faisais connaissance des bêtes, commençant à apprendre à m'occuper d'elles.Je les approchais, leurs faisais obéir à des petits tours, améliorais les contacts.

Comme les stagiaires avaient temps libre le dimanche, ils allaient en ville, et cela durant 6 semaines. moi, je n'étais jamais sortie, sauf pour faire des courses avec Hikari. On laissait  sortir les bêtes les jeudis dans un grand parc caché, aménagé pour.
Durant le séjour, Hikari me confia Natsume, une tigresse de 6mois, avec laquelle je devais faire ma chorée.
Je rencontrai une vieille femme chargée des costumes, rigolote et gentille!
Pour tout vous dire, le trapéziste était beaucoup moins amusant que le domptage.

Un jour ou j'avais rigolé avec Castiel au petit dèj',Sibylle,jalouse fit exprès de mal m'envoyer le trapèze pour que je travail ma sortie, devant Hikari, et je le réceptionnais donc mal, c'est à dire à une main. Sous le poids de mon corps et le balancement violent du trapèze, je lâchais prise pour arriver sur le filet, dans lequel était assis Castiel. En me voyant lui tomber dessus, il se recula en poussant un cri surpris. Je rebondis pour arriver sur le dos. Hikari criait mon nom, inquiète, et moi, étonnée d'être encore en un seul morceau, je me levais et sortie, obligée par Hikari qui voulait que je me repose. Sibylle ria façon Ambre, que je croyais voir partout et Castiel, encore sous le choc d'avoir manqué d'être écrasé par une souris, roulait des yeux impressionemment grand.Il auraient pu sortir de leurs orbites.

J'allais dans la chambre de celui ci, car je dormais dans le même loft que lui (2 chambres séparées, je vous rassure) pour me changer, mettre un jogging décontracté. Je décidais de faire des glaces à l'eau avec du sirop.

Castiel entra à la fin de l'entraînement, énervé. Il balança son jogging sur une chaise et se mit en caleçon dans la pièce. Je lui dis de fermer les rideaux, au cas ou une certaine Ambre n°2 regarderait?
Il s'habilla quand même, sous mes acclamations, lui disant que ce n'était pas la peine de se mettre sur son 31.
Il m'envoya bouler, puis, il dit me dit qu'il n'avait pas d'ordre à recevoir d'une fille qui ne savait même pas se servir d'une poêle.

Justement, je pris celle ci et lui donnais n grand coup avec, l'assommant et le trainant sur une chaise, le bâillonnant à mon tour avec des rallonges. Retrouvant très vite ses esprits, il me demanda ce que je faisais, me regardant bizarrement.

Il me dit de le détacher:

"N'y pense même pas!
-Allez, lâche moi, t'es lourde à force.
-Tant mieux pour toi.

Je retournais vaquer à mes glaces.

-Hum, je me suis inquiété pour toi, tu sais.
-Tiens, ça change de d'habitude!
-T'as fais une mauvaise chute!
-Roh, n'importe quoi.
-Je vais aller te venger de Sibylle.
-La bonne blague, comme si j'avais pas vu que t'avais flashé sur elle!

J'aimais lui répondre, pour une fois que je lui étais supérieure c'était très agréable.
C'était une sorte de satisfaction personnelle, mais tellement bonne!
Je l'aimais comme un frère, un frère, un vrai, un que je connaissais depuis toujours, un frère ou plus, un avec lequel j'avais joué étant petite, un qui venait de se débarrassé de ses liens.
J'aurais aimé le connaitre avant. Se pourrait-il que je n'aurais pas souffert pareil niveau amour si on s'était connu plus tôt?

Revenons-en au fait qu'il était la à me piquer mes glaces à la pèche.

-Ça va, tu te gènes pas?
-J'ai l'air?

Il croqua dedans de façon sexy, me regardant comme un dragueur.
Je fis un signe d'effacement avec ma main.

-Ça fonctionne pas, désolée.
-Arrête, tu rougis.

Oui, je rougissais, mais je ne voulais pas. J'avais besoin d'être avec lui, et non pas la bouffonne de service, ne pas être transparente, être sa sœur ou plus encore, être dans sa tête, non dans son ennui.

Il rapprocha son visage du mien.

-Euh… pourquoi tu déboutonnes ta chemise?
-Je te fais de l'effet?

Ouh la, j'ai du devenir très rouge la.

-N-Non, pas du tout.
-Menteuse!
-Arrête, laisse moi tranquille.

Je le repoussais, me retournant aller chercher la poêle. Trop rapide pour moi, il m'attrapa et se mit face à moi, m'appuyant le dos sur la table, me faisant reculer. Une impasse, mince!

Trop souple pour lui malheureusement, je pris appui sur ses épaules et réussis à faire une montée en l'air, lui passant façon saute mouton au dessus de sa tête.
Quand j'atterris bien tendu derrière, je me mis à courir dans l'appartement, riant de peur? Était-ce un jeu? En tout cas, il était à fond dedans. Il me souriait, et moi lui balançant toutes les fringues que je trouvais sur mon passage dans la face, je trébuchais dans une des couverture de son lit, arrivant sur un tas d'affaires mal rangées.

Il sourit et s'assit sur mon dos.

-Hé hé! Ça sert une chambre en bazar!
-Espèce de rustre, traitée une jeune fille de la sorte.
-Pfff, t'es qu'une raleuse de toutes manières.
-Ouais, exactement!"

Il se mit à rire doucement, puis, la porte s'ouvrit, et je pus voir Ambre2 s'avancer dans la pièce, et nous voyant ainsi, rougir et me beugler des insultes. Écoutez, si ça l'amuse…
Cast se releva, lui prit ma main, la faisant sortir, me donna une tape amicale et s'en alla avec Sibylle tout sourire. Qu' est ce qu'il lui avait pris?

Il arrivait à être autant méchant que gentil. Je ne le comprenais vraiment pas.
Hikari, adossée à la porte d'entré, m'observait d'un sourire qui voulait tout dire.
Quand je l'aperçus, elle me prit le poignet et m'emmena voir la costumière pour prendre les dernières mesures. Le spectacle était dedans 1 semaine, tout de même.



Chap 37eme



Spoiler

Une semaine qui fut en effet bien remplie.

Durant celle ci, Hikari et moi dûmes nous occuper de Lullaby, une jument qui s'était sauvée de son box, faire les finitions, et surtout choisir la musique.

Au trapèze, ça avançait bien, et d'ailleurs, ç finissait bien aussi! On était fin prêt.

Un soir, alors que je quittais l'enclos des tigres pour ranger l'équipement, je rentrait dans un jeune homme brun qui me regarda puis me sourit.

Hikari, arrivant derrière moi, s'arrêta à quelques mètres, me pris la main et m'éloigna du gars.

"Qu'est ce qu'il fait la, lui?


Elle avait les larmes aux yeux.

-Qui?
-Aidan…

Aidan, c'était son ami d'enfance.
C'était donc lui….

-Allez, ça va aller, va."

Je la pris dans mes bras, et elle éclata en sanglots. Il lui avait fait tellement de mal.

Castiel l'avait vu aussi, me sourire, mais il rien dit rien fait.


Le soir même dans les loges, je pris une guitare de l'orchestre et me mis à chanter pour Hikari? Cela lui remonta le moral.


Sur la piste, le spectacle s'élança.

Mr Loyal dans son costume de bal
Annonça le début
Et aussi la bienvenue
Des spectateurs
Avec le cœur

Se mit à danser
Sur la piste ombragée
Des animaux rayés
Et de filles enchantées.
Du mouvement de leur voile,
Sur la piste aux étoiles,
Acrobates sanglants
Fascinants les enfants,
Tigres et lions en mouvement
Les gestes de leur maitresses suivant



Après cette petite intro, j'entrais sur scène suivit de Natsume. On faisait une danse acrobatique, amenant les acclamations du publics.
Hikari étaient superbe aussi.
Dans nos justaucorps victorien, on était bien.
Je pus voir Aidan dans les gradins, me dévorant du regard.

J'assistai, inquiète, au cracheur de feu, où Castiel se débrouillait très bien.

Les trapèzes furent un succès aussi.
Alors que je faisais une sortie en beauté, arrivant avec grasse sur le filet de réception, Castiel, deuxième à faire sa sortie, m'y rejoignit, et la, il m'attrapa par la taille et me fit descendre. On était les derniers.
Notre numéro signait la fin du spectacle. Après un rapide salut, nouure sortimes pour revenir peu après, clore le show.
Il y eu un éclatement de joie, signifiant que le spectacle était une réussite cette année la aussi.
Castiel, prit d'une joie emplie de fierté, me serra contre lui et me posa un bisous sur le front.
Il tourna ensuite son regard vers Aidan, dans les gradins, signe que ce n'était pas une bonne idée de s'approcher de moi.
Moi, je regardai Sibylle, enrageant. Puis, ce fut le tour de Hikari.
On se sauta mutuellement dans les bras, signant l'arrêt de cette superbe soirée.

La fin du stage s'enfila très vite:
Sibylle avait fait un gros caca nerveux à Cast qui l'avait envoyé boulé.
On avait bien ri.
Hikari, tant qu'à elle, à renouer les liens avec Aidan.
On a fait tirer les photos du stage et on a fait un exemplaire d'album pour chacun, remplit de commentaires différents.

Le jour du départ arriva, trop vite même…
On fit nos derniers au revoir à tous, aux tigres, échangeames les derniers numéros de portable, les dernières paroles, et nous montages dans le bus.
Celui ci bondé, ça ne m'empêcha pas de trouver une place coté fenêtre droite pour saluer par la main nos amis.

Castiel était assis tout au fond, à droite aussi.
Hikari pleurait, bien plus que moi, submergée par sa joie pour Aidan et sa tristesse pour moi.
Il y en avait une autre qui pleurait, mais personne ne s'occupa de cette Ambre n2, que je n'avais pas été la seule à avoir supporté.

Le bus démarra. Je mis mes écouteurs pour écouter du Sonata Arctica (attention! Fan de rock!)



On roulait maintenant depuis plus d'une heure, sur l'autoroute.
1925 de Miku passais et était finie depuis un moment, mais je ne l'avais encore en tête, et la remis.



J'étais à l'écouter quand le bus fut percutée par une voiture qui lui faisait une queue de poisson, si bien que le bus roula contre la barrière de sécurité, ce qui raya la carrosserie et qui, un peu plus tard, déclencha une flamme autour du véhicule.
Je ne m'en rendis compte pas tout de suri, seulement après avoir soupiré en écoutant le causeur injurié le chauffard.
Je remis mon casque et tournais la tête vers le paysage, puis aperçus le feu et hurlai.
Je reculais en même temps, passant par dessus mon voisin, un homme de quarante ans, la main devant mon visage pour me protéger, pleurant, et finissant par tomber dans l'allée. Je poussai un cri encore plus perçant que le premier, ce qui fit zigzaguer le bus et nous faire arriver derrière le talus, complètement enflammé.
Le choc que ça fut quand nous passames dans l'herbe envoya plusieurs personnes dans le passage.
Quand l'engin fut bien stable, je tremblais, la tête dans les mains, pleurant de plus belle, vivant un horrible cauchemar.
Mon voisin se leva, ainsi que les gens autour de moi, un peu sonné, et me regarda.

"Ah! T'es contente d'avoir crié comme ça!? Ah! T'as vu où ça nous a mené?

Des passagers approuvèrent, me rendant encore plus mal.

-Tu peux répondre, sale gosse!

Il continua de fulminer.

-Ah!La jeunesse d'aujourd'hui, tu m'as blessé en passant, et puis à cause de toi, le bus est en flamme.


Le bus est en flamme.
Ce fut comme un réflexe, et ma voie ce mit à sortir toute seule.

-KYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH!
-Quoi? Arrête de gueuler!

Je continuais de pleurer en criant, personne ne pouvait pas m'arrêter.

-Ta gueule!
Il manqua de me frapper, mais un homme arriva à temps.

-Kaorin!
-T'es qui toi? interrogea le vieux.
-Je suis Castiel. Laissez la tranquille! Pardonnez la, ele ne se controle pas.
-Qu'elle ne se contrôle pas, mais elle m'a fait mal quand même!

-S'il vous plait, c'est pas vraiment le moment, dit une femme, on est dans un bus enflammé et il y a des gens qui paniquent.
-C'est de la faute de cette gamine, répliqua l'homme."


Je criais toujours, mais Castiel me serrait contre lui, me rassurant, me disant que ce n'étais pas à cause de moi, de me calmer. L'homme fulminait, contrefaisant Castiel, qui ne l'écoutait pas, et qui lui lança un regard terrifiant.
Le chauffeur finit par casser une vitre. Ouf, je commençais à m'évanouir.

Point de vue de Castiel

Elle perdait pied. Je lui passais son bras sur mon épaule, l'autre aussi, et la serrais contre moi, enfouissant son visage contre mon torse pro qu'elle sente que moi et qu'elle oublie le reste.
Quand la vitre fut entièrement brisée, je suppliais les gens de nous laisser sortir, mais chacun, ou plutôt le vieux et ses amis, me repoussaient.
Le chauffeur, comprenant la phobie de Kao, nous évacua en premier, lançant nos sacs à dos dehors.

Je pris mon élan et sautais au dessus des flammes, atterrissant et roulant plus loin à cause du poids de ma partenaire. Je vis d'autres gens sauter après nous, puis le bus se vider.

Quand tout le fut sorti, je poussais un soupir de soulagement et allait m'adosser à un arbre, réveillant Kao.
Celle ci, prise d'une crise d'absentéisme était accrochée à mon t-shirt, le regard vide, sans vie.
Je lui parlais doucement, la collant contre moi.
Les gens étaient étrangement calmes, bien qu'ils frissonnaient.
On vidait les gourdes d'eau pour éteindre les flammes qui couvraient la soute.
Je déposai Kaorin contre l'arbre, la couvrant de ma veste, souriant à son regard vide, pour aller aider à vider les bagages.
Une petite fille fut amenée à coté d'elle, ainsi qu'une femme enceinte, toutes deux pas aptes à travailler.

Je commençai à user ma force pour secourir des gens.


Point de vue de Kaorin

Je le voyais s'éloigner, et même si je l'avais retenu, il était allé aider.
La petite fille à ma droite, la femme enceinte arrivant à ma gauche, je me levais et nous l'aidions à s'assoir contre le tronc.
Je me rassis. La petite fille me tira de ma léthargie.

"Tu as peur du feu?
-Moi? Oui…
-Moi aussi, parce que ça brule. Je suis Cierra, et toi?
-Kaorin

Je lui fis un sourire qui paraissait bien petit par rapport au sien, qui était immense.

-Et vous Madame enceinte?
-Moi? Je suis Lisbeth, enchantée.
-Cierra!

Elle lui tendit une main, rayonnante.

-Kaorin.

La mienne de main était faiblarde.

-Contente de vous rencontrer, les filles.
-Dis, Lisbeth, c'est une fille ou un garçon, ton bébé?
-Un petit garçon!
-Et comment il va s'appeler?
-Hum, Nolan, ou Sylvain, je ne sais pas."

Nous continuames de parler du bébé.
Le bus avait été éteint par des pompiers, et nous, on nous avait amené des tentes pour qu'on dorme sur place.

Castiel vint me rejoindre, et me prit dans ses bras. Il me regarda, je ne souriais pas.

"Et bien? Ou est passé mon joli petit soleil?
-Cast…
-Allé! Souris!"

Je n'en fis rien, malgré mes efforts.

Il revint avec ma valise, mais une femme nous interpella, prétendant que c'était la sienne. En effet, on avait les mêmes.
Cast ouvrit les deux valises et commença à les observer. À peine eu-t'i ouvert la mienne qu'il nous annonça son propriétaire.

"Celle la, c'est la tienne Kao.
-Comment tu le sais?
-Et bien, il y a un joli ensemble de sous-vêtements rouge gothique…
-Castiel!"

J'avais oublié, c'était ses préférés. Il me fit un sourire radieux avant de m'embrasser sur le front.
On allait passer la nuit ici, donc je dormirais avec Castiel.

Il devint tout de suite ami avec Cierra et le couple de Lisbeth et Alain. Moi aussi, même si j'étais éreintée.

Dans la tente, il me prit dans ses bras et me serra contre lui longuement, puis me posa un bisous sur la joue. Je souris.
Lui satisfait, me le fit remarquer et sorti dehors.
Il était trop fort, il avait réussi à me relever. Je lui devais un Merci.



Chap 38eme



Spoiler

La nuit commençait à tomber. Je sortis de la tente.
Un vent frais me fouetta le visage, j'étais en t-shirt et j'avais froid. J'ouvris au hasard une des deux valises misent dans nos chambre et en extirpais un pull. C'était une veste de jogging noire à Castiel.

Je ressortis ensuite à quatre pattes et pus le voir parler avec deux autres ados, un aux cheveux bleus et l'autre noirs, de notre âge à peu près.
Je l'observais depuis l'entrée de la tente. Il avait l'air serein.
Je commençais à reprendre confiance en moi ainsi que mon tempérament de feu.
Il se retourna (Castiel, pas le tempérament) et me fis signe de les rejoindre.

C'est ce que je fis et m'assis à ses cotés, commençant à discuter avec Alexy et Armin, les jumeaux.
À un moment, le vieil homme qui était mon voisin s'approcha de moi avec le chauffeur. Sans m'en rendre compte, je m'agrippais au t-shirt de Castiel et  me collais contre lui.
Il passa son bras sur mon épaule.

"Jeune fille, commença le vieil homme, je suis désolé pour tout à l'heure.
-Euh…Oui…
-Excuse moi.
-Oui…

Le chauffeur s'avança et s'agenouilla devant moi. Je me recroquevillais comme une petite fille de 5 ans.

-Jeune fille, il fait froid et il commence à faire sombre. Nous allons allumer un feu de camp, mais ne t'inquiète pas, tu n'y seras pour rien, alors n'est pas peur.
-O-Oui…"

Il se releva et s'éloigna.Castiel me serra contre lui et me glissa à l'oreille: "Ça va aller."
Les garçons se regardèrent d'un air blasé.
Je me décollai donc de Castiel.
Cierra arriva en courant en tirant son grand frère par le bras.
Elle m'appelai.
"Kaooriiiiiin! On peut rester avec toi?
-Si tu veux Cierra.

Elle vient se poser sur mes genoux. Du haut de ses neufs ans, elle était un vrai soleil.
Son frère d'une quatorzaine d'années, était timide et embarrassé qu'elle prenne ses aises.

-Kaorin, je te présente Aaron, mon grand frère. Il est très gentil.
-Enchantée Aaron.
-Euh…Moi de même.

Il salua platement.

-T'es un petit coincé, toi. Ricana Castiel.
-Ouais, et toi, t'es pas sympa, répliquais-je.

Il me regarda avec de grand yeux.

-Eh beh Kao, t'es revenue en forme on dirait.
-Humf, je suis toujours en forme pour te tenir tête.

Il me sourit.

-Oh, ça y'est, ils ont allumé le feu.

Je me retournais, sentant les flammes danser dans mon dos.
Castiel me frottais le bras, comme pour me dire que ça irait.

On entama une conversation avec Armin et Alexy.
Des adultes nous appelèrent. Je me levais aller chercher une nappe et aider à installer. N'ayant rien fait pour les autres tout à l'heure, je voulais être utile.
Après avoir installer le tissu à coté du feu, nous appelions tout les passagers pour les convier au repas apporté par les pompiers, soient, des sandwichs et salades en boites.
On s'installa tous autour, chacun se servant. J'aidais Alain à installer Lisbeth.
Castiel à ma droite, Cierra en face, Alexy à ma gauche, je me sentais bien.
Nous parlions bien, jusqu'à très tard.
Un moment, Alain aborda le sujet de notre "fraternité" à Cast et moi.

Pour toute réponse, il passa son bras autour de mon épaule.
"Je la protègerais quoi qu'il arrive."
Je rougis, et le couple aussi. Seul Alexy se marra.
Nous finissames la soirée dans la bonne humeur.

N'ayant pas de pyjama, je dormis dans le jogging à Castiel, qui durant toute la nuit me colla contre lui.

Le lendemain matin, Armin et Alexy vinrent ouvrir en grand la porte de la tente alors que, toujours dans ses bras, je le regardais dormir.
Je suis devenue aussi rouge que ses cheveux d'après leur témoignages.
Le petit déjeuner desservi, on est remonté dans le bus. Le trajet fut bien agité: échange de numéros, d'adresses, vannes, photos, etc…

Quand nous sommes descendus, je leur ai fais de grands signes de la main et rejoint Castiel qui commençait à s'éloigner.

*****

Le lendemain, ver 10 heures, après avoir signalé aux filles mon arrivée, elles ont toutes deux débarqué chez moi, faisant un vacarme pas possible. Maylinn, qui avait gardé Amande, insista pour regarder le DVD du spectacle. J'approuvais, mais seulement après qu'elles m'aillent raconter leur histoires.
Angel avait vu Lys récemment et tous deux s'entendaient très bien. Même si elle ne voulait pas l'avouer, elle avait le béguin pour lui.
Je me doutais bien que lui aussi, mais connaissant sa timidité, je ne posais point le doigt dessus.

May, quand à elle, avait passé une semaine avec Jordan à la plage chez sa tante, et filais l'amour parfait. Angel en était verte.

On mit finalement le DVD, et tout le long, je reçus des "Waouw!", des "Oh!", des "Super", des "Génial!", etc…

Quand arriva le final, Castiel, encore endormi, arriva dans le salon pile au moment ou le caméraman avait fait un gros plan sur notre baiser.
Il avait les yeux fixé sur 'écran, mais ne réalisait pas bien ce qui se passait. Maylinn le siffla. Il était en caleçon.
Pour toute réponses, il s'installa à ses cotés et prit ses aises en s'appuyant sur elle.
Elle le repoussait tant bien que mal, mais lui, affalé, y laissait tout son poids. Angel, discrète, rigolait, et moi, j'en profitais pour aller enlever le DVD. Je mis ensuite de la musique:
La première à passer était une de mes préférées, The Voice.


Je me mettais à chanter.

Imaginez un peu la scène de la maison:
n gars et une fille se battant, deux chiens aboyant, une fille riant et une dernière chantant, les mains sur le cœur.

On sonna à la porte. C'était Ambre, haletante, qui, voyant Castiel en caleçon, força le passage et lui sauta dessus.
"Castou! Tu m'as tellement manqué!
-Pas toi!
-Castiiel!

  Elle pleurait allongée sur lui.

-Bon, tu me lâches la?

Comme elle ne faisait rien, il porta jusqu'au perron la créature larmoyante et la laissa tomber les fesses les premières sur le goudron du trottoir.
Il referma la porte à clé cette fois ci.


Les filles partirent vers 18h. Je conclus avec Lysandre qu'on ferait les courses de rentrée le lendemain. Et oui, la rentrée était J-8!

Le soir, je me couchais, Amande avec moi, écoutant Karakuri Burst



Au dessus de mon lit, il y avait une image des vocaloids me rappelant le cirque, notre cirque, et Hikari… Je la reverrais, c'est promis.



http://fc07.deviantart.net/fs51/i/2010/271/6/0/dark_woods_circus_by_kohane_hime-d2ag4gj.jpg



Chap 39eme



Spoiler

L'amour, c'est comme une vie.
L'amour, c'est comme une flamme.
Il atteint des hauts
Il attends des bas
Il peut être joyeuse
Il peut être malade
Il apporte des choses
Il nous perds nos pleurs
Il nous emmène en enfer
Mais un jour,
Il finira par se consumer.
Mais un jour,
Il finira par s'éteindre.

Une vie n'est jamais immortelle.
Une flamme n'est jamais éternelle



Réveillée de bonne heure par Ethan, je rejoins Lysandre vers 10h. On prit le bus pour aller au centre commercial. Et oui, il fallait aller à Dolponville, car Hearthcruz n'était pas une très très grande ville. Il y avait Violette avec nous.
Mais vous savez aussi bien que moi que une fille dans un grand magasin, ça ne peut pas s'empêcher de courir partout pour voir les vêtements, non?
Et bien, avec Vio et moi, Lys, il était pas gâter.
Après quelques achats et essayages, auxquels Lysandre prit gout car moi, j'essayais du Victorien, nous nous dirigeâmes enfin vers les fournitures scolaires.
Un fois entrés dans le magasin, on se distribua les taches, car on avait prévu une véritable chasse au trésors. Une course à la montre dans les rayonnages.

On courait à droite et à gauche, ramenant tout, et Lys, avec le cadi, scannait les articles comme c'est possibles à présent dans certains magasins.
Violette était essoufflée à cause de tout ces allers-retours.
Moi,je me baladais librement entre les montagnes de cahiers et de classeurs, jusqu'à ce qu'une main se pose sur mon épaule.
Surprise, je me retournais.

"Salut!
-Darren!

Je lui souhaitais au cou.

-Ça va ma belle?
-Bien et toi? Kallen n'est pas la?
-Non, Win non plus d'ailleurs, ils font une sortie en amoureux.
-Oh, je vois. Et Léo?
-Il est chez le dentiste.

Je souris, Léo détestait les dentistes. Depuis tout petit déjà, dès qu'on lui en parlait, il mettait les mains en forme de bouclier et criait "Vade rétro Satanas!"
C'est comme ça que j'avais appris cette expression. Il refusait d'y aller sauf quand Tama l'accompagnait.
Mais à l'incinération de celui ci, alors que je pleurais dans les bras de Darren, le jeune bassiste avait enlevé son chapeau et retiré ses éternelles lunettes de soleil et avait dit qu'il ferait un effort pour y aller seul, désormais. Cela avait détendu l'ambiance.

Je regardais la plafond, pensive.

-Oh, Kao?
-Hum…
-Bon sang, réagis, je te chatouille la.

Je baissais les yeux et pu voir Darren agenouillé à me pincer les hanches.

-J'suis pas chatouilleuse j'te rappelle.
-Ouais, c'est bien ça qu'est chiant.


Il se releva et mit sa tête dans mon cou.

-Mais j'ai un autre moyen."

Il souffla dessus comme on fait sur le ventre des bébés pour les faire rire. Cela avait un effet radical sur moi. Ni une ni deux, j'explosais à la limite des larmes, suppliant le rockeur d'arrêter. Évidemment, il n'en fit rien, me balançant sur son épaule et se mettant à marcher.
À une intersection, Darren fut interpelé par une voix masculine.

"Hey, Le Lewis, attend moi!

Il se retourna, de manière à le voir, et moi pas, vu que je voyais seulement dans son dos.

-Te voila, le Flynn.

Ils étaient ridicule à s'appeler par leurs noms de famille.

-Qu'est ce que tu portes?

Darren se rappela que j'étais toujours sur son épaule et me déposa au sol.

-Ah, ça…
-Comment ça ,"Ça"? Un peu de respect, je te pris.
-Oh, je connais cette voix?

Ah y réfléchir, je connaissais cette voix aussi.
Un fois debout je me retournais pour apercevoir mon interlocuteur.

-Salut, Kaorin.
-Alexy!
-Vous vous connaissez?

Darren semblait pour le peu déconcerté. Je lui expliquais notre rencontre peu banale.

-Ça fait un bail!
-Ouais, environ … 45 heures… Soupirais-je
-Ouais, ça fait longtemps, c'est ce que je dis.
-Bref, j'ai des fournitures à acheter, moi. Nous stoppa Darren.
-Roh, Darrenichou, tu boudes, répliqua Alexy en passant son bras sur les épaules de celui ci avec un sourire charmeur.
-N-Non, pas du tout…"

Alexy ricana. Nous nous remirent en route.
Je vis Lysandre passer avec le cadis, puis revenir sur ses pas pour m'attendre.

"Te voila!
-Désolée, j'ai fais des mauvaises rencontres.
-Je vois ça, dit il en toisant amicalement Alexy.
-Salut Lysandre.
-Salut Darren , et… à qui ai-je l'honneur.
-Alexy. Content de te connaitre.
-Et bien, moi de même Alexy."

Violette nous rejoint peu après. On refit les présentations, et on se mit à marcher.

"Et le piment excité rouge, il est pas la? Demanda Alexy
-Tu connais Castiel? Interrogea Violette.
-Ouais…
-Il est pas la, il dort. Soufflais-je.
-Nan, j'suis réveillé."

Alexy sursauta.
Nous saluames la serpillère qui était levé. Impressionnant pour le plus gros dormeur de la planète. Que dis-je? De la galaxie.

Nous finissames les courses, et Alexy nous invita chez lui.

Son appartement était aussi flashy que ses fringues, s'en était impressionnant.
Je me sentais bien, chez lui. Avec Tamaki, avant, nos murs étaient tout pleins de couleurs et de dessins. Cette maison me rappelait on chez moi, et les cheveux de Alexy aussi, d'ailleurs.
Non, je ne ferais pas couler une petite larme émotive, j'en ai plus.

Je me baladais dans le logement avec Violette. Je tombais sur la chambre des parents, couleur crème, celle de Armin, noire et blanche, et enfin celle d'Alexy, tape à l'oeil. On peut la désigner comme un pot de peinture. Nyan Cat est surement passé par la.
Je trouvais un grenier, et en tant que grande curieuse, je fouillais dedans. J'en tirais un micro pour les enfants, un, qui, quand on appuie sur le bouton, crée des applaudissements.
Je le pris avec moi et m'introduit dans la chambre d'Armin dans laquelle j'avais repérer un cd de Paramore sur le bureau.
Comme une voleuse, je le pris avec moi et l'installais sur la chaine hifi du salon, réglant de manière à n'avoir que l'instrumental.
J'appelais les garçons, pris mon souffle, et dans mon faux micro, chantais.
C'était Misery Bussiness, une que j'aimais beaucoup.


Le clip de cette musique est un peu ce que j'aimerais faire à Ambre, un jour.

I'm in the business of misery,
Let's take it from the top.
She's got a body like an hourglass, it's ticking like a clock.
It's a matter of time before we all run out,
When I thought he was mine she caught him by the mouth.

I waited eight long months,
She finally set him free.
I told him I couldn't lie he was the only one for me.
Two weeks and we caught on fire,
She's got it out for me,
But I wear the biggest smile.

Whoa, I never meant to brag
But I got him where I want him now.
Whoa, it was never my intention to brag
To steal it all away from you now.
But God does it feel so good,
Cause I got him where I want him now.
And if you could then you know you would.
Cause god it just feels so...
It just feels so good.

Second chances they don't ever matter, people never change.
What's a whore you're nothing more, I'm sorry, that'll never change.
And about forgiveness, we're both supposed to have exchanged.
I'm sorry honey, but I passed it up, now look this way.
Well there's a million other girls who do it just like you.
Looking as innocent as possible to get to who,
They want and what they like it's easy if you do it right.
Well I refuse, I refuse, I refuse!

Whoa, I never meant to brag
But I got him where I want him now.
Whoa, it was never my intention to brag
To steal it all away from you now.
But God does it feel so good,
Cause I got him where I want him right now.
And if you could then you know you would.
Cause god it just feels so...
It just feels so good.

I watched his wildest dreams come true
Not one of them involving you
Just watch my wildest dreams come true
Not one of them involving...

Whoa, I never meant to brag
But I got him where I want him now.

Whoa, I never meant to brag
But I got him where I want him now.
Whoa, it was never my intention to brag
To steal it all away from you now.
But God does it feel so good,
Cause I got him where I want him now.
And if you could then you know you would.
It's gonna just feel so...
It just feels so good.


Alexy me regardait ébahi, Lysandre souriait, Castiel siffla et Violette applaudissait comme une dingue.
J'avais fait mon petit effet, j'étais contente!



Suite en dessous! Pensez à toujours regardez en dessous!


Dernière modification par kaorin (Le 17/05/2012)

 

Timide Messages: 198
Hors ligne
Le 31/10/2011 - #17 

 

Re coucou :p
Je voulais savoir, est-ce que, dans ta fiction, elle sera toujours à crier même pour un petit feu, ou tu compte faire genre "un changement de personnalité", pour qu'elle arrive à ce retenir ou je ne sais quoi ? Oui je sais je pose de ces questions ...
Ne t'inquiète pas, je serais patiente, peut être lirais-je ton chapitre demain, car je n'aurais pas forcément le temps ce soir :p Mais sinon, tu as de l'imagination !
Amicalement,
Lallyssa.


 

Timide Messages: 384
Hors ligne
Le 31/10/2011 - #18 

 

Lallyssa, je pense que Kaorin passera sa phobie, son experience a été très dure! mais y arrivera-t'elle seule?...

Chap 40eme


Spoiler

La rentrée, pour la deuxième fois dans cette fiction, a commencé.
Je passe actuellement en 1ere.
Je me suis levée tôt, car j'ai été désignée d'office pour représenter le club d'arts et musique, c'est à dire le mien. Je devais donc le matin, tout ranger, mettre une tenue spéciale (rose, beeeeurk.) soit un bustier, un short mi cuisse gris, des guêtres roses, des converse grises, des mitaines assorties et des collants noirs. J'avais eu le droit à , écrit en grosses lettres dans le dos, en blanc et noirs, "Music & Arts Club", et sur le devant, des imitations de taches de peinture (quel raffinement!). Je peux vous dire que je me sentais très bête, mais qu'il fallait mieux que ce soit moi qui porte ça que Violette.
Je m'étais levée très très tôt pour avoir le temps de tout nettoyer et ranger, affichant certaines de nos anciennes peintures, nettoyant et lavant de fond en comble, accrochant les photos prises au cours de l'année précédente au mur, ainsi que celle du groupe avec toutes les autres... Je rangeais et arrangeais les instrument sur la petite estrade, remettait les tables en place pour donner un semblant d'organisation, comme ci le club avait été nickel toute sa vie. On toqua à la porte. C'était Nathaniel qui m'amenait les nouveaux ordinateurs à installer. tout devait être prêt dans 1h! J'étais à la bourre, si bien que Nath, obligé d'être la tôt aussi en tant que délégué principal, me donna un coup de main. Et dire que je n'étais même pas la responsable du club!
Je m'étais sur la porte le dernier petit détail, soit la nouvelle affixe du club.

FIIIINIIIIIIIIIIIT!!

8h sonnaient, soit l'entrée en classe des secondes. Pendant que celles ci parcouraient librement le lycée, j'envoyais un sms à Castiel pour qu'il me ramène ma guitare. Il ne répondit pas, il dormait. À vrai dire, les 1ere commençaient à 11h, alors, c'était normal.
J'arpentais à mon tour les couloirs, allant de classe en classe présenter le club. Pff, foutu Castiel, c'est lui qu'aurait du le faire, c'est lui le chef.
Vient l'heure des inscriptions, dans lesquelles des tonnes de petites racailles et de mignonnes petites artistes se présentèrent. On était beaucoup.

Vers 11 h, J'eus le numéro de ma classe, soit la 1ere A. Il ne me dit pas les gens de ma classe. Tout ce que je savais, c'est que j'étais dans une des 2 1ere spécialisée en Sciences.

J'étais en salle, vers le fond, attendant que mes amis entrent. Ça sonna. Ils n'arrivaient pas. Mon espoir reprit quand je vis arriver Dajan, mais il m'expliqua que ils étaient dans l'autre 1ere. La belle jambe! En plus de ça, ils étaient en 1ere E, et ma 1Ere et la leur n'avaient pas du tout les même horaires. Démoralisée, ça y'est.
À peine assit, Nath vint chercher Dajan pour lui dire qu'il s'était trompé de classe et qu'il était en 1ere B.
J'étais définitivement seule. Même Pénélope et sa bande n'était pas dans ma classe.
Je passais le temps, assise au fond, à ne rien faire.


Point de vue de Castiel

"Put*in! Mais qu'est ce qu'elle fout Kao?
-J'en sais rien, elle est peut être pas dans cette classe.
-Lysandre, c'est impossible.
-Non, il y a deux 1ere S.
-Oui, Lys a raison, mais si elle est la bas et que nous on est tous la, ça veut dire qu'elle est toute seule…
-T'inquiète pas Maylinn, tout ira bien, dit Lysandre en lui frottant la tête."

Je réfléchissais, tout aurais pu aller bien, en effet,mais quelque chose clochait. Voyons… elle était dans une classe S, elles étaient seule en manipulations, en cours, etc…
Et la ce fut l'étincelle! Être toute seule dans cette classe serait dangereux pour elle!

Je relevais la tête et poussait un cri.

"Ha!

Violette avait répondu en même temps que moi.
-VAs y, commence, lui dis-je.
-N-Non, vas y toi.
-très bien: On ne peux pas laisser Kao toute seule, elle risquerait d'avoir des crises, comme lors des manipulations avec le feu! Il faut qu'elle soit avec nous, elle à besoin de nous.
-Je n'y avais pas pensé, mais c'est vrai que tu devrais au moins être avec elle, t'es le seul qui arrive à bien la contenir. Répondit-Lys
-Il faut le ramener!
-Oui, mais comment…
-J'm'en occupe!"

Je me levais et parti en courant, direction le bureau de la dirlo.
J'entendis Violette dire que c'était aussi ce qu'elle voulait dire.

J'ouvris la porte, furax.

"Madame!
-Mr Mackbell, où sont vos bonnes manières?
-En vacances. Je dois vous parler.
-J'avais compris cela, jeune homme.
-Bien, je suis la pour vous parler de Kaorin Kagatsuki, qui est actuellement en 1ere A, et nous en 1ere E.
-Oui, et?
-Cette jeune fille est toute seule dans sa classe, et elle est pyrophobe, elle a besoin de nous pour la soutenir.
-Et?
-Pouvez vous la changer de classe, s'il vous plait?
-Et bien…
-C'est une question de survie et de bien être pour elle.
-Oui, …
-Je vous en supplie.

Raah la honte, je suppliais maintenant la dirlo.

-Bien, accordé.
-Vraiment?
-Oui, viola un mot à donner au professeur de sa classe, au votre et voila son emploi du temps. Veuillez retournez en classe, je vais y envoyer Nathaniel.
-Laissez tomber ce nul, je n'en charge, dis-je en repartant de plus belle.

Arrivant à toute allure dans notre classe, la prof principale, qui était celle D'arts plastiques, ma regarda bizarrement. Je lui expliquais en deux mots la situation, et elle acquiesça. Elle était notre prof principale de puis deux ans et me connaissait très bien, n'y voyait pas d'objections. Elle aimait d'ailleurs plutôt Kaorin, et semblait ravie. Je reparti en courant de plus belle vers la 1ere A.
Je longeais à présent la classe, et je pus voir par les vitres que Kao avait l'air maussade.
J'entrais en trombe.

Point de vue de Kaorin

J'étais affalée sur ma table, regardant dans le vide, ne pensant à rien sauf à ma solitude (pauvre p'tite chose. Tu me consoleras, hein, May?)
J'entendis la porte claquée, des filles glousser, un léger brouhaha et mon prénom.
"Kaorin Kagatsuki!

Je relevais la tête.

-Oui Mons…

Castiel se tenait à coté du bureau, tout sourire, avec à sa droite le prof lisant un pailler. Il lui donna son accord sur une chose que j'ignorais et s'avança vers moi.
Il prit mon sac, ferma ma pochette, ma trousse et fourra le tout dans mon sac. Il ferma la fermeture de celui ci, le mit sur son épaule. Je le regardais étonnée. Il recula ma chaise, se baissa et passa un des ses bras sous mes genoux et l'autre sous mon dos, me souleva et me prit en "mode princesse".

-Héééééééééé!

J'étais toute rouge.
Il s'avança jusqu'à l'avant de la classe et se tourna face à elle. Il fit un sourire charmeur, qui fit rougir les filles, et dit.

-Chère 1ere A, je vous prend ceci! Bye bye!"

Sur ce, il sortit en fermant la porte derrière lui.

Il avança un peu puis refusa de me poser, et reparti de plus belle jusqu'à une salle.

La, il ouvrit la porte. Je vis la prof de Dessins qui me souriait.
Il avança sur l'estrade, avec moi agripper à lui, me fit descendre et dit;

"La Souris est de retour!"

La classe m'acclama et Castiel alla se rassoir. La prof m'expliqua ce qui se passait et je ne pus m'empêcher de sourie. Merci à eux. J les remerciais et parti m'assoir à ma place habituelle, soit aux cotés de Cast, à notre place de l'an dernier.
Je peux vous dire que j'étais ravie!


****

Le lendemain, c'était une journée libre pendant laquelle on ne travaillerait pas l'après midi en raison des clubs.

J'étais la représentante du club, ou plutôt celle qui se chargeait de la paperasse.
J'étais habillée avec un pull qui laissait voir mes épaules, il était blanc. Mon slim était noir et ma ceinture était marron et j'avais des bottines marrons aussi.
J'étais assise à une table, à relever les noms des présents.
Les filles discutaient entre elles, les garçons se vantaient de leur talents. Je mordillais mon stylo, pensive, jusqu'à ce que Lysandre, Castiel, Maylinn, Jordan, Violette et Fabien fassent irruption.
Les ondes avaient tous les yeux rivés sur eux. Ils vinrent me faire la bise, puis Violette et Fabien partirent chercher la toile de celle ci, qui faisait 2mx3m, environ.
Celle ci s'installa et mit en place son chalet, sa chaise, sa palette, etc. Jordan qui est un jeune sculpteur sorti son argile, et Jordan réglait son appareil photo. Moi, j'avais abandonné ma table et j'avais sorti ma guitare, posée sur la scène. J'avais mes feuilles et mes encres en min. May elle, sortait ses guêtres et sa peinture, elle voulait danser. Les deux derniers accordaient les instruments. Ont fit assoir les nouveaux au centre de la pièce, et puis, on leur expliqua les règles, on fit passer des auditions, on se présenta, etc…

Alors qu'on leur laissait une pose, Castiel s'avança vers moi et me désigna un j'en
une avec une crête.

"Celui la, il craint un peu, à faire sa racaille.
-Tu crois peut être que t'étais mieux à son âge?
-J'étais pas comme ça, moi.
-Nan, tu l'es toujours!"

Il me regarda. Son sourcil gauche tiquait. Il souriait, énervé. Je jetais mon stylo à Lysandre et parti en courant de la salle, Castiel sur mes talons. Lysandre expliqua que c'était normal, qu'il fallait s'y habituer.


Je courais toujours, haletante, mais amusée.
Je courais de toute mes forces, et tournais à fond la caisse derrière le lycée, dans un coin retirer de la cour, vers les poubelles, et la, manque de chance, je trébuchais sur un machin qui trainait et hop, la tête dans le bitume. Castiel ne me tomba pas dessus, il s'était arrêté et ricanait dans mon dos. Je me relevais doucement, et à peine fus-je debout que je me collai contre le mur pour lui échapper. Sauf que Castiel est grand, et il me plaqua sans problèmes, son visage très proche du mien. Il me souffla à l'oreille:

"C'est un très mauvaise idée ce pull!"

Merde! J'avais zappé. Mon cou est sans défense!

Il y plongea sa tête et me le mordit. Je laisser échapper un petit bruit bizarre.
Il me l'embrassa, ensuite, puis remonta les lèvres le long de mon cou, ma joue et effleura mes lèvres.
J'étais rouge tomate. Il recula son visage, me sourit et revint à la charge avec un baiser, un vrai.

J'étais bien dans ses bras.




Chap 41eme



Spoiler

Depuis deux semaines, je rougissais rien qu'en pensant à ce qu'il s'était passé;
Je ne dirais pas que je n'avais pas aimé, mais Castiel était mon "frère", alors j'ai pas vraiment ressenti un raz de marée, voyez vous?  Je ne pratique pas l'inceste non plus: Je ne suis pas amoureuse de Castiel.

Il avait quand même laissé des traces de son passage sur moi.
C'est Lysandre qui m'avait dit que j'avais eu droit à un suçon. May me prêta son foulard pour que je le cache.

Cela faisait deux semaines que tout allait bien, avec des disputes récurrentes, des gros délires, des amitiés sans failles, etc...
Sauf un jour.

Un jour, j'avais vu Castiel parler avec Ambre, mais pas méchamment, elle souriait, et lui aussi.
Je ne pensais pas qu'il fallait que je m'inquiète, m'enfin bon...

Je venais de rentrer de la balade de Amande, et j'eus le grand plaisir de découvrir qu'il n'y avait rien à manger ce soir. On était vendredi, et il était 18 h.
Je ressortis donc, après avoir rouspéter sur Cast, faire des courses.

Ce fut la, à ma plus grande surprise que je fus doublée par Ambre, qui allais dans la direction opposée. Je n'étais qu'a une dizaine de mètres de chez moi et je me suis retournée, bouche bée. Mes craintes ce sont vues réaliser: Ambre a tourné chez nous et s'est vu être accueillie à bras ouverts par Castiel. Elle lui sauta dans les bras et il l'embrassa.
Je me frottais les yeux, ça ne pouvait pas être réel.

Tant pis pour les courses, je devais en avoir le cœur net.

En entrant en trombe, Castiel m'affirma qu'il sortait avec elle, et alors qu'ils étaient tous deux sur le canapé, il lui tenait la taille et elle passait sa main sous son t-shirt. Elle ne se priva de préciser qu'il avait une musculature de dieu! Bonjour les détails.

Je n'aurais pas du être dérangée par la présence du caniche, mais je savais que ça pouvait être dangereux pour ma vie au moindre faux pas.  Castiel me renvoya faire les courses, et depuis une semaine, je m'en donnais à cœur joie, libérée de pouvoir quitter l'atmosphère étouffante du à la présence D'Ambre. Je faisais durer les balades d'Amande très tard, m'échappais dès que je le pouvais, pétrifiée de peur à cause de la jeune fille. Elle était tellement possessive que je n'avais même pas essayé d'adresser la parole à Castiel, même dans les rares moments où elle ne squattait pas chez nous.

Cela faisait une semaine que ça durait, une semaine que je ne faisais plus rien, et ce soir, samedi, 18h, j'attends devant la fenêtre regardant dehors, au loin, le temps changeant. Tiens, il fait soleil.

Je fus soudai attirée par des bruits suspect provenant de l'autre coté du mur. En y collant mon oreille, je pus y entendre deux personnes haletantes, et des bruits indescriptibles. Et à coté, c'est la chambre de Castiel. Ils sont surement en train de le faire. Rien qu'à cette pensée, je devins toute rouge. Je n'aurais jamais cru. Je pensais qu'il la détestait. Comme quoi, les apparences sont trompeuses…

Je me suis remise à regarder dehors, mais toute rouge cette fois ci.
Je fus interpelée par lysandre, qui passait en bas.

"Kao, ça te dirait d'aller à la piscine?
-Euh… hein??? Oui, pourquoi pas?
-Change toi vite alors, et Cast?
-Euh… je pense pas, il est occupé, dis-je en daignant la chambre du doigt.
-Bon, très bien, je t'attend en bas…"



******

On s'était bien baigné. Jordan, May et Violette s'étaient mis en têtes de noyer Iris. Fabien, quand à lui, buvait une boisson les pieds dans l'eau. Moi, j'étais appuyée sur le rebord de la piscine à causer avec Lys.

"Alors comme ça tu penses qu'ils l'ont fait?
-J'en suis même sure…
-T'as l'air démoralisée…
-Normal, avec Ambre, quoi! J'ai pas envie de me faire virer de chez moi. Et puis, avec Cast de son coté, je suis plus du tout protégée.
-Mais je suis la, moi.
-Ouais, mais à un moment, tu ne seras plus la.
-Qu'est ce que tu veux dire?
-Tu as quelqu'un de plus important que moi, je le sais, et pour elle, tu donnerais tout.
-Hum, et toi, tu ne veux pas abandonné Castiel, c'est ça.

On s'est mit à rougir tout les deux et il y a eu un blanc.


-Ecoute, ce qu'on peut faire, c'est le rendre jaloux.
-mais comment?
-Tu vas faire semblant de sortir avec moi!
-Mais Lysandre, elle va être jalouse.
-Oui, mais on a deux semaines pendant lesquelles je m'occuperais de toi, après je la reprend.

C'est vrai, la classe d'Angel et des jumeaux and Cie n'avait pas changé depuis l'année dernière, en raison de leur projet spécial. C'était la classe théâtre. Ils étaient depuis ce matin en voyage (prévu depuis l'an dernier) sur le théâtre italien. Ils passaient deux semaines en Italie.

J'étais reconnaissant envers Lys. On avait 2 semaines pour tout faire changer! On ne les gaspillerait pas!

-Ok, ça marche!"

Je lui tapais dans la main.


Pour commencer en beauté, il me raccompagna chez moi. Les rideaux de Cast étaient ouverts, et Ambre fumait à la fenêtre.

Point de vue de Ambre

Tiens, le petit chien de Castichou était rentré avec Lysandre à ses cotés.
Je fumais. Je venais de passer deux heures de folie avec lui. Mais, je ne vais pas vous raconter, c'est un peu trop…

Lui, il dormait , ou plutôt avait la tête enfouie dans les draps, torse nu. Je n'étais pas mieux, avec sa chemise trop grande mal boutonnée.

"Chéri, ta bonniche est retirée.


Grognement de sa part.

Je les regardais fixement. Lysandre salua Kaorin et lui frotta les cheveux, puis il se pencha vers elle, et la…

-Chéri! Lève toi! Vite! Lysandre est en train d'embrassé ta bonniche!"

Point de vue de Castiel

-Chéri! Lève toi! Vite! Lysandre est en train d'embrassé ta bonniche!

Ni une ni deux, je fis fonctionner mes muscles et m'avançait vers la fenêtre. La je les vis, tous les deux, l'air sereins. Il lui tenait la tête dans le mains, elle avait les siennes contre son torse.

Je tremblais de fureur. Ambre l'avait remarqué.

-Tout vas bien mon amour?


Ils se décollèrent. Kaorin lui fit signe de la main avant de rentrer dans la maison. Lui, il s'éloigna.

-Elle va m'entendre!" 

Je m'avançais enragé vers la porte de la chambre.

Point de vue de Kaorin

Comme je l'avais deviné, ça n'avait pas plus à Castiel qui s'empressa de venir à ma rencontre pour me sermonner.
Mais j'avais été plus rapide et j'étais monté en courant, m'enfermant de l'intérieur. Sauf que ce que je n'avais pas prévu, c'est qu'en criant contre moi à travers la porte, il bloqua celle ci pour m'empêcher de sortir. Bon, j'avais des provisions dans ma chambre, mais pour aller en cours, et bien… Je sortirais par la fenêtre.

Il était samedi, 23h et une Ds en main.


Je passais le week end enfermée, mais quand lundi matin je sortis par la fenêtre, je découvris au lycée un Castiel décomposé, qui ne s'attendait surement pas à ce genre de fugue. Pour la peine, il bloqua  ma fenêtre aussi. Je réussi à sortir par la salle de bain qui reliait sa chambre à la mienne.

Au lycée, je restais avec Lysandre, tout le temps. On jouait tellement bien nos rôles que tous le monde y croyait. Il était très facile de voir l'énervement chez Castiel.

Il y avait une chose qui me faisait revivre, c'était le cours d'EPS. En ce moment, nous avions piscine, depuis 2 semaines, et aujourd'hui, jeudi, nous allions allé nager dans un bassin artificiel, pas très loin de la ville, où on aurait un quartier libre de 3h.
Il était comme ça, notre prof, à profiter des derniers jours d'été pour faire plaisir aux élèves.
Nous n'allons pas nous en plaindre, hein?

Le bus roulait depuis dix minutes avec à son bord deux classes entières de premières.

Après s'être changés en cabine, le prof sonna quartier libre. Moi, qui adorais la piscine et l'eau, je ne demandais rien de mieux que ça!

On s'amusait bien, sauf que Ambre s'est ramenée, et la, c'était plus drôle du tout. Au dessus du couple voguait une aura d'amour intense et pesante.

Alors que l'on était allé chercher des boissons, enfin, les garçons, j'étais monté avec Violette sur des rochers qui surplombaient le lac artificiel. Il était vraiment grand, et d'en haut,  on y voyait tout. Violette avait son appareil photo, et Iris, qui nous avait rejoint, n'arrêtait pas de s'émerveiller. On rigolait bien, mais nous n'avalons pas senti la présence derrière nous. C'était trois garçons qui étaient dans le parc en tant que touriste. Un d'eux a saisi le bras d'Iris et l'a collé contre lui. Un autre a fait de même avec Violette.

"Alors les filles, ça vous intéresseraient de venir vous amusez avec nous?
-Lâche mes amies!

Le dernier me regarda avec un haïr hautain et s'approcha de moi.

-Tu as des amies plutôt belles.
-Lâches les!
-Et si je ne veux pas. Ne t'inquiète pas, elles seront bien traitées avec moi. Tu ne veux pas venir.
-Pff, plutôt mourir que d'aller avec un playboy qui est obligé d'utiliser la force pour se taper une fille.
-Que…
-Relâche les!

Violette avait les larmes aux yeux et Iris aussi.

-Je n'ai pas d'ordres à recevoir d'une planche!"


J'étais sure que au moins une personne assistait à la scène.

Il me poussa et je tombais à la renverse dans le lac.Je ne risquais rien, je savais bien nager. Je fis une chute d'une dizaine de mètres. Comme le bassin était artificiel, il n'y avait pas de rochers gênant en dessous.

J'entendis Iris crier. Je savais que s'était Maylinn qui nous surveillait, et qu'elle préviendrait en cas de problèmes.

L'entrée en contact avec l'eau fut rude. Je fis n gros plat sur le dos avant de m'enfoncer dans l'eau. Toute secouée, je me sentais revenir à moi. Je n'eus aucune peine à remonter à la surface. Quand j'eus la tête hors de l'eau je pus voir mon agresseur qui avait lâché les filles. Celui ci me lança des pierres. Dans l'eau, j'avais beaucoup de mal à les éviter, si bien q'une m'arriva dans l'épaule. Mince, sans l'utilisation de mon bras droit, je ne pouvais plus nager. Je faisais tout mon possible pour revenir à la surface. Je n'y arrivais pas. J'étais bombardée de pierres, et même si leur courses ralentissaient une fois dans l'eau, certaines me touchaient, sans me blesser pourtant. Tout ce que je savais, c'est que si je remontais, j'aurais plus de chances d'être blessée que dans le lac.

Je crois que je n'aurais pas du rester aussi longtemps sous l'eau, car l'air a commencé à me manquer. Mes yeux se sont fermés tous seuls, et je me suis sentie couler. Le froid me rentrait dans la peau. Mon t-shirt était lourd. Je perdais petit à petit connaissance.
C'est cruel. Moi qui aime tant l'eau, c'est elle qui me tue?

Mon torse fut soudain soulevé, ramené à la surface. J'eux une grande bouffée d'air, qui m'a fait le plus grand bien.
Cette personne me sortit de l'eau et m'allongea sur le sol.

Quand je rouvris les yeux, plusieurs élèves étaient au dessus de moi, ainsi que le prof. Violette pleurait, Iris et Rosa aussi. May avait l'air inquiète, et Jordan lui tenait les épaules. Je pus voir Fabien et Lysandre à mes cotés.

Je me relevais.

"Je vais bien, c'est bon…
-Non, reste couché Kagatsuki.
-Mr, je me sens bien, c'est bon.
-Kao! Tu n'as rien, c'est génial.

May me serrait fort contre elle. Quand elle m'eut lâché, je regardais Lysandre.

-Merci de m'avoir sauver Lys.

Il détourna son regard et rougis

-Ah…mais, ce n'est pas moi.

Hein? En y réfléchissant bien, c'est vrai qu'il n'était pratiquement pas mouillé.

-Mais alors, c'est qui?"

Il me désigna du doigt un jeune homme qui se tenait à l'écart, tel une méduse tant il était trempé.

Le jeune homme tourna son regard de démon vers moi. Il était maléfique.
Castiel…… Pourquoi……?



Chap 42eme



Spoiler

Castiel...... Pourquoi...?

Il détourna les yeux pour que je ne sois pas dans son angle de vue, et regarda dans le vide. Il m'ignorait? Assis en tailleur sur le sable, il était trempé.

Je m'avançai vers lui à quatre pattes. Il fit semblant de pas me voir.  Je m'approchais un peu plus mais il ne faisait toujours pas intention à moi.
Irritée, je dis.

"Castiel?

Il tourna la tête vers moi. Ni une ni deux, je me jetais sur lui et lui passais les bras autour du cou. Surpris, il ne comprit pas tout de suite ce qui se passait.

-Merci, reprenais-je.
-Pfff, te méprends pas, j'ai juste fait ça pour que tu puisses continuer à faire le ménage à la maison.
-Merci quand même.

Il mit ses bras autour de moi pour me coller à lui et les retira aussitôt.

-Hey! T'es glacée! Enlève moi ça!

Il repoussa mes épaules et me força à lever les bras. Puis, il se saisit de mon t-shirt qu'il me retira d'un coup et qu'il envoya valdinguer plus loin. Le pauvre, déjà qu'il était tout mouillé, le voila maintenant tout plein de terre et de sable. Ce sera un miracle si j'arrivais à en tirer quelque chose avec la machine à laver. Sinon, il ira dire bonjour à la poubelle.

-Hé! Mon t-shirt!
-Hey! Tu portes un deux pièces?

Je détournais mes yeux du vêtements pour regarder Castiel, mais sa remarque m'avait fait réaliser que je n'était pas très couverte devant un homme. J'évitais alors son regard, toute rouge. Je cachais mon corps de mes mains.

-Regarde pas.
-D'où t'es gênée? Fait pas comme si y'avait grand chose à cacher...
-Et alors?
-Et alors, ça te va bien.

Je daignais enfin le regarder. Un compliment? C'était rare venant de lui. C'est vrai, je portais un bikini. C'était le bikini noir à la rose gothique que le styliste m'avait fait. À vrai dire, je ne me sentais pas à l'aise dedans, mais je n'avais pas envie que Rosa me crucifie, alors...

-Tiens, c'est rare chez toi, les remarques agréables.

Il ne répondit pas. Au lieu de ça, il posa une de ces mains sur mon ventre.

-T'es encore trempée, et en plus t'es froide. Un vrai glaçon!

Tiens dons, un vrai glaçon? Ça peut servir! Je profitais de sa remarque pour glisser un de mes mains dans son cou, et de le faire descendre dans son dos. Les endroits les plus sensibles sont les clavicules et l'échine.

-Et la, c'est froid?
-Put*in!!!!
-Je crois que...

Il mit ses bras autour de moi et me serra de toutes ses forces.Je retirais mes mains.

-Arrête, tu m'étouffes... Castiel!! Fis-je en toussant pour de faux.
-Ah bah voila, t'es plus en état de m'embêter, me dit-il avec un sourire diabolique.

Je me défaisais tant bien que mal de son emprise et me dirigeais vers le t-shirt qui jonchait sur le sol.
Quelquechose m'attrapa la cheville et me traina au sol.

-Hep hep hep! Où tu crois aller comme ça?
-Caaaaaastiel, laisse moi.
-Hors de question.

Et pour toute réponse il colla mon dos à son torse brulant, attrapa une serviette qui trainait à ses cotés et nous entoura dedans.

-Qu'est ce que tu fais?
-Je neutralise tes attaques.

En effet, c'était efficace, j'avais tout de suite chaud, même trop chaud.

-Arrête, c'est un vrai sauna ici!

Il colla sa joue contre la mienne, resserrant son étreinte.

-Vas y, sue, tu seras moins grosse.

Dire que j'étais en sous poids.

-Eh…
-Lysandre, tu peux venir voir, s'il te plait?

Le victorien vient s'assoir à coté de nous.

-Qu'y a t-il.

La tomate afficha un grand sourire machiavélique.

-Game over!

Lysandre est moi, on s'est regardé, on avait rien compris.

-Raah!, bande d'idiots. Vous pigez jamais rien. Vous avez vraiment cru que votre petit jeu marcherait longtemps? Vous sortez pas ensemble, je le sais.

Il y eu un blanc, puis, en même temps, Lys et moi vos rougi.

-Comment l'as tu su?
-Idiote! Je te rappelle que tu vis avec moi depuis presque un an, et tu crois que je ne te connais pas?
-…

Je ne savais pas quoi répondre.

Je fus sortie de mes pensées par des applaudissements.

-Excellent, Cast, félicitations à toi. Je ne pensais pas que tu t'en rendrais compte si facilement.
-Lys…
-Eh, tu te moques de moi; Lysandre?
-Non, j'insinues juste qu tu n'es pas trop bête.
-Toi, tu vas morfler."

Castiel me lâcha et se dirigea vers le victorien. Ils commencèrent à se chamailler sur le sable puis à se battre gentiment. Moi, je me suis éclipsée et je suis allée me mouiller.
Quand j'ai vu que Lysandre avait le dessus, je lui ai fait un signe de la main et il a forcé la tomate à reculer jusqu'à l'eau. Au moment ou celle ci lui léchait les pieds, je me suis précipitée dans ses jambes pour le faire basculer en arrière. Ce fut un magnifique croche-patte qui entraina une énorme éclaboussure. Je tapais dans la main de Lysandre.
Mais je fus soudain saisie par la taille et balancée dans le lac. Puis Lysandre me tomba dessus. Ce n'était pas très profond. J pris appui sur mes pieds et repoussait le corps qui était assis sur moi. Une fois à l'air libre, je toussotais, et je soupirais, je fus une deuxième fois entrainée dans une dispute de garçons. Je m'en sortais plutôt bien: trois fois bousculée, cinq fois écrasée, quatre fois noyée, et toujours aussi trempée.
Alors que Castiel s'apprêtait à pousser Lysandre, celui ci m'attrapa et se servit de moi comme bouclier. Cast ne s'arrêta pas pour autant et nous poussa tout les deux en criant: "Pas de compassion pour les filles!".

Cette fois ci, ce fut moi qui écrasait Lysandre. On décida de se venger et de noyer Cast. Un cri nous stoppa. C'était Ambre qui revenait de sa petite balade/drague avec ses deux toutous. Il y avait plusieurs garçons qui la suivait.

"Castichou! Tu m'as trahi!

Il faut dire que j'étais assise sur Castiel avec Lysandre en dessous. On faisait un tas vraiment très classe.

-À, v'la le retour de la furie amoureuse, glissais-je à Lysandre en me relevant.

Il ria doucement.

-Ambre, ma puce…
-Je ne te le pardonnerais jamais.
-Vraiment?

Il s'avança vers elle, et Ambre fit mine de reculer. Il l'enlaça et lui donna le plus long baiser du monde. C'était très…impressionnant. Seule Maylinn, qui nous regardait jouer depuis le rivage, eu le réflexe de chronométrer.

"3,42 minutes"nous annonça-t'elle quand se décollèrent.

Ambre fulmina, insulta May, mais se calma tout de suite quand Jordan apparut derrière sa petite amie, le regard menaçant.

Je levais les mains au ciel, en sautillant dans l'eau et en criant:

"Ouais! Vive Jordan-man! Le sauveur des demoiselles en détresse!
-Le sauveur des jeunes filles agressées par des caniches, tu veux dire. Modifia May.

Je pouffais.

Ambre était prise au dépourvu. Elle jeta un regard suppliant à Castiel, qui lui frotta la tête en étouffant son rire. Je crois qu'on avait blessé son immense égo!

Le prof nous rappela. On devait aller se changer pour remonter dans le bus, il fallait rentrer.

Le bus fut un vrai bordel. Un conseil, ne laissez jamais Fabien et Castiel à coté au fond d'un autobus. Ils chantaient à tue tête des chansons complètement co*nes. Imaginez un peu la brochette de fou au dernier rang.

Dans l'ordre de gauche à droite:
Maylinn, Moi, Fabien, Castiel, Ambre.
Lysandre et Jordan, qui étaient devant nous, ont fait semblant de pas nous connaitre, et je peux dire que May et moi, on se demandait si ils n'avaient pas bu.

*****


"Enfin à la maison!
-Mouais…
-Et sans Ambre en plus!
-Mouais…
-Tu sais dire que ça?
-Mouais…"

Il était absent, il devait penser à Ambre.

Cela me donna une idée.

"Je peux te prendre ta guitare?
-Mouais…
-Je peux taper Démon avec?
-Mouais…
-Sadique
-Mouais…
-Ce soir, tu manges pas.
-Mouais…"

Je le poussais sur le canapé. Il s'y affala. Punaise! Ce qu'il était chiant!

Il était grand temps d'aller se doucher.

Quand j'en ressortis, Castiel avait allumé la TV, et il téléphonait  à Ambre. À ce que j'entendais, c'était des paroles douces et d'amours. Il faudrait que je lui demande pourquoi il sort avec elle.

Mon portable vibra. Moi qui étais en train de me sécher les cheveux, j'avais les doigts mouillés. Pas très pratique. C'étais un sms.

Après l'avoir lu, j'étais toute excitée, mais je voulais me calmer devant la tomate.
Il était toujours au téléphone. Tant pis, je lui dirais plus tard.

Quand il eu raccroché une demi heure plus tard, je m'approchai de lui au moment ou lui se levait pour aller se changer.

"Cast?
-Hum?
-Je viens de recevoir un sms.
-Et?
-Ce sont Alain et Lisbeth. Elle vient d'accoucher. C'est un petit garçon, il s'appelle Castiel."

Il se mit à rougir et s'éloigna. Il ne voulait pas montrer son émotion. Un vrai gamin!

Il commençait à être tard, et il fallait faire le repas. Enfin, j'vous rappelle que je ne sais pas cuisinez.
Je réfléchissais donc à ce qu'on avait de surgeler quand on sonna à la porte. Je suis descendue en chantonnant Out of Eden de Rin et Len.

J'ai appuyé sur la poignée et ouvert la porte. Un policier se tenait sur le perron.

"Kaorin Kagatsuki?
-Oui?
-Nous sommes les policiers de la du commissariat de Dolponville.

Je sentais mon cœur se serrer.

-Oui.
-C'est au sujet de l'enquête sur la mort de votre frère, Tamaki Kagatsuki.
-oUi…

Mon corps me faisait vraiment mal.

-Il n'est pas mort par accident.
-Comment?

Je tremblais à présent de tout mon être.

-C'était un assassinat."



Chap 43eme


Spoiler

Je savais que je ne tiendrais pas. Je me suis effondrée sur mes genoux. Le policier m'a aidé à me relever et m'a amené jusqu'au canapé.

"Mademoiselle, tout va bien?
-O-Oui...

Est ce que ça avait l'air de bien aller? Je venais d'apprendre que mon frère avait été assassiné.

-Je vais vous expliquer. D'après les nombreux témoins de la scène, votre frère vous aurait fait évacuer le véhicule de façon.... brutale et aurait ensuite percuté un autre véhicule.
-Oui...
-Et bien, d'après eux, cette voiture aurait volontairement foncé dans votre frère et les conducteurs auraient prit quelquechose sur le corps avant de s'enfuir, laissant la, le corps gisant de Mr. Kagatsuki. Nous savons aussi qu'un célèbre styliste à placer sur vous et votre frère un héritage. Maintenant que votre frère et mort, vous êtes une cible du criminel.

Le corps gisant de mon frère, rien que d'y penser, j'eu des frissons. Je relevais la tête, toute tremblante, vers le policier en face de moi.
Je lui fis un sourire effrayé.

-S'il vous plait, ce sera tout pour aujourd'hui.


Il aperçut que j'étais mal et rajusta sa casquette.

-Bien, je vous laisse vous reposer. Prenez soin de vous Mlle Kagatsuki.
Soyez prudente, vous pourriez être la proie d'enlèvements, ne sortez jamais seule."


Il se leva, se dirigeant vers la sortie et claqua la porte derrière lui.

Je mis plusieurs longues minutes à me ressaisir et à me lever.

Je me dirigeais vers la cuisine et me servi un grand vers d'eau.Le gout du liquide était aussi dur que de la glace, j'en avais mal à la gorge. J'avais l'impression de me faire une longue blessure. Je déglutis. J'avais une odeur âcre dans la bouche et une sainte envie de vomir.

En m'appuyant au mur, je laissais tomber mon verre dans l'évier. Mon crâne me faisait mal, mes yeux me brulaient
Je me hissais tant bien que mal dans ma chambre et m'allongeais tout habillée. C'était mieux que Castiel n'en cave rien…oui…il ne devait rien savoir. Je m'endormis, malade d'avoir eu à supporter cette révélation.

Le lendemain, je me levais avec pains. Lysandre trouva que j'avais une petite mine, et je lui souris tant bien que mal; affirmant le contraire.


Le soir, je priais Castiel de me laisser promener Démon.
Je sortis celui ci avec l'accord étonné de son maître.
Je me dirigeais vers le fleuriste. C'était une vielle femme qui tenait la boutique. Étant plus petite, j'y allais souvent avec Maman. Quand j'entrais dans la boutique l'air fatigué, la vendeuse laissa tomber son pot de fleurs  qui éclata par terre.
Le regard vide, je me baissais pour l'aider à ramasser. Elle se précipita sur moi, me couvrant de baisers. Après tout, je ne l'avais pas vu depuis la mort de papa et maman. Elle me posa des tonnes de questions, mes voyants mon air triste et vide, elle comprit et se calma, reprenant son rôle de vendeuse, me demandant ce que je voulais acheter. Elle me vendit deux rosiers, dont un gratuit. Je la remerciait platement, lui promettant de venir la voir bientôt et me dirigeais vers le parc. Avec Amande et Démon, je me sentais en sécurité. J'emmenais les deux animaux dans la clairière, ravagée il y a peu, par les flammes, où l'herbe avait commencé à repousser. Je m'agenouillais devant le tas de pierres sous lequel était âme de ma famille. Je creusais avec les mains un trou ou j'y déposais les deux jeunes plantes que j'arrosais avec une bouteille d'eau amenée à cet effet.

Je me décidais de repartir, lançant un faible coup d'œil à la cabane à moitié brulée. Sur le retour, je croisais Lysandre, qui m'invita à boire un coup chez lui.
Je le suivais.

"T'habites ou, au fait?
-C'est vrai que tu n'est jamais venue à la maison.
-Non,…
-Hum, c'est au 12 rue des cerisiers.

12 rue des cerisiers… Cette adresse me disait quelque chose…

-Ok…

Plus on avançait, plus mon cœur s'emballait. Je stressais et j'ignorais pourquoi. Chaque rue, passage, affiche, poubelle, gravier, me semblait familier.

Je tentais tant bien que mal de me souvenir, mais rien n'arrivait. Tout était vague.

On prit le tournant, le dernier avant la destination.

-------------------

"Kao-chu, tu as fini de faire cuire les crêpes?
-Oui Maman, je vais acheter le pain. Tu les amèneras dans le salon?
-Oui, ne tinquiète pas. Soit prudente avant de traverser!
-Oki doki!


La petite fille ferma le gaz, enfila ses ballerines, pris l'agent et sortit. L'air printanier était frais, malgré le soleil.


-Yuri, ta fille est très mature pour son âge, dur de croire qu'elle à dix ans!
-Oh oui, qu'est ce que ça grandit vite à cet âge la!"

La femme se leva et se dirigea vers la cuisine, après avoir bien discuté 5 minutes. Elle prit le plateau de crêpes quand elle aperçut qu'il restait un fond de patte. Sa fille était vraiment une tête de linotte! Elle soupira et se dirigea vers les plaques chauffantes, sortant une allumette, sans se rendre compte que le robinet mal fermé avait empli la pièce de gaz.

Le feu et celui ci sont vraiment de bons amis.

La fillette revenait, marchant d'un pas gai, la baguette à la main, chantonnant. Elle tourna, insouciante, au dernier angle de la rue, celui qui cachait les cris et les morts de sa famille.


Le feu, son ennemi depuis. Elle s'affaissa, pleurant, le regard vide, sans vie, comme prise d'une surprise meurtrière. Elle hurla, voulant chercher sa famille malgré l'immobilité de son corps.

Elle se serait bien laisser mourir, tout était de sa faute. Elle n'avait pas été vigilante.

Une main se tendit, lui attrapant le bras, dans une voix sanglotante.

"Je suis la, ne pleure pas"


Des volets bleus, trois étages, un mur d'un blanc sali, un trottoir assez large, un toit gris, un jardin derrière.
Elle avait été entièrement retapée, et était comme flambant neuve. Il ne restait aucune trace de l'incendie.
Peut être, mais pour moi, il était toujours la. Je les revis, les flammes, et pour la deuxième fois, je fus écrasée, atterrée par ma douleur, hurlant de toutes mes forces, pleurant à même le sol. Ce fut comme une déferlante.
J'étais agenouillée, mes mains sur mes yeux, la tête baissée entre mes genoux. Mes cris alertèrent la famille de Lysandre ainsi que les voisins. On me reconnut, on se souvint de moi. Des "Ce serait pas la petite Kaorin?" fusèrent.
Cette maison, ce quartier, à l'opposé de celui de Castiel, était douloureux, trop douloureux, tel un poignard.
L'adresse, cette adresse, elle était comme un poison…

Lysandre avait l'air paniqué. Moi, j'étais maintenant roulée en boule au milieu de la route, stoppant la circulation.
Il fit ce qu'il fallait faire: appeler Castiel.
Celui rappliqua ultra-rapidement, mais il n'arrivait pas à me faire sortir de la route. je repoussais tout les bras qui venaient à moi. Personne ne pouvait m'arrêter.
Sauf…

Il avait les cheveux bleus, et il vine t à moi. Mon frère? Serait-ce la mort?
Non, mon frère avait les yeux dorés. Tamaki n'avait pas les yeux gris.

Je me sortis de ma rêverie.

"Tu n'est pas Tamaki.

'imposteur eu un mouvement de recul.

-Nan, je suis Castiel, mais en attendant, t'es lus sur la route.

Plus sur la route? J'étais donc si près de la mort de mes parents? Une nouvelle vague de larme me traversa et me noya sur le coup. Je redoublais de douleur.

-Lysou! Viens la rentrer dans la maison!

Oh non, tout mais pas ça.

-Maman! Ce n'est pas une bonne idée, elle ne le supporterait pas.

Dieu merci.

-Je vais la ramener.
-Attend Castiel! Je vais t'aider!
-Ne la touche pas!

Lys eu un mouvement arrière.

-Tu le savais, n'est-ce pas, c'est pour ça que tu l'as invité chez toi? Tu savais qu'elle habitait la. Tu voulais voir sa réaction.

Comment? J'apercevais très bien derrière mes larmes et mes cris le regard meurtrier de Castiel. Lysandre le savait? Pourquoi me faisait-il ça?

-Je…"

Ça y'est, s'en était trop, je venais de m'évanouir à demi, coupant Lys dans sa phrase.
Je les entendis m'appeler, puis ce fut le noir complet.


*****


Point de vue de Castiel

La nuit avait été dure pour elle. Je l'avais entendu gémir, mais j'étais tout aussi éreinté qu'elle, alors je n'avais pas pu me lever.

Il était environ 13h, et elle n'était pas levée. J'étais dans le salon, zappant les chaines, à l'attendre. J'entendis sa porte s'ouvrir et se refermer aussitôt. Amande dévala les escaliers. Je la caressais avant qu'elle ne rejoigne Démon. C'est vrai qu'elle avait dormi avec Kaorin cette nuit.

Je me levais et me décidais à rejoindre celle ci. Je toquais, elle ne répondit pas. Je rentrais. Elle était allongée sur son lit, les mains de chaque cotés, la bouche entrouverte, les yeux vides, le visage fatigué.
Elle avait une tenue, Ô mais quelle tenue! Une chemise trop grande entrouverte sur son torse( non, je ne voyais pas sa poitrine) et une petite culotte.

Je m'assis à ses cotés sur le matelas.

"Kao, qu'est ce qu'il s'est passé hier?

Et paf(le chien), le truc que je n'aurais pas du dire.

-Hier…

Elle laissa échapper un flot de larme infini, se cachant les yeux avec ses mains.


Je n'arrivais pas à détendre l'ambiance. J'observais alors la pièce jusqu'à ce que mes yeux se posent sur son corps dénudé.

-Tu sais, comme t'es la, je peux faire ce que je veux de toi…
-Fais…
-Tu te défends pas?
-Même si je le voulais de tout mon cœur, je n'y arriverais pas, je n'arrive à rien contre toi.
-Bon, si tu le dis…"

Je glissais ma main sur son ventre. Elle frissonna, pleurant toujours. Je me promenais librement sur son corps, passant ma main entre sa poitrine.
Au bout d'un bon quart d'heure, elle avait l'air pétrifiée. Je me mis à califourchon sur elle. Elle commença à trembler. Je mis mes mains sur ses joues et me penchais dans son cou, écartant ses bras. Je le lui baisais doucement, espérant la calmer. Mes efforts furent récompenser.

Lorsqu'elle étouffa son dernier sanglot, je lui dis à l'oreille.

"Oublie, Kao, tu as le droit d'être heureuse."



Chap 44eme


Spoiler

Heureuse, c'est un bien beau mot. Si seulement je le pouvais.
Castiel, merci à toi, mais je ne sais pas comment faire. Il s'était laissé tomber allongé à mes cotés, les bras le long du corps, le regard vers le plafond.

"Castiel?
-Tu pleures plus?
-Nan...
-C'est bien, gentille fille.
-Dis moi, pourquoi t'avais les cheveux bleus?
-Et bien, en te voyant paniquer, Lysandre a eu l'idée de t'aider grâce à Tamaki, et vu qu'il a toujours des perruques chez lui, à cause du mannequinat de son frère, il en a balancé une par la fenêtre.
-Leigh est mannequin?
-Il voudrait et travail dur pour.

Il y eu un blanc.

-Tu devrais être mannequin, toi aussi.
-Dans tes rêves, la Souris.

Blanc n°2

-Dis...
-Hum?
-Pourquoi Lysandre m'a montré ma maison?
-Tu le lui demanderas à lui, c'est à lui de te le dire.
-Tu le sais toi?
-Oui, je l'ai appelé.
-Ah...
-Raconte moi.
-Comment?
-Raconte moi ce qui s'est passé pour que tu pleures.

Je n'en avais pas envie, mais je lui devais bien ça.

-Et bien...Un policier est venu ici jeudi soir, pour annoncer que mon frère avait été assassiné, et que je pouvais être enlevée à tout moments. En fait, c'est par ce que le prof d'arts de Tamaki avait un frère styliste, qui est mondialement connu, et qui a s'est servi de mon frère comme mannequin, en quelques sortes. Celui à mit sur nous un énorme héritage. Bien sur, l'argent rend fou tout le monde, et depuis le décès de Tama, c'est moi qui est récupéré l'héritage, et c'est pour ça que je suis une proie."


Cast ne répondit pas. On sonna à la prote. Il se leva et alla ouvrir.Quelques minutes après, deux paires de jambes montaient dans l'escalier. J'avais mis un pantalon et refermé ma chemise. Il ne fallait pas qu'on me voie comme ça, surtout que j'avais le pressentiment que c'était pour moi.
Il ouvrit la porte, accompagnée de la personne.
Lysandre.

Je me redressais aussitôt, lui tournant la tête. Que faisait-il la.
Il baissa la tête, honteux, triste. Il n'osa pas s'approcher.

"Kao...

Je ne répondis pas.

-Je suis désolé.

Il pleurait? J'avais clairement entendu un sanglot dans sa voix, celle ci plutôt faible.
Je me retournais vers lui, et ce fut lui qui détourna le regard. Ses mirettes étaient toutes rouges, mouillées. Il me rappelait Tama. Je ne voulais pas le serrer dans mes bras. Il était dangereux pour moi.

-Je vais y aller, je suis trop dangereux.

Il fit un pas et ouvrit la porte. Non! Ce n'est pas ce que je voulais! Si Castiel l'avait laissé entrer, c'est que c'était quelqu'un de bien, non?

Je rattrapais le victorien, et m'accrochant à ses habits, on est tombé au sol tout les deux.
Castiel sortit de la pièce et referma la porte derrière lui, nous laissant seuls.

-Attends, Lysandre, ne part pas...
-Je suis désolé
Lysandre...
-Sincèrement désolé.


Il pleurait à présent à grosse larmes, ses mains cachant ses magnifiques yeux. Je le pris dans mes bras, son dos contre ma poitrine, et posais ma tête sur son épaule, même si celle-ci était très haute à cause de ma petite taille.
Il mit sa main sur la mienne, et entre deux sanglots, prononça difficilement:

-Je vais tout t'expliquer...

Oui, je n'attendais que ça, des explications. Il m'avait fait revivre le plus horrible jour de ma vie. Je ne le laisserait pas partir comme ça...

-Quand Maman a acheter la maison, j'étais encore jeune. Celle ci était flambant neuve. L'ancien propriétaire qui était le voisin, nous a raconté l'incendie. Quand je t'ai rencontré, quand j'ai su que c'était ton incendie, j'ai tout de suite voulu te faire oublier, malgré ta phobie du feu. Je voulais te faire oublier ce que tu dis être ton crime, te persuader que ce n'était pas de ta faute. Malheureusement, je n'arrivais pas à t'amener ici. j'ai enfin réussi, savant très bien que ce ne serait pas facile. Je voulais t'aider à faire partir ta peur, et je pensais que revoir ta maison t'aiderais à tourner la page. Je savais très bien que ce serait dur pour toi, mais pas à ce point la. Le fait est que tu t'en es évanouie. Je savais aussi que il serait possible que tu me déteste après, mais je voulais soigner ton handicap avant tout. Voila, tu sais tout.

Il voulait faire ça pour m'aider, je ne l'aurais jamais cru...  Il ravala des larmes. Je le serrais contre moi, très fort.

-Lysandre, merci... Merci d'avoir essayé ça pour moi.

Il se retourna pour me faire un câlin .

-Kao! Je t'envoie un truc dangereux!

De quoi? Je n'y comprenais plus rien.

J'entendis un machin courir dans les marches de l'escalier et ouvrir d'un coup la porte, avec un coup de pied.

-Kaorin!
-May?
-Tu vas bien? Dieu soit loué!!

Elle dégagea Lysandre et me serra à son tour contre elle.

-Si tu savais, dès que j'ai su ce qui s'était passé, j'ai foncé ici. Castiel avait bien fait de laisser la prote ouvert, par ce que je crois que je l'aurais défoncé!

Cast avait tout prévu, il était fort pour deviner les actions de Maylinn, car en quelques sortes, elle lui ressemblait.

Elle se retourna furieuse vers Lysandre, me lâchant. Je crois qu'elle lui aurait bien gu*uler dessus si elle ne l'avait pas vu en leurs. Elle le serra aussi contre elle.

May s'assit sur le lit.

-Bien les jeunes, j'ai été au courant par la Tomate de l'histoire de Kao, et j'ai cru comprendre que tu ne voulais pas qu'on en parle.

Castiel hocha la tête après nous avoir rejoint. Je lui avait dis de ne rien dire, il commençait bien! En même temps, à May, on pouvait rien lui cacher, et elle l'aurait deviner tôt ou tard.
J'en informerais les jumeaux & Cie quand ceux ci seraient de retour, bien qu'ils connaissent déjà une partie de l'histoire.

-Il  va falloir protéger Kao!

Ils approuvèrent et Castiel passa son bras sur mes épaules pour me coller sur son torse.
J'étais heureuse qu'il pense à moi comme ça, oui, comme disais Castiel, j'étais heureuse.




Chap 45eme



Spoiler

"Je t'aime...
-Moi aussi..."


Le couple s'embrassa, et tout au bas de la page, il y avait écrit "fin".



Soupir...

Affalée dans le canapé, en habits du dimanche, je refermais le shojo que je venais de terminé...

L'amour... À y penser, je ne l'avais jamais vraiment connu...
Je refermais le bouquin pour mieux rêvasser. Il fallait que je fasse le tri: mes amours… combien j'en avais eu?

En primaire? Aucun…
Au collège? Aucun… à part ce faux amour pour Ryuga.
Au lycée? Je n'y avais pas pensé à cause de la perte de Tamaki..

Quand, même, il y avait eu mon béguin pour Castiel…

J'essayais de m'imaginer en tant qu'héroïne de Shojo. Le scénario était assez simple. Une jeune fille amoureuse qui lutte pour que ce soit réciproque. Le héros devait aussi remplir certaines taches, comme la protéger par instinct. Ça, Castiel le faisait très bien. Une héroïne avait toujours une histoire malheureuse. La mienne était parfaite pour ce cas la.
Une héroïne chutait aussi toutes les deux secondes, comme moi, ou alors son amoureux venait l'aider non stop. Moi, sachant que j'en avais pas… Je décidais donc de ma placer comme meilleure amie de l'héroïne…


Après avoir cogiter un bon moment, je tirais une conclusion. Oui, la vie serait bien plus facile si elle avait été un shojo…


J'eu d'un coup une irrésistible envie de dessiner! Mais pas n'importe quoi, un homme!

Je faisais tout pour stopper ma main qui allait bientôt devenir autonome et se saisir d'un crayon toute seule. Il fallait savoir quoi dessiner. La question fut simple, et la réponse aussi. En deux trois mouvements, je redescendais avec une toile et un pinceau. Je courais dans le salon, posais mon chevalet sur la table.

"Castiel! Castiel!
-Hum?

Le jeune homme qui mangeait un sandwich dans la cuisine se retourna vers moi sans enthousiasme.

-Dis, est-ce que tu voudrais bien p…

Sa sonnerie retentit, un air que je reconnu aussitôt. C'était Hit in usa de  Beat Crusaders:



-Oui allo?

Je n'entendais pas la personne à l'autre bout du fil.

-Ouais ma puce, j'arrive.

Ma puce, c'était Ambre. Quelle chieuse celle la.

-Tu voulais?
-Nan, rien…"

Il quitta la pièce, prit son manteau et sortit de la maison.

Bon, il ne me restait plus qu'à appeler Lysandre.

Celui ci arriva dix minutes plus tard et m'annonça qu'il avait croisé le roux.

Il s'installa, bien droit, sur une chaise face à moi. Je lui dis de fixer un point à ma gauche, de façon à le voir de trois quart.

Je peins pendant deux heures, et lui, imperturbable, ne bougea pas d'un cil. Quand j'eus finis, il nous servit un chocolat chaud. On se mit à causer potins. En parlant de ça, j'abordais le sujet de Angel, ce qui le it rougir à un point incroyable. Je l'aiderais à ce prononcer. Entre de gorgée, il m'annonça qu'un nouveau centre équestre s'était installé.

"Sérieux?
-Oui, je te jure. Ils viennent d'ouvrir un club de voltige.
-De voltige?
-Ouais… euh, et y'a un champion de voltige qui est la bas.
-Tu connais son nom?
-Euh… Je sais que son cheval s'appelle Strasberry.
-Ouah! Trop bien!
-Mais calme toi! Explique moi, tu veux.
-Ouais, excuse moi.. En fait, jusqu'à la mort de Tama, on faisait de la voltige. J'étais très forte, mais je refusais les compétitions. La voltige m'aidait à me sentir bien…
-Comment tu payais?
-On montait gratis grasse au proprio de Strasberry!
-Je vois…
-Dis?
-Hum?
-Depuis quand t'aimes les chevaux, toi?

Il m'afficha un grand sourire. C'en était presque flippant.

-Mais depuis toujours! Le cheval est un des animaux les plus nobles qu'ils soient! Je les ai toujours admirés!

Voila qu'on croirait entendre un prince… m'enfin, c'est Lysandre, après tout.

-Je vois…
-Si ça t'aidais à te sentir mieux, tu devrais t'y réinscrire.
-Avec quel argent?
-Le proprio de Stras t'aidera surement.

V'la qu'il avait surnommé le cheval maintenant. En même temps, c'était une bête mondialement connue dans le domaine acrobatique.


-Ouais, j'irais jeté un coup d'oeil mercredi soir. En attendant, je  peux toujours appeler avant.
-Très bonne initiative!
-Arrête, on dirait mon père.
-Et alors, c'est bien non?
-Oui, merci.

Il se leva et m'embrassa sur le front.

-Il me manque tu sais?
-Oui, je sais…

Il me fit une dernière accolade et ferma la porte derrière lui.

Je pris le combiné et composais le numéro. Ce fut un jeune homme qui me répondit. Au bout d'un quart d'heure de parlotte, je gagnais une séance d'essai le mercredi après midi.

Je passais le dimanche suivant sans Castiel et en profitais pour réviser à fond.

"J'en ai marre! Je fais une pause! Criais-je en repoussant la table devant moi.

Je soupirais et levais mes bras au ciel pour m'étirer.
Amande qui était couchée sur mon lit bailla et reparti dans son sommeil de plus belle.
Mon esprit vagabonda et s'arrêta sur Castiel.

-Quand même, il pourrait donner des nouvelles…

Je poussais un soupir, entendant mon ventre porter plainte et briser le pesant silence. Ah, la solitude…

Je m'appuyais sur la rampe pour descendre, j'avais mal au crâne. Il était 5h de l'après midi, et lui était toujours absent. Cette courge d'Ambre le monopolisait beaucoup trop.

Je mangeais des cookies et m'allongeais dans le canapé, continuant à rêvasser.

Je ne me rendis pas compte, mais je m'endormis.

La demeure était calme, silencieuse. Sans les parents en voyage, dans Ethan qui avait trouvé un appartement, sans les chiens qui dormaient… Sans Castiel qui devait surement être en plein acte.

Un bruyant silence, une route sur fond noire, une moto roulant à toute vitesse.

Une explosion.  La moto glissa plus loin, en dehors de la tache de flamme. Un corps fut projeté et tomba dans un ravin apparut aux cotés de la chaussée.

Une jeune fille sur le bord de celle ci courait à perdre haleine. Elle me ressemblait.
Elle avait mon âge.
Elle avait ma voix.
Elle était moi.

Dans sa robe d'écolière, avec sa chemise blanche et son nœud rouge, son corps se tachait de sang au fur et à mesure qu'elle progressait.Il coulait à présent de ses doigts.

Elle arriva au niveau de l'accident, appelant les secours.
Personne
La route était déserte. Elle se laissa glisser contre la paroi rocailleuse du fossé, se rattrapant de ses mains douloureuses. Approchant du corps inerte, elle criait le nom de la personne. Je ne savais pas de qui il s'agissait.

Elle retourna avec difficulté le mort, répandant son sang sur ses vêtements. Elle entoura son visage de  ses mains, traçant à tous jamais la mort de ses doigts ensanglantés. Le visage avait l'air serein.

"Tamaki", pensa la jeune fille.

Non, ce n'était pas lui, j'en suis sure, ce n'était pas Tamaki, il n'avait pas les cheveux bleus…

Je flottais dans le noir absolus, au dessus d'un miroir me laissant apercevoir la scène bouleversante.

Qui est ce alors? 

"Castiel?" Me souffla une voix.

Mon esprit en prix un coup. Tout tournait dans tous les sens. Moi même, je me bouchais les oreilles, tentant désespérément de garder le contrôle de mon corps.
Il y eu un rire, une voix machiavélique. Sa voix. Puis, je vis le visage ensanglanté du jeune homme foncé sur moi. Celui ci avait en effet des cheveux rouges sangs, qui gouttaient eux aussi. Puis ils prirent feu. Prise au dépourvu, je tentait tant bien que mal de faire chemin arrière, brassant le noir et le vide, effrayée, peureuse et craintive comme s'était interdit.

Mon visage me poursuivait. Celui ci affichait un sourire de diable, comme si mon autre moi était contente de son acte. Elle se retourna vers moi, tendant sa main rougit par le liquide corporel et tenta de m'attraper. Alors que je fuyais, je fus bloquée par un mur invisible. La main s'approchait dangereusement et parvint à me saisir.


"NOOOOOOOON"

Je me réveillais, haletante par une personne qui toquait à la porte. Je regardais la pendule. 23h46. J'avais beaucoup dormi. Haletant, je me dirigeais vers la porte d'entrée, remettant à toute vitesse une mèche rebelle derrière mon oreille.

J'ouvris, et à ma plus grande surprise, un Castiel-la-clope-au-bec se tenait debout d'un air menaçant, me regardant de haut, sur le seuil.
Il avait l'air de très mauvaise humeur.
Je tentais de me persuader que Castiel était bel et bien vivant, effaçant avec difficulté la vision choquante de mon somme. Je tenais la poignée à deux mains, comme ci j'avais peur d'être ramenée au pays des rêves si je ne me tenais à rien de bien réel.
Je restais quelques secondes à le dévisager de façon involontaire, si bien, qu"agacé, il me dit:

"Bon, tu te pousses maintenant?
-Ah, euh, oui…

Je lâchais avec précipitation la poignée, positionnant mes mains au dessus de ma tête pour prouver mon innocence.

-Ouais, dégage maintenant.

Il me poussa d'un coup d'épaule et força le passage. Je le regardais se diriger vers la cuisine et écraser sa cigarette dans un cendrier de manière  énervée.
Il soupira et monta se coucher directement. Je décidais de ne rien lui dire à propos de ce week end, sauf qu'il croisa la toile de Lysandre. Il afficha un rictus mauvais sur son visage, ricana et monta.
Il avait l'air de très mauvaise humeur. Ce sera surement ma fête demain…

Dieu soit loué. Ouais, Dieu, soit gentil, fait que pour une fois, il ne s'en prenne pas à moi parce qu'il est énervé. Please, je 't'en supplie à genoux! Je t"offrirais de cookies tout le restant de ta vie! (    Qui est très longue, en passant).




Chap 46eme


Spoiler

Dieu, sérieusement, explique moi ce que je t'ai fait pour que tu sois si cruel avec moi...

J'avais honte, j'étais toute rouge. J'avançais avec un sourire gêné vers la salle du club d'arts et musique, souriant pour tenter de dissiper l'aura machiavélique qui voletait autour de Castiel, qui de ses yeux furieux, longeait les couloirs à mes cotés. Tous se retournaient à son passage, aussi bien les professeurs qui le regardaient intrigués et agacés, que les garçons qui se crispaient au bruit de ses pas, tous plus peureux les uns que les autres, ou alors que les filles qui, pour les unes, se mettaient à pleurer sous l'effet de la pression de l'aura maléfique, ou que les autres qui admiraient sa beauté dangereuse.

Voila, j'ai honte. Je gardais mon sourire crispé, comme si il était cousu sur mes lèvres. J'en avais marre, pitié, Dieu , viens à mon secours.

Pof.

Je me retournais. On était arrivé devant la salle du club et castiel s'était figé à quelques pas de la, un cahier sur la tête.

"T'as pas fini avec ta mauvaise humeur?

Dieu s'appelle Lysandre.

Il soupira. Heureusement que c'était lui et personne d'autre, car cette autre personne aurait surement fini en charpie vu l'état de notre playboy de service...

-Qu'est ce que tu veux, Lys?
-Que tu te calmes.
-Ouais, bon, ça va.

Castiel avança à grandes enjambées et me dépassa pour entrer dans la pièce en soufflant. Je le regardais passer. Je me retournais ensuite d'un coup vers Lysandre, les larmes aux yeux, un sourire (effrayant) de soulagement aux lèvres.

-Euh..

Il me regarda avec un visage à moitié étonné, mi effrayé. Sa bouche était entrouverte, comme par dégout.

-Kaorin...

Je sortais de mon délire et l'observais de haut en bas.

-Mais dis moi, t'es pas un ancien aujourd'hui?!

Il rougit et se gratta le crâne. Il se mit à rire nerveusement.

-Et non! J'avais envie d'essayer autre chose, pour voir, mais je suis pas très à l'aise.
-Je vois... ça te vas bien en tout cas.
-C'est vrai? Merci.

C'est vrai qu'il était beau. Une chemise rayée verte bouteille entrouverte sur un t-shirt blanc, un jean délavé, des converses vertes...
C'était très original. Tous le lycée se retournait sur lui, chuchotant à son égard, le montrant du doigt. Il y a même eu Dajan qui a sifflé pour le destabiliser.

-Bon, c'est pas tout ça, mais je voudrais pas que l'autre excité fasse le bizutage des 2ndes. Dit il en forçant le passage, rouge comme une tomate."

Il était vraiment drôle, notre Lysandre.

Tous les lundis mains, pendant deux heures, on avait club, ainsi que les jeudis soirs pendant deux heures aussi.

Ce lundi la, on avait mit tout le monde à son poste, préparant le festival d'hiver.

Nathaniel toqua à la porte et nous distribua des papiers concernant l'Halloween   du lycée. Ce serait une soirée déguisée, avec un cache-cache durant la nuit de la veille des vacances.
Il nous fit de brèves explications avant de repartir aussi vite qu'il était venu sous le regard diabolique de la Tomate.

Ce fut dix minutes après que la furie blonde arriva. vous l'avez tous deviné, il s'agit de.... (Tararararatatatata <---trompettes + tambours).... Ambre!

Haletant comme un caniche qui avait trop coursé le gosse d'en face, elle ouvrit la porte d'an un grand bruit. Tout le club se retourna à son entrée. Elle fixait Cast avec des yeux de folle.
À ma plus grande surprise, ce fut vers moi qu'elle se dirigea.
Les filles se regroupaient sur son passage,  se tenant les mains pour se soutenir mutuellement devant elle, apeurées.
Elle s'approcha de moi et essaya de me me frapper au visage; Son poing arriva dans le mur et le fit trembler. Ouf, elle n'avait pas casser la sculpture à ma gauche.

"KAORIN KAGATSUKI!
-Présente?
-Te fous pas de moi!

Un deuxième poing vint s'étouffer sur le mur, frôlant de peu la statue.

-Arg... le travail de Maëlle!

La jeune concernée poussa un cri d'effroi.

J'eu un moment d'inattention et elle m'attrapa par les cheveux.
Lysandre voulu venir à mon secours, mais il fut retenu par un des chiens de la miss.
Castiel ne bougea pas.
Elle m'envoya une charge d'insultes impressionnantes et me tabassa  le visage.

-S*LOPE! C'EST DE TA FUATE SI CASTEL A CASSER! SI TU N'ÉTAIS PAS LA, IL N'AURAIT PAS EU À RESTER AVEC TOI ET JE L'AURAIS EU POUR MOI ET RIEN QUE POUR MOI!"

Et voila, j'en étais sure, c'était une crise de jalousie à deux balles...


Elle s'énerva encore contre moi jusqu'à ce que je trouve une ouverture et m'enfuis vers la cour au galop. Elle me suivit folle de rage. J'eus  à peine le temps de monter dans un arbre que la dirlo arriva la réprimander. Elle abandonna sa proie et je pus redescendre.

Quand je fus de retour, les toutous de la blonde étaient partis. On m'applaudit.

Castiel me tira le bras et je n'eus même pas le temps de savourer ma victoire qu'il m'entrainait dans la cour.

"Hum... M.Macbell? Que puis je pour vous?
-RIEN!
-Alors pourquoi suis-je la?
-Écoute, s'il te plait, il fallait que je te dise....
-Oui...

Il était tout rouge, il m'inquiétait, la...
-Je suis jaloux..
-Hein?!
-Moi aussi je voudrais...

Oh la la , ça s'arrangeait pas, on aurait dit un gosse de 4 ans.

-Oui?
-Moi aussi.. (il était tout rouge et baissait la tête )
-Bon accouche, j'ai pas toute la vie!
-Moi aussi je voudrais un portrait!

Il avait crié et j'étais émue par sa demande. Je lui frottais les cheveux en souriant.

-Oui, si tu veux!"

Merci mon Dieu!



Suite en dessous! Pensez à toujours regardez en dessous!


Dernière modification par kaorin (Le 17/05/2012)

 

Perdue dans le couloir Messages: 3
Hors ligne
Le 31/10/2011 - #19 

 

XD j'adors !!!!!!!! très bonne idée la phobie^^ mais le plongon dans le lac sais pas un peu ... froid???? O.0
mais bon, j'aimerais ose te demender de bien vouloir me prévenire quand y aura un nouveau chapitre?? !!!!
SLP SLP SLPPPPPPPP!!!!!!!!!! >,<

merci ^^" et écrit vite une suite >.<

~Yami~


 

Perdue dans le couloir Messages: 6
Hors ligne
Le 01/11/2011 - #20 

 

Très jolie histoire. Quesque Casiel eest protecteur avec elle, c'et tout mignon.
Quand on pense être pyrophobe ( je crois que c'est sa) doit être difficile et dur à contrôler !!! En tout cas par rapport a sa la petite cherry elle est folle de lui vider une bouteille de parfum sur la tête, heureusement que ses cheveux non pas pris feu. Vite la suite on attend toutes avec impatience !!!


 

Timide Messages: 306
Hors ligne
Le 01/11/2011 - #21 

 

Quand Kao fait ses 'crises', je trouve ça très bien fait. Moi aussi, j'ai une phobie, et c'est un peu pareil (en moins pire, je dois l'avouer --'wink. Alors bravo pour le réalisme, bravo pour l'écriture et bravo pour l'histoire, je suis fan ^^!


 

Nouvelle Messages: 56
Hors ligne
Le 01/11/2011 - #22 

 

Salut, ta fic' est trop mignonne ^^. Pauvre Kao quand même, perdre sa famille, puis son frère sad Sinon Cherry est super...comment dire...sadique! Mettre le feu à Kao, faut être fou pour faire ca, surtout qu'elle savait pour sa phobie --'. Je peux faire partie des abonnées? Bonne continuation big_smile (ps: tu peux aller voir ma fic' stp et dis moi ce que t'en pense)


 

Timide Messages: 384
Hors ligne
Le 01/11/2011 - #23 

 

Yamikuraku: Tu es abonnée, ça y'est, merci, je pense que le lac e-était froid moi aussi, heureusement, je n'y suis pas entré ^^

Norea: Merci, Castiel est certes protecteur, mais je ne sais pas encore ce qu'il réserve à Kaon... Va savoir smile


Lullu:Toi aussi tu es phobique? De quoi donc. Si Kao est comme ça, c'est que moi aussi j'ai peur du feu et de ce qui est chaud, en moins grave ^^.
Merci!

Girl1422: Merci! Kao n'a pas eu de chance, c'est vrai (je suis méchante avec mes persos :x) et Cherry est sadique, mais a un bon fond, j'espere qu'elle va se calmer ^^. Je t'abonne aussi!

/!\Attention! Le chapitre 5 n'est pas fini!

Chap 47eme



Spoiler

"Pourquoi tu l'as quittée?
-Elle était chiante.
-Et pourquoi t'était énervé?
-Parce qu'elle m'a fait un caca nerveux et qu'elle a donné un coup de talons dans ma moto, ça a écaillé la peinture.

J'imaginais la belle bécane rouge sombre avec ses flammes noires dessinées dessus à laquelle il manquait de la couleur la où le talon de la pouf avait laissé entrevoir une trace grise. Celles ci écrivaient sur la carrosserie: "Castiel, je t'aimerais à tout jamais!!!!".

-Arrête de rêver, c'est pas comme ça du tout, jamais elle n'oserait faire un truc aussi ridicule.
-Tu lis dans les pensées?
-Nan, je devine tes habitudes.
-Pff..."

On marchait dans e couloir, je lui tenais la main.

"Hum, on est arrivé, tu me lâches?
-Euh, ouais, vaut mieux."

Castiel ouvrit la porte et rentra le premier. Il y avait un silence de mort dans la salle. Il fut suivi par moi, mais j'eu à peine le temps de faire quelques pas que tout les inquiets du sort d'Ambre se jetèrent sur moi content de me voir revenir saine et sauve, accompagnée du roux, qui plus est...
Submergée par cette foule, je m'écroulais sous le poids de mes fans. Je voyais Castiel dans soupirer derrière eux, se grattant les cheveux. Je l'appelais, ou plutôt l'implorait devenir m'aider, et comme seule réponse, il me sourit sadiquement, me lâchant un petit "Bien fait, t'avais qu'à pas provoquer Ambre... Comme ça; je ne m'en serais pas mêler"
Quel chieur ce mec, et fier de lui en plus, comme si c'était de ma faute...

******

"Ça prend combien de temps, un portrait?
-Deux heures, environ...Tu tiendras?

Il sourit.

-Pff tu me prends pour qui?

Devais-je vraiment lui répondre?

-Pour toi, pour toi..."

Cette réponse avait l'air de le satisfaire. Nous avancions cote à cote sur le chemin du retour.

Amande nous fit la fête, joyeuse de me voir, mais Démon ne daigna même pas se lever du canapé. Quel accueil!

On prit un gouter, soit des cookies (1 boîte et demi à nous deux);, fit nos devoirs( ou plutôt, je fis nos devoirs) et installais mon chevalet.
J'expliquai à Castiel ce qu'il devait faire. Il essaya plusieurs poses plus ridicules les unes que les autres et fini par en prendre une assise toute simple.
Je commençai à peindre, mais rien ne se déroula comme il fallait:
Il bougeait sans cesse et je devais tout le temps le reprendre. À cause de son tempérament de feu, il ne tenait pas en place. Il me répondait et semblait irrité. Mes intuitions furent confirmer quand Amande choisit son moment et alla l'embêter. Il craqua, nous injuriant mon chien et moi de tous les noms, même s'il ne le pensait pas. Il se leva, attrapa les laisses des chiens et décida d'aller les promener. Je souris, je vous l'avais bien dit, qu'il ne tiendrait pas!

Il rentra très tard, vers 9h, et j'étais déjà lavée et prête à dormir. Il eu un soupir de satisfaction quand il découvrit la demi pizza laissée sur place pour lui. Il dut surement l'engloutir très vite.

Je pliais le linge, l'entendant jeter le carton d'emballage du repas, l'attendant pour lui parler. J'aimais bien lui parler le soir, car le plus souvent, il était décontracté, et les sujets venaient tout seuls. Mais ce soir la, j'attendais toujours.
Je me décidais donc à descendre. Une fois en bas des escaliers, je l'appelais. Il ne répondit pas. J'arrivais dans le salon et eu le plaisir (ou pas) de le trouver endormi dans le canapé. Il avait l'air très serein, heureux. Je m'agenouillais à son chevet pour mieux observer son visage. Il était beaux, avec ses longs traits fins.

Une idée naquit dans mon esprit. Il me fallu moins de 3 secondes pour installer ma toile et commencer à tracer les lignes de sa personne. J'eus fini au bout de 1h34, terminant ma peinture en la parsemant de touches rouges ici et la. Un simple effet de style. J'étais fière, il était en effet endormi à mon plus grand plaisir. Je soupirais,: il était tard, je me levais tôt demain. Lavant mes pinceaux au robinet, je réfléchissais. Pas la peine de le réveiller, il me ferait la gu*ule.

****

Je mettais la table du petit déjeuner, prête, toute fraîche, ruisselante de bonne humeur. J'entendis remuer derrière moi et y jetais un rapide coup d'œil. Et un Babouin réveillé, un!

Il grogna, me demandant l'heure.

"7h56.
-Quoi! déjà! T'aurais pu me réveiller!
-Comme si j'avais pas essayer!

Non, je n'avais pas essayer, par pure flemme.

-Le p'tit dèj' est prêt?

J'hochais de la tête, remettant ma petite natte avec une barrette.

-Je suis à la bourre!

Deuxième hochement de tête.

-T'as perdu ta langue?

Mais quel c*n. La, c'était pas la peine de répondre.

-J'prends ça pour un oui..."

Il se leva et s'étira, fonçant dans la salle de bain se changer. Il découvrit au passage la toile posée sur la commode pour mieux sécher. Je pus l'entendre dire "Ouais pas mal", et repartir. J'étais contente de mon boulot.

On dut aller au bahut à pied car Cast ne voulais pas montrer sa moto avec la rayure.

Lysandre était revenu normal, enfin bref, tout allait bien.

Mercredi, ce fameux mercredi après midi, j'avais mon cours. Castiel ne m'y accompagna pas, ce qui était prévisible.

Le centre était grand, et j'y retrouvais Sergio (proprio à Stras) et ma belle Strasberry! Retrouvailles émouvantes, d'ailleurs.

Il me présenta au directeur, et je pus commencer mon cours d'essai. Par chance, je me souvenais de mon entrainement les années précédentes et n'avais rien perdu.

L'échauffement était très dur, digne des meilleurs gymnastes. Au bout de trois quart d'heures, un jeune homme entra, et je fus la première étonnée de voir qu'il s'agissait du fils du directeur, et que surtout, c'était un émo. Dans le domaine équestre, ils étaient particulièrement rare...
J'appris peu après qu'il se nommait Camille. Il avait un visage de gosse, de grands yeux marrons, des cheveux chatains, une mèche aux pointes violettes. Il montait très bien, en plus, et était très timide! Je voulais me faire accepter dans le groupe, et devais pour ça les impressionner, et surtout lui, car, à ce qu'il paraissant derrière ses allures d'ange timide, c'était un vrai démon qui sélectionnait les gens aptes ou pas à être dans son groupe, ou autrement dit, qui étaient dignes de lui! Un vrai dictateur!



Chap 48eme



Spoiler

Fatiguée? Oui, je l'étais. Revenant de la voltige (à pieds), j'avais fait de mon mieux pour impressionner ce cher Camille. Je crois que j'avais réussi, car, malgré son ton froid et son visage inexpressif, cette bouille d'ange avait dit oui. Je me dépêchais de rentrer. Il était inutile que j'en parle à Castiel, il s'en foutait, de toutes manières.

J'ouvris la porte et une petite Amande toute joyeuse me sauta dessus. Je m'agenouillais sur le perron et la caressais. Il commençait à faire noir, et je décidais de passer le seuil de la battisse. Castiel, une part de pizza en main, me jeta un bref coup d'œil avant de lancer un joli petit "Waaah! Tu pues !" qui fait toujours plaisir. les sourcils froncés, brassant l'air de la main, me faisant signe de dégager. Quelle élégance! Je montais alors en vitesse les escaliers avant de m'engouffrer dans la salle de bain, remplissant la baignoire d'eau. L'eau chaude, mais pas trop, coulait et emplissait la pièce de son bruit répétitif. Le bruit de l'eau, un bruit que j'aimais.
La salle fut bientôt pleine de chaleur, signe que le bain était prêt. Dedans, je réfléchissais, tant bien que je m'assoupis.


"Oh! Tu fais la sieste ou quoi?!

Oui, exactement.
Castiel tambourinait la porte, qui, en passant, n'étais pas fermée à clé.

Saisissant une serviette, je m'enroulait rapidement dedans. Il le remarqua aussi et ouvrit la porte en grand, ce qui me fit lâcher un petit cri de surprise.

-C'est, bon pas la peine de te cacher, y'a rien à voir de toutes façons.
-Goujat!  On dit pas ça à une jeune fille.
-Mais toi, t'es pas une fille, t'es une souris."

Je saisis rapidement mes affaires et partis dans ma chambre, dans laquelle je me couchai illico. J'étais éreintée, et je n'avais rien mangé.


*****

"Kao... Kao...KAO! Debout, on est en cours.

Je levais la tête, les yeux mis clos vers mon interlocuteur.

-C'est pas le moment de dormir, on est en cours, la.
-Ah, merci Cast, dis-je en me frottant les yeux."

La prof de dessin se racal la gorge.

"Bien, maintenant que Mlle Kagatsuki est éveillée, je vais peut être pouvoir présentée la nouvelle élève.

Je relevais la tête au moment ou l'intéressée  entra en classe.

Elle était un peu plus grande que moi, les cheveux gris qu'elle n'avait pas prit la peine de coiffer qui lui tombait à la taille, des yeux méchants violets et un sweet noir accompagné d'un ensemble pantacourt converse.

Elle avait un air mauvais, hargneux même.

-Je vous présente..
-Orlane Amestria. Je vais aller m'assoir la bas au fond, merci à tous de votre accueil.

La nouvelle traversa la salle sous les regards intrigués des élèves et celui méchant de Castiel pour aller s'assoir à ma gauche, contre la fenêtre, laissant exprès deux places vides entre nous.

May, qui était au rang devant moi, se pencha et me glissa:
-Alors qu'on dit que c'est la première impression qui compte, et bah celle la, elle est mauvaise!

Je ne pus m'empêcher de pouffer.

-Même la prof est contrariée, me dit Lysandre, qui était à ces cotés, regarde."

En effet, la jeune femme avait l'aire dépitée, mais repris son courage à deux mains pour relancer le cours.

Quand la sonnerie retentit, je m'approchais d'orlane.

"Salut!

Elle ne me répondit pas.
Castiel passa derrière moi en m'interpelant, et voyant qu'elle ne me disait rien, ou plutôt qu'elle m'ignorait, il dit:

-Hep, Miss, j'y vais, moi.  Allé, laisse les asociaux entre eux, cette fille, je sent que je vais pas la blairer. Une abrutie, surement.

Ouh, la baffe qu'elle venait de se prendre. Elle le regarda froidement et lui dit:

-Toi, l'excité sexuel, tu ferais mieux de rien dire, sinon, ça va finir en bain de sang.

Il lui prit le bras et la retourna vers lui.

-T'as dis quoi la?
-Ce que j'ai dis, c'est tout.

Elle se dégagea et sortit.

-Castiel, ce n'est pas grave , t'énerve pas!
-Elle va morfler, c'te gamine.
-Castiel...
-OH! Ta g*eule toi!"

Aie, il est de mauvaise humeur....

Il balança son sac sur son épaule et sortit, moi sur ses talons.
Le cours suivant se déroula dans la tension la plus totale.

À la récré, je rejoignis Orlane, assise sur un banc, toute seule. Je voulais qu'elle fasse partie du groupe que nous composions, tous, ce groupe joyeux et heureux qu'était la classe.

Je m'assais à coté d'elle.

"Qu'est ce que tu veux?
-Rien.
-Alors pars.
-Le banc ne t'appartient nullement.

Elle soupira. Je ne comprenais pas pourquoi elle s'était énervée et voulais éclaircir se problème.

-Je ne te dirais rien sur moi.
-Je sais, et je ne dirais rien non plus, car ma vie ne...
-M'intéresse pas, exactement.

Ce fut à mon tour de soupirer. On lisait en elle comme dans un livre.

-Je suis venue m'excuser.
-T'as raison, petite peste, t'avais pas à me salu...
-Pas pour moi, pour Castiel, le grand roux.
-Quoi? Tu le défends?
-Oui, il n'avait pas à te parler comme ça, mais toi non plus.
-Mêle toi de ce qui te regarde! Et puis, pourquoi tu le fais pour lui.
-Parce que je défends ma classe.
-Mais moi...
-Tu ne veux pas que je m'occupe de toi, j'ai deviné.
-Exactement! Alors laisse moi!

Elle avait vraiment un tempérament nerveux. Cette fille était assise de façon a laissé le plus de place possible, comme pour se faire oublier. Elle avait surement eu un passé très dur.

Au bout d'un moment, à force d'en avoir assez de  fixer mes chaussure, je dis:

-Castiel et toi, en fait, vous êtes pareils.

Je n'aurais pas du.



Elle tourna vers moi des yeux rageurs, saisis mon col à pleines mains et se leva. Elle était furieuse, enragée même.

-QUOI! RÉPÈTE UN PEU ÇA SI TU L'OSES? COMMENT OSES TU DIRE ÇA, SALE NAINE! TU NE ME CONNAIS PAS, ET JE NE VEUX PAS QUE TU ME CONNAISSES! J'AI TRÈS BIEN CERNER TON CARACTÈRE! TU ES LE GENRE DE PETITES PESTES QUI ESSAYES D'UNIR TOUT LE MONDE DANS LA CLASSE POUR SON PROPRE CONFORT! SALE ÉGOISTE!

-Qu'est ce que t'en sais? Tu me connais pas non plus...

-ET J'AI PAS EVIE! TU CROIS QUE JE SAIS PAS QUI T'ES! T'ES JUSTE UNE PAUVRE FILLE À QUI JE VAIS APPRENDRE À RENTRER DANS SA PLACE! TU ES TOUT À FAIT LE GENRE QUE JE DÉTESTE! CES FILLES DE RICHES QUI PLEURES QUAND ELLES VOIENT UNE ARAIGNÉE! VA JOUER À LA BARBIE ET AU MAQUILLAGE SANS MOI, GAMINE!

-C'est pas ça du tout!

Ses yeux lançaient à présents des éclairs.

-OH QUE SI C'EST ÇA! TUVEUX M'AMADOUER POUR TON CONFORT PERSONNEL! EN VÉRITÉ, TU ES CE GENRE DE FILLE QUI SE FORCE À RENTRER DANS UN MOULE POUR LES BEAUX YEUX DE SON AMANT! MOI PAS! VA, OH OUI! VA DONC PLEURER DANS SES BRAS! NA ME PARLE PLUS!

-Calme toi...

-QUE JE ME CALME!

Ses mains entouraient maintenant largement mon cou, me soulevant du sol.

-JAMAIS JE NE ME CALMERAIS! TU NE PEUX RIEN SAVOIR DE CE QUE JE VIS!

-Je sais que tu es de nature nerveuse...

-TRÈS DROLE! FAIS PAS LA MALIGNE! TOI, TU NE CONNAIS RIEN À LA PEUR, À LA VRAIE PEUR! TU N'AS JAMAIS RIEN VÉCU DE TRAUMATISANT, POV'FILLE! ÇA SE VOIT DANS TES YEUX! ALORS! DE QUOI AS TU PEUR? HEIN?
-...

-RÉPONDS!

J'aurais bien voulu, mais j'avais du mal à respirer. Une petite foule nous entourait, nous montrant du doigt, chuchotant tout bas.

-Kaorin!

Je tournais difficilement la tête pour voir Violette qui avais laissé tomber sa pochette, choquée, effrayée.

-Lâche la.

Orlane tourna la tête pour apercevoir derrière elle le grand roux se tenant debout, les bars croisés, l'air mécontent. Les yeux entrouverts, le visage ridé de douleur, je prononçais.

-Cas...tiel.

-Tiens, le chien de garde, répliqua-t'elle.

-J'ai dis, lâche la!

Enfin, je m'écroulais sur le sol, les jambes dépourvues de toutes forces. Je reprenais mon souffle à grandes peines. Vieux goudrons de la cour, comme je t'aimais.

Elle le regarda avec dégout alors qu'il s'approchait de moi.

-Je vais bien, dis je en repoussant ses bras.

Il m'attrapa quand même l'épaule et me remit sur pieds. Je ne voulais pas me montrer protégée, surtout après ses phrases. Je n'étais pas faible, et mon masque de marbre était tombé, mais malgré tout, je tentais de cacher mes blessures.

-Pov fille, tu te crois capable de protéger le monde, mais t'en es incapable!

Et bam! Une pique de plus!

-Je sais.
Je lui affichais un grand sourire.

La foule se dissipait. Tant mieux.

-Ne viens plus jamais me parler, tu m'entends, plus jamais!

-Je m'en souviendrais!"

Elle tourna les talons et s'éloigna.

Violette accouru, inquiète. Mes jambes cédèrent et je fus rattrapée au vol par un bras musclé. Castiel.

Dieu soit loué, j'avais toujours des gens sur qui compter!




Chap 49eme



Spoiler

J'évacuais le stress de cette dispute, si courte soit-elle. Je suivais Castiel dans les couloirs, car la cloche venait de sonner, et on avait français au deuxième étage. Evidemment, Orlane avait décidé de sécher. Après les paroles blessantes de ce matin, pas étonnant qu'elle ne veuille pas se montrer.
La journée était bien avancée, et déjà fatigante… Il n'y eu pas de deuxième engueulade.

Le soir, le patron nous avait organisé une tournée spéciale, car on était jeudi, et les concerts ne devaient être que le week-end. Tant pis, on serait payés pour cette fois.

Les garçons voulaient chanter S.I.N.G.
ainsi que Hanafubuki




L'ambiance battait à son plein. Il y avait beaucoup plus d'étudiants que d'habitude. Les gars avaient énormément de succès, mais je n'avais pas à me plaider, car à ce niveau, j'étais envie.

Quand nous finimes notre représentation, il était déjà assez tard. J'avais besoin de prendre l'air. Le boss était en cuisine, et par la porte de derrière, je m'introduis sur le palier réservé au service. L'air était bon, frais. Je devais me changer les idées, malgré le fait que la soirée était agréable, j'avais toujours en tête la dispute de ce matin, et c'était plutôt douloureux. Je pris une grande bouffée d'air, tentant d'oublier ces paroles  blessantes. Je recentrais en salle ou je pus voir Lysandre repousser gentiment et avec difficultés des prétendantes. Castiel, tant qu'à lui, profitait torse nu de toutes ces bonnes attentions. Je soupirai. Ces deux la, alors…
Une main me tira. Un jeune homme vint taper causette avec moi, et me fit boire quelque chose. De l'alcool, beurk…

Le reste de la soirée passa très vite, car ne supportant pas ce liquide, je m'aperçus rapidement que mon corps ne m'obéissait plus, en oubliant les périlleuses circonstances. Je me sentais lourde, et fatiguée. Non libre de mes mouvements, je devinais qu'il y avait de la drogue dans mon breuvage, et m'endormis à contre cœur…

Point de vue de Castiel

Bon, fallait p'tet rentrer, car malgré tout, à trois heures du matin, avec des cours le lendemain, ça faisait tard…

Abandonnant gentiment mes dernières groupies, remettant mon t-shirt, forçant mes adoratrices à retirer leurs mains baladeuses de mon torse musclé, je sifflais Lys.

"Hep! Elle est ou la Kao! Faut rentrer!
-Et bien, bonne question…

Le patron arriva.

-Je ne l'ai pas vu depuis un bon moment…

Tout de suite, mon regard croisa celui du victorien…

-KAO! KAO! KAOOOOOOOOOOOO!

Malgré nos échos, il n'y avait aucune réponse. Je commençais sérieusement à paniquer. Avec les derniers squatteurs du bar, nous lançames des recherches tout autour du Rock Silver. Elles durèrent jusqu'à pas d'heures et furent sans succès. On touchait aux pointes de l'aube, et elle était toujours introuvable. Même s'il paraissait calme, Lysandre était extrêmement inquiet, mais pas autant que moi. J'étai prêt à engueuler n'importe qui qui passerait par la. Il voulait me contenir, mais il n'y arrivait pas, si bien que Lys m'amena au commissariat pour qu'on signal la disparition de la jeune fille. Inquiet, et sur les nerfs, on était.

****

Point de vue de Kaorin


Wah, je crois que j'ai la g*eule de bois, moi…
Je me frottais le crâne, tentant de faire disparaitre la douleur. Je fus surprise de voir que je n'était pas chez moi. Non, j'étais dans une chambre sombre, minuscule, avec quelqu'un qui dormait à mes cotés, mais tenez vous bien, ce type m'était inconnu. Prise de panique, je criais et sautais du lit. Le gars entrouvrit les yeux. Il était immense, bronzé, blond, avec un tatouage énorme qui apparaissait sous son débardeur… rose. Oui, il portait un débardeur rose, avec un nounous gris dessus. Sans faire attention à la situation dans laquelle je me trouvais, j'explosais d'un rire strident qui fit résonner la maison. Il se fâcha et s'avança vers moi. J'étais dos à la porte et me retournais à toute vitesse, forçant la poignée verrouillée. Et merde…


Je n'aurais pas du faire la maligne, car il s'approchait d'un air menaçant, et plaça chacune de ses mains de part et d'autres de ma tête. Prise de rage et de panique, je hurlais "Dégage!" en balançant mon pied un peu n'importe ou. Il s'écroula devant moi, se tenant les bijoux de familles. Qui a dit que je ne savais pas viser?

Reprenant mon souffle, je lui demandais.

"T'es qui? Je t'ai jamais vu.
-Dakota, en terminale C.
-Ah oui! Je t'ai déjà croisé au bahut!
-Ouais, et moi j'ai déjà eu un accrochage avec tes potes lors d'une baston à la cantine. Tu te souviens? C'était durant ta période gothique.

Je cogitais quelques secondes.

-Ah oui!

Il leva la tête, toujours à genoux sur le sol. Nous nous sommes mit à énumérer ce passage marquant, chacun son point de vue.
Je finis par me reprendre et criais, crispée:

-Et pourquoi je suis la?!
-C'est un pari.
-Tu m'as rien fait, au moins?
-Non… c'était pas dans mes plans, et pis, t'es pas hyper attirante.

Je lui décochais un coup dans le visage.

-Ça se dit pas, ça.
-Et puis même si j'avais voulu, ton habit, la, il est trop difficile à enlever.

Je baissais les yeux pour observer ma tenue de scène. En effet, j'avais une sorte de combo style steampunk lacée de partout, ne découvrant seulement que mon cou et mes mains.

-T'es pas très fin pour pas réussir, y'a une fermeture éclair dans le dos… m'enfin bon… Attends la! Ça veut sire que t'as essayer de me foutre à poil?
-Ouais.
-Pourquoi?
-Pour le pari.
-Et c'est quoi, ce pari?
-C'est simple. On voulait juste emmer*er Castiel, alors on t'as capturé. On voulait aussi balancer des photos de toi à poil sur le net, mais ça, ça a foiré.
-Et pourquoi moi?
-Je  voulais qu'il soit choqué, et dieu seul sait qu'il tient à toi. J'ai donc juste à t'amocher pour le rendre furax, me battre face à lui et gagner! Ce sera alors moi le seul et unique beau gosse du lycée!"


Il avait vraiment un grain, c'ui la.
Je le regardais avec dégout, regard qu'il n'ignora pas. Il se remit debout, mais la, il était plus menaçant qU'avant. J'avais vraiment peur, cette fois ci, et me recroquevillais sur moi même. Il essayais de défaire cette fameuse fermeture éclair…

Point de vue de Castiel

Patienter, encore et encore. Ce qu'il pouvait être long, les flics! Une heure que Lys tournait en rond et que je me mordais les doigts pour faire évacuer le stress. Encore heureux qu'il soit la, Lysandre, je ne saurais pas faire sans lui.  Un policier nous annonça qu'ils allaient lancer les recherches. C'était pas trop tôt!

Lysandre me sourit pour me rassurer, mais il était aussi inquiet que moi.

Point de vue de Kaorin

"Tu ne t'en tireras pas comme ça!
-Ne me touche pas!"

Ma jambe arriva à nouveau à son point faible, et je lui lançais un coup de poing, qu'il arrêta. J'en profitais pour lui attraper le bras et lui faire une magnifique prise de judo. Il s'affala sur le sol dans un bruit sourd. Je tombais à califourchon sur lui et entreprit de le rouer de coups. Fallait pas me chercher!

Malgré ma peur, et une fois assurée qu'il était bien H.S, je traversai la porte, ou plutôt la décrochais du mur avec un coup de pied.M'avançant au milieu des débris de bois et de béton, je trouvais facilement l'entrée. Celle ci était bloquée par d'autres portes, et donc d'autres pièces à traverser. Je me saisis d'une batte de baseball qui trainait la et trouais les portes avec, cassant ainsi un bon nombre de bois, me perdant dans l'immense bâtisse.
Je n'avais plus qu'à trouver les clés. Je retournais à coté du corps et fouillais partout, mais malheureusement, il ne les avait pas sur lui. J'eu une idée lumineuse, que j'aurais du avoir depuis le début. Mon portable! Appeler les flics ou Cast, qui devait se faire un sang d'encre était un jeu d'enfant! Seulement…. j'étais à cours de batterie. C'était bien le moment!
Je continuais donc à fouiller.

Point de vue de Castiel

"Nous l'avons trouvé!

Je me relevais d'un seul coup, agressant presque les policiers.

-Ou est-elle?
-Euh… nous avons aperçu une jeune fille se baladant dans une maison à l'orée de la ville, une batte de baseball en main. Elle correspondait tout à fait à la description…
-Vite, allons y!

Lysandre se tapa le crâne. Elle était vraiment imprévisible.

-Nous préparons une voiture et nous arrivons. Il faut aussi du matériel de santé.
-Donnez moi l'adresse!
-Euh, et bien, tenez…

Le policier me tendit un bout de papier.

-Merci. Lysandre, je file, on se retrouve la bas!
-Vous ne comptiez pas y aller à pied!
-Un footing ne me fera pas de mal."


Je partis en courant du commissariat sous le regard étonné du flic, que j'entendais m'appeler au loin. Je bifurquais dans les rues en direction de la maison.
C'était la. Une équipe de secours était déjà la.
Je m'approchais de la porte malgré les interdictions de policiers.

"Kao! KAO! T'ES LA?"

Point de vue de Kaorin

J'en avais assez de tout casser, et j'en avais assez de ne rien trouver. J'étais agenouillée dans le salon, continuant à fouiller. La batte était lourde, et je me blessais les mains à forcer le passage, jusqu'à ce que…

"Kao! KAO! T'ES LA?"

C'était Castiel! Il était devant la porte d'entrée, celle que je n'avais pas voulu casser pour ne pas ameuter le voisinage!

"Castiel! J'arrive! Recule toi de la porte!


Point de vue de Castiel

M'éloigner de la porte? Pourquoi?

J'entendis des bruits de pas, puis la porte devant moi vola en morceau, et une souris, batte à la main s'effondra sur le sol, haletante.

Surpris, je la regardais, étonné qu'elle n'aie rien. Enfin, ses mains étaient en sang, et elle avait une trace de claque sur le joue. Elle leva le visage vers moi, tout sourire.

-Je vais bien!

Mes larmes me montèrent aux yeux . Je m'agenouillais à ses cotés, la collant contre moi de toutes mes forces, à la limite de pleurer. Il lui arrivait trop de trucs, à cette fille.

Elle passa ses mains dans mon dos et étouffa un sanglot.

-J'ai eu si peur."

Je resserrais mon étreinte devant le soulagement de Lysandre qu venait d'arriver.

Les flics évacuèrent le corps alors que je laissais ma protégée au bras du victorien, qui lui, avait fondu en larmes. Un enlacement de fontaines.

Je m'approchais du corps pour le dévisager. Il avait des bleus partout. Elle s'était défoulée, la Kaorin.
Je vis son visage. Dake?! Dakota?!
Pourquoi?

Je me remémorais les incidents précédents.
Mais oui! Je me souviens que lorsque je rentrais de chez Ambre, je l'avais croisé et il m'avait dit qu'il me prendrait quelque chose de très précieux. J'étais d'ailleurs en rogne juste après, me demandant ce qu'il piquerait, et avait trouvé une excuse pour Kao, ne voulant pas l'inquiéter, surtout après avoir vu sa tête affolée quand je suis arrivé.

Bon, tout allait bien, maintenant. Je reprenais la souris de Lysandre, la serrant contre mon torse. J'en avais besoin, vraiment.




Chap 50eme



Spoiler

"Je vais bien, je vais bien..."

C'est ce que je n'avais cessé de répéter à Castiel dès qu'il tournais un regard inquiet vers moi, que ce soit pour voir mon état, ou alors ma réaction avec les autres, ou encore mon niveau de fatigue.

On était arrivé en retard de 10 minutes accompagnés de Lysandre, plaidant notre cause, expliquant une soudaine panne de réveil du à notre concert de la veille, aucun de nous n'énumérant cette nuit soulante, trop éreinté. Durant toute cette journée, je ne cessais de penser à Dakota. Pourquoi moi? Parce que Castiel tenait à moi? Je voudrais le voir pour y croire, même si je l'ai surement déjà vu...

Les cours avaient sonné, c'était la fin de cette journée... Mais pas pour moi. Et oui, faisant partie du groupe d'art, on avait été désignés pour préparer cette soirée d'halloween, la veille des vacances, soit, ce soir...

Le lycée était vide, et moi, je me baladais avec de gros cartons remplis des derniers décors à accrocher. En fait, cette soirée transformait le lycée entier en une sorte de maison hantée géante, et nous, personnes du club organisateur, devions tout installer et se déguiser pour effrayer les jeunes élèves du bahut qui se présenteraient vers 20 heures aux portes de celui ci pour commencer la soirée qui durera jusqu'à minuit... Dure soirée me direz vous...

Cela me faisait plaisir, même si je n'avais pas trop le choix. Je m'assis un moment contre le mur, posant à terre mon carton remplit de costumes. Je soupirais. Où étaient encore passés les garçons? Ils étaient censés m'aider. Je me relevais péniblement en soupirant. J'avais vraiment passé une nuit horrible et en sentais encore les effets.

Mon carton était vraiment très très lourd, il faut dire qu'il contenait une dizaine de déguisements confectionnés par nos soins tous plus compliquées les uns que les autres...

Je longeais les murs pour aller jusqu'aux vestiaires internes au bahut, m'appuyant de temps en temps contre, regardant d'un regard vide mon chemin. La fatigue, quelle ennemie robuste…

Ne regardant pas devant moi, je rentrais dans quelqu'un. Castiel.

Il se retourna, tout engourdi et me dit:

"Ah… c'est toi….
-T'as l'air déçu…
-Bah ouais, j'attendais une personne.
-Tiens donc, qui ça?
-Cléo.


Cléo était une jeune seconde timide du club d'arts… Alors elle     avait rendez vous avec Cast…

-Et pourquoi?
-Elle me doit deux euros pour un soda.
-Deux Euros?!
-Mouais…
-Mais c'est hyper cher!
-J't'en pose des questions?


Je ne dis plus rien, il était visiblement énervé que sa partenaire( ou pas) n'arrive pas.

Alors que je faisais demi tour, j'entendis une voix guillerette appeler mon colocataire.


"Cast! Je suis la!
-Ah!
-Tiens ton argent, lui dit-elle en lui tendant un billet.
-Merci bien!
-À tout à l'heure!
-À toute!"



Elle repartit et Castiel soupira de bonheur.
Il se retourna vers moi sourire aux lèvres, air guilleret, et généralement, c'est mauvais signe…

"Oui? Tu veux de l'aide?
-Euh…
-Ok, je prends ça!"

M'enlevant le carton des bras, il partit vers les vestiaires en sifflotant. C'est assez inquiétant…



***


J'étais debout sur une échelle, sur la pointe des pieds à décorer le hall du lycée avec des toiles d'araignées. Il y en avait partout, une ambiance noire et grise parsemée de rouge et d'orange, reflétant la violence et la peur d'Halloween. Tout était parfait. Cast, accoudé au bureau de la loge me dit.

"On voit ta culotte.
-Et alors? C'est que toi, je m'en fous.
-Mouais…
-Kaorin, ne tombe pas! Me dit Lys en passant par la avec du tissu noir pour finir de couvrir les fenêtres.
-T'en fais pas!
-Kaorin-sama, ou je dois mettre ça?
-Dans le débarras, Élise.
-Kao-Kun? Je peux passer le balai dans les couloirs?
-Kao, est ce qu'il faut s'habiller maintenant?
-Kaorin, ou vont les ailes d'ange et le faux sang?
-kaorin…
-Kaorin!
-Kao…
-RAAAH! STOP! J'EN AI MARRE! JE NE SUIS PAS LA CHEF DES OPÉRATIONS! ENFIN SI… MAIS BON, MAINTENANT, VOUS VOUS ADRESSEZ À MAYLINN!
-Hein?


Prise au dépourvu, la pauvre May vit les jeunes gens des détourner de moi et accourir vers elle, l'attaquant de questions.
Elle se défendait tant qu'elle pouvait suppliant Violette de l'aider, elle qui rougit et refusa. Ce fut Jordan qui vint la secouru, à leur plus grands bonheur à tous les deux. Ah, l'amour…


-Comment tu te défiles!

Je jetais un rapide coup d'œil vers le bureau.

-J t'ai rien demandé.
-Pff, te fâches pas."

Il m'aida à descendre de l'échelle.

"Bon tout le monde! Il est l'heure de se changer!"

Acclamation générale.


Bien, le temps d'aller au vestiaire, je vais vous expliquer quel est le déroulement de la soirée. Le Lycée sera une maison hantée géante dans laquelle sera cachée une boite à peluche avec des peluches à ramener à l'entrée. Comme vous l'avez deviné, cette maison sera peuplée de monstres, c'est à dire nous… D'où les costumes.

Moi, je serai le Chat de Cheshire, celui de Alice au pays des merveilles.
Lysandre sera le Chapelier Fou, May la reine de Cœur, Castiel un vampire, Élise une sorcière, Violette la Dark-Alice, Jordan un démon, Cléo une vampiresse, ainsi que bien d'autres costumes…


Une fois changée, je fis le tour des salles, vérifiant bien tout, commençant par le hall. La déco était parfaite, et pour le tout, j'appuyais sur l'interrupteur pour mieux imaginer ce que ça donnera avec la lumière sauf que… J'avais beau m'énerver sur ce bouton, rien ne s'allumait. J'eu alors la merveilleuse idée de lever les yeux au plafonds (oui, la bêtise de Castiel est contagieuse) et de n'y trouver aucun spots…
Qui était charger d'eux?


Castiel, évidemment…

"Cast, les spots, disais-je avec un soupçon d'agacement.
-Bah, je sais pas.
-Ils sont ou?
-Pas la, en tout cas!
-Imbécile, c'était à toi d'aller les chercher!
-Mais tu fais chier, je me fais maquiller, la!"

On en tirerait rien, de c'ui la. C'est alors en costume et en courant que je fonçais dans la rue direction le magasin de travaux le plus proche. La honte que je me payais. J'avais teint mes cheveux en rose rouge, mis des rallonges, des lentilles fentes de chat jaunes, j'avais un collant rose rayé violet, un short noir, une chemise courte noire qui m'arrivait au dessus du nombril en cuir style gothique, des gants assortis aux collants, des bracelets à pics, des moustaches sur les joues, des faux crocs et un collier avec un grelot qui tintait à chacun de mes pas. Oui, j'étais une vraie bête de foire…

Bien entendu, au comptoir, il n'y avait personne, et quand un vendeur arriva, je lui présentais ma carte d'étudiante et le bon de commande. Il appela ses collègues et ils prirent leur temps pour charger le camion, se moquant de moi et de ma tenue. Je répondais par des sourires, légèrement pressée. Je montais à l'arrière du camion, et une fois sur le lieu de la fête, ils nous aidèrent à tout installer.


Tout pouvait enfin commencer.

Fabien, accompagné de Anne, étaient deux majordomes qui accueillaient les élèves.Je rodais sur mon terrain de chasse, le toit, juste à coté de la boite à peluches.
De tout la haut, j'entendais nos deux hôte diaboliques dicter les règles aux élèves curieux et attentifs. Ils étaient pressés, excité, mais méfiants. Fabien et Anne leurs firent former des groupes de 5, et ils les firent entrer tour à tour dans le bâtiment. J'avais du temps avant qu'ils parviennent en haut, si bien que je décidais d'aller les observer à pas feutrer. J'en croisais plusieurs, et je leurs souriais, mes yeux fluorescent les mes dents blanches brillants dans le noir. Les plus peureux criaient, repartaient.Les plus courageux s'approchaient, et je me sauvais. Je croisais Kim et Peggy qui me prirent e photo. Enfin, je croisais les autres monstres, tous vaquants à leurs activités. La drague et la peur sensuelle. Telle était l'activité de Castiel, que je voyais mordre le cou à de fraiches jeunes filles. Je passais mon chemin. Une heure qu ça avait commencer, je ferais mieux de retourner chasser sur le toit. Empruntant l'escalier de service, j'arrivais en haut avant le plus courageux de tous.

Quand il me virent, assise sur ma barrière, les élèves marquèrent une hésitation. M'approchant de eux menaçante, une fille cria, et son copain m'attrapa le bras et m'immobilisa au sol. Je me laissais faire, j'étais fatiguée. Tous partirent avec leur peluche. Quand je fus relâchée, l'élève s'en alla en courant. Je frottais mon membre endolori. Il n'y allait pas de main morte. Fabien sonna la fin de la soirée et le début des vacances. Je soupirais. Le nettoyage serait le lendemain et je pari que je serais seule à le faire.

Des bruits de pas retentirent dans l'escalier. C'était ce très cher vampire qui venait m'aider à ranger le toit. Oui, s'il il pleuvait, il ne valait mieux pas que les décos soient à l'extérieur.

Tout en décrochant les fausses toiles d'araignées et en enlevant les tissus noirs, je faisais rouler mon épaule.

"Ils m'ont fait une clé de bras…
-Moi, ils ont osés, c'est moi qui leur en ai fait une…


Chanceux… à ces moments la, j'aimerais bien être un garçon.

-Bon, je descends le carton avec les toiles, tu finis les tissus?
-Je m'en occupe, me répondit-il."

Je soupirais. Une fois avoir déposé mon paquetage à l'accueil, je remontais éteindre les lumières des spots. Castiel quant à lui revenait tout juste du toit qu'il venait de fermer à clé. Je l'entendais parler au téléphone:

"Oui oui Maman, oui… oui… huhum… t'inquiète… non, elle range… oui… oui… ok pour demain… oui… on se débrouillera… mais oui elle est au courant, bien sur! Bon, je te laisse. Bisous."

Il raccrocha. À en entendre les bribes de conversation, il parlait de notre fou programme de demain. En y repensant, je m'adossais au mur. Il passa devant moi.

"Tu as fini?

Il hocha la tête, perdu dans ses pensées.

-On peut rentrer, on a un programme costaud demain.
-Maman viens d'appeler.
-Je sais.
-T'as encore mal? Dit-il en désignant du menton mon bras que je ne cessais de frotter.
-Ouais, un peu, ils n'y sont pas allé de main morte.
-Je vois…


Il posa son carton au sol et me prit le poignet. Il commença à le masser.

-Je ne sens rien de casser.
-Depuis quand t'es toubib? Riais-je.
-Depuis quand as tu de l'humour…
-Ouh la…
-T'as mal quand je fais ça?
-Dois-je vraiment répondre? grimaçais-je.
-Oui…
-Et bien, oui. Ça fait horriblement mal. Regarde, j'en pleure!

En effet, je pleurais. J'étais fatiguée et la douleur si faible soit-elle n'arrangeait rien, j'étais à fleur de peau. Ce n'était pas les larmes de crocos, mais c'étaient des larmes d'épuisement.

-Tiens, assieds toi.

Il me fit glisser jusqu'au sol et s'agenouilla devant moi.

-Merci.
-J'aime pas quand tu pleures…

Il posa son front sur le mien , je fermais mes yeux, et il fit de même.

-Merci d'être la Cast.
-J'allais pas laissé une souris seule, elle pourrait se faire écraser.

Je riais et le remerciais encore une fois.

-On y va, on est  levé tôt, demain.
-oui, on y va, dis-je en me mettant sur pied.
-Allez, après tout, demain, on prend l'avion."



CHAP 51EME



Spoiler

À droite, puis à gauche, puis en salle d'embarquement, puis on avait tendu nos tickets et nos passeports à l'hôtesse, qui nous avait souris. On était les derniers. Après ça, on avait couru sur la passerelle, puis on avait trouvé nos places, on s'était assis, on avait écouter les consignes de sécurité d'une oreille absente, on avait décollé, et on était la, regardant les nuages par le hublot, partit pour 8 h de vol.

Je soupirais, toute ma vie n'était que précipitation, encore et encore. Il était 15h06 et 34 secondes, et moi, Kaorin Kagatsuki, j'étais dans l'avion accompagnée du plus beau canon de tout le bahut, j'ai nommé Castiel Mackbell.

Notre programme n'avait pas été léger depuis une semaine. Enfin, depuis 3 semaines, plutôt:

Castiel été revenu tout joyeux comme un gamin m'annoncer que on était invité à Miami. Oui, Miami, la est notre destination. Il n'y a qu'une personne que nous ferait venir à Miami pour un anniversaire, et elle se nomme Silta.
Enfin bref, après avoir fait le tour de l'appartement en hurlant de bonheur, d'avoir fait voler Amande en l'air (qui était au bar, soit dit en passant), Castiel était sorti avec Ambre, et je n'étais plus sure de venir, en tout cas, en tant qu'amie de lui. C'était enchainée la rupture tant attendue, les concerts, la dispute avec Orlane, l'enlèvement, la valise la veille d'Halloween, Halloween jusqu'à 1h, le rangement de 8h à 11H, le départ rapide à l'aéroport, en déposant Démon et Amande au café (la première fois qu'ils y allaient tous les deux, ça allaient être beau), puis embarquement à 14h36, puis nous voila, nous, enfin moi, la Souris à coté de Castiel, ce qui me réjouissais. Je sentais la chaleur de son épaule contre la mienne.
Quoi, vous n'avez pas encore deviné. M'enfin, ça se voit un peu, non?

D'habitude, j'aurais trouvé ça normal, mais au bout de tout ce temps, je rougis au moindre contact. Ce n'est pas gênant, car il est aveugle, et donc il ne le verra pas et je pourrais continuer à vivre comme ça. Oui, je n'ai aucune intention de me déclarer. Alors maintenant vous l'aurez comprit, je suis folle de Castiel, folle amoureuse, mais je suis une folle amoureuse vouée à ne jamais se déclarer.
Je laissais glisser ma tête contre son bras, m'affaissant sur mon siège, fermant les yeux en regardant les nuages. J'étais crevée, à cause de cette semaine, mais si cela avait du bon, c'est que je pouvais dormir sur Castiel.

****

"Laisse, je vais la prendre."

Castiel se saisit d'une main puissante de la poignée de ma valse qui tournait sur le tapis et me la remit. Je baillais. Lui aussi. On avait tous les deux dormi durant le vol, se réveillant juste pour le repas. Cast, attrapa la sienne et nous sortions.

Dehors, la chaleur était omniprésente. 10 jours dans une résidence avec plage privée à faire la fête (et les devoirs) . Silta était un ange dont les parents tenaient une compagnie aérienne, dont l'oncle vivait à Miami avec une résidence-plage privée, dont le cousin s'appelait Ken. Il était juste 14h54 ici, et ayant dormi pendant tout le trajet, nous n'étions pas du tout fatigués, plutôt trop excités pour dormir de toutes manières.

La voiture était luxueuse, devancée par un majordome qui portait une pancarte avec nos  noms. Il était aussi accompagné de... Ken?!

Celui ci me sauta au cou mais fut tout de suite retiré par Castiel.

"Kaorin chérie, tu m'as manqué!
-Euh... toi pas. Mais contente de te revoir.

Je lui collais un bisou sur la joue. Après tout, j'étais de bonne humeur, alors...


-Kao, tu me dégoutes, me dit Castiel.
-Jaloux.
-Kaorin, tu vas voir comme c'est génial! Et puis il y a du monde, pleins d'amies américaines à Silta, toutes très jolies et bien bronzées! Mais c'est quand même toi la plus jolie, hein? Ne vas pas croire que je ne t'aimes plus!
-Je te crois, Kentin.

Cette annonce avait rendu Castiel rêveur et pressé d'arriver.

-Tu seras toujours ma préférée, Kaorin!
-Merci, Ken."

Oui, merci, tu es gentil, même si j'aurais préféré que ce soit Castiel qui me dise ça.

Au bout d'une demi heure de route en plein Miami, nous arrivâmes dans une résidence immense avec pleins de  filles en maillot de bain (ou bikini).

On nous montra notre résidence, celle ou on serait avec d'autres filles et gars. Je serais dans la même qu'une certaine Emily. Après s'être changé, nous nous sommes dirigés vers la plage, ou nous avons salué Silta and Cie. Évidemment, toutes les filles mataient Castiel et Castiel matait toutes les filles. Moi, dans mon maillot pattes de chats, je ne me faisais pas remarquer.

Il nous fallut moins de 20 minutes pour être acceptés de tous, et grâce à nos connaissances des langues anglophones, nous pouvions communiquer sans problèmes. Castiel draguait et était dragué. Mais je voyais dans ces yeux qu'il n'en trouvait aucune à son gout. Assise dans le cercle que formait tous les ados, je fus prise d'ennui. Aussi je me levais et criais dans mon élan:

"So, girls and guys, ready to go to the sea?


Plusieurs se levèrent, et Ulrich, mon voisin de cercle, et colocataire de Cast,  me caressa les cheveux comme l'aurait fait Tamaki.

-Good idea, La Souris. "

Je me mis à rire, cet franc-américain bilingue avait déjà adopté mon surnom.
Une main se posa sur ma hanche: c'était Castiel qui m'attrapa et qui me posa sur son épaule, détalant aussitôt vers la mer, suivit d'une horde de groupie. Ça sentait le coup foireux dès le début. Bien entendu, je finis dans l'eau avant tout les autres. Ainsi se déroula cette première après midi.

Le soir, nous étions tous réunis dans la villa de Silta. Celle ci expliqua en anglais que son anniversaire se passerait dans deux jours. Je ne sais pas pourquoi, mais je ne le sentais pas. A vrai dire, la dernière fois que j'avais fait quelque chose pour sa famille, c'était au mariage de sa sœur, durant lequel je m'étais cassé la figure en public, et durant lequel j'avais était "abusée" de Castiel. Celui ci ne présageait donc rien de bon... La preuve: il est 9h du soir heure américaine et on est de nouveau assis en cercle à faire un jeu spécial Bourges: Action ou vérité.

(J'offre 3000€ à celle ou celui qui avait trouvé tout seul--> Je compte sur toi May)

Le seul petit problème, c'est qu'un jeu comme ça à trente, ça passe très lentement. Je m'ennuyais, et Castiel aussi, si bien qu'il se leva pour aller faire un tour aux toilettes.

Tout d'un coup, après qu'il aie fermé la porte, tous les yeux se tournèrent vers moi.

"Je choisi kaorin, dit Ellie, une blondinette. Elle va devoir être embrassée par…

Bon, du moment que c'était Castiel, ça me dérangeait pas. M'enfin, comme il était pas la, ça allait surement être Ken…

-Par Ken!

Jackpot…

Il avait l'air tout heureux, et s'approcha de moi avec ses grosses lèvres, j'essayais de gagner du temps.

-Euh, attend Ken, je suis pas prête…

Il était tout près.

-Psychologiquement…

Trop tard, il m'embrassait à présent, mais j'avais les lèvres collées de dégouts, et ce crado essayais de mettre la langue.

Ça durait trop longtemps il fallait agir.

Ma chance fut Castiel qui revenait.

"Ho! Les nuls, c'est pas comme ça qu'on embrasse.

Ken tourna la tête vers lui, et j'en profitais pour cracher plus loin.

Cast' s'agenouilla et prit sa voisine contre lui, la renversa en arrière et lui "roula une pelle".

J'étais choquée, jalouse, vexée, et aussi détournait mon regard de cette scène déplaisante qui fascinait l'assemblée.
Pourquoi elle et pas moi?

-Je vais ma coucher, je suis crevée, dis-je en me levant d'u mouvement brusque. "

Tous me regardait m'en aller, et Ulrich fut le seul à me dire bonne nuit.

******

Je ressortais de la douche les cheveux trempés. J'en profitais pour défaire ma valise, et y trouver dedans un t-shirt à Tomato.

C'était un que je lui avait offert à Noël. J'enfouis mon visage dedans, respirant son odeur. Oui, je suis une groupie, c'est officiel. Ce moment me fit me rendre compte de plein de choses.

Je n'avais jamais été amoureuse jusqu'à maintenant, à part de Ryuga et d'un petite faiblesse pour le babouin, mais je ne rendais pas complètement compte de ce qu'était l'amour, et n'étais jamais sure de moi. Mais la, mon sentiment me rendait folle, folle de lui.

Il y avait un deuxième point important. Jamais personne n'était tombé "in love" sur moi.

Si on exclue Kentin, évidemment. Même s'il ne fallait pas mettre ses sentiments à l'écart, mais ça aurait été une autre, rien n'aurait changé. C'est juste que je lui avais offert des gâteaux en primaire…


Le pire de tous était Castiel, car pour lui, j'étais une fille parmi tant d'autres. Surtout, je n'arrivais pas à m'enlever de l'esprit ces soirées jeux vidéos passées tout les deux, avec Ethan, des fois. L'amour d'autres garçons m'était égal, seul le sien m'intéressait.
Je rentrais ensuite dans sa chambre pour ranger son vêtement. La mienne et la sienne communiquaient.
Une fois dedans, je n'y tint plus et me jetais dans son lit, me laissant enroulée dans les couvertures, en manque de lui...


Après avoir bien profiter de tout le lit du grand roux, je me levais pour praire en exploration dans son sac, et y trouvai d'ailleurs un agenda, dans lequel était inscrit ses répètes, ainsi que ses nombreux rendez vous amoureux. Le feuilletant, je découvrais qu'il était bien occupé, mais qu'une semaine et demie était libre. Il y avait juste écrit "Ambre". Alors comme ça, il ne la trompait pas? Elle devait trop lui coller aux basques.

Le parcourant toujours, je découvrais la photo de nous tous avant la Japan Expo, avec Sarah, une autre ou nous étions avec May Lys et Jordan, tous en maillots, la photo de classe, et aussi une avec Ethan et moi, entrain de grimacer. Il l'a d'ailleurs taggé, et a écrit la "Souris", dessus.  J'en trouvais une dernière dans les trois pages finales. C'était moi, souriante, les bras en l'air, avec un gros plan sur mon haut de corps. On avait l'impression que je voulais le prendre dans mes bras. C'est bizarre, mais c'était la seule photo dont je ne me souviens pas.  Le mystère restant entier, je décidais de la prendre avec moi. En la retournant, je découvrais une autre photo de lui et moi, dormant dans la voiture, surement prit en flag' par un des parents, mais quand…

Je continuais de trifouiller dans sa chambre jusqu'à ce que je tombe sur un pendentif, en forme de clé de sol. C'est étrange, il ne la mettait jamais, mais le fait que la pochette est prit les traces du collier signifiât qu'il l'avait tout le temps avec lui. Moi qui croyais connaitre le jeune homme, j'avais encore beaucoup à apprendre de lui, ainsi que son passé. C'est vrai, il ne m'avait jamais parlé de son passé.

Je retournais dans le salon, pensive. Ce fut à ce moment qu'il rentra.

"Souris, Ils organisent une fête ou on dansera, tu viens?
-Sans façon, je vais aller dans le jacuzzi.
-Bon, bah je viens avec toi, je m'ennuies aussi la bas.
-Ah ouais! Tu restes? Trop chouette!
-Hibou!

Mais quel c*n! Une réplique pareille, ça fait as sérieux! Ce type est la honte de la fanfic!

Il me regarda comme si  j'étais débile, si bien que je ne dis plus rien. J'allais profiter de ce petit moment seul à seul pour faire plus ample connaissance…



Chap 52eme


Spoiler

L'eau, si chaude soit-elle, ne m'avait pas empêché d'entrer dans le bassin à bulles. J'avais mis le temps, certes, mais j'étais rentrée. Castiel, en face de moi, me regardait, pensif.

Je mis plusieurs fois la tête sous l'eau, ça faisait du bien.

"Dis moi, Cast...
-Moi.
-Mais nan! Je voulais juste dire que je m'étais rendue compte d'un truc...
-Hum?
-Tu m'as jamais parlé de ton passé.
-Et?
-Bah fais le!
-J'en ai pas trop envie, la...
-Bon, bah... Parle moi de ton futur alors.

Il renversa sa tête en arrière, soupirant et passa une main flemmarde dans ses cheveux, histoire de les tirer sur son crâne pour qu'ils ne touchent pas l'eau. À l'instant, on aurait dit Robert Pattinsons.

-Et qu'est ce que tu veux que je te dises?
-Bah, tes vœux futurs?

Je me frottais à un sujet qu'il pouvait juger ennuyeux. 

-Rien.


Ça, ça avait le mérite d'être clair...

Je pris une profonde inspiration.

-Et dans le futur, du genre... demain?

Il me regarda du coin de l'oeil, avec un air interrogateur. Ce joli petit regard en coin, qui vous faisait perdre tout vos moyens.
Je commençais à rougir, à me sentir mal à l'aise.

-Je sais pas moi! Ton programme amoureux?!

Arg... le sujet sorti au hasard...

Il me regarda en face, sa figure se fendant d'un large sourire.

Avais-je tapé juste?

-Bah à toi je peux bien te le dire...
-Ah oui?
-Ouais, à toi.
-Et pourquoi juste à moi?
-Parce que t'es comme ma sœur et je sais que tu n'en as rien à faire, alors...

Si seulement ça pouvait être vrai... Si seulement il savait.

-Bon, je t'écoute.
-Tu vois la petite brunette que j'ai emballé tout à l'heure?

Comment l'oublier?


-Oui?
-Je l'aurais pas fait si je ne ressentais rien pour elle.

Ah bon, j'aurais cru...

-Oui, et?

Mon ton devenait, malgré moi, de plus en plus froid.

-Tu vas m'aider à e rapprocher d'elle.

J'étais ébahie.

-Comment? Le grand Castiel, dragueur le plus assuré de la galaxie, me demande mon aide?
-Ouais, exactement, parce que ce dragueur la, il est en vacances, lui aussi.
-Et donc?
-Et donc, tu vas faire le boulot pour moi, et puis, t'es une fille, non?
-Ouais, je vois… enfin bon, on pourrait croire que tu te relâches, la…
-Mais tout à fait, je fais une pause."

Il renversa sa tête en arrière, avec un long soupir de bonheur.

Mais dans quel pétrin m'étais-je encore fourrée? Il avait du culot de me demander ça à moi, mais je ne pouvais pas résister, je voulais être proche de lui, même si ça allait me couter.

Je me levais de l'eau, sortant du bassin à bulles.

"Très bien, tu me donneras tes conditions".

******


Silta était rayonnante dans sa robe bleue ciel, toute joyeuse, les cheveux coiffés avec patience. C'était du grand art. Les 17 ans de la jeune fille avaient l'air de satisfaire la Terre entière, mais pas moi. Aujourd'hui, je refusais d'être féminine, et restait fidèle à mon ensemble short-t-shirt, mais avec tout de même un peu de classe. La raison était que cela faisais deux jours que je passais mon temps avec les autres, mais pas avec Castiel. En effet, le jeune homme commençait une relation sympathique avec une jeune demoiselle du nom de Kathy, la brunette en question. Si tout cela se passait à merveilles c'était grâce à moi et uniquement grâce à moi. Pour tout vous dire, je m'arrachais les cheveux chaque nuit pour trouver des idées pour que mon frangin spirituel sorte avec elle. Grand dragueur comme il était, il avait décidé de me confier sa relation. Je n'en revenais toujours pas…


***

La fête avait été sympa, avec une pyramide de champagne, un énorme gâteau, des danses, des cadeaux (Je ne me rappelais plus du mien), et le célèbre Action ou Vérité, que j'avais habilement esquivé, plaidant un certain mal au crâne.


Non, en effet, je n'étais pas bien. Voir la Tomate dans les bras d'une autre m'anéantissais, mais je devais tenir, pour lui, pour ma fierté.

Je m'endormis bien vite.


*****


"Non et non ça ne va pas!

Castiel devant moi faisait les cents pas.

-Écoute, je fais ce que je peux…
-Et bien essaie de faire plus!
-Mais…
-Ce texte, c'est n'importe quoi, tu t'es cru dans un shojo ou quoi?

Il le déchira en milles morceaux.

-Mais ça va pas?
-T'es une fille non?
-Et?
-Et alors, tu dois faire des efforts, t'es la mieux placée pour la comprendre que je sache.

Il me hurlait dessus, à présent.

-Certes, mais je ne suis pas elle! Répliquais-je de plus belle.
-Et bien essaye au moins! Mets y de la bonne volonté!


Non mais je rêve la! C'est lui qui veut rien faire et c'est moi qui prend?!

-Je n'en ai plus envie!
-Et moi non plus, franchement, quelle fille aurait envie d'entendre des trucs pareils?

Je resserrais les poings, chiffonnant le double des textes que je tenais.

-Et bien moi. Moi j'aimerais peut être que tu me dises ça,  tu vois,"

Je lâchais les textes et le laissais en plan. J'avais fait allusion à mon attirance pour lui, mais il était suffisamment bête pour ne pas comprendre.

****

Valise en main, je saluais les derniers amis de la semaine, m'apprêtant à embarquer. Ken pleurait: il s'apprêtait à rentrer dans une école militaire très stricte. J'allais aussi lui manquer, évidemment...

Coté fenêtre: je tentais de ne pas détourner mon regard des nuages. être à cote du roux me stressait, et encore plus, me rendait malheureuse. À vrai dire, la situation qui me plaisait il y a une semaine de cela volait en éclat. J'étais mal à l'aise. La faute à qui? Après tout, on ne s'était pas reparler depuis ce soir la, lui ne me demandant plus de conseils inutiles, moi ne lui parlant que quand on en était obligés. Mon cœur me blessait.
Je ne préférais pas y penser et profiter du vol, même si j'avais 8 longues heures pour...



*********


Lysandre nous attendait, comme d'habitude, avec un radieux sourire. Ce soir, on allait en boite. Nous étions rentré y'a deux jours, et pour le dernier samedi soir avant la reprise des cours, après deux journées de devoirs acharnées, j'avais accepté de me détendre, même si le cœur n'y était pas. Iris, qui nous avait invités, m'avait conseillée de mettre un short et un haut pas trop décolleté. Castiel avait gentiment ajouté qu'il n'y avait rien à voir. Je n'avais pas relevé. En chemin, je bavardais joyeusement avec Iris, Rosalya et Kim. Celle ci adorait danser et s'était pratiquement invitée à la soirée, mais qu'importe, plus on est de fous, plus on rit.



L'ambiance était déjà assez bonne quand nous sommes rentrés sur les coups de 23h. La boite, dans les tons sombres et violets, était assez grande, avec un bar illuminé par des spots, entouré par des tables design et des chaises assorties. Une scène avec des rideaux se trouvait à droite, accueillant un DJ. La piste de danse, spacieuse, avait un sol tapissé de damier noir et blanc. Au plafond, spots et projecteurs étaient accrochés. Ils s'allumaient et s'éteignaient en rythme. Comme on avait généralement du mal à se mettre dans l'ambiance directement, nous nous sommes installées au bar entre filles, boire un verre, laissant Lysandre, Castiel Jordan, Leigh et Fabien s'installer à une table. De la part de Castiel, s'en était presque prévisible. Lysandre, lui ne se lèverait pas avant une bonne partie de la soirée, occupé à nous sourire. Jordan, timide, ne danserait pas longtemps, ça se sentait. Fabien, lui, frémissait d'impatience, voyant déjà se déchiré Dajan, qui nous avait rejoint, avec Kim. Elle enchainait les déhanchés-collés avec le basketteur. Une bonne demi heure avait asseye, et Fabien était déjà sur la piste. ON le regardait toutes en souriant, comme des mamans. À un moment, Lysandre fut abordé par une fille. Il lui afficha son regard le plus stoïque possible, je ne l'avais jamais vu comme ça. Il est vrai que monsieur est déjà presque casé! C'est Rosalya qui lança tout le monde sur la piste de danse, sous les yeux bienveillants de Leigh, qui n'hésita pas à la rejoindre. Avec Iris, nous sommes allées danser avec les garçons déjà présents sur la piste de danse. À un moment, je ne me suis retrouvée qu'avec May. Je vis au loin Castiel qui nous observait. J'allais en profiter.Je me rapprochais de Mayo qui se prit au jeu, et nous fumes deux toutes deux à danser collées-serrées, histoire de chauffer le rouquin. Cela marcha d'ailleurs bien vu qu'il se joint à nous, nous collant serré aussi. Maylinn éclata de rire en vu de sa réaction. C'était comique, certes.

Nous avons dansé toute la soirée, si bien que je me suis endormie sur l'épaule de Lysandre.

*******

Ça tremblait, ça tanguait… On parlait, de comment s'occuper de moi.
On e réajusta sur le dos de la personne où j'étais. On se dit au revoir et on fit tourner une clef dans une serrure. Des jappements s'élevèrent, plutôt aigus. Ça devait être un petit chien. On me posa sur le canapé, histoire qu'on enlève les chaussures. Puis, on grimpa les
escaliers, et on ouvrit une pièce et on alluma la lumière. On me posa sur quelque chose, et instinctivement, je tombais en arrière. On me rattrapa de justesse, et on me redressa. On quitta la pièce pour revenir avec un objet. On me l'agita devant le nez.

"T-Shirt! Allé, mets le.

Que me tendait -on? Je ne répondais pas, je devais être inconsciente.

- Bon, joue pas à la fatiguée avec moi, mets le.

Je ne répondis toujours pas, toujours à demi consciente.

Un soupir.

-Franchement, t'es lourde.

Une main se posa sur mon haut et me le souleva.

-Je regarde pas, promis. 

Je pouvais imaginer mon interlocuteur tout rouge d'avoir dit ça. À quoi bon, je n'avais pas la force de réagir.
Il me déshabilla et et me passa ledit habit, qui avait une odeur familière. Une odeur de rebelle. On me porta ensuite sur un lit pour me laisser. Des bruits de tissus se firent entendre, on se changeait. On revint se coucher à coté de moi. Je devais délirer, car je me suis mis à gigoter dans tous les sens. Je cherchais une main. Celle ci se donna toute seule à moi dans un grand soupir. Je l'enserrais, et m'endormi tranquillement, sous son regard bienveillant et paisible.

Dernière modification par kaorin (Le 02/09/2012)

 

[Joueur supprimé] Messages: 1
Hors ligne
Le 01/11/2011 - #24 

 

J'adore ta fic, en plus Kaorin, c'est le meme pseudo que toi! C'est pas original mais c'est bien! Continue vite, je suis impatiente!


 

Nouvelle Messages: 97
Hors ligne
Le 01/11/2011 - #25 

 

NNYYYAAAPPPYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYY !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Je suis trop contente >,< et plus y a la suite du 5ème sa sais vraiment super !!!!!!!!!

bon je crois que je commence a fair longue la..... MAIS J'ADORS TA FIIIIICCCCCC!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! par contre j'ai peur.....de la vengence de Castiel........ il peut fair peur quand il veux vous savez....... j'adors Amande aussi ^^" elle a l'air tros mignonne >.<"

Vite une suite j'ai pas pour habitude d'être passiente mais je vais fair une effort... je crois....

Biz ^^